Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Todd, Zemmour, Onfray se trompent : ça n’est pas le pouvoir économique qui tue la démocratie. C’est le pouvoir politique qui se suicide.

Quand nos intellectuels à la mode reprennent le chemin des médias, c’est pour ressortir leur diatribe contre l’Europe, l’euro et les puissances d’argent. C’est redondant et de plus en plus faux...

Atlantico Business

Publié le

Quand ils dénoncent le pouvoir économique capable de cannibaliser la démocratie, nos chers philosophes se trompent de cibles. Les cibles qu’ils devraient dénoncer ce sont les fonds spéculatifs qui ont envahi la planète depuis dix ans. Ils ont provoqué la grande crise de 2008, ils ont mis les structures économiques à genoux. Ils sont sortis de la crise très vite et sont prêts à recommencer.

Le pouvoir politique dans les grandes démocraties n’a rien vu venir. Ils ont laissé faire. Du même coup, il se suicide et laisse la place à l’extrémisme. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 13/09/2017 - 07:34 - Signaler un abus Zemmour a fait sciences-po...

    Les intellectuels cités sortent des mêmes écoles que les politiciens, et ils en sortent convaincus que l'économie s'administre d'en haut. Et comme avant, ils ont été initiés à l'économie par des profs de ed-nat marxiste et syndiqués.... Au final, ils ont un vague bagage en macro-économie étatique, et c'est tout. Micro économie, politique monétaire, par ici la sortie. Pareil pour la gestion d'entreprise. Leurs propos sont guidés par leur ignorance.

  • Par Mario - 13/09/2017 - 08:52 - Signaler un abus c'est bien parce que le

    c'est bien parce que le politique ne fait pas son boulot qu'on arrive à ce que la finance et les actionnaires finissent par prendre le pouvoir. le raisonnement de Mr Sylvestre est bizarre. La Finance et les actionnaires se retrouvent bien dans les entreprises non? Ayant lu Zemmour et son suicide Français, je pense qu'il serait d'accord avec Mr Sylvestre. Quand un président dit qu'on a tout essayé contre le chômage (miterrand je crois), c'est bien un abandon de la politique.

  • Par Djib - 13/09/2017 - 09:01 - Signaler un abus Deux arguments pour tempérer l'optimisme (béat?) de l'auteur.

    1/ "les entreprises sont conscientes des problèmes sociaux et environnementaux". Soit, sauf que ces institutions n'échappent pas à l'idéologie, surtout lorsqu'elles ont le sentiment que cette idéologie est dominante et de plus correspond à leurs intérêts. C'est ainsi qu'aucune entreprise mondialisée ne remettra en cause l'explosion des flux migratoires, parce que la mise en concurrence des travailleurs immigrés avec les populations locales sert leurs intérêts et qu'il vaut mieux de plus se conformer à l'idéologie dominante pour ne pas susciter une réprobation qui pourrait avoir des conséquences négatives sur le chiffre d'affaires. Voir à cet égard la publicité Heineken: "le brassage est une richesse". 2/ Les clients et les actionnaires encourageraient les entreprises mondialisées à la bonne gouvernance. Sauf que très souvent les engagements pris par ces entreprises ne sont que des postures et que la loi d'airain du profit gagne toujours à la fin. Exemple: IKEA qui prend des postures écologiques mais qui déforeste la planète parce qu'il a promu sur toute la planète un modèle économique de meubles pas chers qu'on change à chaque déménagement.

  • Par Atlante13 - 13/09/2017 - 09:38 - Signaler un abus @Djib

    IKEA? avec leurs meubles en copeaux de sapin? Pas grave, on replante et ça pousse vite, c'est de l'énergie renouvelable. Par contre les beaux meubles en bois exotique venant des plus vieilles forêts de la planète, ça oui, c'est une catastrophe, car ça ne repousse pas.

  • Par Atlante13 - 13/09/2017 - 09:56 - Signaler un abus Nos intellectuels,

    formés par un enseignement national marxiste, ne savent même pas comment fonctionne une entreprise. A part leurs lectures des oeuvres marxistes. Qu'ils continuent donc à tourner en rond, avec pour seul objectif se prétendre très intelligents. Avec un peu plus de modestie, ces gens auraient pu constater que la condition humaine s'est améliorée avec le capitalisme, qu'on le veuille ou non et avec tous ces défauts et ses excès il a su évoluer, alors que tous les politiciens n'ont fait qu'assouvir des égos personnels et se faire élire en promettant qu'ils allaient "re-distribuer" l'argent des autres (pas le leur, ils se sont voté des lois pour), Le temps nous a montré que tous les politiciens se "vendaient" sans aucune vergogne. Enfin dernier élément, si le capitalisme était une catastrophe, alors expliquez-moi pourquoi l'URSS a sombré dans l'histoire, alors que les politiques décidaient et seraient tout? En France, comme d'habitude, on s'imagine meilleurs que le monde entier, et on a inventé le capitaisme de connivence, et naturellement plus rien ne marche.

  • Par kelenborn - 13/09/2017 - 10:00 - Signaler un abus indécrottable

    Il est indécrottable Sylvestre. Tel ce type dont j'ai oublié le nom et qui ratiocine sur le climat à l'ImMonde , il croit qu'il lui suffit de dire c'est faux pour que le silence se fasse dans les rangs! Voyons donc! A la lecturede Sylvestre, on se demande quel aveuglement a pu saisir Marx! le capitalisme est altruiste, soucieux du bien-être social, de faire reculer la pauvreté et tutti quanti! On n'aura pas la cruauté de lui rappeler certains de ses commentaires d'antan qu'il a du oublier. On ne viendra pas au secours d'Onfray, Zemmour et Todd à qui ce type d'analyse doit en toucher une sans faire bouger l'autre. Non: trois choses: 1. Les multinationales, comme toute entreprise capitaliste s'intéressent à leurs profits et seul un crétin ou un démago comme Mélenchon peut y voir le mal. Cela étant, si demain, l'organisation de croisades ou le développement de l'Eglise de scientologie pouvaient ramener des milliards, les dites entreprises embaucheraient le pape Urbain et se convertiraient à la scientologie! Pas certain que cela soit très profitable à l'humanité (voir suite)

  • Par kelenborn - 13/09/2017 - 10:08 - Signaler un abus suite

    2.S'agissant des fonds spéculatifs, d'où viennent-ils sinon de l'accroissement de la part des profits dans la valeur ajoutée ces trente dernières années, lesquels profits servent très peu à faire ses courses à Carrefour ou acheter une twingo! 3 Il n'est pas besoin d'être grand clair pour constater que la démocratie tend à aller rétrécissant quand l'espace s'agrandit! Robinson fait la loi sur son île, Adam doit composer avec Eve, les citoyens suisses ou athéniens pouvaient encore exercer la démocratie indirecte! Il suffit de voir ce qu'est l'ONU ou l'UE pour avoir un avant goût de ce que peut être le totalitarisme! J'ai travaillé pendant deux ans pour le compte de la Commission européenne , sur l'énergie, pendant deux ans! La commission voulait la peau du nucléaire et le logo de la DG Energie était...une éolienne!!! Une foultitude de multinationales ont fait son siège pour lui vendre du renouvelable! Aujourd'hui ce serait une catastrophe pour Unilever et tutti quanti si l'escroquerie climatique était dénoncée! Alors, pour la blanche colombe, ...Sylvestre, buvez moins!

  • Par cloette - 13/09/2017 - 10:42 - Signaler un abus Mais c'est pareil

    C'est bien le pouvoir économique qui tue la dèmocratie puisque les investissements se font pour le court terme, que la spéculation est le mot d'ordre et que si le pouvoir politique laisse faire c'est que le pouvoir financier a pris le pas sur le pouvoir politique . La seule solution c'est le retour de l'humain , ce que disent Onfray ou Zemmour

  • Par vangog - 13/09/2017 - 10:42 - Signaler un abus Le pouvoir politique traditionnel gaucho-centriste

    fait ménage à trois: avec le capitalisme de connivence mondialiste, d'une part, et avec le pouvoir écolo-médiatique, largement infiltré par les rechauffistes et autres écologistes sectaires soi-disant "sauveurs de planète". Ces ecolo-trotskistes qui maîtrisent l'entrisme mieux que n'importe quel politicien, et le lobbyisme bruxellois et Washingtonien mieux que n'importe quelle multinationale, accélèrent, en réalité, la destruction planétaire, par la promotion du consommable-jetable (très bien expliqué par Djib ci-dessus), et par la dilution immigrationniste qu'ils provoquent. le monde doit se réveiller rapidement de son hypnose par ces manipulateurs de consciences, avant qu'il ne se suicide d'une troisième guerre mondiale qui sera la finale...

  • Par Djib - 13/09/2017 - 11:55 - Signaler un abus @atlante

    C'est ce que je croyais aussi, jusqu'à la diffusion d'une émission de Cash investigation qui a montré qu'IKEA s'approvisionnait auprès de sous-traitants peu scrupuleux qui déforestent des forêts primaires dans les pays de l'est.

  • Par kelenborn - 13/09/2017 - 12:03 - Signaler un abus Deneziere

    Ben pardi t'as quoi toi ? Un CAP de milicien et un béret décoré de la francisque pour éviter que ne s'échappent tes neurones?

  • Par gerint - 13/09/2017 - 13:54 - Signaler un abus Todd et Zemmour et Onfray

    C'est du haut calibre intellectuel. Beaucoup de culture. En ce qui me concerne je suis plus proche de Zemmour qui me paraît le plus cohérent et qui est tellement gênant qu'on cherche à le réduire faute de pouvoir en faire un idiot utile.

  • Par DrPal - 13/09/2017 - 15:27 - Signaler un abus Sylvestre tape dans l'eau

    car ce ne sont pas en elles-mêmes les chères entreprises et entrepreneurs de Sylvestre que Zemmour ou Onfray mettent en cause, mais l'absence de toute politique pour défendre les états-nation, les citoyens, les cultures, l'équilibre des systèmes particuliers, contre la dilution totale dans la mondialisation. A lire m. Sylvestre, celle-ci ne serait qu'un chemin de roses pour tous. Il faut quand même avoir la foi du charbonnier!

  • Par ISABLEUE - 13/09/2017 - 15:38 - Signaler un abus Mais l'un n'empêche pas l'autre !!

    l'absence de politique est une chose, mais peut on forcer les banques à prêter de l'argent ???

  • Par hermet - 13/09/2017 - 17:51 - Signaler un abus Sylvestre arrête de faire de la politique, stp !

    Zemmour et Onfray sont d’accord sur un point incontestable : Le changement de peuple et la fin de notre civilisation, le reste n'est que détails, et ils ont raison.

  • Par ajm - 13/09/2017 - 18:01 - Signaler un abus Le retrait du politique, spécialité Française.

    Je ne crois pas que Zemmour explique fondamentalement le retrait du politique par un abaissement de ce dernier au profit de la finance. Son raisonnement est diffèrent : -d'abord ce retrait du politique n'est pas universel: il n'y a pas de retrait du politique en Chine, en Russie ou aux USA , ce qui n'est pas rien. Ce retrait est purement Européen et specialement très Français. Ce sont les élites politiques Françaises et leur environnement administrativo- médiatique qui ont renoncé à faire exister la France au profit de l'Europe, du multiculturalisme, de la repentance, de la démagogie anti élitiste etc.. -La finance fait son travail de finance, on ne peut pas lui reprocher, ce n'est pas sa faute si le "Souverain" , Français surtout, préfère jouer au roi fainéant, renonçant à ses prérogatives regaliennes , au courage d'affronter les conflits et de s'affirmer, pour se complaire dans l'unanimisme gnan-gnan et "gentil" et à l'oubli des gloires passées qui font encore trop d'ombres aux médiocres "contemporains'. D'ailleurs, on voit bien que dans les grands pays de la finance, USA et GB, le politique n'est pas mort. Le Brexit est un processus éminemment politique que la City redoute.

  • Par JG - 13/09/2017 - 18:20 - Signaler un abus Sylvestre...ne comprend rien à l'âme d'un peuple...

    " L'homme ne vivra pas de pain seulement mais de toute parole qui sort de la bouche du Seigneur" Matthieu 4:4 Votre problème Mr Sylvestre c'est de croire que l'économie dirige tout et que le politique n'est rien ou alors juste bon à nuire à l'économie, à la limite on pourrait vous croire Marxiste mais dans l'autre sens. Marx aussi n'accordait aucune importance à autre chose que l'économie. Macron est typiquement le prototype de ce type de pensée et c'est d'ailleurs pour cela que vous l'encensez.... L'immigration ? On s'en fout, cela fait plus de bras pour les usines dans les pays qui ne font plus d'enfants et cela met la pression à la baisse sur les salaires, même au prix d'attentats terroristes..L'éducation aux humanités ? On s'en fout, du moment que le peuple est capable d'allumer le bouton de la télé ou de tapoter sur son smartphone pour acheter sur Internet, pas besoin qu'il sache réfléchir. La PMA, la GPA ? On s'en fout, du moment qu'il y a un marché, il y aura des acteurs économiques pour s'en occuper ... Vous voyez Mr Sylvestre, vous êtes un économiste pur qui ne comprend rien à l'âme d'un peuple, à ses inquiétudes sur son identité, à son histoire, je vous plains...

  • Par JG - 13/09/2017 - 18:22 - Signaler un abus Enfin, je vous plains....

    Je pourrais être plus agressif et vous traiter d'idiot utile de la mondialisation heureuse décomplexée....mais je vous incite à lire les livres des philosophes que vous critiquez et à essayer de les comprendre....visiblement, si vous l'avez fait, ce n'est pas gagné, il va falloir vous expliquer plusieurs fois.....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 13/09/2017 - 19:00 - Signaler un abus ERREUR MONUMENTALE........!!

    Si c'est ce que pense M. Onfray je suis très déçu...Comment peut-il après avoir écrit COSMOS espérer que les entreprises raisonnent comme des humains. Une entreprise par définition n'a pas de conscience ni d'affect . Sa seule logique est de prospérer donc de se développer. Je ne crois pas non plus que Zemmour soit assez con pour y croire lui aussi. La Mondialisation est un fait, irréversible lié aux évolutions technologiques et ce sera à l'homme de s'adapter ou de crever....Quand au monde politique, sa marge de manoeuvre est très faible car il ne peut qu'essayer de réguler et cela nécessite l'accord de tous les pays riches....Alors bonne chance !

  • Par Atlantica75000 - 13/09/2017 - 20:12 - Signaler un abus Encore lui !

    Curieux : dès que je vois le nom de Sylvestre, je zappe. Merci monsieur, vous me faites gagner du temps ...

  • Par edac44 - 14/09/2017 - 21:38 - Signaler un abus Quand le pouvoir économique "canibalise" la démocratie ???

    Heu, faites vous allusion à celles et ceux qui pensent pouvoir tout se permettre parce qu'ils sont bourrés de tunes ??? genre Serge Dassault et son investissement de 53 millions d'euros (achat des voix) pour son élection à Corbeil-Essonnes ??? Petit rappel sur la notion de pouvoir économique : La notion de pouvoir économique est assez équivoque pour appeler une elucidation immédiate. L'adjectif économique peut désigner en effet le fondement ou l'objet du pouvoir Si on définit le pouvoir comme la capacité de déterminer la conduite des hommes, d'influer sur le cours des événements, est économique soit le pouvoir qui a pour objet la conduite des hommes, le cours des événements qui touchent à l'ordre économique soit le pouvoir dont disposent certains individus en raison de leur situation économique, de leur place dans le procès de production ou de distribution . Cette définition comporte encore une incertitude, à savoir : Quelles sont les conduites ou les événements qui méritent le qualificatif économique ? Pour les plus curieux s'il en existe !... la suite sur : http://www.persee.fr/docAsPDF/reco_0035-2764_1958_num_9_6_407330.pdf

  • Par edac44 - 14/09/2017 - 21:53 - Signaler un abus Pouvoir politique qui se suicide ??? et pourquoi pas ???

    Le pouvoir politique, c'est d'abord l'autorité souveraine, le gouvernement d’un État. Sans pouvoir politique, un état n'existe pas puisque c'est ce qui, concrètement, le "matérialise" !... C'est la puissance politique qui gouverne un État, autorité à laquelle est soumise chaque citoyen. Le niveau de démocratie, terme qui signifie étymologiquement "pouvoir du peuple", dépend de qui détient le pouvoir, la façon dont il a été obtenu et dont il peut être perdu. Un petit dernier rappel aussi !... sur la notion de souveraineté : Aucun pouvoir n'est supérieur à la puissance souveraine qui ne peut être anéantie, mais elle n'est pas sans limite (s'exerce sur le domaine public et non privé). Ceci dit : je n'ai pas encore lu "où en sommes nous" mais j'ai déjà une petite idée sur le sujet A+

  • Par lepaysan - 14/09/2017 - 22:07 - Signaler un abus Tout a fait exact, Mr Sylvestre

    Les multinationales n'ont aucun intérêt à déstabiliser leurs marchés les plus rentables et leur image (si bonne) rapporte beaucoup d'argent. Les états, à vouloir imposer des modes de vie et de pensée dont le peuple ne veut pas se suicident effectivement. Signé par un ex IEP et ex dirigeant de multinationales,

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€