Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Y a-t-il quelqu’un dans la salle (de garde) qui a compris le plan de transformation de l’hôpital d’Édouard Philippe et Agnès Buzyn ?

Mais qui a compris la « stratégie de transformation du système de santé » présentée hier par Édouard Philippe et Agnès Buzyn? Alors que les personnels des hôpitaux publics et des établissements pour personnes âgées sont régulièrement en grève pour protester contre leur stress au travail, le gouvernement propose un plan conceptuel, nébuleux, dont la lecture est loin d’être accessible à tous…

Pas clair

Publié le
Y a-t-il quelqu’un dans la salle (de garde) qui a compris le plan de transformation de l’hôpital d’Édouard Philippe et Agnès Buzyn ?

e l’hôpital, et singulièrement de l’hôpital public, on connaît beaucoup de problèmes concrets qui semblent insolubles.

En premier lieu, la souffrance des personnels, nourrie par un management obsédé par les problématiques budgétaires de l’hôpital, a pris des proportions telles que les grèves ou les conflits ouverts se multiplient et deviennent un vrai sujet d’empêchement. En second lieu, les restrictions budgétaires obligent à des fermetures d’établissements qui suscitent également de nombreux conflits. En troisième lieu, l’évolution des pratiques médicales, notamment le développement d’une chirurgie ambulatoire au détriment de l’hospitalisation est un noeud gordien qui semble difficile à dépasser. 

On s’attendait à ce que tous ces points soient traités dans le plan de transformation de l’hôpital. 

Et ils ne le sont pas.

En tout cas pas clairement. 

Le mystère des cinq chantiers de la transformation du système de santé

Il suffit de lire le dossier de presse pour comprendre le caractère totalement éthéré du projet présenté par le gouvernement, et désormais soumis à concertation. On lira par exemple que le premier chantier est intitulé:

INSCRIRE LA QUALITÉ ET LA PERTINENCE DES SOINS AU CŒUR DES ORGANISATIONS ET DES PRATIQUES

Oh! que ça sent bon la note de synthèse de l’ENA. Mais ça veut dire quoi au juste? Le gouvernement ne pouvait mieux illustrer la rupture entre la « base » et les décideurs qu’en ouvrant son projet de transformation de l’hôpital par cette devise d’une abstraction totalement désincarnée. 

Il faut lire les lignes qui suivent pour percer le mystère de cette phrase énigmatique:

La ministre des Solidarités et de la Santé a donc demandé à la Haute autorité de santé de lui proposer dès cette année, des indicateurs de qualité des parcours qui portent sur les dix pathologies les plus fréquentes (par exemple le diabète ou l’insuffisance rénale). Ces indicateurs seront systématisés durant l’année 2019.

Autrement dit, la « tête de gondole » du projet gouvernemental consiste à proposer des indicateurs de qualité… Voilà qui reste très « ENA ». L’idée n’est pas en soi inintéressante. Reste à savoir si elle est à la hauteur des enjeux. 

Les autres chantiers sont à l’encan. On y trouve « REPENSER LES MODES DE RÉMUNÉRATION, DE FINANCEMENT ET DE RÉGULATION », « ACCÉLÉRER LE VIRAGE NUMÉRIQUE », « ADAPTER LES FORMATIONS ET LES RESSOURCES HUMAINES AUX ENJEUX DU SYSTÈME DE SANTÉ », « REPENSER L’ORGANISATION TERRITORIALE DES SOINS ».

Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites! Rien donc (ou juste un paragraphe éthéré), sur la souffrance des personnels. 

Un plan à long terme… mais vraiment ambitieux?

Le plan du gouvernement est ambitieux. Il s’inscrit dans la réflexion et la durée. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 15/02/2018 - 09:38 - Signaler un abus "dépasser un noeud gordien"????

    cela serait plus facile de le dénouer, que de le dépasser, non? mais le socialaud-macronisme a tout inversé, tout perverti...la langue française s'est évaporée avec Michel Déon, remplacé par la bouillabaisse andalouse d'Hidalgomygode...

  • Par GP13 - 15/02/2018 - 16:12 - Signaler un abus Le cancer va métastaser

    L'hospitalocentrisme dans un système cloisonné vient de démontrer ses limites. Le maintien de l'hospitalocentrisme nécessite le décloisonnement du système et l'extension de l'hôpital au secteur ambulatoire. Les difficultés démographiques en médecine générale et dans certaines spécialités risquent de trouver leur solution dans cette extension hospitalière. C'est là un projet qui ne doit pas s'annoncer clairement ce qui explique l'obscurité des récentes déclarations.

  • Par vangog - 15/02/2018 - 22:05 - Signaler un abus Je vais vous traduire, car je sais parler enatique...

    «  découragement généralisé de l’offre de soins! » Ne pouvant toujours pas réaliser des économies, les socialauds-macronistes ont décidé de réduire l’offre de TOUS les soins...TOUS, sans exception! Cela s’appellle le nettoyage par le vide...

  • Par walchp - 28/02/2018 - 17:21 - Signaler un abus cliniques privées:1/3 de l'hospitalisation.....

    mais 60% de la chirurgie! Et qu'on ne me dise pas que "c'est la chirurgie facile", c'est faux Et une bonne part de l'activité qui reste uniquement hospitalière vient du fait que les ARS peuvent octroyer l'exclusivité de certaines activités à l'hôpital publique

  • Par walchp - 28/02/2018 - 17:27 - Signaler un abus Au de la du Baratin

    Un système ou les médecins touchent le même salaire quel que soit leur activité ne pourra jamais rivaliser avec celui ou les gens sont payés au prorata de leur travail réel Et les réunions de travail, les comités de pilotage etc etc.... ne sont PAS un travail réel

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€