Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Taxation des contrats courts : premières grognes des professionnels

Tout juste annoncé par Bruno Le Maire, le projet de " bonus-malus " imposé aux entreprises pour juger de leurs bonnes pratiques (ou non) en matière de recrutement, n'a pas tardé à faire réagir.

Bruno Le Maire

Publié le
Taxation des contrats courts : premières grognes des professionnels

Ce bonus-malus voulu par Emmanuel Macron va permettre de pénaliser les entreprises qui, par un recours excessif aux contrats courts de types CDD et intérims, coûtent cher à l'assurance chômage, prendrait la forme d'un taux de cotisation patronale variable, allant de 2% à un maximum de 10%. Actuellement, ce taux est de 4,05%.

Indignation chez les professionnels

Christian Nibourel, président du Groupement des professions de services (GPS), a jugé " inacceptable " lundi le projet du gouvernement d'imposer un 'bonus-malus' sur les contrats courts. Pour lui, l'utilisation des contrats courts est justifiée pour faire face aux surcroîts d'activité. De son côté, la principale organisation du secteur hôtelier, l'Umih a appelé à s'organiserpour montrer " un front uni.

Pour Pierre Gataz, taxer les contrats courts est une "absurdité"

Le président du MEDEF n'a pas non plus manqué de réagir, affirmant qu'une telle mesure ne fera " qu'encourager le travail au noir et le recours au régime des autoentrepreneurs". " Tout système qui vise à taxer des contrats courts, qui stigmatise certains types de contrats ou d'entreprises, est une absurdité et serait totalement contreproductif " a-t-il déclaré. Il rejoint les professionnels du secteur en montrant que ces contrats courts répondent à des demandes spécifiques, comme l'organisation de l'Euro de football ou celle des Jeux Olympiques de 2024. Au passage, il rappelle qu'un coup d'essai avait été mené en 2013 mais qu'il avait rapidement montré ses limites, n'augmentant pas le nombre d'embauches en CDI. 

Une mesure qui s'annonce donc très difficile à mettre en place, surtout quand on la rapproche de la volonté d'Emmanuel Macron d'indemniser les démissionnaires, même s'il est vrai que, le président de la République a fait une légère marche arrière sur la question. Le fait est que la pilule sera grosse à avaler pour les partenaires sociaux qui ne se laisseront pas faire. Et c'est finalement un remaniement de plus grande ampleur qui risque d'avoir lieu dans l'assurance chômage. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 19/10/2017 - 11:58 - Signaler un abus Marre, ils ne font qu'inventer des taxes

    et si on taxait l'incompétence de nos politicards quand les résultats de leurs c**neries n'étaient pas favorables? Par exemple, massacrer fiscalement les français de 40 milliards d'euros pour passer sous les 3% de déficit : pendant 5 ans, Hollande et sa clique d'incapables y ont échoué, conclusion qu'ils nous rendent notre argent en leur mettant une taxe supplémentaire de 50% sur leurs revenus jusqu'à leur décès. Ils ont été élus pour réformer la France, pas pour inventer sans cesse de nouveaux impôts, ça n'importe quel crétin saurait le faire, c'est déjà prouvé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Adrien Pittore

Adrien Pittore est rédacteur à Décider & Entreprendre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€