Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Taxe sur les dividendes : le feuilleton continue

En France, à chaque problème sa taxe et à chaque solution, sa taxe aussi. Et maintenant, à chaque solution son développement foireux qui entraîne (ô surprise) de nouveaux déboires financiers pour l’Etat.

Mal français

Publié le
Taxe sur les dividendes : le feuilleton continue

Comme je le faisais remarquer dans un précédent billet, en France, à chaque problème, sa taxe, et à chaque solution, sa taxe aussi. Et maintenant, à chaque solution son développement foireux qui entraîne (ô surprise) de nouveaux déboires financiers pour l’Etat.

Ah, franchement, il n’y a pas à tortiller : la gestion des deniers publics dans ce pays a quelque chose de magique puisqu’à mesure qu’on découvre l’une ou l’autre catastrophe financière essentiellement causée par l’indigence crasse de nos politiciens dans la mise en place d’une mesure idiote, on se rend compte que la correction de cette catastrophe aboutit assez systématiquement à un remède pire que le mal et un trou budgétaire au moins aussi grand.

Actuellement, c’est Bruno Le Maire qui nous sert de sapeur Camember avec les péripéties de la taxe sur les dividendes qui se transforme, comme prévu, de catastrophe financière logique en une véritable série à suspense dont vous (le contribuable) êtes sinon le héros, au moins le producteur imposé.

Ici, si je parle de catastrophe financière logique, c’est bien parce que dès le départ tous les éléments étaient en place pour aboutir à un pataquès mémorable dont la facture finale, pour le moment autour de 10 milliards d’euros, ne cesse d’enfler doucement. Pour rappel, tout avait commencé en 2012 avec les promesses électorales ineptes du fanfaron Hollande, alors décidé à tabasser « les riches » et faire son ennemi de « la finance ». La traduction concrète de cette purée démagogique niaiseuse fut cette taxe sur les dividendes particulièrement contre-productive qui fut mise en place par l’insipide gouvernement Ayrault dans la seconde loi des finances rectificatives du 16 août 2012, avec une « contribution additionnelle » à l’impôt sur les sociétés, c’est-à-dire une taxe à 3% sur les dividendes versés par les entreprises.

Pourtant, dès le départ c’est-à-dire dès la germination de cette idée ridicule, des avocats fiscalistes et plusieurs personnalités politiques et juridiques avaient fait savoir que cette taxe serait très probablement impossible à appliquer, ou, en tout cas, serait retoquée un jour ou l’autre par l’une des institutions républicaines voire européennes.

Bien évidemment, le capitaine de pédalo Hollande et son équipe de moussaillons un peu simplets n’en eurent cure, imposèrent cette nouvelle taxe et purent se faire proprement éjecter de leurs postes au cours des années suivantes sans plus risquer la moindre poursuite. Pourtant, comme prévu, le Conseil constitutionnel, la Cour de Justice de l’Union Européenne et la Cour des comptes retoquèrent cette taxe.

Et comme prévu, le gouvernement actuel se retrouve à devoir rembourser les sommes prélevées aux entreprises indûment ponctionnées.

Cependant, ne vous inquiétez pas ! Bruno Le Maire, l’actuel locataire de Bercy, pas plus compétent que ses prédécesseurs a déjà, comme prévu, une solution : on trouvera l’argent destiné à rembourser les entreprises trop ponctionnées … en ponctionnant ces entreprises au travers d’une nouvelle taxe (exceptionnelle, bien évidemment !).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 07/11/2017 - 09:17 - Signaler un abus pauvre FRANCE !!! ingouvernable ? la raison est simple !!

    Pour des raisons personnelles du SYSTEME (nos gouvernants) taxes et impots sont les variables d'ajustements ... Notre fiscalité a tellement été faite de BRIC et de BRAC depuis des lustres pour réduire au maximum la charge fiscale des RICHES et AISES que, dès lors qu'on touche à une mesure, on touche inévitablement à une autre qui dérègle le système, ALORS ON EN CREE une NOUVELLE.... SI TOUS LES GARS du MONDE !!!! SI TOUS LES C ONTRIBUABLES FRANCAIS, étaient soumis aux même règles fiscales, ce serait un jeu d'ajuster les redevances au coup par coup du MARCHE... Ce serait en FAIT TROP SIMPLE... C'est pourquoi, je réclame en permanence une réforme de la constitution, instituant, à la place du SENAT et du CONSEIL ECONOMIQUE et ENVIRONNEMENTAL, le CONTROLE de l'ETAT et de sa GESTION par une institution libre et indépendante, constituée de candidats, non élus politiques, ni syndicaux, élus au suffrage universel direct départemental... (pouvant même supprimer la COUR des COMPTES ... ou alors que la cour des comptes devienne dépendante de cette institution. AH... qui le VEUT ?????? DITES LE, un jour ou l'autre quelqu'un en PARLERA NECESSAIREMENT ?????

  • Par zen-gzr-28 - 07/11/2017 - 10:23 - Signaler un abus Excellent article.

    Il vaut mieux en rire qu'en pleurer. D'accord pour la suppression du ministère de la culture et pourquoi ne pas ajouter celui de l 'égalité Hommes / Femmes ! Que la cour des comptes soit entendue, son rôle de contrôle est remarquable. Qu'en fait l'exécutif ?

  • Par vangog - 07/11/2017 - 12:19 - Signaler un abus Sucrer le ministère de l’(in)-culture? D’accord!

    Mais la grande famille des théâtreux, filmeux, télévision publiqueux et autres cultureux, copains d’Ernotte-tête-de-linotte, sans autre talent que subventionné, vont faire la gueule...peut-être même bloquer le périf avec des chars de la gay-pride! oh et puis zut! On s’en fout! Dix milliards de gagnés! Chiche, Macron-Rothschild?...

  • Par gilbert perrin - 07/11/2017 - 13:44 - Signaler un abus Zen-gzr : cour des comptes ?

    y sont nommés des amis cooptés.par le pouvoir.?. comment voulez vous qu'ils soient efficaces ??? ils n'ont de pouvoir que le contrôle mais aucun pouvoir de sanction et, vous croyez que çà suffit ??? Sans ma proposition de contrôle par le peuple : RIEN NESERA JUSTE, RIEN NE SE FERA pour sanctionner les erreurs, les malfaçons, les corruptions, les laisser faire et les laisser aller, la politique des COPAINS QUOI ?????

  • Par Atlante13 - 07/11/2017 - 15:07 - Signaler un abus Merci H16

    et pour apporter de l'eau au moulin, supprimons aussi l'ENA et ses cancres congéniteaux, encore un privilège français qui nous coûte encore plus que le Ministère de la Propagande.

  • Par vangog - 08/11/2017 - 00:19 - Signaler un abus À éliminer: les cours, fondations, observatoires...

    commissions, agences...pour délit d'inutilité et de coût faramineux...j’ai dit!

  • Par Deudeuche - 08/11/2017 - 06:50 - Signaler un abus Excellente suggestion

    Mais je crains que le système parisien ne fantasme sur la suppression du ministère de La Défense, cette machine de guerre anti terra nova et refuge d’adeptes de valeurs suspectes !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€