Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Théories du complot chez les jeunes : pourquoi il faudra bien plus que l’offensive du ministère de l’EN pour traiter les racines du problème

La journée "Réagir face aux théories du complot", organisée par le Ministère de l'Education Nationale ce mercredi avait pour enjeu de réagir face à la part grandissante et très importante des jeunes touchés par le complotisme aujourd'hui. Pour Pierre Conesa, il s'agit d'un phénomène culturel et historique très important et qu'il ne faut plus prendre à la légère.

Génération conspi

Publié le
Théories du complot chez les jeunes : pourquoi il faudra bien plus que l’offensive du ministère de l’EN pour traiter les racines du problème

Atlantico : Najat Vallaud-Belkacem a organisé une journée sur le thème "Réagir face aux théories du complot" et y présentait le site Ontemanipule.fr, spécifiquement conçu dans l'idée d'attirer un public jeune (vidéos d'humoristes, images pop...). Dans quelle mesure s'agit-il d'un nouveau chantier prioritaire pour l'Education nationale ?

Pierre Conesa : La question qui se pose au premier abord est celle du rôle même de l’Education Nationale. Si son centre de préoccupation, comme on nous l’affirme depuis quelques années, est l’enfant et non plus la connaissance, il ne faut guère s’étonner qu’après avoir accepté les caprices de ce dernier, celui-ci s’égare devant la première explication complotiste venue. Sans cette transmission de connaissance qui donne les outils critiques indispensables à toute éducation, on crée un terreau favorable à ce genre de dérives.

Le complotisme est cependant un phénomène culturel qui dépasse le simple enseignement. L’émergence du récit d’espionnage dans l’après-guerre, conjugué à la cinquantaine de coups d’Etats organisés par les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU et reconnus a posteriori ont ouvert la voie à un imaginaire de l’opacité très puissant. L’implication forte des services de renseignements a été ainsi surreprésentée et souvent fantasmée. Ainsi, dans le monde arabo-musulman, très fortement touché par l’action des services de renseignements à la fin du XXe siècle, on retrouve l’idée omniprésente de forces secrètes qui agiraient contre les Etats pour des motifs maléfiques.

En Algérie par exemple, une action comme la "bleuite", opération menée par les parachutistes qui consistait à retourner un fellagha et à l’habiller d’un bleu de travail pour le suivre de loin dans la Casbah jusqu’à une cellule du FLN, ou la mobilisation des harkis, considérés comme des traitres, a très fortement marqué la vie politique, au point qu’être du "parti de la France" soit encore aujourd’hui, l’insulte suprême entre adversaires politiques locaux. On peut dire que le complotisme est devenu en Algérie une composante politique transmise par la société entière. Mais ce phénomène est largement diffusé partout dans le monde.

En somme, la source du complotisme, c’est cet imaginaire historique et c’est à celui-ci qu’est particulièrement réceptif l’enfant, et donc contre lequel il faut lutter.

Selon un sondage CSA de janvier 2015 (voir ici), un quart des 18-24 ans croyait en la théorie d'un complot à l'origine des tueries de Charlie Hebdo. Que pèse encore "la parole officielle" auprès de la jeunesse aujourd'hui ?

Malgré la forte médiatisation et l’identification des auteurs, la théorie du complot de Charlie Hebdo a eu beaucoup d’influence. Il y a toujours de l’opacité, et la limite entre lobbying discret et complot est difficile à trouver. Penser le complot est cependant plus facile. Prenez par exemple le cas du 11 septembre : 15 Saoudiens sur 19 terroristes, et pourtant Bush n’inclut pas la monarchie dans l’Axe du Mal par la suite. Il y a une explication politique complexe, qui demande une connaissance très pointue de la mouvance Al Qaïda et de politique américaine au Proche Orient, mais il est bien plus simple de trouver la solution par l'entremise d'un détail obscur qu’on aurait voulu gommer, d'une faille dans un discours officiel, d'une révélation sur une facette cachée de l'Histoire. Face à un monde où des forces multiples s’interpénètrent et s’entrelacent, il est plus facile de voir la chose de façon binaire. A partir du moment où ce phénomène se construit progressivement dans l’histoire des démocraties de la fin du XXe siècle sans être endigué, les générations actuelles (et donc les jeunes) sont tout naturellement les plus touchées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 11/02/2016 - 09:25 - Signaler un abus Ils n'y croiraient pas si on arrêté de la leur mettre!

    La où ils ont raison c'est dans leur sentiment qu'on la leur met profond! Mais ils se trompent à chaque fois qu'ils essaient de trouver une explication. L'explication réside dans la courbe démographique (le jeunes sont moins nombreux que les plus de 40 ans), dans le principe démocratique, qui donne bcp plus de poids aux tranches d'âges les plus lourdes démographiquement, et.... dans ce comportement abjecte que nous avons nous les vieux pour justifier notre comportement abjecte envers la jeunesse (mis au chômage, salaire énorme pour les vieux minuscule salaire et contrat précaire pour les jeunes, retraites payées sur leur dos grâce au crédit, etc...), comportement qui consiste à cracher systématiquement sur les jeunes. Les théories farfelus ont toujours courus chez les jeunes, même de mon temps banane!

  • Par Ganesha - 11/02/2016 - 11:46 - Signaler un abus Complots

    Il faudrait commencer par reconnaître que John Kennedy a été tué à Dallas par une balle dans le front : Jackie se penche sur le coffre de la voiture pour récupérer la calotte crânienne ! Si le président avait reçu une balle dans l'occiput, le trou d'entrée aurait été petit, mais le visage aurait explosé ! Il est possible de trouver sur internet (reopen 9/11?) la photo de la façade du Pentagone, juste après l'impact, qui montre un petit orifice de 2 mètres de diamètre, correspondant à l'entrée d'un missile de croisière. Un avion n'aurait pas replié ses ailes avant l'impact ! Quant aux Twin Towers qui s’écroulent comme des HLM de banlieue (dynamitées). Et la troisième tour qui s'effondre dans l'après-midi, sans cause apparente...

  • Par REVERJOVIAL - 11/02/2016 - 13:45 - Signaler un abus le complotiste est tjrs simpliste

    Des cultures sont plus perméable aux thèses complotistes en particuliers les cultures latines, musulmanes ou africaines. Pour la premiére elle est basé sur les luttes et la glorification du rebelle individualiste qui se bat contre l'élite qui vole les richesses qu'il produit d’où le succès, du Marxisme et ces avatars. Pour les second la promesse non tenue de la domination du monde, promis par le Coran, qui alimente une paranoïa contre l'Occident. Pour les derniers, la souffrance de ne pas être a la hauteur de la civilisation produit par l'homme blanc pour lui même. Pour finir l'internet formidable média sans contrôle et anonyme.

  • Par Lafayette 68 - 11/02/2016 - 15:20 - Signaler un abus Vérités et complots

    Si la classe politique et la classe journalistique nous racontaient moins de bobards , les jeunes adolescents ,enclins naturellement à la recherche de vérités et vulnérables tomberaient moins dans le panneau. Pierre Conesa a raison : énorme travail à faire à l'école par la connaissance ...mais avec des professeurs plus objectifs ...et là , Il y a du travail ! Et ce n'est pas un complot...

  • Par Gré - 13/02/2016 - 00:44 - Signaler un abus Rien à ajouter au commentaire

    Rien à ajouter au commentaire de Lafayette 68, juste essayer d'enfoncer le clou dans la cervelle de Najat

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Conesa

Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.

Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l’ennemi : ou comment tuer avec sa conscience pour soi (Ed Robert Laffont, septembre 2011). 


Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€