Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tempête boursière sur un groupe endetté : Altice en route pour un destin à la Vivendi période Messier ?

La récente chute du cours d'Altice (-57% en 5 mois) montre les interrogations certaines que suscite le groupe aujourd'hui.

Dans la tourmente

Publié le

Autrement dit, si la tempête devait s'intensifier au point de conduire à un changement de bloc majoritaire, il ne faut pas exclure des recherches de responsabilités à l'intention des mandataires sociaux.

A titre personnel, je veux croire à une crise de croissance, à une sorte de palier de digestion post-acquisitions et crise de boulimie ( Numéricâble, SFR, Portugal Telecom, Libération, L'Express, Suddenlink, Cablevision, NextRadioTV ) mais l'histoire économique est remplie de coups de Trafalgar.

Un secteur en ébullition…

L'histoire d'Altice pourrait être aussi mouvementée que celle de Citroën sauvée une fois par Michelin puis par Peugeot.

Autrement dit, en me calant sur des propos récents de Xavier Niel ( Iliad / Free ) ou de Stéphane Richard ( Orange ), il ne faut pas exclure une consolidation du secteur d'autant plus plausible qu'à 10 euros l'action, Altice n'est pas cher surtout si certaines banques acceptaient de restructurer la dette au moyen de conventions d'anatocisme voire d'augmentations de capital souscrites par compensations partielles de créances certaines, liquides et exigibles.

Pour paraphraser un élu de Tulle remarquable en constitution de dette, " Moi, créancier d'Altice, je ne resterai pas inerte ! ".

Enfin, un peu de stratégie…

Le stratège Armando Pereira va devoir convaincre le fondateur d'une nouvelle stratégie télécoms au niveau mondial. S'il y parvient, la dégringolade boursière sera endiguée et la pression sur le " daily business " se fera moins pesante. Mais comme dit précédemment, il y a certainement dans le monde une équipe de banquiers d'affaires qui scrutent la proie Altice comme devraient nous l'indiquer les journalistes spécialisés de BFM Business…

Quand on perd près de 17 milliards de capitalisation boursière, on se trouve dans la situation de Serge Tchuruk qui avait vu le titre Alcatel chuter de 39% lors de la sinistre journée du 17 septembre 1998

" Désailé, le canard n'a jamais repris son envol " pour reprendre les termes de Christian Cambier.

Il faut en effet concevoir la médecine d'urgence à laquelle Altice va être soumis : cela ne se fera pas sans vague au plan des fournisseurs ou des personnels.

Le spectre des cessions d'actifs de Vivendi ?

De manière évidente, on songe à établir une comparaison avec Vivendi où le président Messier avait eu une stratégie anticipatrice remarquable ( mix tuyaux et contenus ) mais un déroulé au quotidien plus contestable.

Chez Altice, on voit une boulimie et une grande différence. Vivendi, pour mille raisons ( que Xavier Niel a parfaitement assimilées ) ne pouvait pas flancher car c'était un pan du capitalisme barbichette à la française et une institution puisque héritière de la Générale des Eaux et de ses réseaux, à tous les sens du terme.

L'Amiral Drahi a su être séducteur pour lever de la dette : il doit maintenant rassurer sur sa capacité à " délivrer " du chiffre d'affaires ce qui n'est pas matière d'instinct mais de matrices stratégiques face à des marchés turbulents.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 14/11/2017 - 09:42 - Signaler un abus Altice?

    Rafraichissez-moi la mémoire, c'étaient pas les grands copains de Hollande et Macron?

  • Par vangog - 14/11/2017 - 10:55 - Signaler un abus La fin du capitalisme de connivence gauchiste et mondialiste?

    De sa holding immatriculée à Guernesey, il ne reste que neuf petits milliards au Franco-Maroco-Israelien Drahi...ce saint-homme qui vit en Suisse choisira plutôt de se faire racheter, plutôt que périr avec son navire...ce n’est pas le genre de la gauche! Je crois que la nébuleuse Lazard-Pigasse-Le Monde-l’Express-BFM-Libération, organe de transmission du pouvoir macroniste va souffrir, car SFR ne se relèvera pas...on parie?

  • Par hermet - 14/11/2017 - 11:55 - Signaler un abus Drahi vise les USA

    Drahi veut les USA, sur le fond il a raison car le marché est plus porteur que l'Europe et la France. Pour rentrer sur le marché US il faut être gros, c'est pour ça qu'il a fait tout ces acquisitions en Europe et en France, il va devoir se débarrasser de l'Europe maintenant (SFR, BFM....) et les acheteurs devrait se présenter si le cours continu de baisser avec un peu de chance il va dégager du cash pour développer l'activité US.

  • Par tapio - 14/11/2017 - 12:20 - Signaler un abus Ce que je ne comprends pas,

    c'est que la France n'a pas encore lancé à Israel de demande d'extradition de Drahi. Vous dites ? Que Drahi est toujours là, en France, ou en Suisse, ou au Maroc, et n'est même pas inculpé ? Certes, mais vu la lenteur extrême (sic) des réactions d'Israel au sujet des binationaux réfugiés, il vaut mieux s'y prendre dès à présent ...

  • Par Beredan - 14/11/2017 - 17:49 - Signaler un abus Claque méritée

    Pour un des sponsors de notre cabotin en chef ...

  • Par Liberte5 - 14/11/2017 - 17:49 - Signaler un abus Altice a du plomb dans l'aile c'est sûr!!

    P. Drahi a beaucoup préempté grâce à des taux d'intérêt très bas. Et il a fait des erreurs." Il a eu les yeux plus gros que le ventre". Aujourd'hui le bateau prend l'eau car la concurence est rude. Les ressources insuffisantes pour équilibrer les comptes et surtout rembourser la dette. Les ennuis sérieux vont commencer et l'on va assister à la vente de ce conglomérat d'affaires: le secteur presse, BFM, SFR. Mais tout cela ne permettra pas de tout rembourser. La Fontaine est toujours d'actualité " la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf". Elle va éclater.

  • Par Liberte5 - 14/11/2017 - 17:53 - Signaler un abus Erreur:P Drahi " a beaucoup emprumté gràce à........

    des taux....

  • Par philippe de commynes - 14/11/2017 - 23:28 - Signaler un abus Il y a encore de la marge

    à la baisse des cours, aujourd'hui pour racheter altice il faut mettre 66 milliards ( 50 de dettes et 16 de capitalisation boursière). Imaginons qu'altice ne puisse pas survivre par ses propres moyens et soit obligé de se faire racheter, et que le meilleur disant ne soit disposer qu' a mettre 50 milliards sur la table ... cela supposerait un cours réduit à néant, je ne sais pas ce qu'altice va devenir, peut-être que drahi va faire des miracles, en attendant pour les actionnaires il y a de quoi flipper, et çà se voit, c'est le sauve qui peut ...

  • Par Ajar - 15/11/2017 - 11:12 - Signaler un abus Panique

    Drahi se planque c'est pas bon signe, petits actionnaires vendez vite le bateau coule vite .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€