Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Société civile 2017 : pourquoi nous croyons à une action politique sans la tutelle des partis

"Donner à la société française une capacité d'expression politique." Tel est le souhait de Michel Guénaire, avocat du barreau de Paris, et la première raison d'être de "Société civile 2017", le tout récent club dont il est le fondateur. Présentation de ce nouvel organe politique.

Hors système ?

Publié le
Société civile 2017 : pourquoi nous croyons à une action politique sans la tutelle des partis

Le club société civile 2017 veut donner à la société française une capacité d'expression politique. Crédit Reuters

Atlantico : Vous venez de fonder "SOCIETECIVILE2017", qui revendique ne pas être un parti politique. Qu'est-ce donc, alors, et pourquoi avoir évité de former un nouveau parti ?

Michel Guénaire : SOCIETECIVILE2017 est un club qui a été fondé à Paris le 17 septembre dernier et a préparé jusqu'à sa première réunion publique de mardi le cadre de la réflexion pour un projet politique. Un site internet accueille depuis quelques jours les contributions des Français dans quatre groupes de travail qui doivent constituer le socle de ce projet politique.

Ce club sera doublé de clubs locaux SOCIETECIVILE2017 qui seront créés dans les régions françaises, mais également, comme nous l'espérons, dans les grandes villes du monde où résident un nombre important de Français. Ces clubs seront des lieux de débat et de rassemblement de la société civile.

Qu'est-ce qui différencie un parti d'un club ? Un parti présente des candidats aux élections. SOCIETECIVILE2017 n'a pas vocation à présenter des candidats aux élections. SOCIETECIVILE2017 n'est donc pas un parti.

SOCIETECIVILE2017 serait donc plus fédérateur que ne peut l'être un parti politique ? Pourquoi ? Dans votre discours du 4 février 2014, vous soulignez notamment l'incapacité des partis à se renouveler. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Les partis n'attirent plus. Les gens y voient des appareils limités au seul objectif de la préparation des élections, quand ce n'est pas celui de la promotion de leurs responsables. Leur mode d'organisation privilégie ainsi le statu quo. Pour réconcilier les Français avec la politique, il faut leur offrir la possibilité de refaire ou de reparler de la politique dans des clubs.  

A vos yeux, la France a besoin d'un "projet politique fort", élément essentiel et fondateur de SOCIETECIVILE2017. Quel est-il ? Comment le mettre en œuvre et quels en sont les principaux objectifs ?

Les thèmes de nos quatre groupes de travail se proposent de répondre aux principaux défis que rencontrera un futur gouvernement de la France : deux thèmes offensifs, la croissance de la nation et le progrès de l’individu ; deux thèmes classiques, le contrat de l’Etat avec la société française et le rôle de la France dans le monde.

La France a une priorité : retrouver la croissance. C’est un choc qu’il faut provoquer. Les mesures prises par les gouvernements qui se sont succédés ces trente dernières années ont été insuffisantes, et le Pacte de responsabilité proposé par le président de la République s’avère être un vaste programme de conférences sans effet d’annonce mobilisateur. Comme la croissance doit être la priorité de l’action politique, l’homme doit être remis au cœur du projet politique. L’action d’un gouvernement doit être replacée devant cette évidence : l’individu, chacun d’entre nous, et plus encore parmi nous chaque jeune, a des aspirations qui doivent être entendues. Le service de la politique est le progrès de l’individu. Enfin , l’action de l’Etat et celle des collectivités territoriales doivent être recentrées pour réorganiser la vie de la nation, comme la France doit retrouver une cohérence de sa diplomatie afin d’être comprise et respectée dans les forums de la vie internationale. Il faut à notre Etat gagner une discipline intérieure et extérieure.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Michel. - 06/02/2014 - 10:54 - Signaler un abus En cas de succès SOCIETECIVILE2017 deviendra un parti

    sinon cela restera un club de réflexion. En politique il est bien sûr nécessaire d'avoir des idées, mais c'est la mise en œuvre qui compte. Pour être élu, influencer directement la vie d'un parlement ou d'un exécutif il n'est pas possible de ne pas se présenter comme un parti, face à d'autres. Le terme de "société civile" a tous les airs d'une supercherie.

  • Par Sybarite - 06/02/2014 - 11:21 - Signaler un abus Un de plus !

    Après les francs-maçons et autres think tanks plus ou moins inféodés servant d'éxutoire et de catalyseur à des "intellectuels" égotiques, ce "club"( Ce mot seul a des relents de vieille Angleterre nombriliste) est un petit "machin" de plus, une tête sans bras ni jambes, rien. Quant à vouloir découvrir la société civile dans la politique, c'est ne pas s'être aperçu que la politique n'était que l'autogestion de cette même société, et que c'était son dévoiement qu'il fallait combattre. Et combattre est abattre, car le temps de la collusion est fini.

  • Par esurlo - 06/02/2014 - 19:06 - Signaler un abus Faire s'exprimer la société civile ...?

    ...Il suffit de l'écouter , de l'entendre , de lui demander son avis par consultations , et appliquer ... Beaucoup trop compliqué pour des esprits manipulateurs , qui veulent satisfaire leurs phantasmes , et subjuguer leur entourage .........

  • Par winnie - 06/02/2014 - 19:40 - Signaler un abus Ces clubs existent déja

    il y en a a gauche et a droite et on en voit le résultat tout les jours, ce qu'il faudrait c'est que ceux qui seront élu prochainement réforment vraiment le fonctionnement de notre pays pour qu'il y ait une vrai démocratie . Mais si les Français sont toujours aussi couillons que d'habitude ce n'est pas prés de changer!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Guénaire

Michel Guénaire est avocat et essayiste. Il est l'auteur de  Le retour des Etats (Grasset, 2013), et président fondateur de Société civile 2017.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€