Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sourds dès 40 ans : les Français ne s’entendent plus nulle part, et ça ne risque pas de s’arranger avec le temps

2 Français sur 3 se sentent plus exposés au bruit dans leur vie quotidienne qu’auparavant, selon des résultats de l'Enquête JNA-ifop sur les nuisances sonores. Ce taux a tendance à monter à 70% auprès de populations âgées de 50-74 ans.

Plait-il ?

Publié le
Sourds dès 40 ans : les Français ne s’entendent plus nulle part, et ça ne risque pas de s’arranger avec le temps

Atlantico : 9 Français sur 10 se disent exposés chaque jour à des bruits de plus en plus dérangeants (voir l'enquête complète en fin d'article). Constate-t-on une augmentation généralisée des volumes sonores ?

Sébastien Leroy : Cette enquête montre une augmentation du volume général du bruit et son omniprésence dans tous les temps de vie des Français, quelque soit leur âge.

 

Que se soit dans la rue, dans les lieux publics, au travail, dans les transports, dans les cafés, les restaurants ou à l'école, la quasi totalité des personnes interrogées pour l'enquête disent se sentir constamment agressées par un niveau sonore qu'elles jugent plus important qu'avant.

 

Résultat : les Français ne s'entendent plus nulle part.

 

y a-t-il des lieux de vie nouvellement touchés par le bruit ?

Sebastien Leroy : Oui, et c'est là tout l'intérêt et la nouveauté de notre enquête. Elle prouve que des lieux qui étaient auparavant des zones de repos auditives sont devenues des zones sonores, ce qui a pour conséquence que l'oreille n'a plus aucun temps de répit.

 

C'est par exemple le cas des bureaux. Avant, seuls les travailleurs de chantier se disaient gênés par le bruit. Maintenant, 81% des sondés se disent aussi gênés par le bruit au bureau. C'est le même phénomène au sein des foyers, où il y a une surexposition sonore due au fait que les personnes se sentant dérangées par un bruit en rajoute un autre plus agréable pour le couvrir. Cette juxtaposition des bruits peut avoir lieu par exemple lorsque, dérangé par le bruit de travaux de votre voisin, vous mettez de la musique ou la télévision à fond pour ne plus entendre la ponceuse ou le marteau. Le comportement des personnes interrogées viennent donc confronter leur dire sur l'augmentation générale du volume sonore.

 

40% des jeunes de 15 à 18 ans interrogés par l'étude disent avoir du mal à comprendre les conversations à l'école. Quel est l'impact du bruit sur la santé ?

Dr Pascal Foeillet : Il y a deux impacts différents du bruit sur la santé.

 

Le bruit peut d'abord avoir des effets directs sur le système auditif à partir d'une certaine intensité sonore et/ou à partir d'une certaine durée d'exposition au bruit. Cela peut entraîner des problèmes d'audition, c'est-à-dire des acouphènes et la surdité. 

 

Le bruit peut aussi perturber notre système physiologique, c'est-à-dire être responsable de maux de tête, de stress, d'hypertension, de maladies cardiovasculaires, de troubles du sommeil, d'anxiété, voire de syndromes dépressifs.

 

Qu'est-ce qu'une exposition excessive au bruit  ?

Dr Pascal Foeillet : Comme le démontre cette enquête, un volume sonore excessif subi par l'oreille à un moment T (100 décibels, concert, boite de nuit) peut être dangereux, mais une exposition longue à des bruits moins agressifs peut aussi être très dommageable (80/ 90 décibels, ce qui correspond à peu près au bruit perçu d'un aspirateur ou d'une tondeuse à gazon à moins de deux mètres). Le volume sonore compte autant que la durée d'exposition au bruit, ce sont les deux paramètres auxquels il faut faire attention.

 

L'oreille et le système auditif, c'est comme un sportif de haut niveau : il va devoir s'arrêter pour récupérer de temps en temps, car s'il reste dans un effort permanent, il va finir par se blesser.

 

Constatez-vous lors de vos consultations des problème auditifs de plus en plus importants chez vos patients ?

Dr Pascal Foeillet : L'exposition excessive au bruit touche surtout les jeunes, qui sont ont des activités à risque. Ils écoutent la musique au casque sans arrêt, ils vont beaucoup en discothèque ou à des concerts, ils travaillent très souvent dans des open space...

 

Cette atteinte auditive des oreilles de la jeunesse française est insidieuse, car elle va s'installer sur le long terme. Sauf dans le cas d'une exposition au bruit très forte et très ponctuelle, la perte de l’ouïe n'est pas quelque chose que l'on va ressentir tout de suite.

 

Tout ceci pour vous expliquer que je ne reçois finalement pas trop de jeunes dans mon cabinet, mais beaucoup de personne ayant autour de 35 et 40 ans qui sont déjà en partie sourdes ou qui souffrent d'acouphènes, ce qui n'était pas du tout le cas il y a quelques années.

 

Y a-t-il un retour en arrière possible quand on a des problèmes auditifs ?

Dr Pascal Foeillet : Non, tous ces dégâts sont malheureusement irréversibles. La seule chose qui peut être traitée, c'est une surexposition exceptionnelle à un bruit exceptionnel. Dans ce cas, on retrouve son ouie d'origine petit à petit. Pour le reste, c'est perdu à jamais.

 

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Foeillet

 Dr Pascal Foeillet est médecin ORL, membre de l'association JNA.

Voir la bio en entier

Sebastien Leroy

Sebastien Leroy est porte-parole de l'association JNA et directeur de l'enquête nationale JNA-Ifop 2016.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€