Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La tactique hollandaise d'effacement de Nicolas Sarkozy de la mémoire collective est vouée à l'échec

Tout au long de la campagne, François Hollande n'a quasiment jamais utilisé le nom du candidat Sarkozy. Ce choix n'était pas anodin, le candidat socialiste préparait déjà une disparition mémorielle, c'est la dammatio memoriae.

Damnatio memoriae

Publié le

Les signes ne sont pas trompeurs, même si le nouveau président a encore du mal à le prononcer : de sondages en couvertures de presse le nom de l’ancien président revient peu à peu à la une. Bientôt sa photo ? Des documentaires sur son quinquennat ? Voire, sait-on jamais, l’homme lui-même, en direct sur les antennes d’Etat ? Hypothèses qui ne sont plus invraisemblables, car une chose est d’ores et déjà acquise : la vaste entreprise de damnatio memoriae, dont il a été l’objet, est en train de tourner court. Elle aura battu son plein pendant exactement quatre mois (début mai-début septembre), durant lesquels le pouvoir socialiste et la quasi-totalité des médias, par proximité idéologique et/ou attirance pour le nouveau, auront envoyé aux « oubliettes » (le mot dit tout !), le précédent titulaire de la charge suprême.

Avec, pour être exact, des prémices dès la campagne électorale lorsque François Hollande refusait de nommer son adversaire autrement que par la périphrase – au demeurant incorrecte en bon français – de « candidat sortant ». Disparition des écrans favorisée, il est vrai par le retrait médiatique du principal intéressé, qui, contre son tempérament, a compris qu’il lui fallait se faire oublier. Le plus longtemps possible, malgré les tentations et autres démangeaisons syriennes…

Une pratique bien ancienne

Vouer son adversaire à la disparition mémorielle est en tout cas un procédé bien connu : sa plus pure expression est, comme toujours, à trouver en littérature avec le 1984 d’Orwell et son « Ministère de la Vérité », réécrivant l’histoire au fur et à mesure et vouant à l’oubli définitif les disgraciés du jour. Echo de l’histoire contemporaine et des pratiques en vigueur dans les régimes totalitaires, en particulier de Staline : on connaît ces photos retouchées, où les Trotski, Kamenev et autres Zinoviev avaient disparu comme par miracle. En fait la damnatio memoriae est aussi vieille que le pouvoir lui-même et l’on en trouve trace dès Égypte ancienne avec la destruction des cartouches et des statues du pharaon Akhenaton, coupable d’hérésie contre le dieu Amon et surtout contre son tout-puissant clergé…

Politique de la mémoire

Mais c’est à Rome que ce phénomène trouva son expression la plus systématique et la plus durable dans le cadre d’une véritable politique de la mémoire. En furent victimes nombre d’empereurs, de Néron à Geta (le visage effacé sur le portrait de famille des Sévères, ci-dessus) en passant par Galba, Domitien ou Commode ; des membres de la famille impériale comme les proches de Germanicus ; des ambitieux intrigants comme Séjan, le terrible préfet du prétoire de Tibère. Prononcée officiellement par le Sénat, la damnatio memoriae, entraînait la disparition du nom (abolitio nominis) et la destruction de toutes les traces du condamné, proclamé ennemi (hostes) de Rome : destruction des statues, effacement des inscriptions et jusqu’au martelage des monnaies !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 11/09/2012 - 10:32 - Signaler un abus Motocrotte

    Qu'il vive heureux avec sa femme et ses enfants... Mais que laissera-t-il dans notre histoire ? Beaucoup des décisions emblématiques du début de son quinquénat ont été abrogées avant même qu'il ne marche pour la dernière fois sur le tapis rouge dans la cour de l'Elysée... Et ne me parlez pas de la réforme des retraites : la France a un des taux les plus bas d'Europe d'emploi des seniors de 55 à 60 puis 65 ans, et ce n'est pas prêt de changer. Une "motocrotte" est passée, et d'un petit coup d'aspirateur...

  • Par ghislfa - 11/09/2012 - 10:35 - Signaler un abus En lisant la presse

    on a plutôt l'impression que c'est à l'opposition ou a une certaine presse qu'il manque. Une chose est certaine, ses tics, sa langue approximative, ses constants anathèmes et l'arrogance qui était la sienne ne manque pas à une grande majorité de la population. Élu par surprise, le scrutin présidentiel de 2007 est la seule élection nationale qu'il ait été capable de remporter. Après, ses gesticulations n'ont pas pu masquer son incompétence foncière et il a pris veste sur veste. Non, même si une frange du monde politique et journalistique lui lance des invocations passionnées, il ne manque à personne et surtout pas à ses successeurs à l'UMP à qui il ferait beaucoup d'ombre en revenant.

  • Par carredas - 11/09/2012 - 11:00 - Signaler un abus le duo de choc Ganesha-ghisfa

    fait une superbe démonstration de réflexe pavlovien... prononcez le nom de Sarkozy et ils réagissent au même moment... et avec une légèreté et une élégance chez Ganesha qui rappelle furieusement Libé... je suppose que la "motocrotte" qui est passée s'appelle F.Hollande ! Qui s'est positionné comme le président normal en contrepied du président anormal dont il ne peut même pas prononcer le nom ? Qui doit réapprendre aux français ce qu'est un premier ministre respecté ( sous-entendu le précédent ne l'était pas par qui vous savez " ? Qui se réfère sans cesse à tout ce que son prédécesseur à fait de mal pour mieux se faire valoir ? Ce n'est pas à la fin de l'année que certains mots reviendront à la figure de F.Hollande, c'est déjà le cas. Le changement c'est maintenant qui devient le changement c'est dans deux ans, moi président je ne tiendrai pas mes promesses, le président normal qui veut donner l'image d'un homme de guerre etc...

  • Par CN13 - 11/09/2012 - 11:12 - Signaler un abus à Ganesha :

    mais qu'attendez-vous pour offrir des emplois aux seniors puisque vous êtes si "beau parleur"... heu... heu... "beau commentateur"..heu.. Ah ! pour donner des leçons aux autres, vous faites la paire avec Hollande et sa bande de potes impotents et coriaces, il faut bien le dire ! mais rien dans le citron !

  • Par ZOEDUBATO - 11/09/2012 - 11:25 - Signaler un abus Il est vrai que la comparaison NS/FH est terrible pour FH

    NS a une stature et l’autorité d’un homme d’état, FH n’a même plus de strapontin à l'International NS pense besoins et peut anticiper et agir dans le bon sens, FH parle de l’avenir qui chante mais pense moyens d’où des actions stériles ou pire qui vont dans le sens contraire (chômage et arrêt de l’embauche) NS veut la relance et des économies structurelles, FH pense impôts ponctuels confiscatoires et oubli la relance NS priorise l’apprentissage et les emplois utiles créant des richesses et financièrement rentables, FH créée des postes de complaisances et de dépenses inutiles pour son clan et parque les chômeurs dans l’assistanat dégradant des emplois aidés. NS veut une immigration régulée et intégrée, FH fait appel à des hommes marqués par d’autres valeurs, d’autres mémoires, d’autres loyautés et se fait élire par des compromis voire des capitulations sur notre propre identité et notre avenir (économie, vie politique, culture, religion, capacités militaires) NS veut l’unité nationale, les citoyens au cœur de la vie publique et l’équité, FH le communautarisme et des corps intermédiaires juge et partie servant de courroies de transmission idéologique

  • Par Nico Attal - 11/09/2012 - 12:07 - Signaler un abus Môa Président ou Docteur Folamour

    En mai 2012, Sarkozy a laissé une France maîtresse d'elle-même avec un vrai projet de redressement, contrastant avec une Europe déjà dans la débâcle. Avec Hollande, le pays n'est plus au bord de la catastrophe, il entre de plain-pied dedans. Hollande se révèle le parfait escroc: après avoir nié la crise et fait obstacle à toute tentative de réforme de son prédécesseur, le voici qu'il l'invoque comme s’il la découvrait. Son impréparation, après 5 ans d'une opposition arrogante et féroce, est flagrante. Manque d’idées, manque de volonté. Le Moi Président est désemparé, son programme de "mesurettes électorales" ridiculisé, son gouvernement inexistant... Il n’est déjà plus dans la réactivité mais dans l’affolement. Otons vite la hache fiscale des mains de ce Docteur Folamour !

  • Par Ganesha - 11/09/2012 - 12:39 - Signaler un abus Zoedubato, Carredas

    Zoedubato, Votre texte présente une excellente qualité littéraire et je le reconnais tout de suite, mais je pense que vous avez raison de le re-publier, pour en faire profiter plus de lecteurs. Ceci dit, votre description du petit Nicolas en "Grand Timonier", digne successeur de Mao-Tse-Toung (Mao Zedong) me paraît bien évidemment relever de l'humour au second degré ! Carredas, Je suis prêt à reconnaître que le second mandat de Jacques Chirac a été surtout marqué par son accident vasculaire cérébral, et que les nombreuse trahisons et mensonges de Mitterand... Je ne suis pas non plus très optimiste sur François Hollande, sa chance, qu'il lui restera à saisir, c'est l'effondrement à très court terme de notre système capitaliste !

  • Par stephanoise - 11/09/2012 - 13:29 - Signaler un abus il n 'est pas à sa place

    Quoiqu' il fasse ou dise , il ne supporte pas une seule seconde la comparaison, bien au contraire.Quoi qu'il fasse ou dise l'enfoncera davantage dans son incapacité à occuper sa fonction et mettra encore plus en évidence ses lacunes, ses incompétences, son manque d'idée, d'initiative, de prise de responsabilité... Sa vie qu'il prétendait privée est une vulgarité affligeante, il l'étale et n'en n'assume la non plus aucune responsabilité... Oui, cet homme est "normal" c'est pour cela qu'il ne peut comprendre et entreprendre quoi que ce soit de sensé et d'adapté à sa fonction... Ce n'est certainement pas en critiquant son prédécesseur qu'il se fera mieux valoir aux yeux de ses électeurs qui commencent à ouvrir grands les leurs et à voir pour qui ils ont voté...

  • Par NRV95 - 11/09/2012 - 14:04 - Signaler un abus On voit ici encore de

    On voit ici encore de l'anti-sarkosysme plus bête ( Ganesha ,est ce pas le dieu éléphant indien avec un grosse trompe et un petit cerveau?) que méchant . Il est évident que Sarko a été loin d'être parfait dans sa gestion de la France ( de mon point de vue et entre autres sur l'immigration ou il a suivi la stratégie de transfusion de peuples) mais il a été un grand gestionnaire de crises, ce que n'est evidemment pas Flamby le Flutiste avec ses panurgistes socaliistes, qui foncent tête baissée et bandeau sur les yeux dans leur incommensurable bêtise idéologique. Non Flamby n'effacera rien, au contraire on peut constater dans les faits la différence de stature et ça se voit déjà.

  • Par mateo62 - 11/09/2012 - 14:15 - Signaler un abus Quand on est de droite on se

    Quand on est de droite on se plaît à comparer la « grandeur » et la « stature » de Nicolas Sarkozy, quand on est de gauche on n’a de cesse de louer le retour à la normale d’un président normal. Laissons deux secondes Hollande là où il est, son heure viendra. Il n’y a bien que dans un esprit de supporteur que l’on peut regretter Nicolas Sarkozy. Que l’on me comprenne bien, le bonhomme, sa taille, sa femmes, ses copains, ses tics, et ses tocs, je m’en suis toujours copieusement battu le steak. Mais le bilan reste calamiteux, et je mets plus cela sur le compte du côté « français » que sur son appartenance à la droite. La droite, dite « bonne, voir meilleure gestionnaire », a augmenté la dette de 600 milliards, créé des dizaines de taxes et impôts nouveaux, a concédé pour la première fois en 2011 à revoir son budget (i.e. en actant que les recettes ne seraient pas au rendez-vous), et nous a copieusement bassiné avec des débats en chambre pesants (laïcité, nationalité, citoyenneté). Comme il y a eu de bonnes choses, on n’en fera pas plus, mais franchement 5 ans plus tard le pays n’a pas rompu avec ses vieux démons et les travers qui sont les siens. On n'est pas passé du jour à la nuit

  • Par mateo62 - 11/09/2012 - 14:27 - Signaler un abus @ZOEDUBATO

    « NS veut la relance »La relance, quelle relance et avec quoi ? Où est dans le quinquennat de NS la baisse de la dépense publique, à part quelques efforts en 2011 sous la pression de nos voisins et des marchés ? Qu’a fait NS pour mettre fin au scandale et au détournement des énormes budgets de la formation professionnelle ? Nous avons toujours moitié moins d’apprentis que les allemands. En 2011, Fillon propose de trouver 11 Md€ pour ajuster son budget aux recettes fantasques. Que penser d’un président dont les députés en Commission, débattent pendant deux heures et amendent la taxation des plus-values sur la vente des résidences secondaires, et ne pipent mot sur la taxation supplémentaire des complémentaires santé ? Cela ne retire rien à vos critiques plus ou moins fondées sur Hollande, mais peut-être ne faudrait-il pas idéaliser l’action et la personnalité d’un président qui n’a pas particulièrement brillé après 2008 par sa capacité à réformer comme pourtant annoncer au clairon. Droite et gauche alternent, mais il n’y a bien que les contemplateurs béats de leur camps, pour ne pas voir la persistance de l’immobilisme national.

  • Par mateo62 - 11/09/2012 - 14:40 - Signaler un abus Sarko suicide

    On peut être de droite et faire le constat que sa non-réélection, Sarkozy la doit pour partie aux travers de sa personnalité. A ses débuts séduisants pour son volontarisme au moins affiché, et cette impression d'être partout en même temps, témoignant d'une implication forte, a succédé le peu de consistance de son programme pourtant affiché "réformateur", les gimmicks de droite à vocation os à ronger (nationalité, identité, laïcité), des gesticulations et beaucoup d'arrogance. Il a abandonné ses projets en moins de deux ans, et a déçu tous les pragmatiques du pays en s'ingéniant à mettre en place puis à maintenir quasiment jusq'au bout son hochet idéologique mais fossoyeur de nos finances publiques : le bouclier fiscal. En déficit structurel, on ne se prive surtout d'aucune recette. On peut être attaché à des principes, à celui consistant à considérer que nul ne doit payer plus de la moitié de ce qu'il gagne. Mais on fait ça, quand on est revenu ou en voie de retour à l'équilibre. Cela a fondamentalement bien torpillé sa présidence (y compris chez certains de ses électeurs), en fournissant des armes à ses adversaires.

  • Par carredas - 11/09/2012 - 14:46 - Signaler un abus Mateo62

    Personnellement je n'attends de personne en général et des socialistes en particulier qu'ils tressent des louanges à N.Sarkozy. Qu'ils cessent juste de dire - qu'ils sont normaux mais extraordinaires ( il va falloir que J.M.Hayrault arrête la pluie de compliments sur son président qui n'est plus normal depuis dimanche ) - qu'ils sont là quand tout va mal heureusement Je trouve les interventions de F.Hollande stressantes car incohérentes, le président des bisous normal qui prend le train et part en vacances, puis l'homme de guerre qui ne parle plus de croissance mais va combattre les déficits et inverser la courbe du chômage, qui peut croire cela...? Certes se sont les actes qui comptent mais dans cette période trouble, il faut avant tout un leader qui redonne confiance et non un caméléon...et question leader, il n'y a pas photo entre les deux.

  • Par NRV95 - 11/09/2012 - 16:26 - Signaler un abus @carredas

    Tout à fait personnellement je pense que c'est "user son clavier" que d'argumenter avec des personnes comme mateo62. Les socialistes ont plus d'idées et de tchatches que de volonté et surtout de capacité à réaliser leurs idées fumantes, car souvent c'est irréalisable et/ou mensonger comme on l'a vu hier soir. C'est pour ceci qu'ils sont "bons" dans l'opposition. Celà dit je ne suis pas particulièrement fan de Sarko pour les raisons dejà énoncées

  • Par Skagerrak - 11/09/2012 - 17:00 - Signaler un abus Oublier NS ?

    Lui , il est plutôt discret . Ce sont les autres qui font sans cesse référence à son nom . Donc pendant ces 5 années à vivre avec notre Flamby , il sera régulièrement évoqué . D'ailleurs c'est sùrement grâce à lui que la presse vend encore ses torchons , parce que notre santon n'est pas trés stimulant .....

  • Par L.Leuwen - 11/09/2012 - 21:46 - Signaler un abus "Monprédecesseur"

    Mme Royal, lors du débat de 2007, n’avait jamais prononcé le nom de son adversaire et ne s’était jamais adressé à lui. Anaphore Normal évoquant « Monprédecesseur » n’a fait que reprendre cette attitude d’une arrogance haineuse envers un adversaire innommé, donc innommable. Il risque une sévère déconvenue car cette stratégie fait de Sarkozy la référence absolue et le met au centre du jeu. La tirade anaphorique ridicule du débat de mai dernier illustre la fatuité d’une gauche campée dans une posture de supériorité morale incontestable. Cette posture est en contradiction avec la bassesse des sentiments manifestée par l’arrogance et la haine. Sarkozy peut en tirer profit.

  • Par vangog - 11/09/2012 - 22:48 - Signaler un abus Les socialo-cocos ont la mémoire sélective!

    Très important les 35 millions de morts du National-Socialisme et la condamnation évidente de cette idéologie mortifère par les médias, enseignants et historiens amis . Beaucoup plus inqietante l'amnésie complice envers le Socialo-Communisme et ses 110 millions de morts, contredits par ces mêmes enseignants, journalistes, historiens . Ce type d'amnésie antérograde est de même nature que celle qui touche Flamby, qui ne sait pas remonter à plus de dix ans pour expliquer le présent et la catastrophe economique qui se profile! Pas mieux avec Sarkosy, dont le nom est gommé systématiquement, mais dont la figure hiératique de "commandeur" ( le père de Don Juan) est invoquée par Flamby à chaque instant...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques, l'historiographie et la rhétorique à Sciences Po. Il est normalien, agrégé et docteur en histoire. Il s'exprime sur Atlantico à titre personnel.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€