Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Subventionnée, conformiste et paresseuse : état des lieux de la presse française en 2015

Benjamin Dormann publie une version enrichie de son enquête sur la proximité entre la presse et le pouvoir politique et financier. Depuis l'élection de François Hollande, l'auteur a recensé un nombre "criant" de collusions. Extrait de "Ils ont acheté la presse", nouvelle édition, aux éditions Jean Picollec (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Subventionnée, conformiste et paresseuse : état des lieux de la presse française en 2015

Pour Benjamin Dormann, la presse "a beaucoup trop de proximité avec le pouvoir et pas assez avec les lecteurs, qu’elle méprise les faits, quoi qu’elle en dise". Crédit Flickr/NS Newsflash

Deux années d’enquête fouillée. Six mois pour trouver un éditeur. Et à la sortie : une première édition de ce livre. Pratiquement pas un mot dans la presse ni une invitation dans les autres médias. "Normal, m’a-t-on dit, en France, impossible de critiquer la presse, surtout si on n’est pas par l’un des siens. Elle ne le tolère pas".

Et puis, prouver qu’elle est scandaleusement subventionnée, qu’elle est conformiste, qu’elle n’enquête pas assez, qu’elle se laisse aller à faire du "people", qu’elle raconte des "histoires" à longueur de colonnes (ou plutôt des "portraits", comme elle les appelle pudiquement pour masquer son manque d’investigation), qu’elle a beaucoup trop de proximité avec le pouvoir et pas assez avec les lecteurs, qu’elle méprise les faits, quoi qu’elle en dise… bref, tout cela n’est visiblement pas acceptable pour elle.

Pas même discutable, visiblement.

Or, c’est elle qui décide de ce dont on parle, ou ne parle pas ; ou tout du moins, c’est à elle qu’appartiennent les hautparleurs nécessaires à pouvoir se faire entendre du plus grand nombre. Comme, par-dessus le marché, un journaliste n’a plus le temps de lire tous les essais politiques qu’il reçoit, il ne prête aucune attention à ceux critiques, et préfère se concentrer en priorité sur ceux écrits par ses confrères, qui parleront à leur tour de son propre livre, à sa sortie, sur des plateaux de télévision et des studios de radio où ils se retrouveront en toute complicité, en famille.

Cet ascenseur-là est fait pour être renvoyé, pas pour que sa porte s’ouvre. Qu’importe. De salons du livre en micro-conférences, de bouche à oreille en forum Facebook, le livre s’est vendu, le livre a été lu. Epuisé même. Toujours ce même commentaire qui revient. "Incroyable. On ne nous dit jamais tout ça. C’est pas normal". Un lecteur me confie : "Je sors de cette lecture désabusé. Mais en fait, je l’étais déjà avant. Là, au moins, j’ai appris beaucoup de choses que je ne savais pas. Votre livre est passionnant".

Au moment de rééditer, une demande a été faite par les libraires : avoir une version actualisée, complétée. François Hollande a été élu, et depuis les collusions et conflits d’intérêts entre pouvoir/médias/finance n’ont jamais été aussi criants et contestables. L’exaspération populaire va grandissant. Pour le moment, le couvercle médiatique tient bon. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? Ne doit-on pas donner une voix à cette exaspération, au sein de débats contradictoires, au lieu de continuer à l’étouffer, la poussant à ne s’exprimer que dans l’isoloir ? Puisse cette nouvelle édition passer de mains en mains, comme meilleure réponse à ceux qui verrouillent la parole pour que ce type de livre n’existe pas, n’existe plus.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 21/02/2015 - 14:14 - Signaler un abus Pourquoi appeler

    ça "presse". Quand on est aux ordres et subventionné, on est tout, sauf crédible. Un boulanger fait du mauvais pain, il ne lui reste plus qu'à fermer boutique et sans avoir droit au chômage.

  • Par vangog - 21/02/2015 - 15:46 - Signaler un abus Chaque corporation défend son bout de gras...

    mais une corporation ultra-subventionnée et ultra-politisée la défend âprement...Les écolo-trotskystes ont appliqué leurs méthodes parfaitement maitrisées d'infiltration et de manipulation, laissant à un clan habilement choisi pour sa cupidité le département du divertissement...Pire que cette pensée unique qui a envahi les Médias comme une trainée de gauchisme, la médiocrité s'est installée durablement dans le PAF! Les ministres gauchistes ont sonné le glas du maigre pluralisme qui pré-existait, et ont placé leurs directeurs, leurs journalistes et leurs méthodes peu recommandables à tous les échelons médiatiques: sélection de l'information, amalgame et caricature ont fleuri sur l'engrais UMPSécolofrondegauchiste. nouveauté d'aujourd'hui: la gauche n'étant plus représentée que par quelques rares spécimens, forte Marieclairisation des Médias, donc beaucoup de bla-bla sur la forme et peu de vérités sur le fond...

  • Par Jeffouille91 - 21/02/2015 - 18:29 - Signaler un abus Merçi

    d'avoir publié cette article , je viens d'acheter le livre et j'ai hâte de le lire.Personnellement je n'ai plus la télé , j'ai arrêté mon abonnement canal sat et je m'en porte beaucoup mieux. Et pour la presse écrite , je lie entre les lignes et analyse le choix des articles fait par rapport à ce que l'on peut lire sur le Web ........ EDIFIANT ! Garder les yeux ouverts evite de se prendre la porte dans le nez

  • Par mymi - 22/02/2015 - 11:21 - Signaler un abus abonnez-vous à VA

    j'ai rencontré le même problème dans mon petit village de Vendée,et me suis abonnée à VA. Je me délecte de chaque article politique autant que culturel et je m'empresse sur internet de faire suivre les articles les plus révélateurs sur cette gauche pourrie (je dis bien "cette", car je veux croire qu'il en est encore certains de " vrais" et de "lucides". Je n'en peux plus, particulièrement à la télé, de cette communication de propagande qui hélas pervertit le jugement de nombre de français qui n'ont pas toujours le temps ni l'envie d'approfondir les propos tenus et d'en démasquer les incohérences, les mensonges, les a-peu-près... Triste France

  • Par Lazydoc - 22/02/2015 - 20:14 - Signaler un abus C'est malheureusement

    Si vrai. En complément des autres commentaires: abonnement au Netflix et Amazon tv via VPN US (15$) pour ne pas être coupé par la pub + presse internationale via web pour croiser les infos et vérifier les faits avec plusieurs sources. Conflit ukrainien et au moyen orient vu différemment. c'est incroyable de vérifier la partialité des infos que l'on nous bassine.

  • Par winnie - 23/02/2015 - 07:36 - Signaler un abus Rien de surprenant

    Dans ce livre ,simplement ce que nous savons tous en observant et écoutant. Beaucoup de blogeur d 'atlantico le disent et savent très bien que le journaliste fait l'a opinion mais ne le reflète pas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benjamin Dormann

Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est executive chairman d'une structure active dans 38 pays à travers le monde. Il est l'auteur d’une enquête très documentée : Ils ont acheté la presse, nouvelle édition enrichie sortie le 13 janvier 2015, éditions Jean Picollec.

Le débat continue sur Facebook : ils.ont.achete.la.presse et benjamin.dormann@gmail.com.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€