Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

10 propositions radicales
pour le sommet social

Le gouvernement convie ce mercredi à l’Élysée les grandes organisations syndicales et patronales pour un sommet social. Le think tank libéral de l'IFRAP soumet quelques propositions pour changer en profondeur le modèle social français.

Révolution libérale

Publié le

Le sommet social est l’occasion de faire un point sur les réformes de fond qu’il conviendrait d’appliquer à notre modèle social, afin de rendre à nos entreprises de la compétitivité et de faire baisser nos dépenses sociales qui sont parmi les plus élevées d’Europe (34% du PIB en 2009).

Dans cette optique, trois grands volets devraient être au centre des discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux : flexibilité du droit du travail, compétitivité des entreprises et réduction des dépenses sociales. Dans le cadre de ce sommet social et de la reconquête du triple A français, la Fondation iFRAP (Fondation pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques Publiques) formule 10 propositions :

Flexibiliser le droit du travail

1) Négocier le SMIC par branche professionnelle ou par entreprise avec les syndicats

L’emploi en France souffre incontestablement de ce salaire minimum, uniforme et unique, imposé par la loi, sans laisser les partenaires sociaux en décider au cas par cas, comme en Allemagne.

2) Négocier la durée du temps de travail par branche professionnelle ou par entreprise avec les syndicats

Revenir sur les 35 heures est une nécessité. Mais ce ne peut être que par une démarche à long terme, et qui ne pourra aboutir que par un accord entre les différents partenaires sociaux. On peut imaginer y parvenir très progressivement, en combinant sur la durée diminution des allégements de charges, diminution des congés de RTT (réduction du temps de travail), modération des salaires et du SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) horaire.

3) Allonger de 50% la durée maximum des CDD

Soit passer à un CDD (contrat à durée déterminée) maximum de 24 mois, libérer le recours aux CDD et à l’intérim pour que l’entreprise puisse les utiliser pour s’essayer à de nouvelles activités. Autrement dit, pas seulement pour remplacer les malades et faire face aux variations saisonnières d’activité, mais bel et bien pour augmenter la durée maximale des CDD (comme les CDD publics).

4) Doubler les seuils sociaux des entreprises

De la sorte, les entreprises sur le point de franchir les seuils sociaux - en particulier les PME - seront encouragées à embaucher. Passer ainsi de 50 à 100 salariés pour l’obligation de créer un Comité d’entreprise par exemple.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Florent Aste - 18/01/2012 - 10:37 - Signaler un abus C'est quoi votre parti deja?

    C'est bien ces idees, c'est frais et ca sent le concret et le factuel face a la demagogie ambiante... Il faudrait meme pousser pour un peu plus radical... On vote pour qui?

  • Par le celte - 18/01/2012 - 11:05 - Signaler un abus bullshitt

    par moment j'ai envie de prendre une kala... et de reduire au silence ces libéraux imposteur

  • Par Carcajou - 18/01/2012 - 11:08 - Signaler un abus Double jeu

    @Agnès Verdier-Molinié Renoncer aux déductions d'impôts pour les dons faits à votre fondation et vous serez plus crédible, plus en phase avec votre discours.. Pourquoi avez-vous demandez le statut d'utilité publique pour votre fondation ultra-libérale? Restez debout sans profiter par ailleurs de ce que vous dénoncer sur le devant de la scène.

  • Par ZOEDUBATO - 18/01/2012 - 11:10 - Signaler un abus Très bonne logique d'actions qui peut servir de fil conducteur

    au renouveau de l'industrie manufacturière cassée en 1981 par les impôts, la rigidification du code du travail et la participation aux décisions stratégiques de Syndicats sans la responsabilité qui va avec (coût entre 2 et 3 millions de chômeurs supplémentaires). Il reste à convaincre les syndicats d'abandonner la lutte des classes pour l'intérêt général des ouvriers qu'ils devraienr défendre.

  • Par HM_974 - 18/01/2012 - 11:17 - Signaler un abus Emploi

    Vous pensez que les entreprises peuvent seules gérer l'intérêt collectif et gérer le quotidien des français. En gros, vous souhaitez un retour au système féodal où l'intérêt général n'existe pas, où les besoins collectifs sont réduits aux missions régaliennes d'un Etat : Armée, Police et Justice. Pour la santé et les routes, chacun se débrouille !!! Et les plus de 50 ans sont exclus de fait !!!!

  • Par galt17 - 18/01/2012 - 11:52 - Signaler un abus A bullshit et aux conservateurs de gauche et de droite

    Prendre une arme, car à bout d'arguments économiques pour défendre un état socialiste dont les dignes portes flingues (les syndicats) vont nous faire avec sarko une mascarade sociale. L'hypocrisie régne, car votre seul objectif ets de conserver vos petits privilèges sur le dos du privé.Mais la fin arrive, y a plus de sous (et surtout ne chanter pas le couplet des accapareurs ou riches). C'EST FINI

  • Par galt17 - 18/01/2012 - 11:55 - Signaler un abus A HM_974 (antillais et fonctionnaire)

    Le problème est simple, laissez le libre choix aux individus de choisir un service public assuré par une entreprise privée et une entreprise publique ou une administration (mais c'est la même chose). Les personnes choisiront ce qui leur conviendront le mieux, la liberté merde et pas vos discours bidon de social hypocrisie pour défendre vos petits intérêts de rentiers de la fonction publique.

  • Par alankin - 18/01/2012 - 14:14 - Signaler un abus l'auteure n'a probablement jamais créé d'entreprise...(1)

    le chômage ne vient pas tant des rigidités liées à l'emploi, mais à l'absence totale de politique industrielle du pays et vient du fait du manque de collaboration entre grandes et petites entreprises, notamment les grands groupes méprisant les sous traitants. si cela était fait, on aurait un terreau permettant de dégraisser les avantages des aides sociales.

  • Par alankin - 18/01/2012 - 14:16 - Signaler un abus l'auteure n'a probablement jamais créé d'entreprise...(2)

    En gros on a un gros budget d'aides car il est là pour compenser l'incurie industrielle. quand on a de l'emploi, peu importe le contrat de travail; les cdd etc etc.. l'auteure met , comme les français savent le faire, soigneusement les choses à l'envers.

  • Par le_duff - 18/01/2012 - 15:36 - Signaler un abus Radicales en effet!

    AUCUN homme politique n'oserait proposer seulement une de ces mesures... Maintenant je reconnais qu'on ne procède jamais avec un raisonnement par l'absurde pour réfléchir en politique : Plutôt que de répondre à "quoi faire pour" mais à "Que ne ferions-nous jamais pour". En raisonnant ainsi, on pourrait plus facilement justifier l'abattage de corporatismes et autres freins sociétaux.

  • Par meepna - 18/01/2012 - 16:30 - Signaler un abus Ca, une révolution ?

    Ce que je trouve étrange, c'est que ces mesures ne semblent pas aller dans le sens d'une amélioration du niveau de vie de la population mais uniquement dans celui du confort économique d'une certaine catégorie du patronnat. Et beaucoup ici semblent s'y identifier alors qu'ils sont dans la "classe moyenne"

  • Par meepna - 18/01/2012 - 16:32 - Signaler un abus suite

    j'avoue qu'en tant que jeune diplômé, je verrais mal en quoi l'allongement de la durée de vie du CDD de 50 %(!) serait une bonne chose. A qui profite ce genre de mesure ? @Le_duff : quel intérêt y avez vous en tant que travailleur ??

  • Par meepna - 18/01/2012 - 16:34 - Signaler un abus @Galt17 : "état socialiste"?

    @Galt17 : "état socialiste"? Mais ce n'est pas le vrai clivage. Nous sommes en plein ultra libéralisme et on trouve QUAND MEME des gens pour nous dire que non, nous sommes en URSS et qu'il faut libéralis encore et toujours. En somme, on comprend que certains créent des problèmes et transforment ces problèmes en solution, sous couvert d'apporter le "progrès" o_o

  • Par labernerie - 18/01/2012 - 16:50 - Signaler un abus pleonasme

    antillais et fonctionnaire cela s appelle un pleonasme

  • Par labernerie - 18/01/2012 - 16:53 - Signaler un abus snif

    ne pas s inquiter, l evolution economique nous mene tout droit vers ce genre de mesures,pleurer,pleurer braves gens

  • Par Mérovingien - 18/01/2012 - 18:11 - Signaler un abus LE CELTE USURPATEUR

    VIVE LA DSOUVERAINNETE DU PEUPLE FRANCAIS SUR LES USURPATEURS MARXISTES ISLAMIC. Ta kala tu te la fourres dans le q!

  • Par Carcajou - 18/01/2012 - 18:36 - Signaler un abus Bof!

    Je continue à penser qu'il existe un juste milieu entre ces mesures démentes et l'ultra socialisme. Mais le problème actuel est la désindustrialisation. La formation dont on nous rebat les oreilles, le Pôle emploi et toutes ces balivernes sont de la poudre aux yeux. Politiques de tous bords, prenez les mesures qui s'imposent pour recréer des emplois réels qui produisent des richesses.

  • Par Carcajou - 18/01/2012 - 18:37 - Signaler un abus Bof! (suite)

    Quel Etat ? Un Etat qui reviendrait à ses prérogatives régaliennes : éducation, défense, sécurité, politique étrangère. Un Etat qui assurerait le minimum social: santé et retraites, qui assurerait la libre circulation en créant et entretenant les voies de communication (le transport à des sociétés privées avec cahier des charges strict), qui contrôlerait l’énergie

  • Par Carcajou - 18/01/2012 - 18:37 - Signaler un abus Bof (suite)

    et surtout déterminerait la politique énergétique. Un Etat qui arbitrerait en dernier ressort les lois concernant le travail mais laissant aux « partenaires sociaux » le soin d’épuiser avant toutes les voies de la négociation (ce qui impliquent un patronat et des syndicats responsables) Bref, un Etat, pas ce machin qui s'occupe de tout et ne gère rien.

  • Par FIGAROCB - 18/01/2012 - 18:59 - Signaler un abus TRES BONNES PROPOSITIONS !

    D'accord avec l'ensemble de ces propositions, qui vont dans le bon sens pour redresser le Pays, c'est à dire L'INTERET GÉNÉRAL et non les intérêts des "partenaires sociaux", sauf en ce qui concerne la proposition 5 : elle entraîne un alourdissement des charges sur les retraités qui ne peuvent être compensées d'où une perte de pouvoir d'achat déjà bien amputé.

  • Par ZOEDUBATO - 18/01/2012 - 19:13 - Signaler un abus C'est vrai que la transparence des responsabilités fait peur

    Toutes les âmes faibles créent des systèmes complexes et procéduraux ou "tout est dans tout" afin de cacher vérités et responsabilités. Le systèmes mis en place en 1981 est une espèce de bouillie inhumaine où nul ne peut connaître les coûts, les responsable, la dépense par potes et qui permet la chasse aux boucs émissaires. Ce système obscur permet à la gauche de prospérer dans sa lâcheté

  • Par fms - 18/01/2012 - 19:37 - Signaler un abus ce n'est pas en adoptant la législation du travail vietnamienne

    que le coût du travail et la compétitivité française sera rétablie. La France a d'autres atouts et a besoin d'autres mesures que fatras de conneries où les forts écrasent les faibles. Nous avons une civilisation plus évoluée que ces petites idées de petites personnes.

  • Par LaurentenProvence - 18/01/2012 - 21:18 - Signaler un abus L'IFRAP a été meilleur

    L'IFRAP est brillant dans son observation des aberrations et dérives de l'Etat et des organismes publics . Il est là quelque peu décevant de par la frilosité de ses propositions trop "politiquement correctes" . Ca ne lui ressemble pas ! Il faut aller plus loin et repenser la société en adéquation avec la réalité économique . Ne plus gaspiller l'argent que l'on ne gagne plus...

  • Par ggg - 18/01/2012 - 21:39 - Signaler un abus Il manque encore beaucoup !

    - Supprimer les conventions collectives nationales, les renégocier entreprise par entreprise - Appliquer sans pitié les sanctions aux grévistes qui outrepassent leurs droits : occupations, séquestrations... - Réformer les prud'hommes : objectif 60-70% de jugements en faveur du plaignant, pas du salarlé - Réduire les indemnités de licenciement pour manque de résultats - Cloner Margaret Thatcher !

  • Par vangog - 18/01/2012 - 22:21 - Signaler un abus 1)négocier le SMIC par branches professionelles!!!!!........

    Dès la première proposition, on voit le caractère technocratique et déconnecté de la réalité. Ceci voudrait dire que les entreprises les plus puissantes par leur lobbying ou leurs syndicats, entreprises d'état en tête, puis entreprises semi-publiques, verraient leur SMIC revalorisé au détriment des salariés des PME, sans pouvoir de chantage, tout ceci, au mépris de la plus élementaire EGALITE...

  • Par vangog - 18/01/2012 - 22:29 - Signaler un abus Et quand à la démarche à long terme sur les 35 heures...

    J'ai bien peur que la réalité mondiale ne force la France à adopter une position beaucoup plus radicale et rapide que vous ne le pensiez! Car nous sommes arrivés à la limite ultime du soutien par les impôts du peuple aux mesures démagogiques et électoralistes du passé. Le peuple ne s'étant pas rebellé contre cette ineptie, c'est à l’économie mondialisée de faire le ménage par les licenciements!

  • Par Cap2006 - 19/01/2012 - 08:19 - Signaler un abus ni radicales, ni nouvelles, juste patronales... 1/2

    les entreprises attendent avant tout du financement à un prix acceptable... - fixer un taux d'usure acceptable ( cout du credit+marge+risque autour de 5 à 8% max) - aligner les delais de paiement sur l’Allemagne (10 j) - organiser un système coopératif de cautionnement - inciter le placement des particuliers sur des fonds d'investissement TPE/PME pour le reste, ....

  • Par Cap2006 - 19/01/2012 - 08:24 - Signaler un abus ni radicales, ni nouvelles, juste patronales... 2/2

    pour le reste... rien de bien efficace dans ces demandes patronales... sauf: - transférer les cotisations non "assurancielles" vers CSG/tva - plafonner cotisation sociale ET prestations associées

  • Par Carcajou - 19/01/2012 - 16:12 - Signaler un abus Effet pervers

    @LaurentenProvence Vous venez de m'éclairer. Je sais enfin pourquoi certains sur ce site me traite de gaucho. Non, il ne faut pas adapter la société à l'équation économique. L'économie est au service de l'Homme, elle doit servir à son mieux être. L'aide américaine contre le nazisme, efficace certes, nous a coûté et nous coûte encore très cher.

  • Par Carcajou - 19/01/2012 - 16:13 - Signaler un abus Effet pervers (suite)

    Elle a répandu l’american way of life dont le fondement est la recherche incessante du profit. Ce but de la richesse comme finalité de l’existence a distendu les relations humaines, accentué l’individualisme et ouvert la porte à la mondialisation et à ses effets délétères. Je suis chrétien, je refuse cette vision. Nous avons perdu notre humanisme, nous en crèverons.

  • Par LaurentenProvence - 19/01/2012 - 20:52 - Signaler un abus Précisions

    @carcajou Monsieur, Vous vous méprenez, le libéralisme est au service de l'Homme, il prône la responsabilité et la liberté, ne vous laissez pas influencer par les médias "bienpensants" qui stigmatisent les libéraux et leurs prêtent tous les maux . Relisez l'histoire, les libéraux ont fait la révolution française, au nom de la liberté, contre les privilèges, c'était avant la terreur ...

  • Par LaurentenProvence - 19/01/2012 - 20:57 - Signaler un abus Précisions (suite)

    Les libéraux ont créé les premiers syndicats au nom de la liberté d'expression des petits face aux puissants . Quand aux USA en 44, ils sont venu libérer l'Europe et les peuples opprimés . Le marxisme et le socialisme ne font pas confiance en l'Homme, ils suppriment les libertés au nom d'un intérêt général, imposé, centralisé, qui ne sert que les intérêts des gouvernants, des privilégiés

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Agnès Verdier-Molinié et l'équipe de l'iFrap

Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).

Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€