Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Transports du futur : l’enjeu stratégique des terres rares

Le salon mondial sur les "transports intelligents" se tient du lundi 5 octobre jusque vendredi à Bordeaux. Indispensables à l'innovation dans ce domaine, les terres rares font l'objet d'une raréfaction qui oblige à trouver des produits de substitution.

Disponibilités des ressources

Publié le

Atlantico : Les terres rares sont donc indispensables au secteur des transports mais alors en quoi peuvent-elles constituer une menace potentielle sur l'ensemble de la filière ?

Patrick Goudou : Comme toutes les ressources faisant l'objet d'un marché, les terres rares sont soumises à la loi de l'offre et de la demande. Elles sont aujourd'hui irremplaçables dans certains processus industriels du secteur des transports ce qui veut dire que, sans elles, des productions devraient être interrompues en l’absence de substitut. Toutefois, de nombreuses recherches sont en cours afin de trouver ces produits de substitution.

Que leur disponibilité soit dégradée ou pire qu'elles ne soient plus disponibles pour une raison ou une autre, que leur prix devienne prohibitif et économiquement insupportable et les processus en question seraient arrêtés. D'où la menace potentielle car nous savons bien que des événements géostratégiques peuvent conduire à l'un ou à l'autre.

Or, de nombreux risques pèsent sur les terres rares qu’il s’agisse de leur production ou de leur commercialisation : intempérie de forte intensité ; hausse des coûts de production (en raison par exemple de législations sur le respect de l’environnement) ; stockage massif ou commercialisation intensive ; fluctuation des marchés ; hausse de la demande des pays émergents ; contrebande et marché noir…

Qu'est-ce que l'on appelle "terres rares"? Quelles sont leurs propriétés, et pourquoi sont-elles utilisées en particulier dans le secteur des transports ?

Les terres rares (1) sont des éléments chimiques que l'on trouve dans la nature et qui, soit entrent dans la composition de certains alliages, soit servent de catalyseur pour l'obtention de ces alliages. Dans le secteur des transports (2), mais pas uniquement dans ce secteur, elles sont utilisés notamment en électronique de pointe dont il n'est pas utile de préciser l'importance.

Légères ou lourdes, les terres rares sont donc des ressources stratégiques et ce, qu’elles soient on-shore ou off-shore.

La demande en terres rares est en augmentation constante et s'accélère au rythme de 10% par an ce qui représente un risque d'interruption de l'offre et de l'approvisionnement. Comment peut-on remédier à ce problème ?

En réalité, la demande en terres rares, qui a atteint des niveaux record avec des hausses très fortes, est en diminution depuis 2011-2012, en raison notamment de l’incidence de la crise financière internationale, mais aussi des politiques stratégiques alternatives mises en place par les États.

Leur intérêt n’a pas diminué pour autant. Plus précisément, il n'existe pas aujourd’hui de produits de substitution ou de contournement qui possèdent les mêmes avantages intrinsèques que les terres rares. Il est évident que l'industrie qui n'aime pas avoir une telle épée de Damoclès au-dessus de la tête travaille à leur obtention. Mais nul ne sait quand cela sera fait.

Les terres rares ne sont bien sûr pas des cas isolés. D'autres produits doivent être remplacés par suite de leur indisponibilité ou parce que leur utilisation est interdite pour répondre en général à des contraintes environnementales. Toutefois, les alternatives impliquent dans tous les cas des coûts très élevés en R&D.

Face à la demande mondiale de terres rares, des solutions ont été néanmoins recherchées :

- réutilisation, substitution, phytomining, biolixivation, mise en en place de filières de recyclage - ce qui est long, coûteux, non maîtrisable par tous les acteurs car impliquant diverses phases : collecte, démontage, prétraitement, raffinage.

- réactivation de sources d’approvisionnements alternatives : nouveaux projets miniers (par des industriels privés avec le cas échéant des investissements publics), réouverture d’anciennes mines, développement de nouvelles techniques d’extraction.

Sans oublier bien évidemment la réduction de la dépendance européenne par diminution de l’utilisation des terres rares  et le recours à l’économie circulaire.

 Actuellement, il n’existe pas encore de  label "terres rares" spécifique, mais des brevets. Ainsi, certains acteurs ont déposé de nombreux brevets, notamment pour des procédés de récupération et de séparation des terres rares contenus dans les lampes basse consommation, les batteries rechargeables ou ILH, les aimants et les pots catalytiques des véhicules…

De son côté, la Chine dépose des brevets, qui, en général ne concerne que le territoire chinois. Le but recherché est de protéger des innovations mineures afin de permettre de conférer un caractère brevetable aux seules innovations nouvelles et inventives.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrick Goudou

Patrick Goudou est le président de l'association Catspaw Group, dont l'objet est de promouvoir l'ensemble des secteurs du transport au niveau européen.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€