Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Souvenirs de la marée basse" : Un bon livre mais moins fort que les sentiments qui l'ont inspiré

Atlanti-culture

Publié le
"Souvenirs de la marée basse" : Un bon livre mais moins fort que les sentiments qui l'ont inspiré
LIVRE
SOUVENIRS DE LA MAREE BASSE
de Chantal Thomas
Ed. du Seuil
Collection Fiction et Cie
 
RECOMMANDATION
           BON
 
THEME
Ce roman, paru dans une collection fiction, est une autobiographie axée sur le personnage maternel.
Ecrit à la première personne du singulier, il retrace d’abord l’histoire des ancêtres maternels de
Chantal Thomas, ses arrière-grands-parents, avec la guerre de 14, puis ses grands-parents avec la
guerre de 40. Suit l’histoire de ses parents, la jeunesse de sa mère, une personne fantasque qui fuit la
vraie vie en pratiquant la natation.
Vient la petite enfance de Chantal, le bouleversement de sa
naissance qui coupe les ailes de son père et fait de sa mère une femme au foyer, fonction qui
l’insupporte et qu’elle tente d’oublier, toujours en nageant. 
Suivent de fort belles et longues pagessur l’enfance de Chantal, ses plages d’Arcachon, ses jeux, son entourage, ses amis, et son gout à ellepour la natation. 
Au cours de la dernière partie, Chantal est adulte. Elle ne parle plus de sa propre
vie, mais de celle de sa mère, veuve joyeuse, capricieuse, délicieuse et toujours nageuse jusqu’au
jour où la maladie d’alzheimer prend de telles proportions que cela devient impossible.
 
POINTS FORTS
- Le récit des moments d’histoire des trois générations précédentes, bien que survolé, se lit
avec intérêt.
- Le récit de l’enfance de Chantal, son monde imaginaire, son amitié, ses découvertes
fabuleuses, la mer partout et l’énergie des jeux, tout cela est merveilleusement raconté (bien
qu’un peu long)
- L’étude littéraire de l’acte de nager, la description du crowl, comme vision, comme vécu et
comme symbole, est une vraie réussite poétique.
- La pudeur de l’auteur est touchante. 
En passant, elle lâche l’idée qu’elle a coupé les ailes de son père en venant au monde, qu’il a dû tout quitter, qu’il ne parle jamais, qu’il est mort sans raison vers l’âge de 40 ans.
En passant, elle lâche aussi l’idée que sa mère déteste s’occuper de maison et d’enfants, qu’elle est présente sur la plage mais qu’elle ne veut pas nager avec elle.
A travers ce qu’elle écrit, il apparait clairement qu’elle est abandonnée, mais elle ne le dit jamais, elle ne semble pas s’en rendre compte, elle trace son chemin avec une formidable vitalité.
 
POINTS FAIBLES
- Des longueurs.
- Le personnage de la mère, quand elle cesse de nager (ce dont malgré tout on a assez
rapidement fait le tour), n’offre pas grand intérêt. Il était sans doute captivant pour l’auteur
d’en dresser le portrait afin de mieux la comprendre et de mieux cerner sa propre histoire à
travers cette quête. Mais la mère elle-même, Jackie, n’est pas très convaincante pour le
lecteur. Voilà un personnage qui tient une moitié du livre, qui nage mais ne fait pas de
compétition, qui ne pense qu’à elle-même, qui ne fait rien de constructif, qui ne prend pas
ses responsabilités, qui reste dans l’enfance. D’ailleurs dans la dernière partie du livre, quand
elle aura pris son indépendance, c’est Chantal qui maternera sa mère. D’abord à distance, et
puis de plus en plus proche.
 
EN DEUX MOTS
Il faut beaucoup d’amour et d’indulgence de la part d’une fille pour tenir un tel discours sur une telle
mère.
 
UN EXTRAIT
Du chapitre « La princesse du Palais de Mers » - Chantal enfant:
« Les émotions causées par la rouille, ce n’est pas la peine d’essayer d’en causer. Ce serait comme de
vouloir faire partager notre sympathie pour la vase. Substance délicieuse, douceur de velours,
clapotis délicat… Sur l’estran, nous forçons l’écart de nos enjambées pour mettre nos pieds dans les
empreintes creusées par mon père. Et nous chantons des hymnes au génie vaseux. Il abolit les angles
et nous sculpte en creux un corps de caresses. »
 
L’AUTEUR
Chantal Thomas, née en 1945, est historienne et écrivaine française. Elle est directrice de recherche
au CNRS, elle a enseigné dans diverses universités en France et aux Etats-Unis. Spécialiste du
XVIIIème siècle, elle est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, le plus souvent à caractère historique.
Ecrivain reconnu, elle a reçu notamment le prix Fémina pour son roman « les Adieux à la reine » et
 le Grand Prix de la Société des gens de lettres pour l’ensemble de son œuvre.
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christine Geliot-Lallour pour Culture-Tops

est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/jolie-petite-guerre-pour-voir-conflit-vietnamien-autre-jour-marcelino-truong-critique-roman-culture-tops-1051046.html#haDhCQSFJaMAkgzS.99

Christine Geliot-Lallour est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Show.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€