Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sondage exclusif : L’effet Macron ? L’enquête qui montre comment 55% des Français ont peur de la pauvreté

Un sondage exclusif Ifop pour Atlantico montre l'évolution chez les Français du regard sur la pauvreté et la responsabilité de l'Etat sur cette question. 55% des Français se sentent plus menacés qu"avant par la pauvreté.

Evolution chez les citoyens

Publié le
Info Atlantico
 

Quels sont les autres enseignements de ce sondage ?

Christophe Boutin : On a déjà noté plusieurs éléments importants que l’on peut tirer de ce sondage. On retrouve d’abord, sur cette thématique de la crainte de la pauvreté, la division théorisée par Christophe Guilluy entre la France des métropoles et la « France périphérique », et le fait que l’électorat LaREM soit largement composé de ceux qui profitent de la situation économico-sociale actuelle.
 
Plus intéressant encore est le fait que les Français pensent majoritairement que c’est aux individus de se prendre en charge, écartant la tutelle étatique, ce qui prouve que certains principes libéraux portent. Mais qu’il y ait en même temps prise de conscience d’une véritable détresse des pauvres et de l’utilité des aides sociales nous montre qu’il ne s’agit pas d’un ultra-libéralisme à l’individualisme absolu, mais que la question de la solidarité est aussi importante pour les Français, et que nous serions donc plutôt devant ce que l’on pourrait qualifier comme étant un libéral-conservatisme.
 
Reste la question : « À qui faites-vous le plus confiance pour sortir les gens de la pauvreté », aux réponses particulièrement instructives. Un quart des Français ne font en effet confiance à personne, et 6% seulement aux entreprises privées. Restait à choisir entre les associations, l’État, et « les pauvres eux-mêmes », et si l’État reste stable entre 2016 et 2018 (15% et 16%), les Français font maintenant plus confiance à une prise en charge par les pauvres eux-mêmes (26% en 2018 contre 20 % en 2016) et moins aux associations (26% en 2018, 31% en 2016).
 
Mais c’est en affinant ces réponses par tendances politiques que qu’apparaissent d’autres vérités. Les associations restent en effet privilégiées par la gauche (33% pour FI, 43% pour le PS), sont dans la moyenne pour LaREM et LR, mais n’ont la confiance que de 13% des électeurs du RN, et c’est aussi à RN que l’on fait le moins confiance à l’État (8%), quand, là encore, la gauche lui fait plus largement confiance que la moyenne. Et comme RN est dans la moyenne pour les choix portant sur la confiance dans « les pauvres eux-mêmes » ou dans « les entreprises privées », on aboutit pour ce parti à un score record de 46% de ses électeurs ne faisant confiance « ni aux uns ni aux autres », soit 20 points de plus que la moyenne nationale.
 
Cette défiance envers les associations et l’État pour lutter contre la pauvreté chez les électeurs RN s’explique sans doute par le sentiment qu’ont nombre d’entre eux que ces deux éléments favorisent l’aide à une pauvreté allogène, et l’impact de la crise migratoire joue très certainement ici un rôle majeur. Une partie de ces Français qui « craignent la pauvreté » (rappelons le chiffre, 69% des lecteurs RN ont cette crainte) n’ont aujourd’hui pas l’impression de faire partie des priorités des caritatifs, quels qu’ils soient, et plutôt, à tort ou à raison, celui d’être devenus des pauvres de moindre importance, de second rang. Un tel sentiment est grave, et il y a là une confiance à restaurer avant que les tensions ne s’exacerbent.
 
Jérôme Fourquet : Un des enseignements majeurs de l'étude est que l'on est aujourd'hui à des niveaux très élevés de responsabilisation individuelle par rapport à l'attente que l'on peut avoir vis-à-vis des pouvoirs publics. On peut l'interpréter comme une validation de la politique menée par Emmanuel Macron par l'opinion. Un autre enseignement intéressant est le décalage qu'il peut y avoir entre les familles politiques sur la question de la peur de tomber un jour dans la pauvreté entre les partisans des Républicains et ceux de LREM. Si les deux bords politiques sont tout à fait d'accord sur le fait que c'est d'abord à l'individu de se prendre en charge, ce qui est une confirmation d'un précédent sondage que l'on avait fait pendant l'élection présidentielle. Clairement sur la question du lien entre l'individu et la puissance publique, l'opinion penche vers des idées libérales.
 
Cette conception assez individualiste des rapports sociaux qui a été portée par Emmanuel Macron se retrouve soutenue dans l'opinion. Néanmoins cette dernière ne semble toutefois pas prête au "grand saut libéral" si l'on se réfère à la question 2 de l'étude où les Français déclarent qu'il est nécessaire que l'Etat joue un rôle de "filet protecteur" à travers les aides sociales. Peut-être sommes-nous arrivés à la croisée des chemins car ces attitudes contradictoires traduisent aussi un équilibre plutôt instable.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 08:25 - Signaler un abus Catégorie particulière

    En ce qui concerne les ''craintifs'', il faudrait imaginerr une catégorie particulière : les ''papys-capitalistes'' sur Atlantico ! Je suis toujours amusé par le véritable ''vent de panique'' que je crée sur ce site, à chaque fois que j'évoque le caractère inéluctable de l'explosion prochaine de la gigantesque Bulle boursière actuelle ! Ce sera probablement encore plus énorme que celle du 24-29 Octobre 1929. Les niveaux que nous constatons aujourd'hui sont tellement absurdes et irréalistes, qu'une violente purge est indispensable. Verra-t-on des banquiers sauter par les fenêtres des tours de La Défense ? Et leurs corps ensanglantés et désarticulés joncher le marbre du Parvis ? C'est pourquoi, je pense qu'il est urgent de prévoir, dès à présent, un plan de sauvegarde des ''moyennement petits porteurs'' !

  • Par cloette - 09/07/2018 - 10:22 - Signaler un abus Si les Français se sentent menacés

    par la pauvreté, cela prouve à l'évidence que Macron les plonge dans l'angoisse, dans un sentiment d'insécurité qui leur pourrit la vie ,et ce parce qu'à l'évidence Macron n'est pas rassurant, il ne diffuse pas un sentiment de sérénité sur l'avenir qu'il propose . Le ciel se couvre , l'orage arrive et les oiseaux meurent de chaud en plein vol .

  • Par zelectron - 09/07/2018 - 10:26 - Signaler un abus les élus sont coupables collectivement !

    les pauvres résultent indirectement de la dette et surtout du nombre pharaonique des fonctionnaires non-régaliens qui vampirisent les ressources de la nation à une hauteur démentielle.

  • Par guzy1971 - 09/07/2018 - 10:58 - Signaler un abus Et encore !

    35% "seulement" des bac + 4 ou 5 qui se disent inquiets, c'est quand même beaucoup. Je suis sûr que ce % aurait été beaucoup plus faible il y a 25 ans. Pour nos parents et même ma génération avoir un bac + 5 c'était quand même la garantie de rester dans le circuit et de progresser.

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 11:09 - Signaler un abus Question

    En fait, ce genre d'article est un sondage d'opinion au sujet d'une idéologie. Tout comme on pourrait nous demander : êtes vous fan du Coca-Cola ? du Nutella ? du Nazisme ? du Communisme ? Ce soi-disant sondage nous interpelle : êtes-vous absolument convaincus que le Libéralisme va assurer le Bonheur de l'Humanité pendant les Siècles à venir ?

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 11:12 - Signaler un abus Réponse

    De par leur âge (très avancé) et leur situation sociale (retraités aisés), la réponse des abonnés d'Atlantico n'est pas pertinente, ils devraient être exclus de ce sondage. Leur priorité étant que le monde change le moins possible pendant les quelques années qu'il leur reste à vivre, par automatisme, ils vont répondre : oui. Comme la plupart d'entre eux ont voté Fillon au premier tour de la présidentielle, il y aura toujours au minimum un, et même probablement plusieurs, crétins débiles qui vont écrire : ''Il faudrait construire des centres d'accueil fermés, et y enfermer au moins un million de fonctionnaires'' !

  • Par cloette - 09/07/2018 - 11:15 - Signaler un abus Cours d'économie

    à la québécoise : "L'ile aux naufragés" par Louis Even , on la trouve facilement sur le web,

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 12:25 - Signaler un abus Cloette

    Voici l'adresse : === http://www.versdemain.org/articles/credit-social/item/l-ile-des-naufrages

  • Par cloette - 09/07/2018 - 13:54 - Signaler un abus Ganesha

    Elle est très bien cette petite histoire !

  • Par Marc Halévy - 09/07/2018 - 14:07 - Signaler un abus Antilibéralisme viscéral

    Ce n'est pas Macron qui fait peur , mais la réalité et le libéralisme. Depuis 50 ans que les Français sont des assistés de l’État-providence, voici enfin le réveil qui sonne. Cela fait 50 ans que la France prend du retard sur le reste du monde développé (Merci De Gaulle, Mitterrand et Hollande) et trainaille dans des idéologies surannées. Aujourd'hui, la fête est finie. Sans l'Europe, la France disparaît et l'Europe a compris que le social-étatisme est une impasse délétère. Il faudrait qu'Atlantico qui se définit comme périodique "libéral", cesse son Macron bashing systématique et comprenne que Macron est libéral :ni socialo-gauchiste, ni conservato-bourgeois. Les Français doivent réapprendre à travailler plus et à consommer moins. Un pauvre, ce n'est pas quelqu'un qui ne gagne pas assez, c'est quelqu'un qui dépense trop.

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 14:44 - Signaler un abus Cloette

    Si je le comprends bien, ce que ce conte nous propose, c'est un système bancaire nationalisé, qui soit un service public à but non lucratif. Sur le modèle du ''Crédit Mutuel''. Quant à la Bourse, il ne l'évoque même pas : si son principe de base est légitime, elle a connu une dérive tellement épouvantable qu'un anéantissement total par une bombe atomique est indispensable, avant de songer à répartir sur des bases saines !

  • Par Ganesha - 09/07/2018 - 15:12 - Signaler un abus Marc Halévy, Guerre contre les Pauvres

    Durant le 20ème siècle, le monde a été endeuillé par trois monstrueuses idéologies totalitaires. Elles présentaient un point commun : nous proposer un groupe humain comme ''responsables de tous les malheurs'', comme ''boucs émissaires''. En 1917, Lénine a instauré le Communisme et enfermé des millions de ''hooligans'' et des ''Asociaux'' dans le Goulag. En 1933, Adolf Hitler a pris le pouvoir, et vous connaissez la suite. En 1981, le Führer Ronald Reagan est devenu président des USA et y a imposé une idéologie crapuleuse : le Libéralisme. Les boucs émissaires : les ''Pauvres'' ! Ce pays abrite désormais 23% de la population carcérale mondiale, avec le taux par habitant le plus élevé au monde. Depuis bientôt quarante ans, on a instauré la Loi de la Jungle la plus primitive, et un groupe de plus en plus restreint des plus forts, des plus fourbes et des plus cruels s'en met plein les poches. Cher Marc Halévy, en feriez-vous partie ? https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_population_carc%C3%A9rale

  • Par cloette - 09/07/2018 - 17:15 - Signaler un abus Marc Halevy

    non, ce n'est pas le libéralisme qui fait peur, c'est le fait que Macron a été placé à ce poste, qui peut en douter ? Et par qui ? je vous le demande ? devinez et dormez bien braves gens,.... ZZ ZZ ZZ .....

  • Par ciara - 09/07/2018 - 17:30 - Signaler un abus l'avenir incertain ?

    Croyant trouver une réponse à cette question , je me suis "tapé" le discours du Prince . Et bien croyez moi , L'avenir s'assombrit 1H 1/2 de succession de concepts et de déclamation abstraites , ou le mot République et Investissement résonnent sans cesse, comme un mantra ,sans qu'aucune solution concrète aux problèmes qui nous inquiétent ,ne rompe ce rythme . c'est affolant !! et désolant .Je n'ai pas attendu le final , de peur de criser . j'attends les prochains sondages

  • Par cloette - 09/07/2018 - 18:33 - Signaler un abus Il faut voir les commentaires

    des très honorables lecteurs du Figaro au sujet de l'article sur le congrès d eMosier Macron !

  • Par ciara - 09/07/2018 - 18:50 - Signaler un abus avis sur le discours du Prince

    J'y vais ce ce pas avec la ferme intention de donner mon avis personnel . Je prends le risque d'être censurée

  • Par ciara - 09/07/2018 - 18:54 - Signaler un abus avenir incertain ?

    Croyant trouver une réponse à cette question , je me suis "tapé" le discours du Prince . Et bien croyez-moi , L'avenir s'assombrit . 1H 1/2 de succession de concepts et de déclamation abstraites , où les mot Républiques et Investissement résonnent sans cesse, comme un mantra ,sans qu'aucune solution concrète aux problèmes qui nous inquiètent ,ne rompe ce rythme . c'est affolant !! et désolant .Je n'ai pas attendu le final , de peur de « criser « . j'attends les prochains sondages

  • Par Liberte5 - 09/07/2018 - 22:30 - Signaler un abus Enfin les Français comprennent que l'Etat ne peut pas tout.

    Ils ont peur de tomber dans la pauvreté car ils sentent bien que la France a perdu pied dans la compétition internationale.Ils se rendent compte que les élites et la classe politique les ont trahi en les menant sur les chemins du socialisme et que cette voie est maintenant sans issue. Le bilan catastrophique: endettement massif, déficit budgétaire constant depuis 1973,chômage de masse, immigration massive,une éducation nationale à la dérive etc.Une France qui dans tous les classements internationaux et sur tous les sujets est dans le bas du tableau. Les Français comprennent que désormais il vaut mieux compter sur soi-même que sur l’État pour assurer son avenir. Même les fonctionnaires les plus lucides commencent à se dire que les choses ne peuvent durer ainsi. Ils ont raison.

  • Par ajm - 10/07/2018 - 00:09 - Signaler un abus L'économie libérale, la seule qui fonctionne.

    AJM à destination du Grand Vieux Perroquet qui débite des sottises hallucinantes de façon automatique et répétitive, à une cadence digne des canons anti-aeriens modernes de type Boffor made in Sweden. Ronald Reagan n'a pas , contrairement aux grands criminels psychopathes Lénine, Hitler et leurs copains, , tué des dizaines de millions d'êtres humains. Durant ses deux mandats , l'economie US a créé des millions d'emplois et la croissance US était la plus forte dans la sphère occidentale. Reagan n'est pas à l"origine du libéralisme qui fait partie de l'ADN des USA comme de la GB d'Adam Smith et de tous les pays dont l'economie FONCTIONNE, à l'instar notamment des nations de l'Europe du Nord, de l'Europe centrale dirigée par des partis de droite nationale mais qui sont en economie LIBERAUX et aux antipodes de votre socialo-étatisme indéfinissable mais qui ressemble comme un frère à celui de Melanchouille .

  • Par cloette - 10/07/2018 - 06:27 - Signaler un abus ajm

    Vous oubliez que les US ont des ressources diverses et nombreuses, terres fertiles, mines ( gaz métaux pétrole etc ), il n'a guère besoin des autres, le libéralisme n'est pas la raison essentielle de leur indépendance et richesse .Dans un pays qui n'a que des terres arides et rien dans le sous-sol les choses sont plus compliquées !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Boutin

Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€