Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand la sur-protection des joueurs de tennis français par le système
de formation finit par nuire
à leur mental !

Mais pourquoi les joueurs de tennis français semblent-ils si mous par rapport à leurs adversaires ? Pourquoi ne sont-ils pas motivés par la rage de vaincre ? Les réponses sont à chercher du côté de leur encadrement psychologique.

Mental d'acier...émoussé

Publié le - Mis à jour le 11 Juin 2012

Ce qui a manqué à Tsonga c’est essentiellement l’habitude de ce type d’enjeu et de ces moments et pas le mental. Il ne faut pas oublier que le "mental" est une notion qui englobe des aptitudes psychologiques s’appuyant sur des données maîtrisées. Or, Tsonga s’est retrouvé face à un adversaire qui savait gérer ces évènements et qui a su remporter les balles décisives.

Au fil des matchs, on se rend compte que les joueurs français semblent moins solides mentalement que d'autres. Cette impression est-elle vraie, est-ce une particularité française ou est-ce dû à un entourage sportif moins efficace ?

Ce paramètre est sans doute à prendre en compte.

Ce sujet a d’ailleurs fait l’objet de débats avec Patrice Hagelauer, entraîneur de l'équipe de France de tennis en 1991. On se demandait si nos joueurs n’étaient pas trop pris dans un cocon. Le système français fait qu’ils sont assistés de manière quasi permanente, même quand ils entrent dans le circuit. Et ce système n’a-t-il pas tendance à les surprotéger et à leur inculquer un manque de combativité ? C’est une hypothèse.

Quand on parle du système, on ne parle pas uniquement des coachs, mais aussi du système de sélection, d’organisation et de collège des sportifs. Mais cela ne doit pas nous faire ignorer qu’il y a quatre français dans les vingt meilleurs à l’ATP, et une seule dans les vingt meilleures chez les femmes. Ensuite Nadal, Fédérer et Djokovik sont là depuis dix ans. Et du côté français, qui y a-t-il eu d’autre en dehors de Yannick Noah, seul français victorieux en Grand Shelem et encore, une seule fois. Personne. Que se passe-t-il en individuel ?

Ici, ce n’est pas une question de mental, car statistiquement chez les sportifs de haut niveau, certains ont un mental, certains non, une certaine sélection naturelle s’opère et finalement certains joueurs arriveront dans le haut du classement. A l’échelle d’une nation, répété sur vingt ans ce n’est plus un problème individuel, c’est un problème systémique. Où est la défaillance ? 

Il faut rapprocher ces observations de la réussite des joueurs de tennis français en Fed Cup et en Coupe Davis. Qu’est-ce-qui fait que des joueurs qui peinent individuellement, arrivent à être au top dans le collectif ? Et on sait qu’en collectif, précisément, c’est souvent le mental qui emportait les choses car les français étaient inférieurs aux suédois et aux américains lorsqu’ils ont remportés une Coupe Davis. Et Patrice Hagelauer a exprimé à quel point lui et ses prédécesseurs s'étaient sentis investis d'une mission pour ramener - non pas gagner mais ramener - la coupe Davis.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par LSD - 10/06/2012 - 19:58 - Signaler un abus interessant

    article, le cocon fédéral n encourage effectivement pas a la rage de vaincre et le depassement de soi. En France les gens n ont pas assez faim mais ils ne sont egalement pas assez mis dans des conditions de concurrence,de compétition. De la a dire que c est propre au modèle socialiste appliqué au sport il n y a qu un pas..que j ose franchir

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hubert Ripoll

Hubert Ripoll est psychologue du sport et essayiste. Il a travaillé auprès de plusieurs équipes de France et avec de nombreux champions olympiques et champions du monde. Il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie des champions et des coachs sportifs. Il a publié Le mental des champions (Payot, 2008), Le mental des coachs (Payot, 2012), La résilience par le sport (Odile Jacob, 2016).

On peut retrouver l’ensemble de son travail et de ses analyses sur les blogs Le mental des champions, Le mental des coachs, La résilience par le sport.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€