Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tetraquark : des scientifiques détectent une particule qui pourrait être une nouvelle forme de matière (et si vous êtes gentils, ils vous diront même à quoi ça sert)

Le Z(4430) est une particule composée de quatre quarks. Le CERN a récemment confirmé son observation, et donc l'existence de hadrons exotiques en état de tetraquark, un état qui ne saurait être classé selon le modèle habituel des quarks.

Mais qu’est ce que c’est ?

Publié le
Tetraquark : des scientifiques détectent une particule qui pourrait être une nouvelle forme de matière (et si vous êtes gentils, ils vous diront même à quoi ça sert)

Atlantico : Le CERN a récemment confirmé l'existence d'un nouvel hadron exotique nommé Z(4430). A quoi cela correspond, exactement ? Au-delà de cette découverte, qu'est-ce que c'est qu'un hadron ?

Benoît Clément : Commençons par un peu de structure de la matière. La matière est composée de molécules. Les molécules sont composées d'atomes, dont on dénombre environ une centaine de différents éléments. L'atome, lui-même, est composé d'un noyau et d'électrons.

Ce noyau est composé de neutrons et de protons. Le neutron et le proton représentent deux exemples d'hadrons. Et les hadrons – donc les neutrons et les protons – sont composés de quarks. On connait aujourd'hui six quarks, avec lesquels on peut fabriquer des étaliers (bien qu'un soit trop loup pour permettre de réaliser le moindre étalier). Les plus légers et les plus stables sont le neutron et le proton, qui sont tous les deux composés de trois quarks. Avec les cinq quarks disponibles on peut réaliser toutes les combinaisons possibles de trois quarks, ce qui implique une multiplicité d'hadrons possibles, qu'on classera dans la famille des baryons. De la même manière, on peut également réaliser des hadrons basés sur des compositions à deux quarks – un quark et un anti quark – qu'on classe chez les mésons.

Le quark est le composant ultime de l'hadron, et dans notre connaissance actuelle de la physique, il s'avère qu'il s'agit d'une particule élémentaire. On ne lui connait pas de sous-structure. Du moins, pas encore.

L'autre aspect des hadrons, c'est ce qui les fait tenir entre eux. Un proton, c'est une charge électrique positive, un neutron n'a pas de charge. Un noyau n'est donc pas stable : les charges se repoussent. Il existe donc nécessairement une autre interaction qui assure la cohésion du noyau. On l'appelle l'interaction nucléaire forte, en cela qu'elle est plus forte que l'interaction électromagnétique, et qu'elle va caractériser les interactions entre quarks et antiquarks. Les hadrons n'interagissent pas par électromagnétisme, ni par gravité mais bien par une autre force qui est nucléaire.

Le fait que cette nouvelle particule soit un "tetraquark" en ferait, d'après des recherches et des organes de presse anglo-saxonne, une nouvelle forme de matière. Cette analyse est-elle vérifiée ? Concrètement qu'est-ce que cela veut dire ?

Il est sans doute un peu exagéré d'aller jusqu'à prétendre qu'il s'agit d'une nouvelle forme de matière. Le modèle des quarks est connu depuis les années 1960. Il faut néanmoins savoir que, sur la base de cette interaction forte que nous évoquions plus tôt, les quarks ne peuvent exister qu'en groupe. On ne peut donc jamais les observer seuls. Le modèle le plus simple est connu il s'agit de groupes de deux quarks, ou de trois comme dans le cadre des protons et des neutrons. On peut imaginer, dans des extensions de ce modèle, des petits groupes de quatre ou de cinq quarks : ça n'en est pas moins extrêmement rare. Ils n'ont jamais été observé – spécifiquement les pentaquark.

Aujourd'hui, et dans le cadre de ces hadrons exotiques qui ne contiennent pas deux ou trois quarks mais quatre ou cinq, on a pu observer un état de tetraquark véritablement confirmé. On est donc, désormais, sûrs que ce tetraquark existe. Pour autant, cela reste des quarks – donc des choses que l'on connait déjà. Qui sont régis par une interaction qu'on connaissait également. La différence, c'est que les états à quatre quarks, sont exotiques, plus rares à produire et surtout ne sont pas prédit dans le modèle qu'on rencontre habituellement. C'est là que réside la nouveauté.

Un proton et un neutron, c'est trois quarks chacun. Un noyau deutérium, c'est un neutron et un proton ensemble. On peut y voir deux groupes de trois quarks qui interagissent ensembles. Dans le cadre d'un tetraquark, la question qui se pose est la suivante : est-ce que c'est véritablement quatre quarks ensembles, ou deux paquets de deux ? La théorie que l'on connait aujourd'hui explique le principe des mésons – un groupe de deux quarks – et logiquement, l'interrogation de savoir s'il s'agit de deux mésons ou de quelque chose de fondamentalement plus lié persiste. Etudier ces cas-là nous apportera des informations sur le fonctionnement de l'interaction nucléaire forte, qu'on sait décrire théoriquement et expliquer à très haute énergie (lors de collisions par exemple), mais qu'on ne sait pas résoudre à basse énergie. C'est une chose qu'on ne peut sonder qu'expérimentalement. Cela apportera une information à notre compréhension de cette interaction.

De là à dire qu'il s'agit d'un nouvel état de la matière… Les tetraquark, c'est de la matière. Une forme exotique de matière, certes, mais ça reste de la matière. La vraie nouveauté, c'est son exotisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ni-oui-ni-non - 17/04/2014 - 11:08 - Signaler un abus bozson de x ???????????

    ......ou Boson de Higgs, plutôt !

  • Par ヒナゲシ - 18/04/2014 - 08:22 - Signaler un abus Les hadrons de viande attirent les loups. CQFD

    Par pure charité chrétienne j'e m'abstiens depuis longtemps d'ironiser sur les fautes qui fourmillent dans les articles, mais là… Là !   « On connait aujourd'hui six quarks, avec lesquels on peut fabriquer des étaliers (bien qu'un soit trop loup pour permettre de réaliser le moindre étalier) » Non seulement je ne comprends pas bien par quoi il convient de remplacer le mot loup, je crains qu'il y ait comme une *légère* méprise entre « état lié » et étalier, qui désigne ordinairement l'employé qui travaille à l'étal du boucher.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoit Clément

Benoit Clément est maître de conférences à l'Université Joseph Fourier (Grenoble I). Physicien des particules, il est également professeur de sciences.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€