Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Tchad serait-il la prochaine proie de l’Etat Islamique ?

Alors que l'Etat Islamique tente actuellement de s'installer durablement en Afrique, notamment au Sahel et en Libye, la situation intérieure du Tchad laisse présager une fragilité inquiétante, même si le groupe terroriste est encore loin de planter son drapeau à N'Djaména.

Métastases

Publié le
Le Tchad serait-il la prochaine proie de l’Etat Islamique ?

Atlantico : L'enseignant-chercheur au CER de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis-UFR CRAC (Sénégal), Bakary Sembe, estime que si le "verrou tchadien saute", l'Etat Islamique s'étendrait plus vite au Sahel. La menace est-elle réelle ? Quelle est la place du Tchad dans la lutte contre l'EI ?

Frédéric Encel : Le Tchad est opposé à l'islamisme radical, du moins tant que la menace sur sa souveraineté est réelle ; ainsi, face au groupe terroriste nigérian Boko Haram, l'armée tchadienne a mené des opérations militaires, en particulier autour du Lac Tchad. Mais les choses se compliquent si l'on parle de groupes djihadistes en provenance de Libye. C'est moins clair lorsque la frontière n'est plus directement menacée... De même, lors de la grave crise centrafricaine de 2013, le président Deby a manifestement privilégié une lecture ethno-religieuse des événements, se faisant le protecteur de la population musulmane du pays voisin...  

Et pour vous répondre concrètement sur les barbares de l'Etat islamique - aujourd'hui installés par milliers en Libye - il est encore trop tôt pour affirmer que le Tchad mène la lutte de façon déterminée et efficace.

De toute façon, même si le pouvoir changeait après le scrutin d'avril, il est peu probable que Daesh s'imposerait au Tchad ; non seulement les citoyens tchadiens - musulmans traditionnalistes mais, comme les autres Sahéliens, non arabes et se méfiant de l'islam politique - n'accueilleraient pas ces fanatiques à bras ouverts, mais encore ces derniers n'occupent-ils pour l'heure qu'une bande de terre côtière septentrionale, donc très éloignée de l'aride zone frontalière libyo-tchadienne.

La situation politique du Tchad n'est pas parmi les plus stables. Quelles sont les raisons de ces troubles et comment peuvent-ils affaiblir le pays face aux différents mouvement terroristes ?

Comme dans d'autres pays d'Afrique, l'extrême longévité au pouvoir d'un homme - et parfois de son clan - exaspère la population. On l'a vu encore très récemment au Burundi et ailleurs, sans même revenir sur le maelström du printemps arabe de 2011 ! En l'espèce, voilà plus de deux décennies et demie que Idriss Deby est en poste. Son bilan économique n'est d'ailleurs pas des plus mauvais, mais avec la montée en force des exigences démocratiques de l'opinion, cela ne suffit plus. D'autant que le niveau de pauvreté demeure très élevé, et que le népotisme et la corruption endémiques gênent les investissements potentiels et sapent la confiance de la population. Au fond, le pouvoir présidentiel usé - doté d'un puissant outil militaire - s'inquiète davantage de la contestation démocratique interne que des coups de force extérieurs, qu'ils proviennent du Soudan ou du Nigéria.

Si l'Etat Islamique parvenait à prendre le Tchad, ou au moins à s'y installer durablement, qu'elles seraient les conséquentes directes pour l'Europe ? Pour la France, qui entretient des relations étroites avec le Tchad ?

Je ne crois pas à la prise de contrôle par Daesh du Tchad. L'armée tchadienne est efficace, disciplinée et équipée, entraînée de surcroît par des officiers français en vertu de nos accords bilatéraux datant des années 1970 et 1980. En revanche, en effet, si ce pays devait être déstabilisé - comme il le fut lors des terribles coups d'Etat et guerres civiles de cette période, la France serait contrainte de réagir. D'abord parce que nous avons des troupes et des matériels sur place (opération Epervier), ensuite car Paris s'est engagé à lutter contre le djihadisme au Sahel ; le Mali, par exemple, fut littéralement sauvé des bandes djihadistes en janvier 2013, et le Niger contigu est très fragile. Donc, oui, de ce point de vue-là aussi, il serait sans doute souhaitable qu'il y ait transition démocratique en douceur au Tchad...

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Encel

Frédéric Encel est professeur de relations internationales à la Paris School of Business et maître de conférences à Sciences-Po Paris. Il a notamment publié Petites leçons de diplomatie, parus aux éditions Autrement, De quelques idées reçues sur le monde contemporain ainsi qu'un Atlas de la géopolitique d'Israël, parus aux éditions Autrement. Il a assuré la chronique internationale quotidienne de France Inter en 2013-2014. Il est l'auteur de Géopolitique du printemps arabe (septembre 2014, PUF).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€