Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommet UE-Balkans : cette nouvelle déstabilisation de l’Europe qui se profile en ex-Yougoslavie dans l’indifférence générale

A Sofia, ce 17 mai, se tient le sommet UE-Balkans, en présence notamment d'Emmanuel Macron. Le signe d'une situation qui devient de plus en plus explosive en ex-Yougoslavie, sur fond d'adhésion à l'Union européenne de certains pays.

L'autre Europe

Publié le
Sommet UE-Balkans : cette nouvelle déstabilisation de l’Europe qui se profile en ex-Yougoslavie dans l’indifférence générale

Atlantico : Le sommet Union Européenne - Balkans occidentaux se tient ce 17 mai à Sofia à Bulgarie, ​en présence notamment d'Emmanuel Macron. Alors que les Balkans semblent avoir été oubliés au cours de ces dernières années, de nouvelles tensions ont pu apparaître entre les différentes communautés formant la Bosnie Herzégovine. Quelles sont les racines de cette nouvelle crise ? 

Florent Parmentier : Alors que le Sommet UE – Balkans jette une lumière nouvelle sur la crise actuelle, il faut observer que celle-ci a des racines profondes et d’autres plus récentes. La construction des Etats-nations modernes dans une région par essence multicuturelle a conduit, à la chute de la Yougoslavie, aux affrontements les plus sanglants en Europe après la Seconde Guerre mondiale. Avec l’épuisement du système communiste, de vieilles rancœurs sont réapparues, des acteurs mafieux et des entrepreneurs politiques ont joué un jeu trouble, que les accords de Dayton (1995) n’ont pas permis de résorber ; au contraire, le pays, divisé entre une fédération croato-musulmane et la République serbe, ne dispose aujourd’hui que d’institutions dysfonctionnelles.

La partition reste de fait une constante du pays depuis les accords.

Comment caractériser la crise actuelle ? Il y a certes les tensions que nous venons d’évoquer, mais également des manifestations depuis six semaines, « justice pour David », du nom de David Dragicevic, jeune homme de 21 ans assassiné, dont le corps a été retrouvé à Banja Luka, la capitale de la République serbe. Ce mouvement social fragilise la position de Milovan Dodik, président de la République serbe, puisqu’elle illustre le souhait des citoyens d’aller vers un Etat de droit, contre la corruption, le népotisme et de l’arbitraire. Cette contestation peut donc l’inciter à durcir ses positions, sur l’OTAN comme sur les institutions centrales qui ne sont pas mieux considérées par les citoyens. 

​Alors que Serbie et Russie soutiennent Milorad Dodik et ses revendications, comment réagissent les européens ? Quelle est le niveau de menace pour l'UE en cas d’aggravation de la situation en Bosnie Herzégovine ? ​Quels sont les pays européens les plus impliqués sur ce dossier ? 

Tout d’abord, il faut se rappeler que Milorad Dodik était arrivé au pouvoir en 1998 avec la bienveillance des Américains et des Européens. Cela permet de relativiser la grille de lecture néo-occidentaliste qui voit la main de la Russie derrière chaque contrariété existant en Europe, du référendum catalan à l’essor de mouvements populistes, de droite comme de gauche, dans les élections récentes. 

La Bosnie est restée un champ d’influence entre les Européens, les Américains et les Russes, mais pas seulement ; la Chine vient de signer un accord important avec la Bosnie en matière de libéralisation du régime des visas ; dans la fédération croato-musulmane, la Turquie y chasse les partisans de Gülen, mouvement considéré comme terroriste par Ankara, tandis que les pays du Golfe y prennent leurs marques ; la radicalisation islamiste y concerne d’ailleurs une partie de la jeunesse, de manière importante si l’on compare par rapport à la population. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 17/05/2018 - 14:45 - Signaler un abus L'Europe en a marre que les pays musulmans...

    exportent leur merde islamiste et terroriste en UE laxiste. Cela s'apparente de plus en plus à de la collaboration par les écolo-technocrates bruxellois avec les régimes fascistes turcs et musulmans qui exportent leur délinquance, dans le seul but de soumettre l'Europe...c'est une forme de terrorisme insupportable!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florent Parmentier

Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est le créateur avec Cyrille Bret du blog Eurasia Prospective et est vice-président de Global Variations, un think tank travaillant sur les effets géostratégiques des innovations disruptives.

Pour le suivre sur Twitter : @FlorentParmenti

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€