Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tous ce que vous devez savoir sur votre métabolisme pour enfin comprendre comment contrôler votre poids

Lorsque nous évoquons le métabolisme, notamment dans le cadre d'une tentative de perte de poids, beaucoup de vérités sur ce processus biologique essentiel restent obscures. Il n'est pas rare de retrouver quelques slogans tels que : «Boostez votre métabolisme» ou «Essayez ce régime à haut métabolisme pour perdre du poids».

Santé

Publié le
Tous ce que vous devez savoir sur votre métabolisme pour enfin comprendre comment contrôler votre poids

 Crédit Reuters

Atlantico : Dans un premier temps, pouvez-vous nous rappeler concrètement ce qu'est le métabolisme ? 

Jean-Daniel Lalau : Le métabolisme, c’est l’ensemble du processus de transformation (metabolè, en grec ancien, a le sens de « changement ») des aliments : des aliments aux nutriments (glucides, lipides, etc.) ; des nutriments à production d’énergie ; et enfin de l’énergie produite à son devenir, pour une utilisation (pour le fonctionnement de l’organisme, dont pour l’effort musculaire), un stockage (dans le tissu adipeux surtout), ou encore une dissipation (production de chaleur).

Parmi les idées reçues, l'énergie brûlée par notre métabolisme. On pense souvent que l'activité physique permet une grande dépense énergétique. Qu'en est-il réellement ? À quel moment notre métabolisme dépense-t-il le plus d'énergie ? 

C’est plutôt les aliments que l’on « brûle », précisément pour produire de l’énergie, pour délivrer en définitive des…  calories (de « calor » : chaleur). Simplement, il s’agit d’un processus de combustion sans flamme : l’oxydation. Il est vrai que l’activité physique accroit les dépenses énergétiques : on respire plus, le débit sanguin s’accroît, ce qui accroît en conséquence le processus d’oxydation que je viens d’évoquer. A ce sujet, il faut distinguer le métabolisme de repos, à savoir les dépenses liées au fonctionnement des organes (c’est fou, par exemple, ce que le cerveau peut « brûler » de glucose !), les transferts de substances à travers s les cellules, le maintien de la température corporelle, etc.), le tout pour une bonne moitié des dépenses totales ; les dépenses liées à l’alimentation (coût énergétique de l’absorption et du stockage), représentant environ 10 % des dépenses totales ; et enfin les dépenses effectivement liées à l’activité physique (on peut aussi parler de « postes de dépenses » – comme à Bercy). Ces dernières représentent un bon tiers des dépenses totales, à ceci près que ce sont les seules que nous puissions faire varier. D’où l’intérêt pour le contrôle du poids !

On évoque beaucoup "l'accélération de notre métabolisme" et la perte de poids en faisant plus d'exercice pour construire du muscle, manger des aliments différents ou prendre des suppléments. Mais pouvons-nous vraiment contrôler notre métabolisme ? Fonctionne-t-il de la même manière pour tout le monde ? 

Au sens strict, on ne peut pas « accélérer » le métabolisme ; ce qui peut changer, ce n’est pas la vitesse, c’est l’intensité. A court terme par l’intensité de l’effort physique, précisément, et aussi avec des substances, telles que la nicotine, les hormones thyroïdiennes, etc. (mais il ne faut pas utiliser ces hormones thyroïdiennes pour maigrir ; cela ferait « fondre » aussi le muscle !). A long terme, via l’accroissement de la masse musculaire, si l’on s’est adonné à une activité physique, voire sportive régulière. A propos de régularité, justement,  une particularité « métabolique » intéressante : l’activité physique augmente le pourcentage de fibres musculaires oxydatives, celles qui « brûlent » les nutriments sans possibilité de stockage. Mais on n’accroît pas ainsi ce capital pour toujours : retour à la case départ à l’arrêt de l’activité. C’est la raison précisément pour laquelle la promotion de la santé met l’accent sur l’activité régulière.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par papinet - 06/09/2018 - 23:03 - Signaler un abus Ah bon !

    C'est l'exemple type de. l'article creux, ultra limité et inutile dans lequel on n'apprend rien, qui n'apporte rien et me fait regretter mon abonnement et mon support à Atlantico.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Daniel Lalau

Jean-Daniel Lalau est médecin, professeur de nutrition au CHU d'Amiens, docteur en sciences et en philosophie.

Il est l'auteur des livres En finir avec les régimes (éditions François Bourin) et Hospitalité - Je crie ton nom (éditions Chronique sociale). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€