Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Toujours plus nombreux au bureau : comment repérer les psychopathes, les machiavéliques ou les narcissiques ?

Selon le psychologue Oliver James, les personnalités pathologiques sont récompensées dans le milieu du travail, toujours plus concurrentiel et inhumain, ce qui les pousse au sommet de la hiérarchie.

L'homme est un loup pour l'homme

Publié le
Toujours plus nombreux au bureau : comment repérer les psychopathes, les machiavéliques ou les narcissiques ?

Une véritable jungle ou règne parfois la loi du plus fort… et du plus méchant.  Crédit Reuters

En ces temps de crise économique généralisée, la concurrence est de plus en plus rude sur le marché du travail, et les méthodes de management parfois très cruelles. Une véritable jungle ou règne parfois la loi du plus fort… et du plus méchant. La politique du bureau est dominée par des personnalités pathologiques, voilà ce que nous révèle le psychologue médiatique Oliver James dans son livre "La politique du bureau".

Le spécialiste a identifié trois types de personnalités pathologiques dans l'environnement de travail. Les premiers sont souvent des patrons, et bataillent en tout cas pour la domination, sans scrupules et sans difficultés à piétiner leurs adversaires.

Le deuxième profil est celui du calculateur, sans cesse en train de comploter. Enfin, le troisième est un égocentrique obsédé par sa propre grandeur.

Mais le pire n'est pas là. Oliver James croit aussi à l'existence d'un autre type de personnalité, "triadique", qui réunit ces trois profils, les tendances psychopathiques, la ruse machiavélique et l’égoïsme narcissique, le tout formant la "sombre triade". Ces travailleurs rassemblent un mélange explosif d'égocentrisme, d'amour-propre démesuré, de déviance, et de manque d'empathie. Comble de l'horreur : ce sont ces caractéristiques précises qui les aideraient à atteindre le sommet de la hiérarchie. Le monde moderne récompensant leurs aptitude à se mettre en avant aussi longtemps qu'ils parviennent à garder leurs tendances odieuses sous contrôle.

Le film Wall Street fournit une parfaite incarnation de ce profil à travers le personnage de Gordin Gecko, le trader mégalomane interprété par Michael Douglas, dont le célèbre mantra est "vive la cupidité" (greed is good). Le mafieux Tony Soprano et le boss déjanté de la série The Office, David Brent, s'y apparentent. Du coté des personnages historiques réels, le dictateur russe Josef Stalin fait partie de la même catégorie.

Des études suggèrent que ce genre de personnalités "triadiques" se répandent de plus en plus dans le milieu du travail depuis 30 ans, et ce à cause de l’absence de critère objectif pour déterminer l’échec et la réussite sur le lieu de travail.

Dans son livre, La Politique du Bureau, James met en garde contre les dommages causés par ces personnalités à leur entourage. Les personnes ne souffrant pas de ces troubles peuvent se retrouver en situation de grande détresse dans le milieu professionnel, et souffrir de dommages psychologiques si elles n’apprennent pas les bons réflexes pour s’en sortir face à de telles personnalités toxiques.

Plus de 8 millions de personnes travaillent dans des bureaux, et selon le spécialiste, les employés d’école, d’hôpitaux et de studios de télévision pourraient aussi être affectés.

Oliver James a ainsi expliqué au Sunday Telegraph : “la sombre triade est probablement réunie chez cette personne au travail qui vous cause tant de soucis." "Que vous travailliez dans une petite ou  une grande entreprise ou dans le secteur public, le système dans lequel vous êtes récompense la manipulation égoïste et impitoyable." "La probabilité que votre travail quotidien soit gâché par une personne aux tendances psychopathiques, machiavéliques et narcissiques est élevée. Si vous ne développez pas les compétences pour les gérer, ils vous mangeront au petit déjeuner"assure-t-il, alarmiste.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Glop Glop - 08/02/2013 - 08:13 - Signaler un abus Est-ce une si grande révélation?

    "La télévision est bourrée de personnes dénuées de talent qui sont parvenus à s’associer à des programmes à succès et à se dissocier des échecs"." - Constat que la plus grande majorité d'auditeurs ne peut que constater... Le pire est que ces anilateurs parviennent à entrer dans des vies sans même connaître lesquelles tant la dépendance télévisuelle est devenue irrréversible pour nombre de ces auditeurs. On peut en vérité se poser la question de savoir véritablement lequel des deux, l'auditeur ou l'animateur est le plus nocif pour lui-même et pour l'autre.

  • Par amusée - 08/02/2013 - 08:48 - Signaler un abus Et oui !

    La prédation rampante de quelques-uns détruit l'humain à tous les niveaux. Une infection virale qui fait des ravages et qu'il serait temps de traiter par tous les moyens.

  • Par gabbrielle - 08/02/2013 - 08:58 - Signaler un abus Animateur ou anihilateur?

    Glop, votre coquille (anilateur au lieu de animateur) m'a fait sourire tant le nihilisme, l'abêtissement et le nivellement par le bas ont envahi télés et médias. . Mais le milieu du travail et des médias en particulier est-il le seul lieu de prospérité des psychopathes machiavéliques et narcissiques? Le milieu politique n'est pas mal non plus.

  • Par Loupdessteppes - 08/02/2013 - 09:46 - Signaler un abus Facile : ils le sont tous !

    Facile : ils le sont tous ! Psychologue en tête...

  • Par roudoudou - 08/02/2013 - 11:18 - Signaler un abus Le plus bel exemple ...

    ....notre président normal, qui fut le plus calamiteux des 1ers secrétaires du PS (dixit les militants), et qui est bien parti pour être un président calamiteux. Mais il a su, comme Chirac, ne rien faire, utiliser le système, tuer ses adversaires, séduire son public tant si bien qu'il y est arrivé. Mais les peuples n'ont-ils pas les dirigeants qu'ils méritent ?

  • Par Paul Tikitak - 08/02/2013 - 15:08 - Signaler un abus Inévitable...

    Si je puis me permettre, les charmantes personnalités que décrit cet article sont de plus en plus nombreuses, non seulement au bureau, mais dans les transports en commun, à l'Assemblée nationale et un peu partout, finalement. La lecture de La Fontaine ou de La Rochefoucauld et dans une mesure plus édulcorée de Molière nous montre qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Rien en ce qui concerne la nature, en tout cas. Ce qu'il y a de nouveau, mais on l'a constaté dans tous les régimes totalitaires du XXème siècle, c'est l'inversion totale des valeurs - à bas l'ordre moral - et le triomphe du droit dit positif (en réalité, du positivisime cher à ce cinglé d'Auguste Comte). En outre, en France, l'inversion des valeurs donne lieu à une surenchère de la part de la soi-disante droite qui veut absolument montrer à la gauche-étalon qu'elle est aussi à gauche qu'elle, ce qui va nous mener très loin. Dans la galaxie Hollande comme dans la Delanoësphère, il n'est pas difficile de se rendre compte que la machine à rendre cinglé fonctionne à plein tube. Alors, suivant les règles de la relation de cause à effet, dans la mesure où en France on oint les vilains, ceux-ci se multiplient.

  • Par jlbaty - 09/02/2013 - 08:37 - Signaler un abus solution travailler a son

    solution travailler a son compte ,pas de compte a rendre a qui que se soit ,personne sur le dos ,personne a surveiller ,un vrai bonheur

  • Par arbat - 09/02/2013 - 15:44 - Signaler un abus son étude a du être faite dans ma boite

    ce genre de salopards pullulent dans la boite pour laquelle je travaille .en lisant ce texte j ai immédiatement reconnu ce qui règne sur mon lieu de travail

  • Par pemmore - 10/02/2013 - 11:35 - Signaler un abus En usine aussi ces détraqués éxistent,

    aussi quel bonheur de travailler la nuit ou le week-end, et en tant que technicien le débile c'est soi-même. Les opérateurs une petite famille, et pas besoin d'écraser les autres, suffit de montrer qu'on tient la route. "On ne va tout de même pas se faire emmerder par un bout de ferraille!" Dommage quand même ces boîtes ou je suis passé gérées par ces débiles mentaux qu'on licencie en dernier et fermées depuis. Comme ce chef usant sa bile dans cette usine célèbre en faillite.

  • Par Duffy - 10/02/2013 - 17:20 - Signaler un abus Diable!

    Faut plus sortir la nuit alors!

  • Par librepensée - 11/02/2013 - 00:56 - Signaler un abus le malheur des manipulateurs

    Méfions nous toujours des personnes qui posent des tas de questions en nous faisant croire qu'elles s'intéressent à nous. En réalité il s'agit d'un stratagème pour mieux connaître sa proie et la manipuler. Ces personnes sont difficilement décelables au début mais finissent toujours par se trahir car elles n'ont généralement pas d'amis dans l'entreprise et font tout pour éluder les questions trop personnelles ou font de leur vie perso un mystère (tant leur vie est pathétique...) Ce qu'il faut savoir sur ces personnes malsaines, c'est qu'elles sont mal dans leur peau, tristes en amour, seules car détestées de tous... Voila une belle vengeance !

  • Par Montalte - 11/02/2013 - 10:33 - Signaler un abus Non, l'auteur n'est pas paranoïaque

    J'ai croisé ce profil bien des fois dans ma carrière et j'ai vu les ravages, les souffrance intolérables que ces gens produisent. Parfois jusqu'au suicide de leurs victimes. L'impunité la plus totale est sans doute dans la haute administration et les entreprises publiques car le système, où aucune performance économique n'est requise, ne fait qu'entretenir ce type de comportement. Sans jamais virer des gens qui sont en fait des délinquents. La reconnaissance du harcèlement moral est un premier tout petit pas mais rien n'est fait pour juguler ce fléau. La seule solution, en général pour la victime: se faire muter, si elle le peut, en espérant tomber sur des gens plus sains ailleurs.

  • Par mich2pains - 11/02/2013 - 16:36 - Signaler un abus Titre d'article paradoxal !

    Ca me parait pardoxal un tel titre : Avec une moyenne de 1000 nouveaux chômeurs de plus par jour , en France , où l'auteur a-t-il constaté qu'on serait " toujours plus nombreux au bureau " ? Amusant ....

  • Par Guzet31 - 11/02/2013 - 17:36 - Signaler un abus Le temps des caractériels...

    Dans une société où il n'existe plus aucun mode de régulation sociale ou morale pour canaliser les pulsions individuelles, les personnalités caractérielles, paranoïaques,"autistes" ont de beaux jours devant elles...

  • Par Vertigo - 11/02/2013 - 20:03 - Signaler un abus Par mich2pains - 11/02/2013 - 16:36

    Il n'y a rien de paradoxal lorsque l'on pratique dans le privé et que l'on comprend très bien ce à quoi fait référence cet article. Un indice pour vous aider: ce ne sont pas les managers que l'on vire dans le privé.

  • Par Vertigo - 11/02/2013 - 20:06 - Signaler un abus La fable du rameur et des barreurs. 1/2

    Une firme japonaise et une société française décident de faire une course d'aviron. Les deux équipes s'entraînent dur. Les japonais gagnent avec plus d' 1 kilomètre d'avance. Les Français sont très affectés. Leur management se réunit pour chercher la cause de l'échec. Une équipe d'audit constituée de seniors managers est désignée. Après enquête, ils concluent que l'équipe japonaise est constituée de huit rameurs pour un barreur, alors que l'équipe française a huit barreurs pour un rameur. A la lecture de l'audit, le management décide de louer les services de consultants. Après avoir perçu d'énormes honoraires, ils rendent leur avis : l'équipe française doit avoir plus de rameurs et moins de barreurs. La structure de l'équipe française est donc réorganisée. Mais, comme personne ne veut devenir rameur, il est décidé de créer quatre postes de barreurs superviseurs, trois de barreurs superintendants et un de barreur superintendant assistant manager. Les Français mettent aussi en oeuvre un système de stimulation pour encourager le seul rameur de l'équipe a travailler plus. Baptisé, "La qualité et le zéro défaut".

  • Par Vertigo - 11/02/2013 - 20:06 - Signaler un abus La fable du rameur et des barreurs. 2/2

    Il repose sur des réunions, des dîners et une prime sur objectif pour le rameur. La course a lieu, et cette fois, les japonais gagnent avec 2 kilomètres d'avance. Humiliée, la direction française licencie le rameur, stoppe la mise en chantier d'un nouvel aviron, vend le bateau et annule tout investissement. Puis elle récompense les barreurs managers de leurs efforts en leur donnant le prix de la Performance. Enfin, elle distribue l'argent économise par ces mesures de restriction a tous les directeurs seniors.

  • Par fabien775 - 12/02/2013 - 09:22 - Signaler un abus Goldman Sachs

    Il doit y en avoir un paquet dans cette banque.

  • Par sergeG - 12/02/2013 - 09:44 - Signaler un abus le management pervers

    La dramatique série de suicides à France Télécom qui fait l’actualité, n’est pas le fait d’une situation particulière dans une entreprise particulière. C’est l’aboutissement d’une orientation du management de l’après 1968. Nous sommes alors passé du management autoritaire au management pervers. En ces années de ma jeunesse, je travaillais dans une grande entreprise. Jusqu’en 68, tous les ans lors de ses vœux, l’autoritaire directeur ne manquait jamais de nous dire «  vous passez la majorité de votre temps de vie au travail, faites pour y être heureux ». Le directeur qui lui a succédé me disait quelques années après « Quand tu es au travail tu as le sourire, tu donnes l’impression d’être heureux ». Ainsi, il était devenu malvenu de prendre plaisir à travailler. J’ai dû quitter cette entreprise après avoir fait une sévère dépression. Cette nouvelle façon de gérer le personnel a plusieurs raisons. Il est probable que pour éviter le renouvellement des rapports de forces exprimés lors des nombreuses grèves de cette époque nos élites ont pensé que l’autoritarisme générait trop de conflits.

  • Par sergeG - 12/02/2013 - 09:47 - Signaler un abus management pervers suite

    Les recherches en sciences humaines ont alors été utilisées pour trouver une alternative à la virilité des relations qui permettait pourtant de vider les « abcès ». C’est ainsi que le personnel, devenu une ressource … humaine, a été d’autant plus harcelé que la hiérarchie, qui n’est plus issue du rang, a été formée dans les grandes écoles aux stratégies de déstabilisation afin de s’imposer à des personnes fragilisées psychologiquement. Cette stratégie a été exacerbée par les exigences d’un capitalisme devenu spéculatif et parasitaire associé au consumérisme qui exige que tout soit toujours plus performant et moins cher. Ainsi, dans la discrétion, sont nés de nouveaux esclaves soumis, non plus au fouet par des brutes, mais au terrorisme psychologique par des pervers cyniques et arrivistes. Anesthésiés, ils ne sont plus à même de se révolter contre leurs « maîtres » : ils se supplicient eux mêmes !

  • Par plazbovo - 12/02/2013 - 22:28 - Signaler un abus et alors quelles sont les solutions ?

    Intéressant, mais si l'auteur dénonce un problème, il n'apporte aucune solution.

  • Par King Flo - 13/02/2013 - 08:44 - Signaler un abus Ha

    Dans ce cas-ci Jean Robin correspond à la triade!

  • Par Krill - 14/02/2013 - 09:28 - Signaler un abus Tout ceci est plus qu'exact...

    j'

  • Par Krill - 14/02/2013 - 09:37 - Signaler un abus Tout ceci est plus qu'exact...

    J'ai eu la grande chance de travailler et de vivre avec. J'ai travaillé avec un triadique et vécu avec un pervers narcissique... C'est amusant ce que tout devient clair quand on en est sorti ! Mais, en terme de solutions, il en existe peu : ne pas entrer dans son jeu et le pousser à vous "avouer" la vérité, par l'observation et le fait de mettre la personne en face de ses contradictions. Et surtout, ne pas céder à cette horrible technique de la carotte et du bâton : ce "triadique" jouera votre corde sensible "nous sommes une famille, ici..." et à la première occasion, vous fera culpabiliser : "comment as-tu pu faire çà (sous-entendu, à ton père/boss") ?", ou "décidément, je ne peux pas compter sur toi", parce que vous ne voulez plus travailler jusqu'à 21h-21h30 le soir... Bref, à vous de ne pas vous laisser toucher par ces manipulations... Je sais, pas évident, surtout quand on vous rappelle que la porte n'est jamais fermée et que si vous voulez partir, il/elle ne retient personne. Mais soyons clairs, si vous le laissez faire, il prendra toute votre confiance en vous, et vous ne vous sentirez plus bon à rien qu'à suer sans et eau pour lui/elle... Bon courage à vous !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€