Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommet de Paris sur les migrants : quand Macron, Merkel, Rajoy et Gentiloni se réunissent pour le grand marché de dupes européen

Ce lundi, Emmanuel Macron réunit à Paris différents dirigeants européens et africains pour conjuguer les efforts face à la crise migratoire. Peu de chance qu'il en sorte quelque chose de vraiment productif et l'Italie, la Grèce et peut-être bientôt l'Espagne risquent de se débrouiller encore longtemps seuls.

Chuuuut !!!

Publié le
Sommet de Paris sur les migrants : quand Macron, Merkel, Rajoy et Gentiloni se réunissent pour le grand marché de dupes européen

Atlantico : Emmanuel Macron réunit ce lundi à Paris des dirigeants européens et africains pour tenter de conjuguer les efforts face à la crise migratoire. Seront présents les présidents tchadiens, nigériens, le chef du gouvernement d'entente nationale libyen Fayez al-Sarraj mais aussi côté européen Angela Merkel, Paolo Gentiloni, Mariano Rajoy et la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Mais cette réunion, à l'initiative de la France, n'est-elle pas selon vous un marché de dupe lorsque l'on sait que l'Hexagone n'a plus présenté d'offres de places à l'Italie depuis plus de trois mois ?

Michael Lambert : On a une problématique migratoire qui inquiète dans la mesure où elle va s'accentuer avec le réchauffement climatique, de la population en Afrique et au Moyen-Orient qui augmente plus rapidement qu'en Europe et les régimes autoritaires ou autocratique qui s'affirment sur le continent. Il ne faut pas s'attendre à une diminution mais à une accentuation du phénomène qui va arriver rapidement avec de nouveaux types de migrants. C'est pour cela qu'il y a un intérêt particulièrement marqué pour l'Afrique et que cela ne se concentre pas uniquement sur le Moyen-Orient.

Concrètement pour les dirigeants africains qui seront présents, ils vont demander des financements mais il y en aura une grande partie qui sera détourné ou ne donnera pas les résultats escomptés.  Les dirigeants africains eux viennent pour faire une forme de fundraising. En ce qui concerne les européens de leur côté ce n'est pas forcément mieux puisqu'ils se rassemblent pour montrer qu'ils s'intéressent au problème mais ne se réunissent pas forcément pour trouver des solutions. Ils veulent montrer que l'Italie n'est pas seule mais cela n'ira certainement pas très loin. Ensuite la composition en elle-même du groupe marque le manque d'ambition de la réunion.

Angela Merkel est en pleine période électorale, elle veut être réélu à nouveau et ne se prononcera certainement pas trop de manière directe car son propre parti ne supporte pas sa position vis-à-vis des migrants. Pour éviter de perdre des électeurs elle essaiera d'être tempérée sur la question. Il sera dur de satisfaire les espérances de la CDU/CSU si elle se prononce en faveur de l'accueil d'encore plus de réfugiés. Elle fait donc acte de présence.

La représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini elle ne peut pas décider de quoi que ce soit et ne pourra faire que des déclarations, ce qui n'a aucun intérêt. Ensuite l'Italien Gentiloni qui est lui de son côté coincé avec le traité de Dublin qui le contraint à accepter les réfugiés et ne peut pas les envoyer ni en Autriche ni en Slovénie. Il n'y a que la France avec qui l'Italie peut coopérer et elle France est pointée du doigt dans un rapport de la commission européenne en date du 26 juillet qui rappelle qu'elle (avec le Luxembourg) n'a "plus présenté d'offres de places à l'Italie depuis plus de trois mois" et "applique des préférences restrictives non justifiées… n’acceptant que des familles/femmes seules avec enfants de nationalité érythréenne", ce qui bloque les perspectives pour l'Italie.

Il est difficile d'imaginer que la France arrive à un consensus dans un tel contexte à l'échelle européenne, notamment sachant qu'il faut modifier le traité du Dublin. Mais il y a un souhait de Macron de répondre aux critiques qui lui ont été faites qu'il "ne s'intéressait pas à l'Italie". C'est l'occasion de montrer aux Italiens qu'ils ne sont pas seuls.

Jacques Barou : C'est tout de même une bonne chose de réunir ces personnes. Je pense que si les dés étaient pipés d'avance cette réunion n'aurait pas été possible. On ne peut pas savoir ce qu'elle donnera. Il y a bien sûr des raisons d'être pessimiste vu l'absence de coopération entre les pays européens et l'absence d'une politique coordonnée en la matière. Toutefois si de nouvelles initiatives s'élaborent en amont pour bloquer et sécuriser les flux le temps d'organiser des transferts vers l'Europe et s'il apparaît que les flux sont à peu près contrôlables, les pays européens rétifs par rapport au désordre susceptible d'accompagner ces flux n'auront plus de raisons de refuser leur part dans l'accueil des populations. 

En Italie toujours, on peut compter 93 000 entrées sur le territoire depuis le début de l'année pour moins de 8000 relocalisations dans le reste de l'Europe. Comment expliquer cette différence malgré les discours d'appel à l'unité ou les initiatives comme celle de demain ? N'est-ce pas là la preuve que les dispositifs européens en la matière sont inefficaces ? Comment peut-on faire pour inverser la tendance et que penser du plan de Hotspots d'Emmanuel Macron pour répondre à cet impératif ?

Michael Lambert : Le nombre est plus important que 93 000. Ce n'est là que le chiffre officiel et l'Italie est bloquée géographiquement et politiquement. Elle doit accueillir les migrants mais lorsqu'il s'agit de les répartir dans d'autres pays elle a à côté d'elle la Slovénie qui est un pays de petite taille qui ne peut se permettre d'en accueillir de grandes quantités, l'Autriche qui est formellement opposée à l'accueil de réfugiés et les envoient directement en Bavière, ce qui n'est pas bon pour Merkel. Ensuite il y a la Suisse qui n'est pas membre de l'UE et n'est pas très "refugee welcome" et il y a la France. Vu sous cet angle cette réunion est plus une réunion bilatérale. L'idée est toujours de montrer qu'il y a un intérêt pour le problème.

Les dispositifs de l'UE ne marchent pas, sans cela il n'y aurait pas de réunion d'ailleurs et les Européens sont divisés sur cette question, notamment avec trois Etats qui posent plus de problèmes que les autres, l'Autriche la Pologne et la Hongrie. Les deux derniers ne changeront jamais leur position et les Autrichiens sont encore plus inflexibles mais l'on en parle encore moins. On est dans un schéma dans lequel on ne peut pas changer le traité de Dublin et on ne peut pas avoir de dialogue à l'échelle européenne car il y a trois pays qui s'y opposent fermement.

Un élément plus positif, Macron pourra proposer des initiatives nationales, ce qu'il a tout à fait le droit de faire et à l'échelle européenne, ce que l'on voit de plus en plus ce serait l'émergence d'une régionales. On pourrait penser à une dynamique Portugal Espagne France Italie, Grèce. On peut penser à des Etats qui se rassemblent et prennent des initiatives de coopération entre eux au sein de l'Union européenne.

Jacques Barou : Depuis longtemps, l'Italie est seule face aux arrivées. Les pays européens sont toujours dans une logique de protection nationale, tant le sujet reste sensible pour les opinions publiques qui s'expriment électoralement au niveau national et non pas européen. Il faut agir le plus possible en amont pour contrôler les flux et pour cela la coopération des états africains est nécessaire même si, dans le contexte actuel on peut se poser des questions quant à son efficacité. 

Enfin, que peut-on attendre de ce genre de rencontres ? Pensez-vous qu'il soit utile d'organiser ce genre d'événements alors que tous les dirigeants européens veulent éviter le sujet pour laisser l'Italie ou la Grèce se débrouiller avec ce problème (et demain l'Espagne ?).

Michael Lambert : C'est important de montrer une forme de solidarité entre européens, qu'il y a de l'intérêt pour cette question qui aboutira certainement aboutir à peu de chose dans l'immédiat car instaurer des coopérations prendra du temps. Une idée pourrait être de creuser l'émergence de ces initiatives régionales, c'est un format qui marche de plus en plus.

Une certitude c'est que d'un point de vue historique s'il n'y a pas d'initiatives de déclarations ou d'intérêt de l'Union européenne sur une question pareille, cela la décrédibilise donc nécessairement les gens croient de moins en moins à son intérêt. Cela alimente les discours nationaux ou nationalistes et pourrait donner un nouvel élan aux idées de fermeture et de repli sur soi.

Jacques Barou : On ne peut bien sûr pas attendre des solutions efficaces à court terme de ce genre de rencontre. Mais le principe n'en est pas condamnable dans la mesure où la solution au problème passe par une coopération accrue entre les pays d'Europe et entre l'UE et les pays riverains de la méditerranée. Le statut quo finira pas déstabiliser les pays de premier accueil et personne n'a rien à y gagner.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ikaris - 28/08/2017 - 11:51 - Signaler un abus Defaitisme face à l'immigration

    La petite musique derrière tout cela est que tarir les flux serait impossible : c'est faux ! Des pays maitrisent complètement leur immigration. Reconduites à la frontière, campagne de communication/répulsion dans les pays de départ; encouragement à la limitation des naissances en Afrique. L'Afrique est un grand continent, il y a de la place pour les africains et l'Europe n'est pas sa poubelle migratoire : si les gouvernants ne l'ont pas compris il nous faut les changer. L'argument d'un réchauffement climatique est une imbécilité : à supposé que ce soit vrai les exemples du passé on montré qu'une montée de la cahelur en Afrique ... avait tendance à augmenter les précipitations sur le Sahara et ailleurs ... et donc à rendre le continent plus fertile et plus propice au peuplement.

  • Par vangog - 28/08/2017 - 13:46 - Signaler un abus Si vous nommiez les choses par leur nom...

    vos analyses seraient plus conformes à la réalité! Les "états qui posent problème" ne sont pas l'Autriche, la Pologne ni la Bulgarie, mais les états immigrationnistes, l'Allemagne et la France. seuls ces 2 pays, isolés du reste de l'Europe, restent sous la coupe d'une minorité immigrationniste gauchiste (du coté merkelien pour des raisons électoralistes, et du coté macroniste, pour des raisons bisounoursiques)...plus pour longtemps!

  • Par winnie - 28/08/2017 - 17:10 - Signaler un abus Ils font toujours semblant......

    De ne pas comprendre (nos dirrigeants ) que nous ne voulons pas,nous les Francais de musulmans chez nous,nous en avons assez comme cela qui nous font dans les bottes, et le mot est faible( egorgement, viol, assassinat,trafic en tout genre....)alors que nous leur donnons asile. Mais puisque les Francais ont ete assez idiots pour voter Macron, ils auraient tore de se priver.

  • Par JG - 28/08/2017 - 18:42 - Signaler un abus Surtout ne vous inquiétez pas, le grand remplacement

    est LA solution à tous les problèmes de l'Europe (vieillissement, manque de main d'oeuvre). même le Pape y va de ses mesures "qui privilégient la sécurité personnelle-du migrant- à la sécurité nationale- du pays qui l'accueille" (je ne fais que citer le texte, ce n'est même pas une plaisanterie). L'immigration est une excellente solution pour mettre la pression à la baisse sur les salaires et les revendications des travailleurs, et c'est une solution privilégiée par le patronat européen et tout particulièrement le patronat français depuis les années 60, au lieu de favoriser l'investissement dans l'innovation et la robotisation des tâches répétitives, le tout pour garder une marge importante. Que les immigrés n'apprennent pas le français en arrrivant, soient de culture totalement différente, n'aient aucunement bénéficié de l'école française en déliquescence depuis les années 70 et les années "pédago", cela est le moindre du soucis des hommes politiques et des patrons qui sont bien planqués dans leurs quartiers chics bien protégés par la police. Maintenant, les Français ont voté pour un immigrationiste, se laissent berner par la presse, et veulent acheter à moindre coût...assumez !

  • Par Atlantica75000 - 28/08/2017 - 20:49 - Signaler un abus Pourquoi faire semblant ?

    Pourquoi faire semblant de ne pas savoir qu'un Plan est mis en place par Bruxelles ? Mogherini a indiqué au Parlement européen (janvier 2015 ?) que l'Europe avait besoin de 30 millions d'immigrés. Ils arrivent, c'est tout. Aucun politique n'a les c... d'annoncer au Peuple européen ce qui est en train de nous arriver.

  • Par clint - 28/08/2017 - 21:16 - Signaler un abus On nous teste et ce sera bientôt des milliers via l'Espagne !

    Aucun pays européen n'osera rejeter ces migrants économiques africains en les empêchant d'accoster, alors la nave va !!!!

  • Par Marie-E - 28/08/2017 - 21:21 - Signaler un abus pendant ce temps là

    Netanyahu s'est rapproché de pas mal de pays africains. Si le Maroc et l'Autorité palestinienne n'arrivent pas à exercer leur pouvoir de nuisance, il y aura en octobre un sommet Afrique Israël. "La conférence portera sur les thèmes de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme, mais aussi sur les questions relatives au partenariat dans les domaines de l’agriculture, de l’énergie, de l’eau, de la santé. Le sommet sera également consacré à l’utilisation des nouvelles technologies comme levier de développement. Par ailleurs Mashav, l’Agence israélienne de coopération internationale, tentera d’apporter des solutions aux challenges à laquelle l’Afrique fait face. En parallèle, la capitale togolaise accueillera une grande exposition au cours de laquelle les entreprises israéliennes et africaines pourront montrer leur expertise dans différents domaines essentiels pour le développement du continent et nouer de nouveaux partenariats". Au moins il y en a qui essayent de faire quelque chose plutôt que d'accueillir des migrants. http://www.diplomatie.gouv.tg/fr/content/le-sommet-afrique-israel-du-23-au-27-octobre-2017-lome.

  • Par vangog - 28/08/2017 - 21:34 - Signaler un abus @Marie-E c'est vrai et Israël est un exemple à suivre

    dans ce domaine-là aussi...Marine le Pen avait, elle aussi dans son programme, une politique de coopération avec les pays d'émigration en échange d'une maîtrise de leurs flux migratoires...

  • Par Anouman - 28/08/2017 - 21:41 - Signaler un abus "..un nouvel élan aux idées de fermeture et de repli sur soi"

    Quand je lis ce genre de phrase je me dis que quelqu'un de moyennement sérieux ne peux énoncer ce genre de choses. Quant au soi-disant sommet ce n'est juste qu'une date pour remplir l'emploi du temps, se faire une bouffe et faire croire qu'on veut faire quelque chose alors que tout prouve qu'on ne fait rien concrètement.

  • Par Marie-E - 28/08/2017 - 21:45 - Signaler un abus €Vangog

    j'ai toujours pensé qu'il fallait le plus aider les populations qui en avaient besoin dans leur propre pays car l'émigration peut être difficile à vivre. Je ne comprends pas que les politiques en France et en Allemagne à part MArine Le PEn et quelques autres ne réfléchissent pas à la coopération possible dans de nombreux secteurs même s'il est vrai que les Israéliens sont beaucoup plus en avance que nous. Je crois qu'en France nos politiques n'arrivent pas à penser ainsi car ils sont culpabilisés par la colonisation, il n'y a qu'à voir le discours de Macron en Algérie.

  • Par vangog - 29/08/2017 - 00:13 - Signaler un abus @Marie-E je ne comprends pas que Macron

    soit culpabilisé par une colonisation qui est arrivée plusieurs générations avant lui. C'est hors de tout principe de droit de porter une faute présumée d'ancêtres présumés. Quand on sait que ce sont les socialistes qui appliquent majoritairement le droit, en France, ça fait peur...

  • Par cloette - 29/08/2017 - 09:46 - Signaler un abus @Marie E @Vangog

    Vous ne comprenez pas ce que dit Macron et pourquoi il le dit ? C'est pourtant simple , il dit n'importe quoi et ne sait pas lui même pourquoi il le dit .

  • Par Marie-E - 29/08/2017 - 10:09 - Signaler un abus Bien vu Cloette

    je vois de plus en plus qu'il n'est pas en marche mais qu'il avance à petits pas dans tous les domaines tellement il a peu de connaissances sur le passé et le présent. Il s'appuie sur Merkel et l'Europe : autant dire que notre avenir est fichu. Pas d'idées originales, rien, le néant. Il regarde les sondages, rectifie sa com et celle de Brizitte et en avant avec des coups de menton. Bref, il dit vraiment n'importe quoi mais ne s'en rend pas compte. Les pays étrangers se sont bien moqués de nous quand il y avait Hollande. Ils étaient impressionnés comme les Français par la "jeunesse et la carrière fulgurante" de Macron mais ils sont en train de revenir sur terre. Sa sortie contre la Pologne et la note de la maquilleuse sont un grand moment de solitude (quand on est français à l'étranger) surtout quand on voit les résultats en matière d'immigration. Mais les media français n'en sont pas encore là.

  • Par cloette - 29/08/2017 - 11:19 - Signaler un abus @Marie-E

    Je suis pessimiste, ce n'est plus drôle, cela devient sinistre . La dépression guette les Français....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Lambert

Michael E. Lambert est docteur en Histoire des relations internationales et de l'Europe à La Sorbonne, spécialiste des relations entre l’Union européenne et la Russie et des politiques de défense de l’OTAN et de l’UE​. Il dirige actuellement le think-tank Caucasus Initiative. 

Voir la bio en entier

Jacques Barou

Jacques Barou est Docteur en anthropologie et chargé de recherche CNRS. Il enseigne à l’université de Grenoble les politiques d’immigration et d’intégration en Europe. Son dernier ouvrage est La Planète des migrants : Circulations migratoires et constitution de diasporas à l’aube du XXIe siècle (éditions PUG).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€