Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Juste", "voilà" : tous ces mots inutiles égrenés à longueur d'interviews par les sportifs français

Après la longue parenthèse des Jeux olympiques, la ligue 1 de football est de retour. Et avec elle sa litanie d'interviews sportives plus indigentes les unes que les autres.

C'est clair !

Publié le

Vous avez remarqué ces mots sans aucun sens répétés tout au long de leurs interviews par les sportifs : « c’est juste », « voila » ou encore « c’est juste voila ! ». Tous ces mots béquilles ou expressions dans l’air du temps qui ont envahi notre langage, sans que nous en ayons conscience, et pour qui  la plupart ne précisent en rien le message. A quoi servent-ils ? Ce sont des chevilles qui tiennent le discours, expliquent les sociologues. Sans eux, les sportifs (ou autres interviewés) qui parlent auraient l’impression que leur phrase est bancale. Cette prolifération, serait  issue du syndrome télévision et radio, où le silence est totalement banni : « il faut impérativement remplir l’espace avec de nombreux mots destinés à prolonger la phrase ».

Aujourd’hui nos sportifs sont encadrés, coachés, surveillés, ils reçoivent les conseils de spécialistes (soi disant) de la communication. Terminée l’époque où l’entretien avec un sportif se transformait en silences, en « heuuuuuuuuu » ou bien en phrases sans aucun sens, du style « j’essayerai de faire mieux la prochaine fois ». Rien de tout cela aujourd’hui, nos chers athlètes sont des « communicants » et vous l’entendez tous les jours.

Pourquoi dire « absolument » ou  « tout à fait » quand un bref « oui  » suffirait ? Ces formules sont reprises ensuite par tous, non seulement parce nous les entendons sans arrêt, mais aussi parce que s’approprier le tic de quelqu’un est une manière d’essayer de lui ressembler. Le tic sert à créer une complicité dans un groupe social donné, une génération particulière. Imagine-t-on un sexagénaire asséner « c’est juste génial » tous les deux mots ? Pas plus qu’un jeune sportif ne dirait « je suis fier de ma performance ».

Ces tics de langages, dont les origines restent mystérieuses, sont des mots « paresseux ». Ce ne sont pas des outils de communication. Ils servent à faire le bruit de la parole, sans contenir aucun sens, un peu comme la musique des supermarchés sert à endormir le client. Un moyen que les coachs en communication ont trouvé pour que le sportif (car c’est ici notre exemple) tente de rassurer celui qui écoute. Il essaye de lui dire « tu vois, je parle la même langue que tout le monde » ; la recherche de complicité et d’identification prime sur tout le reste. C’est ainsi que la répétition en boucle des « voila » et autres « c’est juste » composent des bruits proches des onomatopées du bébé que sa mère comprend à demi mot.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ACL - 13/08/2012 - 09:15 - Signaler un abus Et voilà alors

    Les "voilà" se répètent à raison de deux ou trois par phrase, chez les journalistes comme chez les consultants, remplaçant l'information ou le commentaire que l'on attend et nous donnant l'occasion d'y mettre ce que nous voulons. De l'inutilité du journaliste et ou du consultant !

  • Par texarkana - 13/08/2012 - 10:00 - Signaler un abus Le triomphe des bègues§

    maintenant çà va être un "plus" de bégayer...la chute civilisationnelle continue...

  • Par Ravidelacreche - 13/08/2012 - 10:07 - Signaler un abus longueur d'interviews

    - Il a raison d'aller au PSG ; il double son salaire par 4 - j'aimerais jouer pour un club italien comme Barcelone - Q : selon vous qui va gagner l'euro - R : je vois bien le Brésil - je dois beaucoup à mes parents, surtout à mon pére et à ma mère - Q: croyez-vous dans le "carpe Diem" - R : désolé, je ne parle pas anglais - je peux jouer du pied droit comme du gauche, je suis amphibie - ma soeur attend un enfant, je ne sais pas encore si je vais être tonton ou tata - on devait maitriser le match à 99%, ce sont les 3% restant qui nous ontété fatals - 90% du jeu est à moitié mental - ma carriére se dégradait avant que j'effectue un virage à 360 degrés pour repartir de l'avant dans la bonne direction - on peut résumer ce sport en deux mots : "on ne sait jamais" - les gars, vous vous mettez tous en ligne en suivant l'ordre alphabétique par taille - formez des duos de trois joueurs puis alignez vous en cercle - je ne suis pas superstitieux, je fais juste certaines choses parce que j'ai peur que quelque chose se passe si je le fais pas

  • Par benj117 - 13/08/2012 - 12:50 - Signaler un abus pour l'instant, ça va, on entend pas

    encore: Yo, zy-vas , nique sa reum, ouaiche ouaiche, ta-vu??

  • Par le Gône - 13/08/2012 - 16:50 - Signaler un abus C'est pas faux...en revanche!!

    ecoutez le niveau de connerie des questions d'un journaliste. (et je cite meme pas le pire d'entre eux Montfort) .ou encore essayer de comprendre dans les texte les delires d'un Psy ca aussi c'est vraiment du sport..Mais les spotifs eux atteignent avec dicretion est simplicité des sommets dans leur dicipline..alors que l'auteur atteint les sommets de la médiocrité verbeuse.

  • Par Grwfsywash - 13/08/2012 - 19:15 - Signaler un abus Plethore de nuls

    Les commentaires qui ont accompagné les JO montrent surtout le nombre toujours croissant de "spécialistes" et "consultants", sans doute par compensation pour des "journaleux" plus bavards et ignares que jamais. J'aimerais qu'un jour une analyse de coût soit faite au sein des chaînes de télévision publiques. Cela devrait faire ressortir la gabegie, l'incurie, les passages de main dans le dos et autres corruptions dont le contribuable français est la victime.

  • Par Loupdessteppes - 14/08/2012 - 12:55 - Signaler un abus Q.I dans les chaussettes

    That's all folks !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrick Crasnier

Patrick Crasnier est aujourd’hui journaliste et photographe de presse indépendant.

Il est psychologue et psychanalyste de formation.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€