Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Télévision et démocratie, même combat : la course à l’audimat

Au lendemain des 10 ans du décès du sociologue Pierre Bourdieu, parallèle entre sa critique de la télévision et la campagne présidentielle actuelle.

EDITORIAL

Publié le

Revenons sur quelques aspects relevés par Bourdieu à propos de la télévision, en rapprochant notamment contenu rédactionnel et contenu programmatique. Bourdieu explique que les rédactions s’épient mutuellement pour regarder ce que les autres traitent comme sujets, et sous quel angle, pour à leur tour l’aborder, sous un angle différent, nécessairement plus pertinent. Il témoigne alors, en s’amusant, que ce sont les journalistes qui lisent le plus les journaux, et qui sont persuadés que tout le monde a vu ou lu le sujet qui les a eux-mêmes marqués.

Bourdieu considère alors qu’ « il faut lire ce qui est dit pour savoir ce qu’il faut dire ». Nous sommes également dans le cadre des campagnes électorales dans cette phase permanente d’observation de l’autre, attendant qu’il se dévoile pour riposter, ou au contraire essayant de prendre un temps d’avance comme un journaliste chercherait le scoop à dévoiler avant les autres, et les forçant à réagir, à suivre.

La règne de l’audimat critiqué par Bourdieu comme le diktat du succès commercial, jusqu’alors suspect et condamnable, est aussi devenu la quête absolue des campagnes électorales. Cet audimat démocratique ultime correspond bien sûr au nombre de suffrages, et c’est là bien naturel, mais c’est aussi devenu le critère d’évaluation permanent, en temps réel, des moindres faits, gestes et paroles tout au long de la campagne. Dès lors, les questions obsessionnelles des équipes de campagne, qui sont également devenues les critères d’évaluation des journalistes eux-mêmes, concernent le nombre de reprises médiatiques, « d’images », de visionnages, désormais de volume d’e-conversations. Le succès d’une entrée en campagne, d’une émission ou d’une annonce est jugé au nombre de tweets générés. La démocratie est devenue elle aussi une course à l’audimat.

A propos du culte, ou disons du fléau, des idées reçues, comme des raccourcis de la pensée : là encore Bourdieu explique que la course à l’audimat pousse à la vitesse, à la pensée rapide, à ce qu’il appelle joliment les « fast thinkers », qui pensent plus vite que leur ombre. Le besoin pédagogique n’étant dès lors plus nécessaire étant donné que « les idées sont déjà reçues … car ce sont des idées reçues » (Bourdieu appréciait particulièrement ce genre de figures de styles … pas très éloignées du slogan publicitaire finalement … une autre forme de raccourci de la pensée ). Toujours est-il qu’un des travers que cela peut occasionner dans le débat démocratique est qu’il est inutile d’expliquer et de développer comment mettre en place ce qui est admis et accepté sans besoin de démonstration. Combattre la finance mondiale (évoqué par tous) devient alors une idée qui se suffit à elle-même. Inutile d’en expliquer les modalités dès lors qu’elle est acquise et qu’elle sonne comme une évidence. Et comme rien n’est plus difficile que d’expliquer l’évidence, tout le monde s’en arrange.

Les faits divers quant à eux, comme le disait Bourdieu, sont là pour faire diversion (j’avais prévenu sur le goût des formules). Les petites phrases sont devenues les faits divers des campagnes électorales, tout comme les ajustements tactiques et rhétoriques. Au delà des histoires de pédalo, de condamnation pour hyperactivisme ou pour mimétisme Mitterandien, il suffit que Nicolas Sarkozy explique qu’il n’est pas contre François Hollande mais contre la crise pour que François Hollande explique qu’il n’est pas contre Nicolas Sarkozy mais contre le système bancaire. Personne n’aime, ni la crise, ni le système bancaire. Que l’un dise qu’il a changé, pour que l’autre explique qu’il na pas besoin de changer. Que l’un soit accusé d’aimer l’argent pour que l’autre déclare aimer les gens, etc.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Renaudin

Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€