Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tempête autour d’un « Petit peuple des petits blancs » ou l’incroyable talent de la France pour se créer des polémiques qui la détournent du réel

Alain Finkielkraut se retrouve encore sous le feu des critiques des "progressistes" toujours prompts à s'indigner à tort et à travers pour sa réflexion sur l'absence des "non-souchiens" durant l'hommage à Johnny Hallyday. Analyse.

Alain Finkielkraut

Publié le
Tempête autour d’un « Petit peuple des petits blancs » ou l’incroyable talent de la France pour se créer des polémiques qui la détournent du réel

Atlantico : Suite à l'hommage rendu à Johnny Hallyday, le philosophe Alain Finkielkraut a déclaré "Le petit peuple des petits blancs est descendu dans la rue pour dire adieu à Johnny, il était nombreux et il était seul."​ avant de préciser "Les non-souchiens brillaient par leur absence", et ai ainsi provoqué de nombreuses critiques.​ Au delà du caractère polémique de la déclaration d'Alain Finkielkraut, et en écartant le débat relatif ​aux​ intentions supposées du philosophe, n'est-il pas surprenant de vouloir refuser "à priori" le constat dressé, tout comme le fut​, en son temps,​ le constat fait par Emmanuel Todd concernant les manifestants du 11 janvier 2015 ​(dans une logique bien différente) ?

Jean-Philippe Vincent : Il existe une grande capacité en France à s’émouvoir de ce qui n’est en définitive qu’une suite de mots, présentant une certaine logique et aboutissant à une conclusion, évidemment discutable. Qu’on se rappelle l’incroyable tohu-bohu créé par la déclaration du général de Gaulle qualifiant le peuple juif de « peuple d’élite, sûr de lui et dominateur ». Pourtant, dans l’esprit de de Gaulle, des qualificatifs comme « peuple d’élite et sûr de lui » constituaient un éloge prononcé. Et même « dominateur » était probablement flatteur dans l’esprit du général. Tout cela pour dire qu’en France il est d’usage de surréagir à « ces suites de mots », dès lors que l’auteur est dans le collimateur des médias.

Revenons aux propos de Finkelkraut. Ils ne constituent pas selon moi un constat, mais ce qu’on appelle en anglais un « stylised fact », un fait stylisé. Au départ, il y a évidemment le fait de ceux qui assistaient aux funérailles de Johnny. Mais ce fait est stylisé au sens où il sert à esquisser un débat et à délivrer un message. Et ce message est : la France d’aujourd’hui et la France des années 1960 et 1970 n’ont rien à voir. Tout le monde en conviendra. Mais, la personne de Johnny, la durée de son succès, la persistance de sa popularité révèlent une chose qui est presqu’insupportable aux progressistes : avec la mort de Johnny, une certaine France est morte ou en passe de mourir. Or beaucoup ont la nostalgie de cette France et c’est l’un des messages de Finkelkraut, message odieux pour les progressistes.

Le problème de ces derniers est qu’ils sont incapable de faire la différence entre un constat (ou un « fait stylisé ») et un jugement éthique. Forts de leur « éthique » (laquelle est d’ailleurs un objet éthique non identifié) ils condamnent systématiquement tous ceux qui s’écartent un tant soit peu de leur doxa. Ceux qui ne font pas le même constat/jugement qu’eux sont forcément des « salauds », pour reprendre la terminologie sartrienne. Donc, Finkelkraut est un « salaud » (au sens de Sartre) parce qu’il conteste que le relativisme intégral qui sévit soit une bonne chose.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 12/12/2017 - 08:46 - Signaler un abus Ce n'est pas croyable

    On n'a plus le droit de décrire ce que l'on voit de ses yeux . Il n'y avait pas de "diversités " , mais chuut, il ne faut pas le dire ! On a peur de prendre conscience de différences culturelles ? Ben oui, il y en a , les diversités préfèrent le RAP de NTM , c'est ainsi, et les Souchiens préfèrent Johnny . A la mort de NTM, il faudra que le gv fasse un hommage , sinon, il n'y a pas d'égalité . . ô, Michel Houellebeck, qu'en dites vous ?

  • Par Carl Van Eduine - 12/12/2017 - 09:07 - Signaler un abus C'est le philosophe qui a raison

    Procès contre Finkelkraut d'autant plus malsain que l'affirmation du philosophe _ qui énonce un fait _ repose sur un autre fait : quand Johnny a émergé, et créé le "coeur" de ses fans, à l'époque, on ne disait pas souchien, on disait Français, indépendamment de la couleur de peau d'ailleurs. Ce que le FN, le CRAN, le PIR et autres racistes ont bien mis à mal depuis, en divisant pour mieux régner. Compte tenu de cette histoire, c'est peut-être vrai que la diversité culturelle n'était pas représentée au mieux dans la foule qui entourait Johnny. Et alors ? Le problème de l'intelligentsia française, sauf quelques ovnis comme Finkelkraut, c'est qu'elle ne raisonne plus. Elle s'est mise à l'unisson des réseaux sociaux : elle résonne !

  • Par l'enclume - 12/12/2017 - 10:11 - Signaler un abus A vomir

    Alain Finkielkraut condamné par le buzz. Ce qu'il a vraiment dit sur le public de Johnny Hallyday Voir l'article complet sur le site Causeur.fr. Les salopards des Inrocks ont comme d'habitude extirpé une phrase de son contexte, afin de faire condamner Finkielkraut.

  • Par ISABLEUE - 12/12/2017 - 10:12 - Signaler un abus bien sûr qu'il a raison

    Il a décrit ce qu'il voyait. Je me suis fait la même réflexion samedi en regardant les images !! Je suis FINKIE

  • Par Atlante13 - 12/12/2017 - 10:39 - Signaler un abus Soyons précis,

    quand on parle de Progressistes, ce sont bien les Pourrisseurs, n'est-ce pas?

  • Par Mario - 12/12/2017 - 12:07 - Signaler un abus oui mais comme ils sont

    oui mais comme ils sont majoritaires dans les medias, c'est leur son de cloche qui touche les gens. Comprenez bien qu'ainsi les auditeurs s'éloignent de la pensée de fienkelkraut qu'ils voient comme un sale type. Donc à chaque fois, nos progressistes gagnent .Il faudra recupérer les medias , la fonction publique , enseignants en tete pour y arriver.

  • Par pale rider - 12/12/2017 - 12:34 - Signaler un abus les conservateurs aussi : leur confiance dans la démocratie

    vient de ce qu’ils sont convaincus que le bon sens est équitablement réparti et qu’il y a plus de bon sens dans le peuple que chez les courtisans progressistes qui habitent les médias : Tout à fait !

  • Par Liberdom - 12/12/2017 - 13:11 - Signaler un abus Les cris d'orfraie des pourris...

    Toute la classe médiatique (ou presque) se déchaîne comme chaque fois qu'un évènement met objectivement à mal la bienpensance ambiante. Merci Finkelkraut d'avoir mis le doigt sur cette évidence : Johnny était bien l'artiste chéri par un public qui n'est pas celui des antiracistes professionnels et subventionnés, des politicards qui inventent tous les jours une nouvelle taxe pour se payer leur électorat d'assistés, des journaleux de la classe médiatique tout aussi subventionnés. Le concerts assourdissant des pourris de la république.

  • Par Alain Proviste - 12/12/2017 - 14:44 - Signaler un abus Ca crevait l'écran

    Le caractère populaire et "de souche" de la foule crevait les yeux. C'est exactement le peuple que conchie les "progressistes".

  • Par Liberte5 - 12/12/2017 - 19:49 - Signaler un abus Conclusion: la France Black, blanc, beurre est une chimère...

    Malgré une propagande digne de l'ex Union Soviétique, le vivre ensemble heureux n'existe pas. Seulement dans la tête de tous les collabos pour une invasion programmée de la France.

  • Par vangog - 13/12/2017 - 00:16 - Signaler un abus Progressistes ou régressifs de gauche?

    Selon moi, ceux qui refusent de voir la vérité en face, ceux qui refusent les progrès de la science, ceux qui refusent le sens de l’histoire des peuples vers leur identité, ceux qui ont peur des opinions divergentes, ceux-là sont en général gauchistes et plus spécifiquement régressifs que progressistes...mais la gauche a l’habitude d’inverser le sens des mots...

  • Par KOUTOUBIA56 - 13/12/2017 - 10:29 - Signaler un abus il y en a qui manque d'acuité

    il y en a qui manque d'acuité visuelle!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! c'est a peu près comme s'ils soutenaient que tu as le nez au milieu du dos !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 50 ans de socialisme ça lave les cerveaux!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Par Henrik Jah - 13/12/2017 - 12:20 - Signaler un abus Saint Thomas ne croit que ce qu'il voit

    Les bien-pensants au lieu de dire des conneries auraient du regarder la cérémonie d'hommage à Johnny : pas un seul black ni arabe que des blancs. En revanche quand un pays gagne un match de foot et qu'il y a de la casse et des flics caillassés bizarement c'est toujours des "français d'origine maghrébine". On peut débattre des causes mais les faits sont ce qu'ils sont et sont irréfutables.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Vincent

Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€