Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tempête politique sur l’islam en Autriche : Vienne interdit tout financement étranger des mosquées et des imams

Alors qu'il existait une loi datant de 1912 sur le caractère officiel de la religion musulmane en Autriche, le Parlement viennois a promulgué une réforme visant à l'adapter au contexte actuel.

Exemple ou pas ?

Publié le - Mis à jour le 7 Mars 2015
Tempête politique sur l’islam en Autriche : Vienne interdit tout financement étranger des mosquées et des imams

L’Autriche considère que la religion musulmane sur son territoire doit être un Islam d’Autriche // Photo d'illustration Crédit Reuters

Atlantico : Alors qu'il existait une loi datant de 1912 sur le carac-tère officiel de la religion musulmane en Autriche, le Parlement viennois a promulgué une réforme visant à l'adapter au contexte actuel. Qu'est-ce que cette nouvelle loi dédiée au culte musulman est censée résoudre ?

Gérard-François Dumont : La question religieuse se pose aujourd’hui en Autriche dans les mêmes termes que dans les autres pays européens, dont la France. La montée quantitative du nombre de musulmans due aux immigrations des dernières décennies pose la question de l’enseignement de l’islam. L’Autriche souhaite que ce denier n’entraîne pas de dérives vers le radicalisme, orientant des jeunes vers un totalitarisme islamiste comme celui que pratique et que diffuse Daech. Dans ce dessein, le gouvernement autrichien, par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères, dont c’est la responsabilité, Sebastian Kurz, a déposé en 2014 un projet de loi demandant d’abord l’usage exclusif dans les écoles d’une traduction unifiée en langue allemande du Coran.

Or, en Autriche, l’enseignement religieux s’effectue dans les écoles. Tous les élèves ont droit à un enseignement dans la religion souhaitée par leurs parents. Concernant l’islam, son enseignement est autorisé depuis 1979. L’objectif était que le support de cet enseignement soit le même dans toutes les écoles et dans la langue du pays, écartant donc des traductions discutables.

Il est intéressant de noter qu’un tel projet ne concerne pas que l’Autriche. En effet, en 2012, au Maroc, le roi Mohammed VI qui est, rappelons-le, Commandeur des croyants, a pris une décision semblable en publiant une version unique du Coran, en langue arabe bien entendu, pour l’enseignement religieux dans ce pays. Il s’agit précisément d’un Coran standardisé selon la narration dite « warch de Narfii ». Le roi a voulu ainsi écarter des versions du Coran diffusées et utilisées par des salafistes ou des islamistes. Ce Coran standardisé est destiné aux mosquées du royaume, aux demandes des Marocains résidant en Italie, en France, en Allemagne, en Belgique ou à des mosquées des pays d’Afrique de l’Ouest.

Toutefois, finalement en Autriche, ce projet de Coran unique en langue allemande a fait long feu. Il ne se retrouve donc pas dans la loi votée en février 2015 car les différentes branches religieuse, sun-nites, chiites ou alévies, ont fait savoir qu’une entente entre elles sur un texte standard s’avérait impossible. Bref, en France, il existe une traduction œcuménique de la bible (TOB) (1)  réalisée par des biblistes catholiques, protestants et orthodoxes. Une traduction « œcuménique » du coran en langue allemande ne semble pas pour demain.

Comme l’Autriche considère que la religion musulmane doit, sur son territoire, être un islam d’Autriche et, donc, ni un islam sous influence de pouvoirs étrangers, ni un islam caractérisé par des tendances poussant vers l’islamisme, la nouvelle loi autrichienne veut empêcher les financements des communautés et des associations religieuses par des fonds étrangers. L’Autriche justifie cette démarche dans la mesure où la religion musulmane, comme les autres, perçoit des recettes qui sont prélevées par l’État en fonction des déclarations d’appartenance religieuse des habitants, puis reversées aux organisations religieuses. C’est donc aux contribuables autrichiens de financer leur religion et non à des puissances étrangères. En réalité, le principal pays visé par cette disposition est la Turquie, qui est très active en Autriche comme dans d’autres pays d’Europe, principalement en Allemagne (2). La Turquie est d’autant plus active qu’elle souhaite favoriser les musulmans d’Autriche qui approuvent le régime turc actuel, celui de l’AKP et du président Erdogan, au détriment des Autrichiens issus de l’immigration turque alévie, religion brimée en Turquie, ou ceux issus d’une immigration turque d’ethnie kurde. Aussi le président des affaires religieuses de Turquie, communément appelé Diyanet, et, en tant que tel, plus haut chef religieux islamique en Turquie, condamne-t-il cette loi qui pourrait limiter l’influence de la Turquie en Autriche. L’argument utilisé par ce président est plutôt spécieux puisqu’il évoque une diminution de la liberté religieuse en Autriche alors que son pays est très loin de la respecter. Pour ne prendre qu’un exemple, la Tur-quie continue de maintenir fermé le seul séminaire orthodoxe qui existait, celui d’Halki, ce qui signifie que les Turcs orthodoxes ne peuvent plus former de popes dans leur pays, ce qui peut mettre en cause, à terme, la pérennité du patriarcat de Constantinople (3).  

Comment cette radicalisation a-t-elle pu évoluer en Autriche ? Quelles en sont les étapes ?

Héritière de l’empire austro-hongrois, l'Autriche avait, dans le cadre d’une extension régionale, intégré des populations musulmanes, implantées principalement en Bosnie et Herzégovine. L'Autriche avait voté en 1912 une loi dédiée à l'islam intitulée « Loi concernant la reconnaissance des adeptes de l’islam en tant que communauté religieuse », conférant à cette religion un caractère officiel, au même titre que le judaïsme ou le christianisme.

L’article 5 de cette loi de 1912 exposait clairement la contrepartie de cette reconnaissance, soit le respect des lois de l’Empire, dans les termes suivants : « L’autorité étatique doit veiller à ce que la société religieuse des adeptes de l’islam, ses groupes et organes, n’outrepassent pas leur domaine d’action et à ce qu’ils observent les dispositions des lois ».

Depuis 1912, la souveraineté de l’Autriche sur la Bosnie et Herzégovine a évi-demment disparu. Mais l’Autriche, sur son territoire actuel issu principalement des deux guerres mondiales, a retrouvé une présence musulmane avec d’abord trois composantes dans sa population issue de l’immigration turque. La première, très influencée par l’AKP et la direction pro-islamique prise par M. Erdogan, est plutôt sous l’emprise de la direction des affaires religieuses de la Turquie, c'est-à-dire qu’elle n’a pas une grande pratique de la liberté religieuse telle qu’elle se trouve au cœur des principes de l’identité européenne (4). La deuxième composante est celle des Turcs d’origine kurde, majoritairement musulmans mais dont les pratiques religieuses sont plus apaisées et sans influence étrangère et la troisième, les Turcs alevis. En outre, parmi le demi-million de musulmans vivant aujourd'hui en Autriche, soit environ 6% de la population, une autre composante importante est issue de l’immigration bosniaque.

Jusqu’à cette réforme de février 2015 de la loi de 1912, la première composante était très largement soutenue par la Turquie d’Erdogan dans une lutte d'influence visant à obtenir une situation hégémonique pour sa vision de l'islam, peu compatible avec les conceptions européennes de la liberté. Or, la nouvelle loi, en souhaitant que des puissances étrangères ne puissant plus intervenir en Autriche, vise donc principalement la Turquie, pays qui n’avait déjà guère apprécié les positions de l’Autriche sur la question de l’ouverture ou non des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. En effet, en 2005, l’Autriche était le pays qui s’opposait le plus à l’ouverture des négociations d’adhésion. Finalement, les autres pays européens ont fait céder l’Autriche en acceptant d’ouvrir parallèlement des négociations avec la Croatie (5).

Pour autant, cette réforme a créé la polémique parce qu'elle cible uniquement le financement des lieux de cultes musulmans et des imams. Cette différence de traitement ne pose-t-elle pas problème ? Comment les pouvoirs publics autrichiens peuvent-ils la justifier moralement ?

La nouvelle loi autrichienne de 2015 concerne, évidemment et principalement, le financement des lieux de cultes musulmans parce que la religion  musulmane est nouvelle sur le territoire autrichien et n’a pas l’héritage historique des autres religions. Mais il convient de rappeler que les lieux de cultes des autres religions n’ont pas été financés par des puissances étrangères. En Autriche, comme dans toute l’Europe, ce sont les paroissiens qui ont financé la construction de leurs églises, et par exemple leurs architectes, ce qui explique d’ailleurs l’extraordinaire diversité des églises chrétiennes sur les territoires européens. Il est quasiment impossible de trouver deux églises semblables entre des communes limitrophes.

L’Autriche considère que la nouvelle loi, en partie destinée à la lutte contre le radicalisme islamiste, et qui interdit le financement étranger des mosquées et des imams, donne aux musulmans plus de sécurité juridique, par exemple en ce qui concerne les fêtes religieuses. Selon le ministre M. Kurz, dans ses déclarations à la BBC, il s’agit « de réduire l'influence et le contrôle politique de l'étranger et de donner à l'islam la chance de se développer librement dans notre société et en conformité avec nos valeurs européennes communes ». Il ajoute que « la charia n’a pas sa place en Autiche ».

Dans quelle mesure pourrions-nous nous en inspirer en France ?

La France est dans une situation juridique fondamentalement différente du fait de la loi de 1905 et, surtout, d’une histoire religieuse autre. Pour autant, la France d’aujourd’hui connaît les mêmes problèmes que l’Autriche. Elle souhaiterait que l’enseignement de l’islam en France écarte toute instruction tournée vers une application littérale du Coran et se conforme aux principes de la République, par exemple sur l’égalité des droits entre les hommes et les femmes ou sur la liberté religieuse, donc la liberté de changer de religion ou de renoncer à une religion. Or, parmi les imams enseignant le Coran en France, un certain nombre, souvent envoyés par des pays étrangers, ne maîtrisaient pas la langue française et connaissent peu les principes de la République. Faut-il rappeler que Fernand Braudel disait : « l’identité de la France, c’est, à 80 %, la langue française » ? Un islam de France pourrait-il émerger via des imams formés dans des pays étrangers dont les caractéristiques sont différentes et qui n’ont pas assimilé nos principes républicains ?

En certains points, cette réforme autrichienne pourrait convenir à la situation française, mais non dans son ensemble. D’abord, la laïcité à la française appelle des règles différentes. Ensuite, la présence musulmane en France est beaucoup plus diversifiée qu’en Autriche puisqu’elle est soumise à l’influence de multiples pays d’origine (Algérie, Maroc, Turquie, confréries de certains pays d’Afrique subsaharienne…), sans oublier le rôle de certains pays du Golfe. Or, le premier rôle d’un gouvernement, avant même la politique économique et sociale, est d’abord d’assurer la concorde sociale sur le territoire. Un gouvernement qui, comme aujourd’hui, est obligé de poster des militaires devant des écoles ou des lieux de cultes, est un gouvernement qui n’assure pas ce devoir, pourtant essentiel. Il ne peut donc être indifférent aux causes d’une situation où « la France ne fait plus société ». Et la loi de 1905, bien entendu, ne peut pas à elle seule aider à combattre le totalitarisme islamiste. Les pouvoirs publics ne peuvent donc rester indifférents ni au rôle souvent nuisible de pays étrangers qui s’activent auprès de Français musulmans, dont la Turquie, pour le moins très laxiste avec Daech, et qui semble la plus active, selon un haut responsable des cultes au ministère de l’intérieur (6). Un État qui se respecte doit contrarier et, mieux, stopper les influences étrangères qu’il juge néfastes auprès de ses nationaux, tout en faisant en sorte que l’enseignement religieux ne soit pas contraire à ses principes.

---

(1) Editions du Cerf. Depuis sa première publication en 1975, introductions et annotations ont été complétées. Et surtout, la nouvelle édition 2010 de la TOB 2010 constitue un événement éditorial et œcuménique sans précédent, puisqu’elle est compétée de six livres deutérocanoniques supplémentaires, en usage dans la liturgie des Églises orthodoxes.

(2) Dumont, Gérard-François, Démographie politique. Les lois de la géopolitique des populations, Paris, Ellipses, 2007.

(3) Dumont, Gérard-François, "La Turquie et l’Union européenne : intégration, divergence ou complémentarité ?", Géostratégiques, n° 30, 1er trimestre 2011.

(4) Dumont, Gérard-François et alii, Les racines de l’identité européenne, Paris, Éditions Economica, 1999.

(5) Dumont, Gérard-François, Verluise, Pierre, Géopolitique de l’Europe, Paris, Armand Colin - Sedes, 2014.

(6) Godard, Bernard, La question musulmane en France, Fayard, 2015.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 27/02/2015 - 14:16 - Signaler un abus Les chrétiens ont financé leur lieux de cultes

    Cathédrales, églises, chapelles, et pourtant il fallait avoir beaucoup de foi compte tenu de la pauvreté à l'époque. L'islam s'installe en France sans aucun consentement des français de souche et voudraient que l'on leur construisent leurs mosquées ( dont l'entrée est interdite aux non musulmans) et c'est ce que l'on fait en versant des aides aux associations musulmanes afin de détourner la loi de 1905. Plus rien ne les arrêtent dans leur invasion de la France avec l'aide de politiques et de pays pétroliers, et ça marche, on laisse faire. Ou est MLP? Invisible....

  • Par zouk - 27/02/2015 - 18:49 - Signaler un abus Autriche: le Coran enseigné dans les écoles

    Mais nous n'avons pas d'enseignement religieux dans nos écoles TABOU absolu et surtout nous n'avons pas le courage fût ce d'y penser

  • Par vangog - 27/02/2015 - 19:19 - Signaler un abus C'est une excellente mesure!

    Il faudra instituer cette loi lorsque les patriotes auront rendu leur pouvoir au peuple de France, ce qui ne saurait tarder...

  • Par cadi67 - 28/02/2015 - 08:38 - Signaler un abus Pragmatisme

    Bravo aux autrichiens pour cette mesure de bon sens. Pourquoi pas les autres religions ? Peut-être parce que ce ne sont pas les bouddhistes, par exemple, qui appellent aux meurtre les chiens d'infidèles.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérard-François Dumont

Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris 4-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de Géopolitique de l’Europe (Armand Colin).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€