Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 02 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

50 ans d'amitié franco-allemande : mais où en est Merkhollande dans l’Histoire du couple franco-allemand ?

Angela Merkel et François Hollande se rencontrent ce samedi dans le cadre des 50 ans du Traité de l'Elysée qui scelle l’amitié franco-allemande. Pointé du doigt pour ses divisions en plein crise économique, quelles traces ce nouveau couple forgé depuis l'arrivée du Président français va-t-il laisser dans l'Histoire européenne ?

Thérapie de couple

Publié le

Atlantico : Angela Merkel et François Hollande se rencontrent ce samedi dans le cadre des 50 ans du Traité de l'Elysée, qui scelle l’amitié franco-allemande. Un accord signé par Konrad Adenauer et Charles de Gaulle. Qu'est ce qui caractérise le couple franco-allemand depuis l'arrivée de François Hollande ?

Alfred Grosser : Le couple fondateur a été Konrad Adenauer/Robert Schuman, le 9 mai 1950, et non Adenauer/de Gaulle, celui-ci s’étant rallié à ce qu’il avait combattu. Le seul couple dans lequel les deux parties croyaient en l’Europe et agissaient pour elle a été celui formé par Helmut Kohl et François Mitterrand, avec l’aide de Jacques Delors, le dernier président de la Commission exerçant une véritable autorité.

Nicolas Sarkozy agaçait la chancelière par son égocentrisme. Avec François Hollande, les choses se passent posément, les deux étant conscients de la nécessité de présenter un front commun, au coeur d’une situation toujours terriblement difficile. 

Quelle place pourront prendre Merkel et Hollande dans l'Histoire, par rapport aux précédents couples franco-allemands ?

Il y a toujours eu des arrière-pensées dans l’amitié affichée. Adenauer, en 1950, voulait l’Europe, mais aussi la Gleichberechtigung, l’égalité des droits pour la jeune République fédérale, ce qui lui a été donné par la structure supranationale de la Communauté du charbon et de l'acier. De Gaulle était impressionné par Adenauer, mais son but réel était de détourner l’Allemagne des Etats-Unis, ce en quoi il a échoué.

Chirac et Schroeder, à la terrible conférence de Nice, voulaient prendre avantage l’un sur l’autre. Angela Merkel veut que la France se plie aux règles européennes, François Hollande veut pouvoir dire que, grâce à lui, la chancelière se soucie de l’investissement et de l’action sociale.

Que nous dit l'état des relations franco-allemande sur le futur de l'Europe ? 

L’ouverture aux autres pays a toujours été un souci plus allemand que français. Aujourd’hui, les deux sont convaincus qu’il faut rester le moteur de l’Europe par des propositions franco-allemandes, mais qu’il faut sans cesse tenir compte des autres, à Rome, à Lisbonne, à Madrid et aussi à Varsovie et à Prague. La difficulté, c’est qu'aucun des deux partenaires n’est sincère.

Vouloir plus de pouvoirs pour l’Europe (qu’est-ce qu’une monnaie commune sans un minimum de budget commun, de fiscalité commune ?), ce serait, côté français, dire clairement à quelle part nouvelle de souveraineté on renonce (une bonne partie des socialistes et de l’opposition sont contre). Du côté allemand, ce serait ne pas renâcler dès qu’un nouveau pouvoir est annoncé, par exemple le contrôle des banques, confié à la Banque centrale européenne.

Entre l'Allemagne qui a adoptée des réformes à l'aube de l'ère Schroëder ou l'Italie et l'Espagne qui adoptent des réformes drastiques, la France est-elle isolée en Europe ?

On évoque sans cesse en France les réformes Schröder sans souligner les blocages salariaux qu’elles ont entraîné. Elles ont cependant permis le spectaculaire développement des exportations allemandes.

En France, la difficulté à progresser vient moins d'un débat sur la retraite à 60 ans pour tous, ou plutôt du droit de certains de partir en retraite à cet âge, que d’un énorme déclin industriel aux causes multiples :

  • le capitalisme financier succédant au capitalisme d’investissement, l’absence d’entreprises « moyennes » créatrices qui font la force de l’Allemagne,
  • la faiblesse de la recherche, notamment dans les grandes entreprises, d’où une absence d'innovations (on comparera Volkswagen et Peugeot ou Renault ),
  • l'absence de dialogue partenarial entre syndicats (refus d’être cogestionnaire) et patronat (refus de laisser participer les représentants des salariés non seulement à la gestion bien que cette participation soit inscrite dans la constitution) , mais aussi à l’information sur l’entreprise

 

Une difficulté centrale est l’impossibilité, du moins apparente, de s’en prendre à la fonction publique territoriale , démesurément enflée sur la base d’un clientélisme ravageur.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 22/09/2012 - 10:31 - Signaler un abus La chancelière MERKEL et le Président SARKOZY resteront

    dans l'histoire comme les refondeurs d'une Europe apte à faire face aux évolutions des civilisations et aus grands pays (Chine, Inde, USA, Russie, Bresil, etc...) qui sont apparus ou vont apparaître Au mieux FH disparaîtra de l'histoire, méprisé et honni pour avoir favoriser un clan de technocrates d'Etat déjà trop nantis contre l'intérêt général du pays, des pauvres et des travailleurs. Il entrainera avec lui tout ses intellectuels de salon de thé qui ont voulu ignorer la réalité Au pire il sera haî pour avoir imposé une politique ne correpondant ni aux votes ni aux besoins des Français et il rejoindra la ribambelle des tyrans communistes voir fascistes

  • Par CN13 - 22/09/2012 - 12:15 - Signaler un abus Bravo ZOEDUBATO !

    Je suis à me demander si ces "vieux cons" ont perdu tous sens des réalités en nous endormant sur leur conviction personnelle !

  • Par cloberval - 24/09/2012 - 00:28 - Signaler un abus Désolé mais le traité est daté et signé

    avant cela il n'existait pas. Pour moi il est loin de toute mesquinerie de lecture politicienne et c'est l'acte fondateur de l'Europe politique. Le but de de Gaulle est connu et complexe et il ne se résume certainement pas à dételer l'Allemagne des USA ce qui d'ailleurs à fini par se produire. A mon avis le but premier (et peut être pas principal même si c'était la base pour la suite)) était de mettre fin aux guerres franco-allemandes. En visitant le mémorial de Colombey on voit immédiatement que selon les exégètes de la pensée gaullienne c'était le sommet de la politique du Général.A lire le traité (fort court d'ailleurs) on est étonné car il semble ouvrir la voie à une co-gestion quasiment fusionnelle de 2 nations opposées jusque là.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alfred Grosser

Alfred Grosser est un historien, sociologue et politologue franco-allemand.

Il est diplômé d'une agrégation d'allemand. Il a été professeur à l'Institut d'Etudes Politiques à Paris et il y devient professeur émérite. De 1956 à 1992 il occupe le poste de de directeur de recherches à la Fondation nationale des sciences politiques.

Il a été chroniqueur politique au Monde  à la Croix et à Ouest-Francede 1965 à 1994. 

Il est l'auteur de Die Freude und der Tod. Eine Lebensbilanz (Rowohlt, 2011)

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€