Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Syrie : la Russie est-elle en train de réussir la première opération militaire étrangère de l’histoire moderne du Moyen-Orient qui se traduise par un succès ?

Selon l'historien Kamal Alam, la Russie aurait réussi là où les Etats-Unis auraient échoué, en Irak et en Afghanistan, en menant avec succès une contre-insurrection en Syrie. L'historien indique alors "Pour la première fois dans l'histoire moderne, une intervention militaire étrangère a triomphé au Moyen Orient". Comment évaluer cette déclaration ? Comment la Russie est-elle parvenue à un tel résultat ?

Guerre et Paix

Publié le
 

Au regard du cas syrien, quelles sont les leçons à tirer de l'action russe ?

Même s’il ne faut surtout pas enterrer trop vite l’influence de la puissance américaine dans la région, que cela nous plaise ou non, le résultat est sans appel : la Russie est devenue le nouveau maître du jeu avec qui il faut à présent compter et le véritable « Juge de Paix » incontournable de la région. Véritable fer de lance occidental de la lutte contre l’islam radical et jihadiste, les dirigeants russes ont compris que cette question était vitale pour eux. Malheureusement, les responsables français pas encore…
En attendant, même sous l’ère soviétique, Moscou n’avait jamais atteint un tel leadership dans cette partie du monde.
D’autre part, les diplomates russes se sont révélés être les dignes successeurs d’Evgeni Primakov. La Russie a démontré avec succès les bénéfices d’une politique claire, réaliste et pragmatique. Grâce à sa politique de puissance décomplexée au Moyen-Orient, imperméable aux rivalités internes de la région, Poutine parle à tout le monde et tous les grands acteurs locaux se tournent dorénavant vers le Kremlin : la coopération avec Israël, et ce dans tous les domaines, est beaucoup plus profonde qu’on ne le pense et l’Iran, le « partenaire » en Syrie, à présent en grande difficulté, ne peut plus compter que sur les Russes…
Quant à la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite, ses anciens adversaires géopolitiques dans la zone, ils sont depuis allés à Canossa (cf. le partenariat russo-turc en Syrie et le dernier accord entre l’OPEP et la Russie, sur le dos des Iraniens…) et se sont grandement, d’une manière ou d’une autre, rapprochés de Moscou. Les responsables palestiniens isolés (Abbas et Hamas) cherchent aujourd’hui le soutien du Président russe et tous les nouveaux (et futurs) autocrates arabes (militaires algériens, le Président Sissi, le maréchal Haftar en Libye et même MBS à Riyad…) ont tous les yeux de Chimène pour le « Tsar » Poutine, ce dernier ayant démontré avec Assad, qu’il était un allié fiable, solide et sérieux. Enfin, au-delà des bénéfices politiques et géostratégiques, grâce à son intervention en Syrie, la Russie n’a jamais autant vendu d’armes (la guerre ça sert aussi à ça !) et les signatures de contrats commerciaux ont explosé !
Quelle leçon pour les dirigeants et les diplomates français qui se renient dès qu’ils le peuvent en sacrifiant les intérêts stratégiques de la France pour, et souvent en vain, une simple signature au bas d’un chèque de nos chers « amis » (mais surtout clients) du Golfe !
J’aime à répéter la phrase de Michel Rocard sur Radio-Orient, le 28 février 1986 (à propos de la politique d’«abandon» française envers les Chrétiens du Liban pendant la guerre civile) : « Dans le monde arabe, c’est la parole qui engage l’honneur ; on y est respecté en fonction de ses amitiés. (…) Quand, devant un Arabe, on laisse tomber ses propres amis, fussent-ils des ennemis de l’Arabe en question, on se déconsidère ». Tout est dit et cela résume assez bien les raisons, et par-dessus tout le succès, des positions et de la politique russes vis-à-vis du régime de Damas mais également de toute la région…
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Klaus02 - 11/07/2018 - 13:18 - Signaler un abus Remarquable, tout est dit

    Article à transmettre en urgence au Quai d'Orsay...

  • Par Lazydoc - 11/07/2018 - 13:41 - Signaler un abus Parole donnée, parole respectée!

    Impossible en Europe. Chaque élection amène un changement de politique où le nouveau venu déconstruit ce que son prédécesseur avait mis des années à construire. Les pires chez nous ont été Sarkosy (qui a détruit Khadafi après l’avoir encensé) et Hollande (Mistral, voulait envahir un pays quel qu’il soit et a essayé avec la Syrie, puis s’est contenté du Mali et de la Centre-Afrique).

  • Par Stargate53 - 11/07/2018 - 14:10 - Signaler un abus Poutine a fait ce qui doit être fait !

    Nos dirigeants feraient bien de s'inspirer des actions menées par la Russie à l'avenir !

  • Par moneo - 11/07/2018 - 16:16 - Signaler un abus scandaleux

    et les droits de l'Homme ( et de la femme ) -:) rien à redire à l'article c'est un article FREE il a tout compris

  • Par REVERJOVIAL - 11/07/2018 - 19:09 - Signaler un abus Russie et Iran a la manette

    La Russie peut s'appuyer sur les alaouites en Syrie, une milice puissante comme le Hezbollah, et l'Iran comme sous traitant général , sans eux les russes ne peuvent occuper le terrain ! N'oublions que les guerres en Syrie, en Irak ou maintenant au Yémen sont la continuation de la lutte millénaire entre les chiites et les sunnites depuis la mort du prophète.

  • Par Marie-E - 11/07/2018 - 19:39 - Signaler un abus la Russie se mefie de l'Iran

    pour le moment elle en a besoin mais quand elle va passer a la diplomatie et a la reconstruction, elle ne va pas avoir besoin des memes "allies". De plus elle a une forte minorite musulmane et ne veut surement pas d'un Iran fort a ses frontieres et encore moins d'une puissance nucleaire. Less rapports entre les 2 pays ont ete parfois conflictuels dans le passe : a l'issue de la guerre russo perse au debut du XIXe les provinces perses de Transcaucasie Georgie Azerbaidjan. Poutine est pragmatique : il parle a tout le monde, Lavrov dit que personne ne forcera l'Iran a se retirer completement mais cela dependra de la solution politique qui sera retenue pour la Syrie : unite ou federation de provinces ? et Poutine ne veut pas d'un nouveau conflit pour destabiliser la region. Alors il faudra bien que le Hezbollah rentre au Liban et que les milices chiites ne campent plus sur le Golan car cette situation sera inacceptable pour Israel et Assad le sait tres bien

  • Par cdealbuquerque - 11/07/2018 - 21:29 - Signaler un abus Succès à relativiser

    Le succès militaire n'existe pas. Il n'y a que des succès politiques. La campagne de Suez des Français et des Britanniques ou l'anéantissement de l'armée irakienne par les Américains en sont la preuve. Les Russes avaient l'appui du gouvernement et n'avait pas à composer avec des médias . Donc, oui, la Russie a gagné son pari en Syrie mais il ne faut pas comparer des choses incomparables.

  • Par ajm - 11/07/2018 - 23:24 - Signaler un abus Rien n'est vraiment réglé.

    Ce sont les Iraniens et leurs alliés Libanais chiites qui ont fait l'essentiel du boulot sur le terrain. Maintenant, Moscou doit gérer la quadrature du cercle entre les Kurdes, l'Iran et ses alliés, les Turcs, les Israéliens ; Bachar et ses ennemis sunnites locaux, majoritaires il faut s'en souvenir, les Américains sur place etc ...sans compter que la Syrie est un "pays " dévasté et totalement ruiné avec des millions de réfugiés.

  • Par excalibur2016 - 12/07/2018 - 11:37 - Signaler un abus La Russie à joué pour elle et sa sécurité.

    Pour ceux qui s'offusquent des droits de l homme il est vrai pas tout à fait respectés en Russie, ont ils bien examiné ce qui se passe en France (insécurité, communautarisme religieux galopant, perte d'identité nationale, etc....) parce que nos dirigeants sont laxistes et permissifs à tout va. Je serait prêt à sacrifier une partie de ma liberté personnel pourvu qu'on ait la sécurité en France et un peu plus de considération pour notre communauté caucasienne !!

  • Par catlaya - 13/07/2018 - 22:28 - Signaler un abus à LACYDOC 11 VII 2018

    Vous oublier une chose essentielle : Sarkozy a agi sur MANDAT de l'ONU (ça vous dit quelque chose ? non ?) Alors ne confondons pas . Révisez vos classics , Bien à vous

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Lombardi

Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l'IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université, également membre actif de l’association Euromed-IHEDN.

Il est spécialiste des relations internationales, particulièrement de la région du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que des problématiques de géopolitique, de sécurité et de défense.

Sur Twitter @rlombardi2014

Sur Facebook 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€