Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Syrie face à la solution russe (ou le retour à la case départ)

Deux ans après le début de la guerre civile, Washington a renoncé à faire du départ de Bachar al-Assad un préalable à la sortie de crise.

Même joueur joue encore

Publié le
La Syrie face à la solution russe (ou le retour à la case départ)

Défendu à la fois par l’Iran, la Russie, la Chine, le Liban (Hezbollah), la Corée du Nord et Cuba, le régime syrien conserve une capacité de nuisance Crédit Reuters

Deux ans après le début des "révolutions arabes" et des milliers de morts plus tard, les Occidentaux, qui ont pris fait et cause pour l’opposition islamiste et appelé à la chute du régime de Bachar al-Assad, commencent à se rendre compte que l’option russe, qui prônait au contraire une solution politique, n’est peut-être pas la pire. Il y quelques mois encore, les capitales occidentales misaient encore sur une chute rapide de Bachar et accusaient Moscou de le soutenir.

Mais entre-temps, les Etats-Unis, qui ne peuvent pas fournir des armes à des islamistes syriens liés à al-Qaïda en Irak que les JI’s combattent, ont compris qu’aucune solution ne peut exclure la Russie, seule capable de pousser Damas à accepter un accord et une porte de sortie. Défendu à la fois par l’Iran, la Russie, la Chine, l’Irak, le Liban (Hezbollah), le Venezuela, la Corée du  Nord, Cuba, etc, le régime syrien conserve une capacité de nuisance : conflit israélo-palestinien ; attentats en Turquie commis par des groupes pro-syriens ; activisme du Hezbollah, etc.

La Russie est donc à nouveau prise au sérieux par les grandes chancelleries. D’où les visites à Moscou du secrétaire d’Etat américain John Kerry, du premier ministre britannique David Cameron, et même du Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui a demandé à M. Poutine de ne pas honorer la livraison de missiles russes antiaériens S-300 à Damas. D’où aussi l’accord conjoint entre Vladimir Poutine et Barak Obama concernant la conférence internationale sur la Syrie ("Genève 2") envisageant un gouvernement de transition. Ignorant pour une fois la position des puissances sunnites (Turquie, Arabie Saoudite et Qatar), Washington a renoncé à faire du départ de Bachar un préalable et a semblé accepter l’idée russe d’un futur gouvernement acceptable par toutes les parties formé après 2014 en échange de sa promesse d’Assad de renoncer à se représenter.

Quant à la France de François Hollande, marginalisée, elle continue de soutenir la réunion du "groupe des Amis de la Syrie" formée par les pays hostiles à Assad qui se tient à Amman cette semaine... C’est dans ce contexte que Bachar, décidé à influencer la conférence, a confirmé le 18 mai, dans une interview accordée à des journalistes argentins, qu’il poursuivrait son mandat jusqu’en 2014, fait évident dès lors que l’Occident n’est pas intervenu militairement en faveur des rebelles incapables de vaincre seuls. Bachar al-Assad a par ailleurs totalement nié l’utilisation par son régime d’armes chimiques – selon lui prétexte à une périlleuse intervention occidentale – qui auraient été en revanche utilisées par les rebelles. Tout en saluant l’initiative russo-américaine, il a enfin averti qu’il sera impossible de faire respecter un cessez-le-feu par une rébellion divisée composée de centaines de groupes sunnites unis par la seule volonté de détruire Bachar et l’axe-chiite Iran-Syrie-Hezbollah.

Il est vrai que le conflit syrien tourne de plus en plus en guerre de religion, ceci dans le cadre de révolutions arabes soutenues par les pétromonarchies sunnites qui aident partout les islamistes à renverser les régimes laïques et l’axe chiite syro-libano-irakien soutenu par l’Iran. Dans ce contexte, la stratégie de Téhéran consiste à renforcer le Hezbollah libanais chiite, dont 8 000 miliciens sont déployés en Syrie pour aider Assad à sécuriser les zones qu’il contrôle. D’où les raids israéliens en Syrie sur des armements destinés au Hezbollah : ces raids ne visaient pas à appuyer les rebelles mais à empêcher le renforcement du Hezbollah, qui pourrait déclencher une offensive sur le Nord d’Israël en cas de raid israélien ou américain sur l’Iran (qui cherche à se doter de l’arme nucléaire).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Nana de la falaise - 20/05/2013 - 08:25 - Signaler un abus Les Chrétiens abandonnés

    L'Occident à choisi de disparaître.

  • Par Francois Perso - 20/05/2013 - 08:56 - Signaler un abus Enfin!

    Enfin un article qui commence a rétablir la vraie vérité, telle que les faits nous l'ennoncent. Et ou l'on commence a se rendre compte du cynisme et l'irresponsabilite des couples Juppe/Sarkozy et Fabius/Hollande qui n'ont pas hésité a mettre dans la balance le sort de tout un peuple (et au passage son sang et ses larmes) pour de vils interets. Bravo aussi a toute la classe bobisante, si prompte a partir en guerre et si pro-islamiste. C'est beau les confllit aevc des envolees lyriques type BHL, tant qu'on lance cela d'un salon aprisien. Ces gens me font vomir.

  • Par jumbofreddy - 20/05/2013 - 10:17 - Signaler un abus quelle Propagande Pro Assad

    Quelle superbe propagande pro Assad! merci pour l'exposé des horreurs commises contre les chrétiens! étonnant cependant que l'article ne dise rien des massacres perpétrés par les hommes d'Assad et le Hezbollah! pourquoi l'Occident devrait il soutenir des chrétiens qui sont les alliés d'un tyran sanguinaire? l'Occident n'est pas anti russe, il est pour la libération des peuples!et si les peuples choisissent d'etre dirigés par des islamistes c'est leur droit! comme les polynésiens ont pu préférer voter pour un Gaston Flosse condamné par la justice! c'est leur droit! et ça s'appelle la démocratie tout simplement! si l'occident refuse d'aider militairement la rebellion, la syrie se désintégrera, avec Assad ds son fief, et les autres dans le ou les leurs; déjà les différentes factions se disputent les puits de pétrole, et traitent les uns avec les autres pour faire des affaires!( le Guardian du 19 mai)... et ce sera le chaos..........en attendant que les islamistes raflent la mise!ce qui n'est qu'une question de temps! pour Allah le temps n'existe pas!quant aux russes je suis sûr qu'ils vont être beaucoup moins intransigeants, au fur e à mesure que l'on va se rapprocher de Sotchi!

  • Par J'accuse - 20/05/2013 - 12:38 - Signaler un abus La raison plus que la passion

    Depuis le début, les Occidentaux présentent le cas syrien de façon simpliste, en opposant la dictature sanguinaire d'Assad à son bon peuple d'innocents victimes de massacres, et soutenue par d'autres régimes méprisables, Russie et Iran en tête. Il est vrai que le régime est une dictature sanguinaire; il est vrai qu'il commet des massacres;mais il est aussi vrai que la situation est beaucoup plus complexe que décrite : les alliés d'Assad ne sont pas tous des "méchants"; les opposants et leurs soutiens ne sont pas tous "des gentils"; la fin du régime actuel ne signifierait pas la paix, la démocratie et le respect des droits de l'homme. Les prises de position tranchées et définitives, comme celles de la France, sont irréalistes, de plus en plus isolées et contre-productives. Il est plus que temps d'abandonner la posture du chevalier blanc voulant voler au secours des opprimés et empêché de bien agir par des tyrans méprisant la vie humaine. Il est impératif d’œuvrer avec prudence, patience, raison et lucidité globale, sans chercher la solution miracle qui sauverait le peuple syrien et permettrait de nous en glorifier. Et si j'avais LA solution, je ne manquerais pas de vous la livrer !

  • Par el-hudhud - 20/05/2013 - 13:45 - Signaler un abus Stop crimes Assad

    http://t.co/kzH4i3oP3p, Un génocide de la population civile ce déroule depuis 2 ans avec l'aide des milices du hesbollah, l’Iran , les russes et la chine , et le monde qui regarde, des armes chimiques utilisé contre la population civile sous le regard béni des américains et européens,100 000 morts déjà, pour ne pas précipiter la chute du criminel et ses milices, on le laisse massacrer qu'importe les armes utilisées, souvenez vous de Sebrinisca en 1992, en face du même scénario, on cherche a déscriditer la rébellion, l'immensité des crimes du régime est incomparable face a quelques débordements de la rébellion armée qui se défendent face a une machine de guerre Syro-Irano-russe.

  • Par ciceron - 20/05/2013 - 15:06 - Signaler un abus Les forces en présence

    D'un côté : la communauté de l'anneau, Iran, Chine, Russie, Inde De l'autre côté : la communauté de l'âne, Etats Unis, Arabie Saoudite, Turquie et un machin tout désorganiser qu'on appelle l'Europe. Pourquoi aider la rébellion alors qu'on chasse les islamistes au Mali ? Après les avoir mis à la tête du printemps hivernal en Tunisie, Egypte, Libye.... aucune cohérence dans la communauté de l'âne..... Heureusement Assad a l'anneau avec lui....

  • Par laïcité - 20/05/2013 - 15:13 - Signaler un abus Toujours très intéressants vos articles Mr Del Valle !

    J'espère seulement que des gens de l'ambassade des Etats-Unis à Paris les lisent. On mesure une fois de plus les courtes vues des américains obnubilés qu'ils sont par le pétrole. Ces américains qui ne se rendent même pas compte qu'ils se font manipuler en permanence par les retors pétro-monarchies moyenâgeuses du Golfe. Souvenez vous ils avaient armé les talibans contre les soviétiques, lesquels talibans ont tué ensuite de nombreux soldats américains !...Cela ne leur a pas servi de leçon et ils continuent avec leurs laquais européens de soutenir ces pétro-monarchies sunnites moyenâgeuses, obscurantistes, conquérantes et fascisantes du Golfe. Si tout cela évolue dans le mauvais sens genre affrontement généralisé, il faudra alors se souvenir des prises de position imbéciles des américains et de leurs laquais européens !

  • Par Ganesha - 20/05/2013 - 15:34 - Signaler un abus Massacres Religieux

    Enfin, on commence à lire la vérité et la réalité, après de nombreux articles bidons dans tous les médias et sur toutes les télévisions... C'est vrai que les monarchies pétrolières ont beaucoup d'argent et qu'ils arrosent généreusement nos politiques et nos journalistes... mais, en tant que citoyens français qui n'avons pas de tableaux hollandais anciens à vendre, quel intérêt aurions nous à nous mêler d'un conflit aussi stupide que les massacres entre catholiques et protestants, il y a quelques siècles... Sauver les chrétiens d'Orient ? Certes les chiites iraniens menacent d'envoyer une bombe atomique sur Israël... mais, que ceux qui croient que "Les Sunnites sont les amis de l'Etat hébreux" lèvent le doigt !

  • Par Salvatore Migondis - 20/05/2013 - 16:44 - Signaler un abus @jumbofreddy..

    Vous n'auriez pas un peu forcé sur le Scotchi..??

  • Par gliocyte - 20/05/2013 - 18:21 - Signaler un abus Donneurs de leçons

    Nos politiques, gonflés à bloc depuis des décennies par le magnifique spot publicitaire français "Liberté, égalité, fraternité" qui tourne en boucle dans leurs têtes sont des donneurs de leçons qu'ils ne s'appliquent pas à eux même. Ils savent tout, mieux que tout le monde, et en deviennent risibles. Tous des "Don Quichotte"... Et pendant ce temps là des milliers de chrétiens meurent, dans l'indifférence la plus totale....

  • Par golvan - 20/05/2013 - 19:57 - Signaler un abus Si l'on demandait aux

    Si l'on demandait aux Irakiens s'ils regrettent l'époque de Saddam il est probable que la réponse serait positive. L'intervention américaine basée sur un mensonge éhonté a été une catastrophe pour le peuple irakien, plusieurs centaines de milliers de morts et l'absence de paix sociale. Or le problème de la Syrie est le même du fait de l'islam. L'islam étant incompatible avec la démocratie, seul un régime fort peut assurer la stabilité dans un pays qui comporte de nombreuses confessions, que ce régime soit acceptable aux yeux des belles âmes est un autre débat.

  • Par piotrpol - 20/05/2013 - 20:40 - Signaler un abus Comme toujours L'Occident se dégonfle!

    Jamais ils n'ont défendus leurs frères chrétiens d'Orient .Face aux islamistes soutenues par les monarchies pourris de Golfe ils enlevé leurs frocs de peur perdre le pétrole. Moi quand j'ai vu a la télé les barbues avec kalash bandeau vert autour de la tete et criant Allah Akbar je n'avais pas besoin que en me dise qui sont ses gens la. Après le désastre de la Tunisie Libye et Egypte je ne parle mémé pas d'Irak les américains et les autres ont compris. Tous sauf Flamby qui continue avec Don Fabius dans le délire pseudo bobo droit-hommiste. Ils avère que les régimes laïques était encore moins pourris par exemple pour droit des femmes. Et maintenant tous les faux culs bobo et pseudo philosophes de salon style BHL doivent regretter "les printemps arabe" car ne pouvant plus aller bronzer leur cul a Djerba faut que ils paye plus cher ailleurs.@Jumbofreddy Vous étés un vrai tocard ou un islamiste .

  • Par Le gorille - 21/05/2013 - 05:08 - Signaler un abus Flosse ou Assad ???

    Quel méli-mélo jumbofreddy - 20/05/2013 - 10:17 Mettre dans le même article Gaston Flosse et Assad ! Faut vraiment oser ! Pour Gaston Flosse, une précision : beaucoup de gens ont voté la raison, la capacité, l'expérience et ont fait taire leur ressentiment. Gaston Flosse n'est pas condamné : toutes les voies de recours n'ont pas été épuisées. Evitez de croire Dozières....

  • Par Glop Glop - 21/05/2013 - 06:50 - Signaler un abus Le problème à toutes ces guerres porte un nom...

    ... islam, rien de plus, rien de moins. Le réveil occidental viendra aux côtés d'autres peuples qui ne passe leur existence à vouloir imposer aux autres ce qu'il faut penser, manger, faire, porter et qui, technologiquement sur tous les domaines (recherches diverses, médecine, télécommunication, aviation, automobile, urbanisme, tout...) ont des avancées d'un millénaire et demi au bas mot... c'est à dire depuis l'époque où est apparue le fléau de l'humanité sans distinction d'appartenance géographique. La bien-pensance affairiste est à son apogée, son déclin est amorcé, la repentance est son dernier virus qui ne prend d'ailleurs plus. L'affaire sera réglée avant la moitié de ce siècle et bien entamée avant les quinze prochaines années.

  • Par walküre - 21/05/2013 - 17:08 - Signaler un abus Envoyez BHL là-bas

    il va tout arranger.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€