Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Surprise scientifique : les grands singes auraient des capacités cognitives qu’on pensait réservées à l’espèce humaine depuis toujours

Les singes sont capables de comportements qui peuvent les rapprocher des êtres humains. C'est le sens des résultats d'une étude scientifique réalisée par le docteur Buttelmann de l'Université d'Erfurt. Les singes sont capables de comprendre les désirs des autres hommes notamment.

Les singes ces grands chefs

Publié le
Surprise scientifique : les grands singes auraient des capacités cognitives qu’on pensait réservées à l’espèce humaine depuis toujours

Atlantico : Une étude réalisée par un psychologue de l'Université d'Erfurt, le docteur Buttelmann montre que les grands singes sont doués de capacités cognitives. Ils sont capable de faire la distinction entre les fausses opinions et les vraies. En quoi consiste cette étude ? Que nous permet-elle d'apprendre de plus sur le comportement des singes ? Dans quelle mesure les grands singes sont capables de comprendre les intentions, les besoins des autres singes ou êtres humains ?

Sabrina Krief : Cette étude s'intéresse à trois espèces de grands singes, les bonobos, les orangs-outans et les chimpanzés étudiés en conditions expérimentales. Elle s'interroge sur le fait de savoir si les grands singes sont en mesure de détecter ce qu'un autre individu sait ou non. Si les trois espèces ont des capacités similaires alors elles seraient communes à un ancêtre commun entre les grands singes et les hommes. C'est donc  l'occasion de s'interroger sur l'origine de nos capacités cognitives. Les auteurs se demandent si les grands singes peuvent se projeter dans les connaissances d'autrui avec un protocole assez simple et ne faisant pas intervenir une récompense alimentaire différentes en fonction de leurs réponses.

Les expériences réalisées ont eu lieu entre des grands singes et des humains, testant donc également une relation entre deux espèces différentes. Les grands singes sont-ils en mesure de détecter chez les humains, une capacité à savoir si quelque chose est vrai ou non. Le primate placé face à deux boites observe un premier expérimentateur placer un objet dans l'une d'elle puis un deuxième expérimentateur changer l'objet de boite et verrouiller les deux boites. Dans un cas, l'expérimentateur 1 voit le changement de boite, dans le second, non. Le grand singe doit aider l'expérimentateur 1 à ouvrir la bonne boite, c'est à dire celle avec l'objet à l'intérieur. Les résultats montrent que les trois espèces de grands singes ont été capables d'aider l'expérimentateur qui n'avait pas vu le changement de place de l'objet et aidaient plus souvent celui-ci que celui qui en avait été témoin 

Une précédente étude publiée dans Science en Octobre 2016 avait déja démontré les capacités des grands singes à détecter les fausses croyances. Un film était projeté aux grands singes, et les chercheurs suivaient leur regard via un système de eye tracking pour voir s'ils étaient capables d'anticiper un endroit où  le poursuivant d'un acteur déguisé en King Kong allait chercher King Kong, celui-ci changeant de place sous le regard de son poursuivant dans un cas ou sans être vu dans l'autre cas. Le système d'eye tracking peut être critiqué. Cette nouvelle expérience va plus loin que les précédentes parce qu'elle donne non seulement des informations sur la théorie de l'esprit des grands singes mais également permet de voir que ces capacités induisent des réponses d'aide envers la personne ayant ainsi de fausses croyances. L'objectif de cette étude est de savoir si les grands singes savent ce que les autres savent, quelles sont les intentions, les buts d'une autre personne et n'explore pas uniquement la propre conscience de soi d'un individu 

 

Dans cette étude, les grands singes sont élevés en captivité et participent à des expériences imaginées par des humains, très artificielles. Ces résultats diffèrent très largement des comportements que l'on peut observer en milieu naturel et sont complémentaires à celles faites sur les grands singes sauvages. 

Quelles autres découvertes ont été réalisées et permettent de mettre en lumière les caractéristiques très "humaines" des singes ? Quels sont les autres comportements des grands singes qui peuvent les rapprocher des êtres humains ? 

Au travers de mes études sur l'automédication des chimpanzés, j'ai pu mettre en évidence que les grands singes qui étaient malades étaient capables de sélectionner et de consommer les plantes qui avaient des propriétés médicinales. Quand on compare la pharmacopée des chimpanzés et celle des hommes, on remarque un recouvrement dans le choix des plantes utilisées par la médecine traditionnelle africaine et les plantes choisies par les primates, pour les mêmes pathologies. Ces observations laisse à penser que les chimpanzés ont des capacités d'automédication, une sorte de proto-médecine pas si éloignée de la notre... 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberdom - 15/04/2017 - 19:59 - Signaler un abus Surprise

    le président normal aurait des capacités de nuisance bien supérieures à celles qu'on lui prête d'habitude.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sabrina Krief

Sabrina Krief est chargée de recherche en primatologie au sein du Muséum national d'Histoire naturelle - Musée de l'Homme. Elle exerce en tant que Professeur du Muséum. Elle est par ailleurs docteur vétérinaire et Directrice du Sebitoli Chimpanzee Project.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€