Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les start-up, dindons de la farce El-Khomri

Les start-up seront les premières victimes des modifications demandées dans le texte de la loi El-Khomri par les organisations syndicales. On retrouve bien là le combat en passe de devenir épique mené par les forces de la vieille France contre l’entrée de notre pays dans le 21e siècle.

Asphyxie

Publié le
Les start-up, dindons de la farce El-Khomri

Les start-up et les accords d’entreprise

Majoritairement, les start-up sont des très petites entreprises et n’ont pas la taille critique pour mettre en place des institutions représentatives du personnel capables de négocier des accords d’entreprise. La loi El-Khomri réussissait donc l’exploit de ne pas les concerner ou presque: les dérogations à un code du travail ubuesques prévues par le texte gouvernemental passent par des accords d’entreprise…

Deux ou trois mesures toutefois étaient susceptibles d’intéresser les start-up: la définition du licenciement économique, le plafonnement des indemnités prudhommales et la possibilité de passer unilatéralement au forfait-jour un cadre recruté aux 35 heures.

Ces trois mesures devraient disparaître à la demande des syndicats "réformistes", selon un terme extrêmement malheureux.

Les start-up et le licenciement économique

Pour beaucoup de start-up, la réorganisation interne peut se révéler complexe à mener, surtout lorsque l’entreprise a besoin, pour assurer son développement sans épuiser sa trésorerie, de réorienter ses recrutements. En l’état des textes, le recours au licenciement économique est ardu car très incertain. Comment, par exemple, expliquer qu’on licencie un salarié peu performant sur un marché qui ne se développe pas, pour pouvoir recruter un salarié plus performant sur un nouveau marché qui se développe, mais sur des profils très différents ?

Une meilleure définition pouvait (imparfaitement d’ailleurs) sécuriser un licenciement économique pratiqué dans ce cadre. Cette précision-là devrait disparaître dans le texte futur et rendre à nouveau très précaire la solution du licenciement économique dans ces cas de figure.

Les start-up et les indemnités prudhommales

Je n’ai jamais été partisan du plafonnement des indemnités prudhommales, que je considère être une mesure illibérale. Toutefois, pour les start-up, la décision de licencier un salarié est difficile à prendre face au risque de voir les prudhommes coller, deux ans plus tard, une indemnité qui se révèlera un défi économique pour l’entreprise. Beaucoup de start-up peuvent donc être conduites à conserver des salariés improductifs qui plombent la compétitivité de l’entreprise par crainte de payer cher une décision mal prise.

Si le plafonnement des indemnités avait un aspect positif, il se situait là.

Là encore, la mesure a du plomb dans l’aile.

Les start-up et le forfait-jour

Certaines start-up ont l’imprudence de recruter leurs cadres aux 35 heures et non au forfait-jour. J’imagine d’ici la tête du dirigeant quand son cadre lui explique qu’il quitte le travail à 17 heures quoiqu’il arrive même si le client crucial pour l’entreprise attend impatiemment sa livraison. Bien sûr que, ces jours-là, le chef d’entreprise bouillonne et mange son chapeau. La survie de l’entreprise est en jeu, mais s’il la ramène, son cadre est dès le lendemain matin dans les bureaux de la médecine du travail pour se plaindre du stress subi dans l’entreprise.

La seule bonne mesure pour la prospérité de l’économie française tenait donc, dans la loi El-Khomri, à la faculté laissée unilatéralement au chef d’entreprise de faire passer son cadre au forfait-jour.

Là encore, cette mesure devrait disparaître.

La CFDT déteste les start-up

On regrettera bien évidemment que l’attaque syndicale contre la loi El-Khomri porte moins contre les intérêts capitalistiques des grandes entreprises rentières en France, et soit aussi destructrice pour les entreprises innovantes. C’est la France du job low-cost et de la laborieuse reproduction de l’ancien qui est à la manoeuvre, pour torpiller ce qui peut faire sens à l’avenir.

Il faudra bien qu’on nous explique quand même un jour pourquoi la CFDT déteste autant le progrès. Le qualificatif de "réformiste" qui lui est accolée sonne tellement faux.

A titre d’exemple, la CFDT se bat pour le renforcement du rôle de la branche lorsque les entreprises n’ont pas d’institution représentative du personnel. Mais il n’existe pas de branche des start-up. Celles-ci sont fondues dans la "branche Syntec", pilotée par les vieux cabinets de conseils à qui elles font souvent concurrence. Autant dire que le gouvernement et la CFDT préparent la mise sous contrôle des start-up par leurs rivales de l’ancienne économie.

Cet article a initiallement été publié sur le blog d'Eric Verhaeghe

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jasmin84 - 05/03/2016 - 18:20 - Signaler un abus Ce projet de Loi est passé

    Ce projet de Loi est passé totalement à côté des vrais problèmes auxquels sont confrontés les employeurs .Sans doute par méconnaissance de la réalité. En premier lieu le code du travail est aujourd'hui totalement et exagérément déséquilibré en faveur des salariés. En second lieu le travail à un coût exorbitant et les petits patrons préfèrent souvent renoncer à des marchés plutôt que d'embaucher. Les hommes politiques qui n'y connaissent rien et qui soutiennent que c'est le carnet de commande qui crée l'emploi sont totalement dans l'erreur. Enfin devant les prud'hommes l'employer n'est pas du tout à égalité avec son salarié car les conseillers employeurs sont rarement politisés et plutôt pragmatiques alors que les conseillers salariés sont le plus souvent des délégués syndicaux qui appliquent non pas la loi mais une idéologie en considérant que l'employeur est l'ennemi. L employeur est souvent condamné pour des problèmes de forme, une lettre de licenciement mal rédigée, des règles trop contraignantes qui sont autant de pièges pour le petit fleuriste, le coiffeur ou le garagiste. Or aucun de ces problèmes n'est abordée par la loi El Komri. Elle ne servira donc à rien.

  • Par vangog - 05/03/2016 - 20:52 - Signaler un abus @jasmin84 très juste! Avec une demande atone,

    qui plombe les PME et encourage les grandes entreprises à faire de la copie, sans innovation, ou à délocaliser, seules les TPE ont des chances de se développer. Cette loi ne résout pas les incertitudes prud'hommales et syndicales. Copie à refaire! ( sans le volet communautariste, imposé par ces mêmes trotskystes qui détestent l'entreprise et mènent la guerre contre elle aux Prud'hommes)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€