Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les “Somewhere” contre les “Anywhere” : comment le nouveau clivage dont s’emparent les dirigeants de la droite française peut-il se traduire en termes politiques ?

De Xavier Bertrand à Laurent Wauquiez, en passant par plusieurs cadres des LR, la droite française s'intéresse de façon marquée au livre de David Goodhart "The road to somewhere" décrivant la fracture politique qui traverse la plupart des démocraties libérales entre une élite intégrée et très mobile "les anywhere", et les "somewhere" représentant des populations plus ancrées, aussi bien dans leurs valeurs que dans leur territoire.

Nouveau clivage

Publié le

Nous l’avons dit, la distinction faite par ce dernier entre « progressistes » et « conservateurs » recoupe largement celle de Goodhart entre « anywhere » et « somewhere ». « Récupérer » le mot de « conservatisme », comme d’ailleurs celui, de plus en plus critiqué par les idéologues « anywhere », de « nationalisme », permettrait à la droite de redéfinir clairement son corpus. Partant, elle ne se fermerait pas, comme on le pense souvent, mais pourrait s’ouvrir : nous l’avons dit, il y a en effet des « conservateurs » prolétaires qui veulent « conserver » bien autre chose que leurs acquis sociaux, mais aussi et surtout des valeurs partagées, un cadre de vie, une solidarité, comme il y a aussi des « nationalistes » de gauche.

En bref, il y a tout un électorat de gauche pour lequel le « progressisme » macronien se traduit seulement par la perte cruellement ressentie d’un patrimoine immatériel qui était pour certains leur seul bien. Et l’on peut effectivement penser que le clivage entre les déracinés sans identité et les identitaires enracinés pourrait, à terme, remplacer l’ancien clivage droite/gauche basé sur les seules différences de classes économiques.

Edouard Husson : La stratégie électorale d’Emmanuel Macron est assez simple en reprenant les catégories de Goodhart. L’actuel président fait le pari qu’il est celui qui rassemblera au premier tout la proportion la plus importante de nomades, suffisamment pour empêcher Les Républicains  d’arriver au second tour en bonne position - et même à franchir le cap du premier tour.

Là où Macron a raison, c’est que tous les courants de droite sont susceptibles de ne pas adhérer à tel ou tel pan de l’idéologie des “nomades”. Wauquiez essaie en tâtonnant de répondre à une droite des PME. Fillon avait joué sur l’attachement aux valeurs familiales. Marine Le Pen a joué la carte du rejet de l’euro dans les classes populaires.  La droite ne réussira jamais à battre Macron sur son terrain: s’il rassemble plus de 25% des voix au premier tour, il n’a pas grand chose à craindre d’une gauche qui est trop “nomade” sur des sujets comme l’immigration ni d’une droite qui n’est pas assez “nomade” pour une partie de l’électorat centriste.

Une synthèse de gauche entre “nomades” et “sédentaires” est peu probable - François Hollande l’a réussie en 2012 mais elle s’est effondrée à l’épreuve du pouvoir. C’est la droite qui est la plus susceptible de réussir une telle synthèse.Le sarkozysme de 2007, c’est 31% au premier tour! Wauquiez essaie de refaire la synth!se sarkozyste avec quinze ans de retard. La chance de Macron, c’est que les seules personnalités de droite qui ont un potentiel de rassemblement des deux électorats, “nomade” et “sédentaire” dans des registres différents, Xavier Bertrand et Marion Maréchal, se sont retirés du coeur du jeu politique.

Dans un article publié par le Washington post en ce début août, l'éditorialiste Robert Samuelson évoquait le mythe de la mobilité sociale, tout en pointant le malaise ressenti par les nouvelles générations des classes moyennes et supérieures, celles-ci parvenant de moins en moins à dépasser leurs parents en termes de revenus. La classe des "anywhere" ne vit elle pas dans l'illusion de faire partie d'un groupe dont elle ne partage pas réellement les intérêts ? N'est-ce pas ici une importante fragilité d'un tel clivage ?

Christophe Boutin : La question, on pourrait dire l’angoisse, du déclassement, frappe toute la classe moyenne - et moyenne supérieure – occidentale : effondrement du mythe méritocratique qui avait conduit à son ascension sociale devant un égalitarisme haineux ; passe-droits et quotas attribués aux représentants de minorités agissantes, ce qui représente autant de places perdues pour leurs enfants ; ou encore racket financier étatique alors que l’éclatement de la société en groupes différents et hostiles a fait disparaître une cohésion qui légitimait la redistribution – une thématique d’ailleurs soulevée elle aussi par Goodhart dans un article qui fit grand bruit. Bref, la « mondialisation heureuse », ce n’est pas vraiment pour nos classes moyennes.

Certes, les bobos des métropoles, souvent de « classe moyenne supérieure », se croient volontiers des « anywhere », et donc des gagnants du nouveau système. Ils ne sont pourtant que les idiots utiles de la superclasse internationale qui s’apprête à régner sans partage sur le « monde de demain ». Ils se croient riches en gagnant dix fois le smic, la superclasse le gagne cent ou mille fois. Ils se croient citoyens du monde en allant faire leurs courses chez l’arabe du coin ou en dînant au choix chinois, thaï, marocain ou auvergnat, la super classe passe de ses riads marocains à ses chasses en Mongolie. Ils passent une semaine aux Seychelles quand la superclasse s’y achète des îles. Ils font un trekking en Patagonie quand la superclasse y possède d’immenses domaines. Ils se célèbrent dans un blog merveilleusement branché ou soignent leur page facebook quand la superclasse maîtrise tout Internet.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 14/08/2018 - 09:12 - Signaler un abus Has Been

    Article courageux ! Effectivement, que faire d'autre que trois pages et demie de bavardage, en employant des mots anglais pour faire chic, pour décrire l'avenir d'un parti complètement ''has been'' ! Il n'y a aucun espace politique ou électoral pour un parti écrasé par des décennies de gestion désastreuse de notre pays, de corruption et de soumission aveugle à l'oligarchie. Rendez-vous dans neuf mois, avec le score aux Européennes.

  • Par Poussard Gérard - 14/08/2018 - 09:51 - Signaler un abus Chiche nous allons compter les points...

    Il est désolant de voir que des politiques qui ont des responsabilités mettent en avant leur ego plutot que penser à l'intéret national et aux français..Bertrand a caressé le mignon pour avoir son canal Seine Nord et c'est raté, Idem pour pecresse ou Estrosi.. Seul wauquiez affiche ses idées de droite, dénonce l'assistanat et met en acte ses idées..portiques lycée, claude Molière..et l'exécutif va tout faire pour l'abattre avec l'aide de certains traitres.. Que les électeurs ouvrent les yeux..c'est la seule solution pour virer ce gang de copains et coquins..

  • Par gerard JOURDAIN - 14/08/2018 - 10:44 - Signaler un abus la droite la plus bête du monde....

    pensons quand même à mon titre...ce n'est pas d'aujourd'hui....

  • Par Hitman - 14/08/2018 - 11:02 - Signaler un abus toujours trop long

    Christophe Boutin est-il payé au mot?? Il n'y a aucune idée nouvelle dans ses 3 pages et demie. Ce clivage est archi connu mais ne se traduit pas dans les votes pour la bonne raison que la France n'est pas le RU. Les électeurs français sont soumis à la caste qui dirige (et les nourrit) quelque soit le politique qui fait le mariole en vitrine. Les élections ne servent à rien, la caste est employée à vie et se fout des élections. Sauf quand elle prend peur, par exemple de François Fillon, et dans ce cas le candidat est éliminé par des barbouzeries. La seule chose qui puisse faire dévier ce long fleuve tranquille serait la ruine financière de la caste, en l'occurrence Bercy. Ironiquement, au jour d'aujourd'hui c'est la finance, ie la dette, maintient la paix sociale paix sociale. Tout le reste n'est que propagande de la branche media de la caste: lemonde, mediappark, coincoin, radio télé france poublik etc.

  • Par Hitman - 14/08/2018 - 11:09 - Signaler un abus la droite et la gauche

    en France la droite et la gauche sont des leurres ce qui compte c'est la caste: administration tentaculaire, centrales syndicales dans le fromage comme 1e couvercle sur la marmite, media comme 2e couvercle sur la marmite. Le clivage gauche droite existe. Dans les têtes mais pas dans les faits. La preuve les alternances sont une vaste blague: l'alternance unique pour distraire le bon peuple.

  • Par GP13 - 14/08/2018 - 11:37 - Signaler un abus L'Europe pourrait être la clé

    Les nomades sont partisans d'une Europe allant vers toujours plus d'intégration, toujours plus d'abandons de souveraineté au profit de la Commission de Bruxelles. Les sédentaires sont toujours dans l'attente de propositions claires et fermes pour une Europe des Nations, et, hélas, cela tarde.

  • Par Ganesha - 14/08/2018 - 12:02 - Signaler un abus Hitman, Fausse Alternance

    C'est un plaisir de vous lire ! L'analyse de la ''Fausse Alternance'' est désormais partagée par la majorité des citoyens attentifs, lucides et raisonnables. Les derniers à la contester sont les quelques ''supporters'' attardés, qui restent partisans de ces deux répugnantes ''associations de malfaiteurs'' que sont les Ripoublicains et le Parti Socialiste ! Là où je serais plus réservé, c'est sur les véritables bénéficiaires : les fonctionnaires ne sont que des éxécutants. Au final, l'argent va dans les poches de l'oligarchie : les milliardaires et le Médef !

  • Par ajm - 14/08/2018 - 13:10 - Signaler un abus Concepts peu clairs.

    Ces concepts de "somewhere" et de " anywhere" me semblent assez vaseux et le lien qui est fait avec le standing financier des personnes assez discutable même si l'argent, évidemment, permet de quitter son pays, de voyager, d'avoir éventuellement des actifs hors de France. On peut ne pas sortir de sa chambre et être moralement et intellectuellement "anywhere" . Les " jeunes" qui errent à la recherche de trafics divers dans nos banlieues, ils sont quoi ? Les communautés innombrables qui peuplent nos villes et qui ne roulent pas nécessairement sur l'or sont clairement dans leurs têtes pas vraiment en France, en tout cas dans ce que l'on a considéré jusqu'il y a peu comme étant la marque de fabrique France. Les marxistes anti capitalistes ont toujours considéré que la France n'était qu'une base, parmi d'autres, pour la revolution mondiale.

  • Par kelenborn - 14/08/2018 - 13:16 - Signaler un abus Une fois de plus

    Je pense qu'il y a une erreur fondamentale dans ces analyses: il n' y a pas deux mais trois groupes: 1la caste au pouvoir qui profite de la mondialisation mais aussi de tout ce que le système fait pour l'enrichir: un exemple, chez moi, un type est devenu millionnaire grâce au traitement des déchets parce que la réglementation existe et fait cracher les pauvres au bassinet 2 Le vraies victimes de la périphérie c'est à dire ceux qui sont exposés à la mondialisation ou aux progrès technologiques 3 Au centre, un immense groupe qui a largement voté Macroléon car il est protégé par l'euro fort et l'endettement (3% du Pib par an !!!!)...et d'ailleurs Bouttin touche du doigt la question: "Certes, les bobos des métropoles, souvent de « classe moyenne supérieure », se croient volontiers des « anywhere », et donc des gagnants du nouveau système. Ils ne sont pourtant que les idiots utiles de la superclasse internationale qui s’apprête à régner sans partage sur le « monde de demain " eh oui.Si demain l'Euro s'effondre (on fera un euro français qui sera dévalué de 20-30%) bonjour l'essence hors de prix, adieu les vacances en Tunisie ...et là les tensions vont devenir fortes ou alors dictature!

  • Par ajm - 14/08/2018 - 15:18 - Signaler un abus Excédent structurel de la zone euro.

    Kelenborn : l'euro se s'effondrerait que si l'europe du Nord en sortait. Il faut avoir à l'esprit que la balance des paiements courants de la zone euro est structurellement excédentaire: tous les pays de la zone sont en excédent, souvent très importants ( 8-9% du PIB pour l'Allemagne et les Pays-Bas, 2-3% pour l'Italie " malade" et l'Autriche..). Il n'y a que la la France à être déficitaire, et encore de peu finalement (1% du PIB environ.). A noter que la GB est très déficitaire (-4%) et les USA ( -2, -3% mais les US c'est à part puisqu'ils émettent la monnaie de règlement international ).

  • Par kelenborn - 14/08/2018 - 17:11 - Signaler un abus ouais

    Le cas des PB ets particulier à cause du gaz mais c'est exact. La maladie de l'Euro ne vient pas de là. Les déficits de la France ou du RU ne viennent pas du RM mais de l'Allemagne laquelle est en déficit avec les ex peco!!!. C'est bien là qu'est le pb: la machine allemande se nourrit des ateliers des pays de l'Est où elle a des coûts bas qui ont un effet déflationniste (réduisent ses prix intérieurs). Le différentiel de compétitivité est énorme: on estime que l'"euro français" devrait être dévalué de 20% par rapport à l'allemand. L'euro joue comme une drogue: il euphorise ceux qui s'en servent mais détruit leur organisme. C'est la raison pour laquelle MLP s'est plantée: l'électeur du troisième secteur: les retraités, les fonctionnaires, les professions libérales, les employés de chez Décathlon ont compris qu'elle allait les sevrer

  • Par kelenborn - 14/08/2018 - 17:18 - Signaler un abus Attention

    ....ce qui ne veut pas dire qu'un pays comme la Grece n'est pas "hors des clous" mais...l'Italie qui n'a guère de déficit vis à vis de l'Allemagne a un taux de croissance moyen nul depuis près de 20 ans! La zone euro a le taux de croissance le plus faible du monde: la Suede, le UK et le DK ont un taux supérieur et je ne parle pas de la Norvege, de la Suisse ou des USA !!! où la politique monétaire de la banque centrale n'a pas été " germanique" Oui la zone va exploser: restera l'Allemagne et ses...satellites ou son..Lebensraum! Heil Hitler! sans...point Goodwin

  • Par Liberte5 - 14/08/2018 - 19:32 - Signaler un abus De mon point de vue il y a trois groupes et non deux.

    Le premier groupe est composé de ceux qui sont bien partout et qui peuvent vivre à Paris, Londres, New York, Hong Kong, etc.Ce groupe est très minoritaire, mais il bénéficie de toute la technocratie pour garder le pouvoir. Le second groupe est composé de ceux qui sont bien quelque part et qui ne veulent quitter, la région ou le pays qu'ils aiment et où sont leurs racines , leur identité et leur culture. Ce groupe est très majoritaire. Il compte sur la démocratie pour s'imposer, mais la démocratie étant pipée en Europe, ce groupe n'est pas représenté et ne peut gagner le pouvoir. Le groupe trois, est au milieu il croit appartenir au groupe 1, mais il n'est que l'idiot utile comme le dit @Kelenborn., qui permet au groupe 1 de se maintenir au pouvoir. La révolte du groupe des gens qui sont bien quelque part, peut amener la droite Française et L Wauquiez à se débarrasser des boulets tels que Juppé, Bertrand, Estrosi etc.à offrir enfin une alternative pour réunir le groupe 2 et une partie du groupe 3.

  • Par vangog - 14/08/2018 - 22:20 - Signaler un abus Les mondialistes contre les Nationaux, ou populistes, si ca vous

    rassure...c'est quand-même plus pertinent! et puis, c'est quand même fort de café d'opposer toujours ces fameuses élites aux sans-dents...C'est quoi ce sectarisme typiquement gauchiste?

  • Par kelenborn - 14/08/2018 - 23:08 - Signaler un abus Non Liberté

    C'est le troisième groupe qui est majoritaire: les ouvriers ne représentent plus que 15% de la population: Il y a un bloc qui fait 80% et qui n'est pas directement menacé par la mondialisation ( retraités fonctionnaires, prof libérales, mais aussi l'employé de Décathlon qui vend des godasses fabriquées au Bengla Desh) et c'est pour cela que Macron aura de beaux jours devant lui aussi longtemps qu'il ne leur tapera pas au porte monnaie comme il l'a fait pour les retraités. Question évidemment: pourquoi Macron n'a-til pas alors 80% des voix ? C'est que le paramètre économique n'est pas le seul, le paramètre identitaire joue également. L'AFD va devenir le second parti allemand mais pas parce que l'économie va mal

  • Par kelenborn - 14/08/2018 - 23:12 - Signaler un abus in fine

    Je m'interroge d'ailleurs sur le contenu et le contour de cet acste minoritaire. A l'époque que décrit Ridicule ( le film c'est simple, encore que) Aujourd'hui c'est un mix de la caste financière et de la caste politique qui se repassent des plats. Quand Philippe prend un jet à 35 années de SMIC pour gagner deux heures c'est qu'il évolue dans un monde qui n'a pas la même comptabilité que celle des citoyens lambda! Quand Ladret de lacharrière employait Penelope à 90 000 euros, idem

  • Par ajm - 15/08/2018 - 01:06 - Signaler un abus Vrai problème Français

    Kelenborn : les Pays-Bas ce n'est plus le gaz depuis longtemps. C'est notamment une plate-forme mondialisée de transit entre le monde entier et l'Europe continentale. L'Autriche qui a des coûts élevés dégage aussi des excédents importants. Les pays scandinaves et la Suisse hors zone euro mais néanmoins largement "pegges" ("peg" par exemple entre le dollar HK et le USD) par rapport à l'euro dégagent des excédents courants de balance des paiements courants considérables entre 7% et 10% du PIB. Ces pays connaissent une croissance très honorable (+ 0.7% au deuxième trimestre pour l'Autriche et les Pays-Bas, 0.5% pour la Suisse comme l'Allemagne, 1% pour la Suède soit des rythmes annuels entre +2% et +3% ) y a , toutes choses égales par ailleurs, un vrai problème Français.

  • Par ajm - 15/08/2018 - 01:12 - Signaler un abus Argent du contribuable.

    Kelenborn : quand Ladret de L dépense de l'argent c'est le sien, même si les juges le mettent en examen pour "abus de bien social " comme si son journal n'était pas sa chose personnelle. Quand le Premier Ministre dépense de l'argent avec les avions de l'Etat, c'est l'argent du contribuable.

  • Par ajm - 15/08/2018 - 01:24 - Signaler un abus Elites politiques franco -françaises.

    Liberté 5: les Juppé ; Estrosi et consorts sont totalement Français. Ce sont des "anywhere" de carton. De bons artisans Français, bouchers ou poissonniers sont beaucoup plus transposables et capables d'être "anywhere" . Les pseudo élites politiciennes sont définitivement incapables de vraies expatriations hors "back-up" officiel de l'Etat Français, et encore: pas de réelles compétences professionnelles, pas de connaissances linguistiques; arrogance invraisemblable, méconnaissance totale des autres pays et peuples...ces "élites " ; contrairement à celles des affaires, sont inemployables hors de France.

  • Par kelenborn - 15/08/2018 - 10:28 - Signaler un abus AJM

    LES Pays Bas c'est le gaz importé et...réexporté L'Autriche dégage des excédents dans...les mêmes conditions que l'Allemagne: grâce au Werkstatt de l'est: depuis l'Anschluss ils ont appris à avoir les mêmes menus.Ladret de Lacharrière dépense effectivement son argent comme il veut même si 90 000 euros ce doit être le cinquième du CA annuel de la revue des deux Mondes...Mais la question n'est pas la et j'en suis désolé: elle est dans le fait que pouvoir financier, pouvoir médiatique et pouvoir politique se rendent ainsi des services croisés: pour Ladret 90 000 pour la légion d'honneur franchement!! Et s'il y a un pb français ce n'est pas celui affiché par Fillon mais la mise en coupe réglée de l'innovation ( biotechnologies, OGM ...) faite sous la pression des écolos merdeux par Chirac, Sarko, Flamby et maintenant Manuléon

  • Par kelenborn - 15/08/2018 - 10:31 - Signaler un abus tiens AJM

    Ce que l’économie française aurait à gagner à se concentrer sur son commerce extérieur....Tout le monde ne partage pas votre "benign neglect"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Boutin

Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).

Voir la bio en entier

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€