Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La syllogomanie, cette mystérieuse maladie qui vous empêche de jeter ce dont vous n'avez plus besoin

Ne vous en prenez plus à vos proches qui n'arrivent pas à se débarrasser de vieilles babioles. Ils sont peut-être malades, souffrant d'accumulation compulsive, un trouble encore peu documentée mais qui occupe de plus en plus de chercheurs.

Range ta chambre

Publié le

La fin des grandes-vacances approche à grands pas, et avec elle, l'envie de bien commencer la rentrée. Ranger la maison, l'appartement, faire le tri, dans les papiers, les journaux, et se débarrasser de ce qui n'est plus nécessaire. C'est là que le bât blesse pour beaucoup de monde. Qu'est-ce qui n'est plus nécessaire ? Depuis des années, vous stockez, entassez les babioles, les livres, les coupures de magazine, et beaucoup d'autres choses sans jamais n'avoir pu jeter la moindre chose, de la boule à neige offerte par votre belle-mère, au T-shirt I Love New York ramené par votre neveu.

Un article publié sur le site de la BBC justifie la manie des hommes à vouloir tout conserver par l'effet de dotation, parfois également appelé l'aversion à la dépossession.

C'est en fait une hypothèse selon laquelle les personnes donnent plus de valeur à un bien ou un service lorsque celui-ci est leur propriété. Ainsi, vous apportez plus de valeur à un objet lorsqu'il vous appartient que lorsque ce n'est pas le cas.

Le lien avec l'habitude de tout stocker est donc plutôt évident. En effet, qui aime se débarrasser d'objets de "grande" valeur ?

Petit conseil, toujours garder en tête l'effet de dotation lorsque vous rangez votre chambre, et posez vous la question : "si je n'avais pas cet objet, est-ce que j'essaierai vraiment de l'obtenir ?" La plupart du temps, vous vous rendrez probablement compte que vous ne voudriez même pas d'une telle babiole !

Pour certains, se poser une telle question ne suffira pas à régler les problèmes d'accumulation. En effet, tout stocker et ne rien jeter peut, à un certain point, être considéré comme une maladie. Son nom : la syllogomanie, ou accumulation compulsive.

Une maladie bien mystérieuse, qui l'est devenue un peu moins au début du mois d'août.

Pendant des années, les chercheurs ont pensé que le fait d'accumuler de manière excessive des objets, sans les utiliser ou s'en débarrasser, était probablement le symptôme d'une autre affection, notamment celui d'un trouble obsessionnel compulsif (TOC).

Mais de nouvelles recherches montrent que ces hypothèses sont, justement, à jeter à la poubelle.

Une étude publiée il y a quelques jours dans le Journal of The American Medical Association montre en effet pour la première fois que l'activité du cerveau de patients souffrant de syllogomanie alors qu'ils prennent une décision est différente de celle de personnes atteintes de TOC.

Ne jugez donc plus ceux qui n'arrivent pas à ranger, trier, jeter. Ils ne sont ni paresseux, ni désorganisés. Leur maladie est en fait même associée avec une idée de perfectionnisme, liée à la peur de prendre la mauvaise décision. Leur cerveau ne fonctionne donc tout simplement pas de la même manière que le votre.

Pour s'en rendre compte, David Tolin et son équipe de l'Institute of Living à Hartford aux Etats-Unis se sont servis de l'imagerie cérébrale. Ils ont alors testé 107 personnes pour observer leur réaction lorsqu'il leur était demandé de conserver ou jeter un e-mail qui n'avait plus aucun intérêt. Dans certains cas, le message était adressé au participant, dans d'autres à un tiers. Sur toutes les personnes traitées, 31 souffraient de TOC, et 43 de syllogomanie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 09/08/2012 - 09:23 - Signaler un abus c est le cas de ma femme

    ...et c'est extemement éprouvant pour les proches, à un moment donné elle ^était même parvenue à condamner la chambre pour y entasser ses cartons et tas, j'avais dû prendre le taureau par les cornes et louer un camion pour me débarasser de tous çà, mais elle l'a trés mal vécu...

  • Par amike - 09/08/2012 - 10:46 - Signaler un abus Le rangement est une activité trés fatiguante de toute façon.

    Pour le physique, mais également pour le psychisme. D'où l'importance de le faire le plus tôt possible avant d'être envahi. Il est intéressant de savoir que cela peut être un révélateur d'un problème au cerveau. Mais en ce qui me concerne, avant encore qq temps, cela reste un problème de feignantise...

  • Par Budelberger - 09/08/2012 - 10:58 - Signaler un abus J’en suis atteint…

    Mais ce n’est pas une maladie, c’est – ce devrait être – l’état normal : conserver, archiver. Ne pas jeter vous autorise toujours à jeter plus tard ; une fois jeté, c’est fait ; trop tard. La syllogomanie n’interdit pas l’hygiène ; mais croyez-vous qu’il est facile de se mouvoir entre des piles branlantes de livres, revues, journaux ? qui tout doucement vous poussent vers la sortie… Et puis, de toute façon, je retrouve facilement un journal dans une pile désordonnée où je sais sa présence, que dans un endroit où je l’ai si soigneusement rangé que je n’ai plus aucune idée d’où… Pour un livre, il m’arrive fréquemment d’aller le voir en bibliothèque plutôt que de passer des jours à le chercher… En général, je m’assois, et me pose la question : « Où une personne malade rangerait ce livre ? »… Hélas ! les états de cette maladie font que le même qui range n’est plus le même qui cherche…

  • Par Rhytton - 09/08/2012 - 11:05 - Signaler un abus La consommanie

    La consommanie, mysterieuse maladie qui nous pousse a acheter meme ce dont on n'a pas besoin, croisee avec une peur du manque en cas de guerre ou de catastrophe naturelle, serait une explication plausible a cette syllogomanie croissante. Ceci dit, si on a un cerveau bien structure, on peut etre atteint de syllogomanie sans que ca se voit: puisque notre cerveau est une memoire a tiroirs, pourquoi ne pas organiser une structure de stockage aussi efficace qu'une BDD Oracle? Evidemment, il faut vivre dans la tete des syllogomaniaques sinon on ne comprend pas leur logique et on les juge bordeliques. Et je n'aime pas cet amalgame "syllogomanie = bordelisme", c'est reducteur: je dirai plutot que ces gens qui accumulent de facon desordonnee sont des syllogomaniaques primitifs qui n'ont jamais pense a organiser leur bordel. Quant a ceux qui gardent leurs excrements... ils ont peut-etre envie d'avoir un jardin et un peu d'engrais...

  • Par ntzsch - 09/08/2012 - 11:40 - Signaler un abus On invente des maladies pour pouvoir les soigner.

    Ceux qui ont un peu trop de bazar à la maison sont très bien comme ils sont. A de rares exceptions près ils n'ont pas besoin de thérapeutes. J'ai même vu une pub pour une discipline portant un nom chinois qui prétend que si vous avez trop d'objets chez vous, l' "énergie" ne peut plus circuler. Ceux qui veulent vous piquer vos sous ne manquent pas d'imagination.

  • Par LeditGaga - 09/08/2012 - 12:38 - Signaler un abus Syllogomanie !

    En France c'est tout le pays qui est atteint de syllogomanie ! En effet, on vient d'élire une équipe qui, c'est notoire, encombre les couloirs de l'Elysée et ne sert strictement à rien ! Eh oui le Français moyen aime bien conserver les vieilles choses qui pourraient servir plus tard, mais alors beaucoup plus tard !

  • Par Charles25 - 09/08/2012 - 13:03 - Signaler un abus LeditGaga : pas du tout, on a

    LeditGaga : pas du tout, on a mis à la poubelle une équipe qui nous pourrissait la vie depuis 10 ans en espérant ne plus jamais la retrouver.

  • Par CN13 - 09/08/2012 - 18:39 - Signaler un abus Je ne savais pas...

    que c'était une maladie de garder des choses chez soi. Dans mon cas, comme la vie est très chère, j'ai tout gardé et, de temps en temps, je ressors du linge qui revient à la mode. Je ne pense pas que c'est une maladie que de garder tout parce que ce tout a été acheté avec mon salaire, donc c'est sacré ! Par contre, les autres peuvent faire ce qu'ils veulent... !

  • Par chacal - 10/08/2012 - 13:53 - Signaler un abus @Charles 25

    Heh vous mettez de la politique dans la médecine... A ce rythme la certains vont pratiquer des saignées (pour se débarrasser de leurs globules ROUGES donc forcément Maoïstes)... D'autres voudront multiplier leurs leucocytes (cellules blanches donc pures) Enfin d'autres pourraient ouvrir leurs veines pour vérifier qu'ils descendent bien des Bourbons... Cela dit l'équipe précédente ne coulait pas la France contrairement à l'actuelle qui ne mettra pas 5 ans à passer à la trappe. La cohabitation c'est très bientôt.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€