Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le spectre d’un scénario catastrophe hante l’Elysée…

La semaine qui s’ouvre lundi sera celle de tous les dangers sur le front de l’économie. Les initiatives internationales prises par François Hollande peuvent détourner l’attention de l’opinion des problèmes domestiques mais ne les résoudra pas. L’accueil du discours de politique général mercredi et ce qu’il en suivra sera déterminant pour échapper à ce qui pourrait déboucher sur un scénario catastrophe…

Ca nous pend au nez

Publié le - Mis à jour le 17 Septembre 2014
Le spectre d’un scénario catastrophe hante l’Elysée…

Contrairement à ce que dit et répète Manuel Valls, ce n’est pas le FN de Marine Le Pen qui est à la porte du pouvoir dans l’immédiat, c’est le FMI qui peut être obligé d’intervenir, poussé par les marchés financiers et l’ensemble de nos créanciers.

Pourquoi ? Tout simplement parce que la maison France est au bord de la cessation de paiement. Elle est surendettée. Elle doit emprunter pour payer les seuls intérêts de ses emprunts. Jusqu’alors elle a trouvé de l’argent pour faire ses échéances à un taux dérisoire. L’Europe, faisant confiance à ses investisseurs, a toujours su attirer les capitaux. Disons au passage que le sérieux des contribuables français d’un côté et la garantie financière de l’Allemagne et les soutiens de la banque centrale ont sécurisé les apporteurs de fonds à un prix très avantageux. Faut-il rappeler que le taux directeur de la BCE est tombé à 0,15%...

avec des taux de dépôt négatifs. Les taux peuvent difficilement tomber plus bas.

Or, cette situation n’est pas durable pour trois raisons.

La première c’est que le gouvernement n’a rien fait depuis deux ans pour freiner l’endettement et les déficits. Il a promis de le faire mais il n’a jamais pu passer à l’acte. Le ministère de l’Economie désormais aux mains d’Emmanuel Macron et de Michel Sapin reconnait la gravité de la situation. La confiance des investisseurs est cassée.

La deuxième raison c’est que l’Allemagne ne va pas continuer à tenir la communauté européenne à bout de bras, tout en se faisant critiquer et attaquer par ses partenaires. L’opinion publique allemande ne supporte plus l’arrogance française.

La troisième raison c’est que l’équilibre actuel des taux d’intérêt ne va pas durer. Le changement de pied de la réserve fédérale qui remonte les taux américains va mettre la BCE en porte à faux et attirer les capitaux sur le dollar… Si demain, il y a un différentiel de taux de 2 ou 3 points entre l’Amérique et l’Europe, il ne faut pas être prix Nobel d’économie pour prévoir un détournement de capitaux. Les fonds iront s’investir aux USA… Ca s’appelle un krach obligataire et ça commence à faire peur à tout le monde en Europe et notamment en France. Qui dit krach obligataire, dit blocage des financements publics, mais pas seulement. Un peu comme en octobre 2008, quand le blocage du système bancaire mondial a nécrosé les appareils économiques. 

Dans cette hypothèse-là, la seule issue c’est l’intervention dans les pays européens les plus fragiles de la troïka… La BCE, la Commission européenne, avec la caution du FMI. Le FMI ne peut pas juridiquement intervenir dans un pays, mais il apporte sa caution. Une sorte de banquier en dernier ressort.

C’est déjà arrivé deux fois dans l’histoire de France. En 1958 quand le général de Gaulle est revenu au pouvoir et en 1981 quand le président François Mitterrand a été contraint de changer sa politique économique. A chaque fois, l’opération sauvetage a été humiliante et douloureuse, mais inéluctable.

Dans le cas de le France, l’intervention du FMI reviendrait demain comme jadis, qu’on le veuille ou non, à une mise en tutelle.

Pour l’opinion publique française, pour la classe politique et pour le gouvernement, c’est un scenario catastrophique. Les marchés et le FMI assureraient les échéances à condition comme en Italie ou en Grèce de faire passer des réformes draconiennes et des changements de management. Il se passerait exactement ce qui se passe dans une entreprise quand elle est en difficulté. Le pool des banques impose une politique, un redressement et des changements de responsables. On l’a déjà oublié mais en Italie, Sylvio Berlusconi avait été débarqué en 24 heures et remplacé par Mario Monti qui arrivait presque tout droit de Goldman Sachs.

Le nouveau gouvernement Valls, le ministère de l’Economie, une grande partie du monde des affaires et les chefs syndicaux même s’ils ne le disent pas trop fort souhaitent de Manuel Valls deux choses…

Un, qu’il obtienne la confiance de sa majorité sur un programme sérieux de redressement des finances publiques.

Deux, qu’il commence enfin à l’appliquer.

Alors ne rêvons pas, il n’y a pas de remèdes miracles dans le programme Hollande –Valls. Il y a même des éléments déflationnistes, mais un tel programme servirait de moteur de confiance pour les investisseurs privés.

Il y a beaucoup d’argent sur le marché… Cet argent ne sert aujourd’hui qu’à financer les déficits publiques de fonctionnement. Or ce dont l’économie a besoin c’est d’investissements privés. Il n’y aura d’investissements privés que si et seulement si les acteurs ont confiance dans le rééquilibrage du système.

Est-ce que Manuel Valls peut encore apporter un marqueur de confiance. Ce n’est pas sûr. C’est peut-être déjà trop tard.

Le plus grave, c’est qu’en France beaucoup souhaitent son échec (à droite et à gauche) pour des raisons idéologiques parce qu'’ils souhaitent la mise à l’écart de la France du système mondial de développement fondé sur la liberté des échanges et le progrès technologique. La France est quand même l’un des seuls pays au monde à être aujourd’hui traversée par des courants d’opinions aussi suicidaires. 

Machiavel, (le prince), disait des peuples que la crise pouvait les rendre intelligents… Et c’est vrai qu’arrivés au bord du gouffre, ils finissent par accepter des solutions qu’ils refusaient obstinément. Sans doute ! Mais il arrive aussi que des leaders d’opinion choisissent le pire parce qu’ils espèrent tirer un profit personnel du chaos.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Le gorille - 13/09/2014 - 10:20 - Signaler un abus Chaos ?

    Quels seraient les meneurs d'opinion ou de courants politiques qui auraient un intérêt personnel à un chaos en France ? (En référence à la dernière phrase de l'article)

  • Par Anguerrand - 13/09/2014 - 11:37 - Signaler un abus Cette augmentation des taux auxquels nous empruntons

    serait une vraie catastrophique pour la France. À ce moment la il faudrait bien engager une vraie austérité comme l'ont fait nos voisins et concurrents (licenciement de 1,5 millions des fonctionnaires inutiles, alignement de toutes les conditions du public sur le privé, baisse du nombre d'élus 600.000, suppression du Sénat et des 1000 " trucs Theodules" qui ne servent à rien si ce n'est à distribuer des émoluments , arrêt des aides à l'immigration ) j'en passe et des meilleurs. Il faut rappeler qu'en Allemagne il n'y a que 5 ministres ( 33 chez nous) que Mme Merkel paie son propre loyer,son électricité, chauffage, etc et pas de Palais comme l'Elysee, Matignon, et encore moins de résidences secondaires type Fort de Bregancon, ou de la Lanterne maison de passe de notre président ni de premières dames ( ou homme) traitées comme des reines.

  • Par DES VESSIES POUR DES LANTERNES - 13/09/2014 - 11:39 - Signaler un abus ça fait 40 ans que ça dure !

    et avec leur grande vision de l'avenir nos élites n'ont m^me pas vu le piège et ont plongé dans la monnaie unique sans en mesurer les risques en terme de souveraineté ,de finances et d'emplois . Faudra qu'ils mettent la main à la poche :on peut pas toujours avoir les doigts dans le pot de confiture.....hein Thomas & co

  • Par Pedalo Ivre - 13/09/2014 - 13:57 - Signaler un abus Enfin !

    L'heure de vérité va bientôt sonner. C'était parfaitement prévisible, depuis 2012 et l'élection du Bouffi.

  • Par assougoudrel - 13/09/2014 - 14:20 - Signaler un abus Et on voit toujours des ministres

    avec leur porteur de parapluie, le larbin qui ouvrent la portière de leur voiture avec chauffeur. Sous sarkozy, rien que son ministre des Affaires Etrangères (de gauche) avait 48 cuisiniers. Je me souviens de Tony Blair qui avait des problèmes de fin de mois. Il avait son salaire et c'est tout. Sarkozy parlait de faire bâtir un Pentagone pour les bureaux d'armes des 3 armées et tout le personnel des hauts commandements. Pourquoi ne pas faire de même pour tous les ministères et y mettre aussi l'Elysée? Tous ces palais que ces gens ne méritent pas devraient être rendus au public, afin que les touristent puissent visiter et ferait rentrer de l'argent dans les caisses. Si vous allez dans la presqu'île de Quiberon, dans le Morbihan, où c'est le plus reserré, en face du Fort de Pynthièvre, il y a une grande villa qui fait face au golfe du Morbihan et de l'Atlantique. C'est la villa de vacances du général commandant la Région Militaire. Je l'a connais depuis 1975 (il y a même un qui avait trouvé, en arrivant à l'improviste avec son épouse, son chauffeur avec sa copine). Cela fait des décénies que cela dure, tous ses privilèges payés par le contribuable. Il est temps que ça cesse.

  • Par yeneralobregone - 13/09/2014 - 15:19 - Signaler un abus faire des réformes ?

    impossible ! français ! au nom du ( gravilo ) principe de précaution... verboten !

  • Par yeneralobregone - 13/09/2014 - 19:48 - Signaler un abus @davycrokette

    on t'a reconnu monte bourre pulvar ...

  • Par D'AMATO - 13/09/2014 - 20:13 - Signaler un abus Dans une Democratie....

    ....representative et non moins élective les électeurs sont et seront les payeurs....et ne venez pas dire qu'on ne le savait pas. Vous avez voté et bien maintenant payez. Les faits sont têtus!! Hélas!!!!

  • Par Ganesha - 14/09/2014 - 08:12 - Signaler un abus Paradis Fiscaux

    ''Il y a beaucoup d’argent sur le marché'', c'est la phrase essentielle de cet article. La France sert actuellement de lessiveuse de blanchiment pour la folle création de monnaie par les banques centrales. Nos créanciers, c'est l'oligarchie internationale et ses comptes dans les paradis fiscaux. Quand nous en aurons marre, nous rétablirons l'équilibre en un ''claquement de doigt'' : en annulant ces comptes ''offshore'', rappelez-vous, c'est ce qui a été fait à Chypre. En fermant tout simplement le système boursier, en déclarant les actions ''papier sans valeur, ni signification'' : c'est ce qui s'est passé en 1929 à Wall Street, ou du moins en mettant fin à la spéculation insensée ne reposant sur aucune réalité matérielle (Kerviel, un cas isolé, vraiment ?). En supprimant cette anomalie de ces paradis fiscaux, on obligera enfin les très grandes entreprises multinationales et les milliardaires à payer leurs impôts : c'est cet argent qu'ils nous prêtent ! Félicitations au monsieur qui veut résoudre le problème de la dette en créant 1,5 million de chômeurs supplémentaires et à celui qui pense que le nœud du problème, c'est une jolie villa en Bretagne...

  • Par Mandataire - 19/09/2014 - 11:57 - Signaler un abus Remarques d’améliorations…

    À quand sur Atlantico.fr la possibilité de facilement signaler coquilles/erreurs? Enregistrer un commentaire en brouillon pour relecture? Pouvoir aller à la ligne pour faciliter lecture/compréhension des commentaires? La possibilité de répondre à un commentaire sous celui-ci pour faciliter le suivi? La possibilité de conserver plus que les trois derniers commentaires? Certes, c’est du Travail… mais est-ce si compliqué à voir d’autres sites Internet qui le permettent?

  • Par Mandataire - 19/09/2014 - 12:24 - Signaler un abus La FRANCE doit boire le calice jusqu'à la lie… et le boira!

    Nous ne comprendrons ce que nous devrons faire qu’une fois au fond du trou… à défaut d’avoir une "Sainte" Maggie qui a été la seule à avoir eu la volonté de sortir son Pays de l'ornière. Autant y aller le plus rapidement possible et non pas en implorant "Grâce monsieur le bourreau, encore une minute, monsieur le bourreau...". Les grèves en moins—pour l’instant—nous sommes en passe de dépasser le stade de décomposition dans laquelle l'ANGLETERRE se trouvait en 1975… Encore un effort et par avance merci au FMI de faire ce que les Thrombonnards®—dextres et senestres—ont été incapables de faire depuis 40 ans par démagogie électoraliste… que "nous"— merci à la Démocratie—réclamons à cor et à cri.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaine BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€