Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommet des BRICS : la Chine tente de maintenir le groupe des nouvelles économies à flot

Les puissances émergentes et réémergentes connues sous le nom de BRICS se réunissent à Xiamen dans un contexte international tendu. Détail des enjeux de cette réunion au sommet hautement symbolique.

Réunion au sommet

Publié le
Sommet des BRICS : la Chine tente de maintenir le groupe des nouvelles économies à flot

Atlantico : Le 9e sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) ​débutera ce jour, 4 septembre, à Xiamen en Chine. Quels sont les enjeux de cette réunion ?

Cyrille Bret : Les puissances émergentes et réémergentes qui constituent le groupe informel des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se réunissent à Xiamen dans une conjoncture internationale tendue. Comme à l’accoutumée depuis le premier sommet du groupe, en 2009, le premier enjeu sera de réaliser un tour d’horizon géopolitique et géopolitique au plus haut niveau entre les chefs d’Etat sur les grands défis de la fin de 2017 : bien entendu la reprise de la croissance européenne, les tensions en Asie du Nord-est concernant la Corée du Nord, les tensions persistantes entre l’Inde et la Chine sur leurs frontières communes, la lutte contre le terrorisme.

Outre ces échanges de vue du plus haut niveau, les sommets des BRICS ont pour ambition de faire entendre des voix alternatives à celles des Européens et des Etats-Unis dans les enceintes internationales : Conseil de sécurité des Nations-Unis, agences de l’ONU, FMI et Banque mondiale. Si le concept de BRICS est apparu en 2001 sous la plume d’un économiste pour désigner des économies ayant des caractéristiques communes, les Etats se sont emparés de l’acronyme pour essayer de le faire exister géopolitiquement. L’ambition de la Chine est, pour ce sommet, de montrer sa capacité à rassembler et à apaiser des acteurs de poids (23% du PIB mondial et 40% de la population) face à des Etats-Unis dont la ligne diplomatique est assez brouillonne. Ce sommet des BRICS est avant tout un symbole. Mais les symboles ne sont pas sans conséquence sur la vie internationale réelle...

Michaël Bret : Du point de vue chinois, l’enjeu principal du sommet est d’asseoir l’image de Xi Jinping comme leader géostratégique. C’est un objectif tant à l’international qu’interne : les dernières semaines ont été marquées par une poussée médiatique de louanges au Président chinois saluant le “tourbillon de charisme” qu’il a laissé derrière lui en sillonnant le monde depuis son entrée en fonctions il y a 4 ans. La montée en puissance de l’offensive médiatique est conçue pour culminer le mois prochain lors du Congrès du parti. Le sommet permet par exemple de souligner la détente obtenue avec New Delhi alors même que les efforts de Xi Jinping se concentrent sur la réalisation de la “nouvelle route de la soie”, une stratégie de renforcement des routes de communication terrestres et maritime entre Chine et zone Atlantique destinée justement à contourner l’Inde. Pour l’Inde, l’objectif sera justement de peser pour que ces projets ne se fassent pas au prix d’une mise à l’écart de l’Inde des routes commerciales. Pour le gouvernement brésilien en pleine tourmente sur le plan intérieur, ce sommet est une occasion de diversion pour redorer son blason et faire oublier un moment la litanies des scandales de l’été : l’annulation des programmes sociaux mis en place par Lula et qui avaient permis de lutter efficacement contre la pauvreté, ou la déclassification controversée d’une réserve naturelle amazonienne ouvrant la voie à l’exploitation minière de zones sensibles..

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Michael Bret

Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et à l’Inalco.

Son compte Twitter : https://twitter.com/m_bret

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€