Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

De Thomas Le Drian à Thomas Devedjian en passant par Jean Sarkozy : enquête sur la nouvelle aristocratie politique française des “fils et filles de…”

Interminable est la liste de ces enfants de chanteurs, d’acteurs, ou d’animateurs télé, ou bien héritiers d’un empire économique qui occupent, à la suite de leurs parents, la une des médias. Cette enquête édifiante révèle que les dynasties ne se sont jamais aussi bien portées que dans la France d’aujourd’hui. Extrait de "Fils et filles de... Enquête sur la nouvelle aristocratie française", de Aurore Gorius et Anne-Noémie Dorion, publié aux éditions La Découverte (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
De Thomas Le Drian à Thomas Devedjian en passant par Jean Sarkozy : enquête sur la nouvelle aristocratie politique française des “fils et filles de…”

En matière de népotisme, l’épisode de Jean Sarkozy et de l’Epad est le plus emblématique de ces dernières années. Il est pourtant loin d’être isolé. Les postes d’assistants parlementaires sont l’occasion de fournir stages, CDD d’été, voire emplois beaucoup plus longs à ses enfants. Chaque député dispose d’une enveloppe de 9 504 euros qui lui permet de rémunérer ses collaborateurs à l’Assemblée et en circonscription. En juillet 2014, le site d’information Mediapart a épluché la liste des colla- borateurs de députés, rendue publique pour la première fois par En matière de népotisme, l’épisode de Jean Sarkozy et de l’Epad est le plus emblématique de ces dernières années.

Il est pourtant loin d’être isolé. Les postes d’assistants parlementaires sont l’occasion de fournir stages, CDD d’été, voire emplois beaucoup plus longs à ses enfants. Chaque député dispose d’une enveloppe de 9 504 euros qui lui permet de rémunérer ses collaborateurs à l’Assemblée et en circonscription. En juillet 2014, le site d’information Mediapart a épluché la liste des colla- borateurs de députés, rendue publique pour la première fois par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, grâce aux déclarations d’intérêts des élus. Résultat : l’Assemblée rémunérait vingt-huit fils et trente-deux filles de députés, ainsi que cinquante-deux épouses. Au moins 155 députés, sur 577, avaient un employé membre de leur famille, soit environ 20 % de l’Hémicycle. Huit d’entre eux rémunéraient même deux de leurs proches, comme Jacques Bompard, député apparenté FN, qui employait ses fils Guillaume et Yann, ou le député UMP François Scellier, qui avait également pris ses deux fils à ses côtés. Le socialiste Guy Geoffroy s’était entouré de sa femme et de son fils. Les députés UMP Claude Goasguen, Marc Le Fur et Patrice Martin-Lalande employaient leurs fils. Tandis que les députés UMP Lionnel Lucca, Patrick Ollier, Alain Marsaud, Jean-François Mancel ainsi que le socialiste Michel Françaix embauchaient leurs filles.

Sans réel statut, le job d’assistant parlementaire n’est pas des plus confortables. Le député décide lui-même du salaire qu’il attribue à ses collaborateurs. Si bien que certains touchent à peine plus que le SMIC, et d’autres jusqu’à 4 000 euros par mois. En revanche, certains « fils ou filles de » décrochent des postes enviables… Ainsi début 2014, Thomas Le Drian, fils du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, est nommé chargé de mis- sion auprès du président du directoire de la Société nationale immobilière (SNI), le plus grand bailleur social français, filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Il avait été recruté à la CDC en 2012 par Jean-Pierre Jouyet, un grand ami de son père. À vingt-neuf ans à peine, un diplôme d’école de commerce moyenne en poche et après une courte expérience professionnelle au sein du cabinet KPMG, une nomination au comité exécutif de la SNI est une belle promotion. La CDC, bras armé de l’État dans le domaine financier, avait été le lieu d’une polémique similaire sous Nicolas Sarkozy. En 2009, Thomas Devedjian avait été bombardé au comité exécutif du Fonds stra- tégique d’investissement (FSI), créé dans le cadre du plan de relance et filiale de la CDC. Son père, Patrick Devedjian, était alors ministre chargé de la mise en œuvre de ce plan, autrement dit ministre de tutelle du FSI. Autre exemple, dans la culture,Salomé Peillon, fille de l’ancien ministre de l’Éducation natio- nale, Vincent Peillon, a obtenu un poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël. Ou encore Elvire Percheron, fille du président socialiste de la région Nord-Pas-de- Calais, Daniel Percheron, est nommée au printemps 2015 au Louvre-Lens, administratrice adjointe en charge du développe- ment des publics et de la communication. Elle avait déjà pos- tulé au sein de l’établissement deux ans auparavant, mais la direction avait arrêté le processus de recrutement. Elle avait été nommée directrice générale adjointe dans la collectivité gérée par son père.

Extrait de "Fils et filles de... Enquête sur la nouvelle aristocratie française", de Aurore Gorius et Anne-Noémie Dorion, publié aux éditions La Découverte, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 04/10/2015 - 14:39 - Signaler un abus La centralisation du politique, des médias et du culturel

    permet cela, avec une séquence de pouvoir ou de rayonnement de 50 ans. Faut pas s'étonner si la racaille façon Bedos se reproduit dans le "vu à la télé".

  • Par vangog - 04/10/2015 - 14:45 - Signaler un abus Erreur, mesdames les journalistes!

    Jacques Bompart est Député non inscrit de la 4ème circonscription du Vaucluse. Ses fils que vous citez, ont fait campagne, sous l'étiquette Ligue du Sud, contre Marion Marechal Le Pen et ses candidats FN dans le Vaucluse, lors des dernières Départementales. Si les candidats FN se sont retirés à Bollene, c'est pour éviter de faire élire un gauchiste. A Orange, a l'inverse, ils affrontaient des candidats ligue du Sud et les patriotes ont perdu de peu. Bompart n'est pas "apparenté FN"...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anne-Noémie Dorion

Anne-Noémie Dorion est journaliste indépendante. Elle a travaillé à France-Soir puis au Figaro. Elle réalise des enquêtes et des reportages principalement pour le magazine Le Point dans les domaines des faits de société et de l’éducation.

Voir la bio en entier

Aurore Gorius

Aurore Gorius est journaliste. Elle a publié avec Michaël Moreau, La CFDT, ou la volonté de signer (Hachette,littérature, 2006). Elle signe également les ouvrages suivants, aux éditions La Découverte : Les Gourous de la com' (2011) et Fils et Filles de... (2015)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€