Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Theresa May, Emmanuel Macron, Etat islamique et aveuglement numérique

Lors de leur rencontre du 13 mai écoulé, la première ministre britannique et le président français ont annoncé un "plan d'action très concret de lutte contre la propagande terroriste en ligne" - confortant ainsi l'opinion européenne dans l'idée que l'islamisme, aujourd'hui, et plus encore demain, se combattait dans le monde numérique.

Handicap

Publié le
Theresa May, Emmanuel Macron, Etat islamique et aveuglement numérique

Or - légers détails - cette idée est fausse (disent les services spécialisés) et pire, la cyber-lutte contre l'Etat islamique est un bide complet - de qu'avoue le Cyber command du Pentagone, le jour même de l'annonce par May-Macron de leur numérique variante de la "Chasse au Dahut" - en première page du New York Times, encore ! Cyberattacks against ISIS disappoint top officials - Décodons : en novlangue médiatique étatsunienne, "désappointement" signifie plantage radical.

Avant de voir pourquoi l'islamisme ne doit pas se combattre dans les nuées numériques, mais bien plutôt dans le monde physique ; et pourquoi la cyber-guerre contre l'Etat islamique est un échec ; une réflexion sur la façon dont nos dirigeants s'informent et fixent leurs politiques. 

Tout premier ministre britannique et président français jouit d'un environnement de renseignement parmi les plus élaborés au monde.

De plus, Mme May a été ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni. Mme May et M. Macron ont sans cesse auprès d'eux des professionnels de haut niveau en matière de terrorisme. 

Experts et non surhommes, bien sûr. Ils ne peuvent bloquer tous les attentats - mais au moins ils savent. Ils approchent au plus près la réalité, l'essence de l'ennemi terroriste. Ils captent ses communication ; recrutent en son sein des sources ; disposent de repentis. Sur le terrain syro-irakien, de secrets commandos écoutent, filment, rendent compte. 

Ces professionnels partagent en gros les deux avis ci-dessus exprimés :

- Le djihadisme se combat dans le monde physique,

- Affronter l'Etat-islamique dans le cyberespace, c'est combattre un mirage.

Pourquoi Mme May et M. Macron dédaignent-ils le diagnostic de leurs propres experts ? Pourquoi prônent-ils une stratégie dont le New York Times nous dit clairement qu'elle est "décevante" ? Nul proche de nos dirigeants ne lit donc le journal ?

Car ce n'est pas l'avis des experts du terrorisme (les vrais...) qui prédomine - mais celui des communicants de ces dirigeants politiques. Campagnes électorales, lutte antiterroriste : pour ces gourous, tout a migré dans les "data" et réseaux sociaux du cybermonde, seul désormais à les intéresser - à les hypnotiser.

Là est la source d'aveuglement. Car la cyber-information, c'est l'immédiat, l'émotivité, le réactif, l'ébullition, la dernière info de l'Afp. Constamment "sous le choc", ayant toujours "la boule au ventre" et le "stress", la cyber-classe médiatique titube d'un drame à l'autre ; elle réagit beaucoup mais comprend peu.

Notamment, que l'échec de la lutte contre l'Etat islamique a une origine plus radicale (au sens original, qui touche aux racines) qu'un défaut de maîtrise de l'Internet. Cet échec tient à un mauvais diagnostic, à la durable incapacité des officiels à évaluer la nature même de cet "objet terroriste non identifié". Et pas besoin d'être grand linguiste pour saisir que, ne pas savoir évaluer pousse fatalement à dévaluer.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/06/2017 - 09:26 - Signaler un abus Le vrai moteur est la haine de l'autre...

    Le Coran n'est que le prétexte, la caution morale à la haine...l'islam doit être combattu comme une idéologie totalitaire de conquête, comme le furent le socialo-communisme (110 millions de morts) et le national-socialisme (45 millions de morts). Aucune complaisance, aucune compromission, aucun esprit munichois, aucune collaboration tels que l'envisagent gauchistes et centristes ne sont envisageables. Seules les solutions du Front National permettent d'éradiquer ce monstre hors d'Europe avant qu'il ne grandisse et ne s'épanouisse. Malheureusement, les gaucho-centristes préfèrent combattre le FN qui menace leurs postes et leurs prébendes, plutôt que le fascisme islamiste, un allié pour eux dans leur conquête du pouvoir...un allié quu se retournera contre eux, lorsqu'il sera devenu trop tard pour le maîtriser...

  • Par Djib - 19/06/2017 - 17:03 - Signaler un abus Accuser internet de diffuser l'islamisme,

    c'est un peu comme si on avait reproché à Gutenberg d'avoir favorisé la diffusion de Mein Kampf. Mais tout est bon pour éviter de poser les bons mots sur nos maux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€