Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les sorties de route de Michel Sapin et de Marisol Touraine ou la tradition française du parjure budgétaire

Politique et vertu ne sont pas nécessairement liées. Depuis Machiavel, nous le savons bien ! Mais est-ce une raison pour continuer d'accepter les mensonges d'Etat ?

Insincérités

Publié le
Les sorties de route de Michel Sapin et de Marisol Touraine ou la tradition française du parjure budgétaire

Une célèbre interview télévisée (du 28 mars 2013) de François Hollande avait vu le président de la République nous parler de sa " boîte à outils " censée résoudre tant de maux, à commencer par le chômage de masse.

Une majorité de citoyens avait trouvé cette expression métaphorique parfaitement affligeante et de nombreux détournements humoristiques sur le web avaient conclu que "Monsieur Bricolage" était à la tête de la France.

Effectivement, bien des mots plus tard, on découvre que la Hollandie c'est d'abord du verbiage insensé (cf. le livre : "Un président ne devrait pas dire cela"), des blagues trop souvent inappropriées et une incapacité à gérer avec rigueur.

Les fées qui ont – peut-être – entouré les berceaux d'Antoine Pinay, Jacques Delors, René Monory ou surtout Raymond Barre n'ont pas accompagnées le jeune François Hollande.

Par construction intellectuelle, cet homme pense vraiment : "ce n'est pas grave, c'est l'Etat qui paye". Parfait résumé d'une pensée où le martinet de l'impôt est supposé tout résoudre tout comme les subventions publiques réclamées pour sa fondation "La France s'engage" inaugurée le premier de ce mois.

Pour l'heure, à la lumière du bilan de ce quinquennat chargé d'occasions manquées, la France enrage !

De l'expression "M. Bricolage", il reste donc une réalité prégnante et insupportable : les sorties de route de Michel Sapin et de Marisol Touraine.

En effet, la Cour des comptes vient, à quatre mois d'intervalle, de "retourner les pierres" et de débusquer de graves manquements à la rectitude budgétaire.

On a bricolé les comptes de l'Etat (sous-budgétisations insincères) et ceux de la Sécu.

La question n'est plus de savoir qui savait ou quand savions-nous, la question est de doter notre pays d'un arsenal juridique qui nous prémunisse de tels apprentis sorciers qui ont bricolé à coup de milliards… pourquoi faire petit joueur ?

A ce stade de ce billet qui est davantage construit qu'un texte d'humeur et s'apparente à une supplique citoyenne, il faut se remémorer l'incroyable mise en scène de Jérôme Cahuzac répondant, devant l'Assemblée nationale, à une question au Gouvernement. Si, si : souvenez-vous la belle et forte affirmation sur le thème de l'absence de comptes à l'étranger.

Dans les rues de l'île d'Oléron, dans celles de Montauban ou à Bagnolet, cela s'appelle un mensonge. Mais dans l'état de notre droit, cela fait pschiit et aucun Procureur ne peut poursuivre faute de textes idoines.

Alors, ici et maintenant, je milite pour que la notion de parjure soit insérée dans notre Code pénal. Alors les Cahuzac, Sapin et autres Touraine et Eckert pourraient être poursuivis pour manquements intentionnels et avérés à la vérité notamment devant les Commissions parlementaires. Ce qui serait d'autant plus efficace que l'article 40 du Code de procédure pénale est déjà une arme d'importance et éviterait que la Haute Administration ne soit dans l'obligation d'être excessivement servile ou parfois spontanément servile à l'excès.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 24/09/2017 - 11:40 - Signaler un abus Pénaliser le "parjure politique"?

    Je SIGNE !!

  • Par vangog - 24/09/2017 - 12:58 - Signaler un abus Démoralisation macronesque de la politique française!

    C'est ce type de loi intelligente qu'il aurait fallu promouvoir, si ce Président avait un zeste de vision: une loi sanctionnant les responsables des artifices budgétaires et gros mensonges d'état PS. Mais les gauchistes ont tout colonisé, médias, In-Justice, Éducation nationale socialiste...et ils se serrent les coudes pour échapper aux responsabilités des échecs passés et futurs...

  • Par Clotilde DE BIEVRE - 24/09/2017 - 15:02 - Signaler un abus parjure politique

    M. Ferrand n'est pas le mieux placé ! Mais qui l'est ? Qui s'attaque aux abus : 400 partis politiques, autant de Hauts-conseils Théodule, autant de sous-préfectures inutiles, autant de parlementaires , autant de conseillers , ; On nous avait promis une quinzaine de ministres maximum : ils sont le double ; tout le monde trouve cela naturel et on retire 5,€ d'APL ! On se moque de nous !

  • Par jurgio - 24/09/2017 - 19:03 - Signaler un abus Ni parjure, ni hypocrisie, ni déni

    Une simple et déontologique attitude socialiste.

  • Par vauban - 24/09/2017 - 19:04 - Signaler un abus Action de classe contre les joueurs d bonneteau

    Je suis!!

  • Par J'accuse - 24/09/2017 - 19:07 - Signaler un abus République inexemplaire

    L'ex-présidente brésilienne Dilma Rousseff a été destituée pour avoir truqué les comptes publics. En France... rien.

  • Par Raymond75 - 25/09/2017 - 09:24 - Signaler un abus Tout à fait d'accord

    Il arriver enfin à moraliser la vie politique

  • Par l'enclume - 25/09/2017 - 11:38 - Signaler un abus Pourquoi pas ????

    Peut-être qu'une pétition regroupant des dizaine de personnes, prêtes à porter plainte contre ces vendeurs de rêves, inciterait un juge à se pencher sur le problème.

  • Par vangog - 25/09/2017 - 16:33 - Signaler un abus La manière de truquer les comptes publics

    s'apprend à l'ENA...et la façon d'introduire la vaseline aux Français aussi...

  • Par Alain Proviste - 25/09/2017 - 19:14 - Signaler un abus Qui les croit encore de toute façon ?

    Ne serait-ce que le budget de l'Etat : chaque année la même comédie, les recettes sont maximisées avec un taux de croissance fantasmagorique et les dépenses sont minimisées. Ce n'est pas sérieux et c'est entre autre pour ça que les électeurs ne croient plus les politiques. Tiens, tiens, grande gueule et pas fiable, c'est la réputation qu'on a à l'étranger non ?

  • Par Cepatoufau - 16/10/2017 - 22:18 - Signaler un abus Ferrand pousser une loi sur le parjure ?

    Pas sur que ce soit le bon cheval. Il vient d'être libéré de toute charge, mais quand on finance par l'entreprise que l'on dirige les biens de sa femme, qu'on y fait travailler son ex-femme. La dite entreprise étant une mutuelle sensée défendre une logique de mutualisation sociale. On est mega border line pour le détournement de biens sociaux. Donc une loi sur le parjure par Ferrand, j'attends de voir. Avec un petit sourire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€