Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Toutes ces raisons qui expliquent pourquoi une partie de la jeunesse éprouve un sentiment d’impunité total à commettre des actes délictueux

Deux jeunes se sont filmés pendant qu'ils volaient un camion de pompier dans le Jura et ont diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Comment expliquer l'évolution et ce type de comportements ? Qu'avons-nous raté dans l'éducation de ces jeunes pour en arriver là ?

Les Quatre Cents Coups

Publié le
Toutes ces raisons qui expliquent pourquoi une partie de la jeunesse éprouve un sentiment d’impunité total à commettre des actes délictueux

 Crédit DAMIEN MEYER / AFP

Deux jeunes se sont filmés pendant qu'ils volaient un camion de pompier dans le Jura et ont diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Loin de regretter son geste, un des deux individus a publié une deuxième vidéo dans laquelle il invite ceux qui se sont offusqués de la séquence à "aller se faire foutre". Le dernier fait-divers d'une longue liste emprunte de dédain. Comment expliquer ces comportements et selon vous, qu'avons-nous raté dans l'éducation de ces jeunes pour en arriver là ?

 
La difficulté est de savoir dans quelle case on doit ranger ce type de comportements. Si on est optimiste, on peut se dire que, après tout, c’est le genre de comportement idiot que l’on peut rencontrer chez des jeunes. Ce n’est pas forcément le signe d’un échec dans l’éducation car il arrive également que des jeunes de « bonnes familles », sur un coup de tête, se lancent dans des actes absurdes pour des raisons variées : plaire à sa copine, tester les limites, défier ses parents, goûter au plaisir des interdits, etc.
Dans ce cas, une bonne leçon de morale et quelques menaces de sanction suffisent généralement à remettre les choses à leur place.
 
Le problème est que les jeunes en question n’ont pas l’air de répondre à ce type de situation. On ne sent pas chez eux une capacité de culpabiliser, de prendre conscience de leur faute, de réaliser que les conséquences auraient pu être dramatiques. Leur attitude pendant et après est inquiétante parce qu’elle laisse transparaître une forme de nihilisme, un manque total de sens des responsabilités, voire un certain mépris pour autrui et pour les règles minimales de la vie en société. Si ce genre de cas était isolé, cela ne susciterait pas trop d’inquiétudes. Mais on voit bien que ce profil n’est pas rare. Il existe aujourd’hui des jeunes qui n’ont aucune limite, aucune crainte, sur qui les autorités n’ont aucune prise, et qui sont prêts à saisir la moindre occasion pour créer des torts ou des nuisances. 
 
Malgré tout, on peut quand même trouver deux raisons de rester optimistes. La première est que, quand on regarde leur vidéo, on voit qu’ils avaient manifestement conscience de franchir un interdit. La seconde est qu’ils auraient pu faire pire : ils auraient pu détruire le véhicule ou s’en servir pour commettre d’autres forfaits. Le fait qu’ils ne soient pas allés trop loin laisse une petite lueur d’espoir.

 

Est-ce que le phénomène ne serait pas renforcé depuis l'apparition des réseaux sociaux et la possibilité de faire le "buzz" ? 

 
Il est évident qu’aujourd’hui, on a changé d’échelle. Ce qu’ont fait ces deux jeunes nécessite d’avoir un public. Or, avec Internet, l’audience est considérablement augmentée. Cela dit, la technologie ne fait pas tout : elle ne peut qu’amplifier ou faciliter. Les comportements de ce type existeraient même s’il n’y avait pas Internet et les réseaux sociaux. 
Et puis, l’avantage d’une large diffusion, c’est aussi que le risque de se faire prendre augmente. Fort heureusement, ces jeunes ne brillent pas par leur intelligence : entre la prudence et la gloire, ils optent souvent pour la seconde, au risque de se faire repérer, comme ce jeune qui avait pour passe-temps de jeter son chat en l’air (https://www.lemonde.fr/societe/article/2014/01/31/marseille-l-homme-filme-en-train-de-lancer-un-chat-contre-un-mur-en-garde-a-vue_4358159_3224.html) ou celui qui s’amusait à trainer son chien derrière son scooter (http://www.lepoint.fr/faits-divers/chien-traine-par-un-scooter-le-tortionnaire-en-detention-provisoire-11-02-2018-2193997_2627.php).
 
Tous ces individus ont été pris au piège de leur propre mégalomanie : ils savaient pouvoir trouver un public réceptif à leurs actes, mais ils ont vu trop grand et ont été dénoncés. C’est d’ailleurs la morale de ces histoires : il revient à chacun de ne pas hésiter à dénoncer ce qui pose problème car tout dépend du degré de permissivité qui est accordé à certains actes. En même temps, ce qui complique la tâche, c’est que les publics peuvent être très segmentés, avec des systèmes de valeurs parfois radicalement différents, voire opposés. Il est ainsi possible que la vidéo dans laquelle le jeune assume le vol du camion de pompier soit d’abord destinée à faire le mariole devant ses proches, même si le jeune a conscience d’avoir commis une faute. Il est parfois plus important de sauver la face auprès de son groupe de référence que de respecter la loi ou de faire acte de repentir. 
 

Que peut-on faire pour essayer d'inverser la tendance selon vous ? 

 
Il n’y a malheureusement pas de réponse à cette question parce que, pour l’heure, il n’y a pas de consensus sur la nature des problèmes qui se posent à nous, et sur leurs causes. De ce fait, les solutions sont forcément clivantes : chacun pense avoir la bonne réponse et rejette celle de son voisin. Quand on voit qu’on est toujours dans l’incapacité de dresser un diagnostic consensuel sur les causes du terrorisme islamique, on comprend qu’il sera encore plus difficile d’en faire autant avec des enjeux moins dramatiques tels que les incivilités et la criminalité de basse intensité. Il faudra pourtant s’y mettre car les problèmes sont devant nous. Il existe aujourd’hui des dysfonctionnements préoccupants dans les mécanismes de socialisation et d’intégration culturelle, ce qui se traduit par des comportements variés, plus ou moins graves, dont la remise en cause des institutions (et pas seulement de la police) n’est que l’un des symptômes. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bobby Watson - 09/07/2018 - 08:35 - Signaler un abus Un article pour rien

    Comme souvent ces jours-ci, Atlantico donne la parole à des chroniqueurs improvisés qui enfoncent des portes ouvertes. Point n'est besoin d'être grand clerc pour dénoncer l'extrême individualisme que porte notre société, et le relativisme moral qui règne : même le président du comité d'Ethique a avoué ne pas faire la différence entre le Bien et le Mal , c'est dire...

  • Par Nap4 - 09/07/2018 - 09:17 - Signaler un abus Ce qui manque

    Ce qui manque à l'éducation de notre jeunesse pour qu'elle accepte d'être responsable, c'est un ciment. Ciment national, ciment identitaire. Qu'il soit européen, français ou breton, peu importe, il faut un ciment. Or ce qu'on observe aujourd'hui, c'est un délitement de ce qui nous lie les uns aux autres. Certains se raccrochent à leur communauté mais d'autres sont perdus. C'est de ceux là que traite cet article. La réponse à ce problème devrait exister dans nos familles et à dans nos écoles. Mais à force de déconstruction et de soixante-huitarisme, on en est là.

  • Par aristide41 - 09/07/2018 - 09:53 - Signaler un abus Des roustes et de claques

    et de l'amour aussi peut-être. Voilà ce qu'il manque.

  • Par aristide41 - 09/07/2018 - 09:53 - Signaler un abus Des roustes et de claques

    et de l'amour aussi peut-être. Voilà ce qu'il manque.

  • Par Raymond75 - 09/07/2018 - 11:00 - Signaler un abus Droits ET devoirs

    Il n'y a pas de droits sans devoirs, et pas de devoirs sans sanction en cas de manquement. C'est simple, mais cela a été oublié ...

  • Par venise - 09/07/2018 - 11:05 - Signaler un abus petite délinquance

    c'est ce qui va embastiller pour de courtes peines des el perdidos, là le service de soins les prendra en charge, le dentiste surtout, leur clan viendra au parloir constater leur fonction de symptôme de cette fracture qui commence au sein de la famille, ils mettent le doigt dans un engrenage et ils feront le yoyo des récidives, petits joueurs suicidaires d'une vie qui ne sera aps vécue, entre poubelles en flammes dévastations diverses le cri de guerre: rien à perdre quelques uns à 30 ans se réveilleront, il faut leur dire: rien à foutre vous etes grands et responsables

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 09/07/2018 - 11:40 - Signaler un abus L’éducation

    Responsabiliser parents et sachants au lieu de les laisser ronronner dans leur « surtout pas de vague : on prends le pognon! » En 2017 : plus de 2000 gendarmes blessés par agression : C ´est la guerre pas les bisounours!

  • Par MIMINE 95 - 09/07/2018 - 11:55 - Signaler un abus ET VLAN

    l'excusisme en premier argument de ce papier. Voilà les actes "deux jeunes !!! " lavés plus blanc par l'argument massue : "Les jeunes de « bonnes familles », sur un coup de tête, se lancent dans des actes absurdes pour des raisons variées"...Ben voyons et d'ailleurs, eux aussi les jeunes "de bonne famille"!! mettent le feu aux voitures des voisins "imméritants", insultent et caillassent les pompiers et autres intervenants d'urgence, les agressent , les empêchent à l'occasion d'entrer dans les immeubles où ils doivent porter secours etc etc . "Il existe aujourd’hui des dysfonctionnements préoccupants dans les mécanismes de socialisation et d’intégration culturelle" C'est bien d'en faire sans arrêt le constat ce sera... ce n'est pas en les traitant comme des enfants gâtés pourris, e

  • Par MIMINE 95 - 09/07/2018 - 12:01 - Signaler un abus SUITE

    C'est bien d'en faire le constat, ce serait mieux de sans cesse leur chercher des excuses, en "stigmatisant les autres", autres, qui en règle général ont appris à respecter le lois et les personnes et notamment ceux dont le métier est de porter secours, qu'on arrangera les choses pour ces gamins gâtés pourris par la république.

  • Par zen-gzr-28 - 09/07/2018 - 13:38 - Signaler un abus Les raisons ?

    les IMPUNITES diverses et variées.( Ex: le nombre de voitures brulées au Nouvel An. On déplore et on se félicite du nombre inférieur à l'année précédente). Cela existe dans d'autres pays ? Autre raison inadmissible : celle de l' EXCUSE. Sans compter le manque d'éducation, d'autorité, d'idéal, de responsabilité, de respect des personnes et des biens. La faute à qui ???

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 13:38 - Signaler un abus La Guerre contre les Pauvres

    Durant le 20ème siècle, le monde a été endeuillé par trois idéologies totalitaires. Elles présentaient un point commun : nous proposer un groupe humain comme ''responsables de tous les malheurs'', comme ''boucs émissaires''. En 1917, Lénine a instauré le Communisme et enfermé des millions de ''hooligans'' et des ''Asociaux'' dans le Goulag. En 1933, Adolf Hitler a pris le pouvoir, et vous connaissez la suite. En 1981, le Führer Ronald Reagan est devenu président des USA et y a imposé une idéologie crapuleuse : le Libéralisme. Les boucs émissaires : les ''Pauvres'' ! Ce pays abrite désormais 23% de la population carcérale mondiale, avec le taux par habitant le plus élevé au monde. === https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_population_carc%C3%A9rale

  • Par Anouman - 09/07/2018 - 13:40 - Signaler un abus Bof

    Déjà ils savent qu'on ne leur dira pas grand chose avant la dixième fois et de plus ils semblent être plus idiots qu'avant. Il faudrait faire une étude mais on pourrait supposer que les idiots se reproduisent plus que les autres et que le facteur héréditaire entre en jeu.

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 13:41 - Signaler un abus Avenir

    Comme vous le savez, les deux premières de ces tyrannies ont définitivement disparu. Mais beaucoup d'entre vous hésitent encore à admettre une excellente nouvelle : le Libéralisme est en train de s'effondrer sous nos yeux ! Ce qui sera essentiel, c'est que le système qui le remplace, le Populisme, propose à l'ensemble de la population, et surtout aux jeunes, un espoir d'avenir optimiste et enthousiasmant ! Il y aura toujours des adolescents en crise et des individus déviants, mais un projet commun peut en limiter le nombre. Bien sûr, aucun système n'est éternel, et finit par connaître des dérives, mais, souvenez-vous de la constatation fondamentale de Karl Marx : ''L'Histoire, ne repasse jamais les plats, sauf sous forme de farce'' !

  • Par excalibur2016 - 09/07/2018 - 13:48 - Signaler un abus Raymond 75

    a tout dit !!

  • Par Liberte5 - 09/07/2018 - 23:23 - Signaler un abus L'immigration massive a importé ses moeurs

    La classe politique Française a été incapable par lâcheté,d’obliger ces populations à se soumettre à notre mode de vie, à notre éducation, à nos traditions en un mot à notre culture. Au contraire pendant longtemps la démagogie à prôné le droit à la différence . Nous y sommes, cette folie a produit ce monstre avec qui nous devons vivre ensemble. Le choc de civilisation est là et cela va faire mal. Ceux qui dormaient béatement vont se réveiller, car les choses sérieuses ne font que commencer.

  • Par Alix007 - 10/07/2018 - 10:37 - Signaler un abus Pourquoi une partie de la jeunesse ?

    Peut-être parce qu'une partie de la vieillesse fait de même ? Leurs parents par exemple. L'exemple vient d'en haut.

  • Par crobard007 - 11/07/2018 - 11:34 - Signaler un abus Après 3 délits

    Un mineur devrait être jugé comme un adulte.

  • Par Mario - 11/07/2018 - 13:05 - Signaler un abus avant quand des gamins

    avant quand des gamins faisaient des conneries, les adultes étaient présents. Pas les parents , mais des adultes qui prenaient leur responsabilité et qui par la menace ou la force, étaient capables de canaliser les jeunes avant que ça s'envenime. pas besoin de force de l'ordre. Aujourd'hui, il n'est plus possible d'intervenir car les problèmes seront pour les intervenants. Alors, on appelle la police qui n'y peut rien et c'est l'impunité pour les délinquants. Comme ces derniers le savent , ils finissent par faire peur , puis c'est l'escalade.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€