Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La crise n'est pas la seule raison pour laquelle 28 % des Français ont peur de tomber dans la pauvreté"

Selon une étude de l’Insee, 28% des Français considèrent qu’il y a un risque pour qu’ils tombent dans la pauvreté en 2012. Des résultats qui s'expliquent logiquement par le contexte actuel de crise mais aussi par les particularités de notre marché du travail.

Pauvres de nous

Publié le

Atlantico : Selon une récente étude de l’Insee, 28% des Français considèrent qu’il y a un risque pour qu’ils tombent dans la pauvreté en 2012. Comment expliquez-vous ce résultat ?

Jérôme Fourquet : Un élément conjoncturel explique en partie cela: la crise qui s’aggrave depuis quelques mois maintenant, avec son cortège de plans sociaux et de licenciements.

La probabilité d’être soi-même touché n’est pas négligeable. Dans une enquête IFOP, nous avions remarqué qu’à peu près 2/3 des Français se disent touchés par la crise. Cela ne veut pas dire qu’ils tomberont tous dans la pauvreté, mais l’on voit bien que le contexte de crise accentue clairement les effets.

Il y a aussi un facteur plus structurel. Il y a aujourd’hui 13% de la population qui vit sous le seuil de pauvreté (pour une personne seule : 960 euros par mois). La pauvreté n’est donc pas totalement quelque chose d’abstrait ou d’improbable pour beaucoup de nos concitoyens.

 

Ces chiffres vous surprennent-ils ?

Ce n’est pas un niveau qui soit forcément très étonnant. Il y a de nombreuses années que les enquêtes posent ce genre de questions. Cela fait maintenant une quinzaine d’années que nous avons des chiffres assez importants concernant cette probabilité de connaître un jour la pauvreté.

Cette inquiétude ne date pas d’aujourd’hui. Elle a d’ailleurs déjà été analysée dans La peur du déclassement : une sociologie des récessions d’Eric Maurin. Au début de la crise, nous avions une forte progression de cette inquiétude de connaitre un jour le chômage, alors qu’objectivement les chiffres de licenciements (quand vous les rapportiez à la population en activité) étaient relativement faibles. La théorie de Maurin était de dire que nous avons renforcé les protections pour ceux qui sont installés dans le système (les « insiders » qui ont un CDI). Mais que la contrepartie de tout cela était qu’il est très dur d’intégrer ce système. L’effet pervers est que le jour où vous perdez votre statut, la chute est bien plus importante. Plus nous mettons des protections, plus la peur de les perdre pour ceux qui en bénéficient est grande.

De plus, un autre phénomène est apparu ces dernières années avec la crise, la multiplication des plans sociaux et l’apparition d’une nouvelle pauvreté : les « travailleurs pauvres ». Les protections juridiques et statutaires ont été renforcées. Le différentiel entre ceux qui en bénéficient et ceux qui n’en bénéficient pas s’est fortement accrue au cours des vingt dernières années. Jusqu’à assez peu de temps encore, dans l’imaginaire collectif, à partir du moment où l’on accédait au monde du travail, on était plus ou moins tiré d’affaires. La figure du travailleur pauvre s’est installée dans l’imaginaire collectif, l’emploi n’est plus vu comme un rempart. Nous nous sommes aperçus qu’une personne pouvait être en CDI mais aussi qualifiée de « travailleur pauvre », avoir des difficultés à trouver un logement et combler les fins de mois. De plus en plus de travailleurs fréquentent d’ailleurs des institutions comme les Restos du cœur.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 30/12/2011 - 11:33 - Signaler un abus Il faut attaquer les causes de la pauvreté

    Les impôts confiscatoires qui délocalisent les emplois. Les prélèvements sociaux pharamineux d'organismes paritaires qui ne font aucun effort d'économie, L'assistanat sans contrepartie et contrôle qui enterrent vivants, La fonction publique (~30 % de personnel et de moyens en trop) qui continue à dépenser sans compter en tuant les emplois et le pouvoir d'achat , les régions et leurs palais.

  • Par flogo - 30/12/2011 - 13:22 - Signaler un abus Pourcentage de pauvres en Europe des 17

    60% du revenu médian Pays bas 11 % – Autriche 12 – suède 12 – Danemark 12 – France 13 – Finlande 14 – Belgique 15 – Allemagne 15 – Irlande 16 – Pologne 17 – Portugal 18 – Angleterre 19 – Italie 19 – Espagne 20 – Grèce 20 – Bulgarie 21 – Roumanie 23 Que de pauvres en France !

  • Par caod4444 - 30/12/2011 - 17:42 - Signaler un abus ZOE vous etes déprimante

    les impots qui délocalisent les emplois... et qui servent si bien à faire vivre Bouygues Alcatel, Dassaults etc + à sauver les banques etc etc ... Donnez votre exemple d'impo^t confiscatoire svp Quant au reste des "causes" elles sont l'oeuvre de l?UMPS qui a détourné ces institutions pour acheter la paix sociale... Enfin dans ces "causes" quel est l'impact de l'immigration sur les salaires...

  • Par caod4444 - 30/12/2011 - 17:51 - Signaler un abus suite

    la dispo des HLM, des places dans les écoles, sur le chômage, la fraude, le marché noir, les dépenses de sécurité, le nettoyage des tags, la politique de la ville, les subventions , l'intégration, l'ambiance dans les ecoles ... combien ça coûte en impôts cette petite histoire ?

  • Par caod4444 - 30/12/2011 - 17:59 - Signaler un abus Flogo Comparaison n'est pas raison

    encore moins dans des cultures et systèmes aussi éloignés que peuvent ^'être le suédois et le roumain ! Allez donner ce chiffre aux gens qui ont peur, ils seront rassurer de savoir que c'est encore pire ailleurs ! Imaginez un docteur qui annonce un cancer mais ça pourrait être pire vous pourriez avoir un rhume + un cancer comme votre voisin ! A moins que notre seul reference soit la Roumanie !

  • Par flogo - 30/12/2011 - 19:00 - Signaler un abus caod4444 Comparaison n'est pas raison

    Allons bon ... L'Allemagne, la Finlande, la Belgique, l'Angleterre, l'Italie, l'Espagne sont des pays avec des cultures et des systèmes éloignés...des notres ! Vous tuez souvent des chiens...pas malades ?

  • Par Aie - 30/12/2011 - 19:31 - Signaler un abus quelle pauvreté?

    Les incroyables comptes d'un dealer marseillais ... http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/12/29/01016-20111229ARTFIG00426-les-incroyables-comptes-d-un-dealer-marseillais.php

  • Par JADDE - 30/12/2011 - 19:55 - Signaler un abus Attention grand danger !

    La seule solution pour la France est l'élection de François Hollande, le seul qui peut redonner le moral au peuple.Si Sarko repasse,il y aura des doutes sur le scrutin et un risque énorme de déstabilisation du pays voire une révolution.

  • Par flogo - 30/12/2011 - 20:31 - Signaler un abus JADDE

    Vos propos sont antidémocratiques... Laissez-moi deviner ...V

  • Par flogo - 30/12/2011 - 20:34 - Signaler un abus JADDE

    Je termine ma phrase : laissez-moi deviner .. seriez-vous extrémiste ? Révolutionnaire ? 68arde ? Enfin pour le contre...

  • Par Aie - 30/12/2011 - 20:45 - Signaler un abus Ho ho ho !!!

    "La seule solution pour la France est l'élection de François Hollande, le seul qui peut redonner le moral au peuple." . Vraiment ? Flamby n'a jamais rien fait selon son ex-compagne. En quoi serait-il qualifier pour redonner le moral à la France? Jamis été ministre, jamais eu de responsabilité de secrétaire d'état, rien dans son CV. De plus son département se mérite la palme de plus endetté.

  • Par RR 77 - 31/12/2011 - 15:11 - Signaler un abus @ jadde

    c'est bien d'avoir des convictions, encore faut il être capable de les justifier .voilà pouquoi Sako est le mieux qualifié. pour que les gens ne tombent pas dans la pauvreté, il faut que l'état lui même n'y tombe pas, d'où la reduction de la dette entreprise par notre gouvernement .il faut donc diminuer le nombre de fonctionnnaires, continuer le RSA, reprendre l'apprentissage, continuer ce fait NS

  • Par RR 77 - 31/12/2011 - 15:23 - Signaler un abus compabilité des pauvres

    en 1997, il y avait 7,8% des français sous 50% du niveau médian de revenus, 14,2% à 60% de ce même niveau en 2009, ces chiffres sont respectivement de 7,5% et 13,5% . pourtant, la crise est présente, mais les chifres sont tenaces, il y a moins de pauvres avec Sarkosy qu'avec le PS au pouvoir

  • Par flogo - 31/12/2011 - 15:28 - Signaler un abus JADDE

    "Si Sarko repasse,il y aura des doutes sur le scrutin" Quelle drôle d'idée ! Là on voit bien que vous êtes de la gauche spécialiste des magouilles électorales. Doit-on vous rappeler que l'internationale socialiste (vice présidente : S. royale) comptait dans ses rangs : Ben Ali, Moubarrak, Khadafy, Bagbo... La liste est longue sur Wiki... Il faut un peu le courage de ses opinions.

  • Par DEL - 01/01/2012 - 23:21 - Signaler un abus La pauvreté...

    Ce sont aussi les financiers et les patrons qui licencient parce que développer une société cela rapporte moins et moins vite que spéculer; faut pas l'oublier...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’IFOP.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€