Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Terrorisme : quand les assassins se disputent un cadavre !

Dans la compétition de l'ignoble ils sont nombreux à concourir. Qui va les départager ?

C'est nous, c'est pas eux…

Publié le
Terrorisme : quand les assassins se disputent un cadavre !

Ça s'est passé à Jérusalem. Une garde-frontière israélienne, Hadas Malka une jeune fille de 23 ans, a été poignardée à mort. La police a abattu les assaillants. Ces choses-là arrivent, hélas, assez souvent là-bas. Mais il faut noter à propos de ce drame une très intéressante novation. 

Daesh a revendiqué l'assassinat saluant le "courage" de ses combattants. Pas du tout ont dit le Hamas et le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) vantant la "bravoure" de leurs militants.

D'habitude, pour un forfait ou pour un crime, on entend "c'est pas moi, c'est lui !". Ici c'est tout le contraire "c'est pas eux, c'est nous !'". Un mort israélien, ou une morte israélienne, ça ouvre l'appétit… 

Jusqu'à maintenant l'autorité palestinienne accordait une prime substantielle à toutes les familles des "martyrs" (appellation d'usage) tombés en tuant, ou en essayant de tuer, des Israéliens. De passage dans la région, Donald Trump a fait observer au numéro un palestinien, qui vit de l'aide internationale, que verser une prime de sang n'était pas le meilleur chemin pour parvenir à la paix. Mahmoud Abbas a obtempéré et a supprimé ce cadeau pour le moins répugnant. Mais peut être que ni Daesh, ni le Hamas, ni le FPLP ne sont au courant de cette décision ? Et c'est peut-être pour ça qu'ils se disputent la paternité de l'assassinat de Jérusalem. 

Chez nous en France rien de tel. Certes on tue aussi. Mais personne ne se bouscule pour revendiquer la mort de mécréants ou de Juifs. Seul Daesh répond toujours présent. Chez nous pas de Hamas, pas de FPLP, pas de Fatah. Un peu de Daesh quand même. 

Cependant nous avons notre diversité bien à nous. Des "radicalisés", des "déséquilibrés", des "loups solitaires", des "cas isolés". Tous entretiennent entre eux des rapports de bon voisinage. Ils ne se disputent pas autour de leurs victimes en criant "C'est moi, c'est moi". Pourtant, à bien des égards, ils ont beaucoup de choses en commun, avec leurs collègues de Jérusalem… 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Septentrionale - 18/06/2017 - 12:25 - Signaler un abus Qu'Israël là-bas ici près du coeur veille en preux sur Jérusalem

    Les coraniques guidés dans la barbarie de bêtes sauvages aiment l'odeur du sang et l'haleine de la mort violente qu'ils épandent à travers du monde. Rien ne modère intérieurement les autres dans leurs sentiments fourbes enseignés. Leur subordination au coran, à sa charia autorise toutes les haines archaïques et barbares envers le vivant et engage à la destruction de tout ce qui est hors cette loi coranique. Jusqu'à quand ? Jusqu'où ? Qu'est-ce qui se prépare ?

  • Par assougoudrel - 18/06/2017 - 12:26 - Signaler un abus Donner une prime pour

    assassiner ou pour être mort pour avoir fait un "exploit", c'est dire l'esprit diabolique qu'ont ces moins que rien. Et il a fallu que ce soit Mr Trump qui ait demandé que cela cesse. Nos dirigeants européens et son prédécesseur, Obama trouvaient ça tout a fait normal, donc ils ne sont pas mieux que les chefs islamistes, "Droits de l'Homme" compris. A foutre dans le même sac.

  • Par lasenorita - 18/06/2017 - 14:15 - Signaler un abus Je suis écoeurée!

    par tous les Bisounours qui nous gouvernent et qui font des courbettes à tous ces égorgeurs qui coupent des têtes au nom d'Allah! Pauvre France!.. Bientôt les ''vrais'' Français devront quitter leur pays parce qu'on leur dira de prendre ''la valise ou le cercueil'' et ils laisseront, une fois de plus, leur ''beau pays'' aux Barbares et aux sanguinaires adeptes de la secte d'Allah!

  • Par Marie-E - 19/06/2017 - 12:30 - Signaler un abus Merci

    De votre article. Le problème qui persiste pour le moment est qu' on ignore si l' Autorité Palestinienne malgré sa promesse à Trump, à la Norvège et au Danemark (il y a des courageux en Europe qui s' occupent de la destination des fonds versés) continuera car elle est déjà très contestée dans la population. Malheureusement les enquêtes montrent que les très jeunes femmes souvent enceintes ont le choix entre être victimes de crimes d'honneur (stats encore élevées) ou devenir une héroïne (tout bénef pour les familles qui touchent alors une prestation mensuelle proportionnelle au nombre de victimes provoquées). Les destructions d'habitations sont du même tonneau : je me souviens d'un père en colère non pas car son fils avait été neutralisé mais parce que sa maison avait été détruite une 2e fois et qu' il allait falloir attendre l'aide financière de l' AP. Pourquoi n' en parle t on dans les medias occidentaux ? Tabou car en Occident tout est la faute des Israéliens et il faut que cela continue pour le Quai d'Orsay....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€