Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les sponsors sont-ils en train de tuer les Jeux olympiques ?

Les JO ont besoin de l’argent de leurs partenaires. Mais où doit s'arrêter le pouvoir de ces derniers dans le déroulement de la compétition ?

Editorial

Publié le

Les Jeux olympiques sont, et restent, un moment fantastique, même s’il faut reconnaître la surenchère de moyens et de tentatives de protectionnisme de la part des sponsors et du CIO pour faire de cet événement un monopole. Garder le monopole sur les Jeux, tout en les partageant le plus possible, c’est le challenge.

Quand trop de sponsoring tue le sponsoring : c’est depuis plusieurs jours la polémique lancinante de ces Jeux de Londres. Et ce sont les propos de Sebastian Coe (président du comité d'organisation des Jeux de Londres) qui mirent le feux aux poudres, expliquant qu’un spectateur portant un tee-shirt Pepsi ne pourrait pas rentrer sur un site olympique … sponsorisé par Coca-Cola (partenaire des Jeux depuis 1928).

Comme l’explique l’ancien champion olympique (devenu homme politique, parti conservateur) : « C'est important de protéger les sponsors, parce que c'est en grande partie eux qui payent les Jeux. »

Partant de ce point de vue : interdit les tee-shirts Pepsi ou Nike ; interdit les publicités pour d’autres marques aux abords des sites olympiques ; exit même le drapeau breton (le 25 juillet, un supporter, Thierry Le Sommer, s’est vu interdire d’exhiber le « Gwen-ha-du » lors de France-Etats-Unis, premier match de l’équipe de France féminine de foot), sous prétexte qu’il n’est pas un drapeau officiel des Jeux ; très forte restriction et intimidation sur l’usage des réseaux sociaux par les athlètes (formellement interdit de bloguer des photos de leur petit-déjeuner par exemple); monopole aux frites McDonald’s sur les sites (le Guardian a même rapporté que le sèche-cheveux des toilettes dame est en forme du "M" de la firme américaine) ; si vous voulez acheter un souvenir sur une boutique officielle vous avez intérêt à avoir une Visa (un site belge note que 27 distributeurs de billets sont bizarrement hors service à proximité des sites), et si vous voulez une bière, ce sera une Heineken sinon rien ; la liste est longue.

Pour la petite histoire, il est amusant de rappeler que Sebastian Coe, si zélé aujourd’hui dans l’application des règles, a remporté sa première médaille olympique (sur 1500 mètres) lors des Jeux de Moscou de 1980 … alors que Margaret Thatcher avait appelé les athlètes à les boycotter.

Alors certes l’argent des sponsors est indispensable aux Jeux (surtout s’il on considèrent qu’ils doivent nécessairement coûter des milliards), mais contrairement à la phrase de Coe, les sponsors ne doivent pas être « protégés », mais « valorisés ». Et sur ce point les débats de ces premiers jours de JO sont plutôt en leur défaveur. McDonald’s, sous la pression des médias, du public et de son propre personnel, a dû se résigner à renoncer à son monopole sur la vente de frites sur les sites. D’une manière générale ces tentatives de monopole olympique font beaucoup de bruit et émeuvent, non pas sur la nécessité du financement et du principe du sponsoring mais sur ces excès de volonté d’autarcie olympique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Iletvilain - 31/07/2012 - 16:20 - Signaler un abus Pour Mittal, il n'y a pas que Bhopal

    Il y a aussi les dégâts avec les hauts-fourneaux. Oui, il a financé la tour Orbit de Londres, à hauteur de 18 millions d'euros, mais ce fric venait d'où ? "JO de Londres : est-ce bien raisonnable ?" http://www.grincant.com/2012/07/28/jo-de-londres-est-ce-bien-raisonnable/

  • Par ropib - 31/07/2012 - 17:12 - Signaler un abus C'est la propriété intellectuelle

    Le CIO se comporte lui-même comme un sponsor, du coup il n'y a plus d’événement, et la comm' elle-même est devenue un produit: il n'y a plus qu'à jeter sa télévision à la déchetterie, la place indiscutable des produits.

  • Par Grwfsywash - 31/07/2012 - 18:25 - Signaler un abus Lakshmi Mittal

    Lakshmi Mittal s'est bien sûr fait offrir l'opportunité de porter la flamme olympique Jeudi 26 Juillet lors de son passage a Kensington, London. Il a passé le relais a... son fils. . Bien évidemment, seul un esprit chagrin pourrait se permettre d'associer cette participation avec la construction de la tour Orbit dans le parc olympique!

  • Par Grwfsywash - 31/07/2012 - 18:32 - Signaler un abus Supranationalité

    A Londres, pourtant si jaloux de sa souveraineté, le CIO jouit semble-t-il d'un traitement exceptionnel, puisque de nombreuses lois sont foulées aux pieds pour ne pas nuire a la "fête sportive" (entendez "machine a pomper les liquidités") . Exemple: aucun acte du parlement n'a été passé, autorisant la mise en place des amendes de £130 pour ceux qui rempruntent les voies olympiques avec leur véhicule. . Je sais de très bonne source que ce n'est pas là un souci pour les autorités, qui préfèrent s’entredéchirer sur la plus importante question: Qui va récupérer cette manne?

  • Par tympan - 31/07/2012 - 22:03 - Signaler un abus Pas besoin des sponsors

    Le CIO suffira a tuer les Jeux .

  • Par Decebal - 01/08/2012 - 01:10 - Signaler un abus ENCORE UN RATE DE LA FRANCE

    les J O sont phagocytes par la vision Anglo saxonne de l'argent Roi. et ces JO façon Coca sont le résultat des rates politiques Francaise notre pays a la mauvaise habitude, de se laisser voler ce dont elle est a l'origine. ( méridien de Paris/ H GMT, coupe du monde de foot , Airbus etc )) en plus maintenant , elle se laisse évincer et nous assistons penauds sans sourciller. Honte a nos dirigeants, des pleutres nombrilistes

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Renaudin

Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€