Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le "style Bergoglio" permet au pape François de défier les pouvoirs du monde extérieur et les factions intérieures du Vatican

Face à "l'idole Argent", François, premier pape moderne non-européen, appelle à "une révolution culturelle courageuse" pour bâtir une nouvelle civilisation. Cet appel suscite un écho universel et inédit. C'est aussi une chance historique pour le catholicisme : on le croyait en déclin, mais il peut devenir une avant-garde si tous les catholiques se mobilisent à l'appel de ce pape qui fait bouger les lignes. Extrait de "Face à l'idole argent - La révolution du Pape François" Patrice de Plunkett, aux éditions Artège 1/2

Bonnes feuilles

Publié le
Le "style Bergoglio" permet au pape François de défier les pouvoirs du monde extérieur et les factions intérieures du Vatican

Dès les premiers mois du pontificat, en 2013, le grand public a pris l’habitude de la verdeur de langage et des offensives déroutantes du Pape François. Crédit Reuters

Les diagnostics du pape François

Qu’y a-t-il donc dans cette encyclique, pour soulever l’intérêt au-delà des milieux catholiques – et le malaise dans certains de ces milieux ?

Il y avait déjà le « style Bergoglio » : une vitalité insolite, des formules simples et directes qui font mouche et qui rendent populaire la théologie.

Dès les premiers mois du pontificat, en 2013, le grand public avait pris l’habitude de cette verdeur de langage et de ces offensives déroutantes. Le pape argentin défiait à la fois les pouvoirs du monde extérieur (la haute finance, la Mafia) et les factions intérieures du Vatican.

Le 22 décembre 2014, son extraordinaire sermon-algarade en forme de voeux aux prélats de la Curie avait réjoui l’univers : on découvrait un pape qui secouait sa propre administration et dénonçait, à la face du monde, les « maladies spirituelles » de hauts fonctionnaires de l’Église ! Même Karol Wojtyla n’avait pas osé, lui qui disait pourtant de certains de ces hauts fonctionnaires : « Ils font semblant de travailler pour faire semblant de m’obéir »… François, quant à lui, voulait vraiment réformer cette bureaucratie. Il voulait l’ajuster aux besoins d’une papauté du XXIe siècle : mobilité, disponibilité, liberté d’esprit, comme Jésus le prescrit à ses messagers dans l’évangile selon Marc (6, 7-13)… François se heurtait à l’opposition d’une partie de la Curie, à ses birbonate (coups tordus) relayées par les salons romains et leurs échotiers ? Qu’à cela ne tienne ! Avec ce discours de Noël, filmé et diffusé mondialement, il suggérait à la Curie un examen de conscience devant les Églises des cinq continents. Le pape n’appelait tout de même pas les militants de base à « tirer sur le comité central » (comme Mao en 1967), mais une révolution culturelle s’annonçait : par-dessus les bureaux du Saint-Siège, le successeur de Pierre était à l’écoute du peuple catholique. Et du reste de l’humanité.

Impression confirmée le 11 juillet 2015, quand les médias montrent l’image d’une scène insolite au Vatican : six magistrats et quatre avocats en robe noire, dans une petite salle de tribunal… C’est l’ouverture du premier procès intenté par la papauté à un pédophile. L’accusé est un prélat. Il encourt une condamnation à sept ans de prison ferme. Pour qu’il purge cette peine sur place, François lui a fait aménager une cellule dans l’enceinte même du palais pontifical ; ainsi le monde verra que la justice du pape existe, et que l’omerta cléricale appartient au passé ! C’est faire droit à l’universelle clameur d’indignation née du dossier des prêtres pédophiles : scandale moral et métaphysique dont l’institution avait tardé à mesurer l’immensité, jusqu’à ce que Benoît XVI se charge du nettoyage (tâche qui transforma son pontificat en calvaire)… Il revenait à François, pasteur à poigne, de doter l’Église d’un dispositif pénal dans ce domaine.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 31/12/2015 - 17:26 - Signaler un abus La nouvelle civilisation du Pape

    n'est pas celle de C.Taubira. Pour l'Eglise Romaine le Pape veut mettre l'Evangile au centre et non le cléricalisme. Ceci dit cela oblige de nombreux anti-cléricaux à admettre qu'ils sont souvent, en fait ...anti-chrétiens, anti-Evangile, anti Jésus (et cela ne vise pas que les chrétiens catholiques "romains" comme disent les Angles et les Saxons).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrice de Plunkett

Patrice de Plunkett journaliste depuis 1972. En 1978, il participe à la création du Figaro Magazine, dont il est rédacteur en chef culture, puis directeur de la rédaction et éditorialiste (1990-1997). Auteur (depuis 1997) de livres-enquêtes sur les phénomènes de société d'aujourd'hui. Chrétien depuis 1985, il est membre de la revue de prospective catholique Kephas et de l'ordre du Saint Sépulcre de Jérusalem (aide aux chrétiens de Terre Sainte). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€