Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Surprise, la principale diaspora d'Afrique sub-saharienne en France est désormais…

Les statistiques de l'INSEE montre qu'une population en particulier est de plus en plus présente parmi les migrants s'installant en France.

Nouveaux arrivants

Publié le - Mis à jour le 13 Septembre 2018
Surprise, la principale diaspora d'Afrique sub-saharienne en France est désormais…

 Crédit PAU BARRENA / AFP

Atlantico : Suite à la publication par l'INSEE des statistiques d'immigration, quels sont les enseignements  à tirer de l'évolution des chiffres concernant les personnes en provenance d'Afrique sub-saharienne ? Quelles sont les évolutions relatives aux principales nationalités représentées ?

Laurent Chalard : Parmi les près de 6 millions d’immigrés recensés en France métropolitaine en 2015, un chiffre en progression de 14,2 % depuis 2008, les immigrés originaires d’un pays d’Afrique subsaharienne (les données comprennent aussi les libyens et les égyptiens aux faibles effectifs) représentent 873 000 personnes, soit 14,6 % de l’ensemble de la population immigrée, un chiffre en augmentation sensible depuis 2008, leur croissance étant de 33,1 %, apparaissant bien plus élevée que la moyenne. L’immigration provenant d’Afrique Noire s’est donc poursuivie à un rythme soutenu au début de la décennie 2010 du fait d’un double processus : d’un côté, des arrivées importantes dans le cadre du regroupement familial, de l’autre, des arrivées de réfugiés liées aux nombreux conflits armés et régimes autoritaires qui sévissent sur le continent.

Concernant l’origine des immigrés, elle se caractérise par sa diversité, puisqu’il n’existe pas réellement une communauté numériquement dominante de manière écrasante. Chose qui peut apparaître surprenante au premier abord pour le profane, la principale communauté est constituée par les congolais, originaires du Congo Brazzaville et de la République Démocratique du Congo (RDC), dont les effectifs atteignent 142 000 personnes en 2015, une hausse à peu près identique à la moyenne (de + 34%), mais la plus importante en volume (+ 36 000 personnes), qui s’explique principalement par les flux croissants en provenance de RDC. Aucune autre communauté ne dépasse les 100 000 immigrés, les principales correspondant aux sénégalais, aux ivoiriens, aux camerounais et aux maliens. Il est à noter que la plus forte croissance en pourcentage concerne les guinéens, dont les effectifs ont crû de 62 % en 7 ans. En effet, une partie de la population fuit le régime autoritaire d’Alpha Condé.

Quelles sont les données permettant de faire un état des lieux de la répartition sur le territoire de cette immigration en provenance de la RDC et du Congo Brazzaville ?

Les données concernant la répartition géographique des communautés immigrées en France Métropolitaine sont, en règle générale, difficiles à obtenir en libre accès en-dehors des grandes communautés que sont les algériens, les marocains ou les portugais. Cependant, l’Insee inclut désormais dans ses données annuelles sur les naissances par département une catégorie « naissances congolaises », regroupant les nouveaux nés dont le père possède la nationalité du Congo Brazzaville ou de la RDC. Si cela ne nous renseigne pas sur le volume exact de la communauté, par contre, c’est un excellent indicateur de sa répartition géographique sur le territoire national.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 11/09/2018 - 10:51 - Signaler un abus Oui, ils sont noirs, africains, musulmans

    et jeunes et préfèrent fuir leur pays plutôt que le développer..pour l'enrichir.. et venir chercher l'AMe soins gratuits, les aides en tous genres..

  • Par Taravana - 11/09/2018 - 14:14 - Signaler un abus à GERARD

    Il s agit des congolais …..Si vous aviez lu l'article vous sauriez qu'ils sont certes noirs mais justement pas musulmans ...Ce qui explique qu'ils ne s'établissent pas dans les lieux où la population musulmane est importante . Pour ce qui est de tenter de développer leurs pays ….Il faudrait déjà arriver à se débarrasser des Kabila et Co....Pas facile

  • Par vangog - 12/09/2018 - 00:06 - Signaler un abus @Taravana si vous saviez lire...

    vous sauriez qu’une virgule peut signifier autant « et » que « ou »! Gérard n’a pas fait de confusion entre noirs et musulmans, il a simplement écrit qu’il y avait des noirs et des musulmans’, participant à l’invasion de l’Europe. Quant à votre proposition de se débarrasser des Kabila and co, sachez que ce ne sont pas les hommes forts qui provoquent l’exil des africains, mais les portes de sortie que l’UE leur a offert en Libye, Turquie, et au Maghreb, par soumission et absence de vision moderne, en plus des pompes aspirantes des très bêtes lois gauchistes...

  • Par Kreuzer - 12/09/2018 - 18:52 - Signaler un abus Les Africains n'aiment pas l'indépendance.

    Spécialement au Congo: au fil de discussions avec des amis de ces pays, je me suis rendu compte que l'on s'ornait, là-bas, de belles idées d'indépendnce, mais que la réalité était tout autre. Tous ceux qui peuvent venir en France, où le système social permet la réussite et la prospérité, "oublient" que l'indépendance reste à construire, dans les deux Congos. Le despotisme et la corruption y règnent en maîtres. Les richesses sont confisquées au profit de clans. Les guerres tribales n'ont jamais cessé: dernière trouvaille: l'élimina- tion des ennemis, politiques entre autres, par empoisonnement. Cela se poursuit, d'ailleurs, sur le sol français. Demandez des rapports des hôpitaux. La prochaine élection, en RDC, est programmée en décembre 2018, le 24, à un tour. Jugez du résultat, vu le nombre de partis prétendants....

  • Par gwirioné - 13/09/2018 - 22:17 - Signaler un abus Et combien de clandestins?

    Je suis impressionné par la précision des chiffres dans un état qui refuse les statistiques ethniques. Et donc, il n'y a pas de clandestins?

  • Par antidote - 14/09/2018 - 12:52 - Signaler un abus Stop à l'invasion !

    Le regroupement familiale doit être suspendu pour des raisons d'équilibre Nous ne pouvons pas accueillir des populations sans tenir compte de leur situation économique si non dans quelques années notre démocratie disparaîtra pour une dictature .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€