Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

SNCF : une mobilisation sociale qui reste impopulaire aux yeux d'une majorité de Français

Selon une enquête BVA pour Atlantico 41% des Français approuvent la mobilisation des cheminots, un niveau de soutien limité en comparaison aux mouvements sociaux récents. Et 74% d'entre eux sont favorables à la réforme de l'organisation et du fonctionnement de la SNCF, et 62% à celle du statut des cheminots.

Info Atlantico

Publié le - Mis à jour le 6 Avril 2018
Info Atlantico
SNCF : une mobilisation sociale qui reste impopulaire aux yeux d'une majorité de Français

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

41% des Français approuvent la mobilisation des cheminots, un niveau de soutien limité en comparaison aux mouvements sociaux récents

Erwan Lestrohan : 41% des Français déclarent qu’ils approuvent le mouvement de mobilisation des cheminots contre la réforme du système ferroviaire et de la SNCF souhaitée par le gouvernement contre 58% qui ne l’approuvent pas (1% ne se prononcent pas).

Grève des cheminots un soutien minoritaire

 - Cliquer sur l'image pour l'agrandir - 

Des clivages générationnels, socioprofessionnels et statutaires. Dans le détail il faut souligner que la mobilisation est majoritairement soutenue par les moins de 35 ans (52%) alors qu’uniquement 28% des Français âgés de 65 ans et plus l’approuvent. Si le niveau d’approbation du mouvement de mobilisation est très supérieur chez les employés et ouvriers (51%) à celui mesuré chez les cadres (33%), on observe également un écart de soutien très important selon la proximité de l’interviewé au service public : 57% des salariés du secteur public approuvent la mobilisation des cheminots, contre seulement 40% des salariés du secteur privé.

Sur le plan politique, la question du soutien à la mobilisation semble réactiver le clivage gauche-droite. Si le contexte récent a pu montrer un certain dépassement du clivage gauche-droite sur les sujets économiques, l’analyse selon la position politique des répondants demeure une clef de lecture très pertinente sur les questions sociales, comme on a également pu l’observer récemment dans les opinions exprimées à l’égard du projet de loi Immigration. Dans le détail, 81% des sympathisants de la gauche soutiennent la mobilisation des cheminots contre 22% des sympathisants de la droite et 35% des sympathisants du Front national. Signe d’un soutien très net de l’exécutif par sa base électorale de référence, seuls 2% des sympathisants LREM approuvent la mobilisation en cours.

Un soutien limité en comparaison à nos mesures réalisées pour les mobilisations sociales récentes. En comparaison aux récents mouvements sociaux, on peut faire l’hypothèse que le principe de la grève « perlée » tout comme la restriction du service en matière de transports nationaux peuvent générer une certaine impopularité du mouvement. Nos mesures passées présentées ci-dessous indiquent des niveaux de soutien plus élevés qu’on l’observe, à l’heure actuelle, pour la mobilisation en cours.

• 50% d’approbation de la mobilisation contre la réforme du Code du Travail du gouvernement Philippe (sondage BVA - La Tribune, septembre 2017)

• 45% à 56% d’approbation de la mobilisation contre le projet de loi Travail du gouvernement Valls (sondages BVA-Orange-Cnews, mars à juin 2016)

• 84% d’approbation du mouvement de protestation des agriculteurs (sondage BVA pour Orange et Cnews, juillet 2015)

• 69% d’approbation des grèves et manifestations contre la réforme des retraites du gouvernement Fillon (sondage BVA pour Canal+, octobre 2010)

• 65% de soutien à la mobilisation de 2006 contre le Contrat Première Embauche (CPE) du gouvernement de Villepin (sondage BVA pour BFM-Les Echos-Aviva, mars 2006).

Plus loin dans le temps, le soutien et la sympathie à l’égard des grèves et manifestations de 1995 avait oscillé entre 54% et 62% (source : sondages CSA).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lasenorita - 05/04/2018 - 17:31 - Signaler un abus Nos gouvernants sont responsables!

    La cause de la dette de la SNCF est la gestion calamiteuse par les pouvoirs publics, cette dette existe à cause de l'incompétence de nos politiques! Les bobos En Marche dressent les Français les uns contre les autres. La majorité des cheminots touchent des salaires de misère en travaillant sur les voies ferrées par tous les temps (canicule, vent glacial,..)Messieurs les gouvernants: ''charité bien ordonnée commence par soi-même'' donc baisser les salaires des élus, supprimer leurs ''avantages'',etc ...Ce n'est pas le ''statut de la SNCF'' qui fait la dette de la SNCF mais bien l'Etat, c'est Hollande qui a commandé l'achat de 15 TGV...Nos impôts et nos taxes ne sont pas affectés au ''bien public'' mais à l'accueil des ''migrants'', ce qui entraîne de l'insécurité! Le choix des bobos gauchistes pour une politique migratoire entraîne une augmentation des impôts des Français et de leur insécurité: cette politique migratoire coûte 8 milliards d'euros aux contribuables français!.. Tout cet argent est volé au peuple français pour le donner aux terroristes musulmans..nous avons 10 millions de chômeurs et on ouvre grand le robinet des immigrants africains dont la plupart sont musulmans...

  • Par Deudeuche - 05/04/2018 - 19:08 - Signaler un abus @lasenorita

    La gestion calamiteuse est d’avoir cédé aux lobbies minoritaires dont celui de la SNCF depuis trop longtemps, Maintenant on peut régler leur sort et c’est une excellente chose. Le reste de la fonction dite publique au service de ses membres suivra! Vive les contrats !

  • Par tubixray - 06/04/2018 - 08:45 - Signaler un abus 41 % !!!

    Comment peut on cautionner ce chaos orchestré par des "syndicats" d'extrême gauche pour défendre des privilèges indécents ???... De plus, ces courageux grévistes ne sont pas menacés par le projet de réforme du statut qui ne concerne que les nouveaux embauchés....

  • Par 2bout - 06/04/2018 - 09:14 - Signaler un abus Entre 20 et 22 % ...

    des sympathisants de la droite et des LR la mobilisation des cheminots !!! Et pendant ce temps, que font les Républicains ? Rien !

  • Par bern4243 - 06/04/2018 - 09:36 - Signaler un abus i have a dream!!

    si le gvt pouvait faire comme reagan en 1980 lors de la greve des aiguilleurs du ciel le pays serait sauvé !!

  • Par ISABLEUE - 06/04/2018 - 11:08 - Signaler un abus Mauvaise gestion des gouvernements successifs

    qui excitent les français contre les cheminots.... Bravo !! on se croirait sous Pétain... Vous croyez que la perte du statut des cheminots va vous faire gagner quelque chose ??? quelle bande d’égoïstes !! et de rêveurs.... Ceux qui veulent le nivellement par le bas, m'écoeure !

  • Par vauban - 06/04/2018 - 11:11 - Signaler un abus La senorita

    Vous avez raison sur certains points notamment les migrants même si vous en sous estimez le coût :certaines évaluations,non publiques car incorrectes,l.estiment désormais autour de 80 milliards /an,il y a un dizaine d,années on parlait de 50milliards ceci étant la SNCF dispendieuse et inefficace ne peut plus continuer comme cela.quant au statut des cheminots il est obsolète et doit être .n’ayons pas peur des mots,aboli Cette bataille sociale est la mère de toutes les réformes à mener dans ce pays n’en déplaise aux cheminots à leur famille et ayants droits des 16 billlets annuels gratuits ou à 10%.....

  • Par GP13 - 06/04/2018 - 12:21 - Signaler un abus Refaire le statut des cheminots plutôt que le supprimer

    Le statut des cheminots doit beaucoup aux incidents, accidents et catastrophes du chemin de fer. Les conditions politico-sociales de la libération ont leur part. Ce sont elles qu'il faudrait réformer. Mais les exigences de sécurité ne peuvent pas entrer dans la concurrence. Quel que soit l'opérateur, la sécurité est un droit essentiel du voyageur. Le statut est là pour fixer règles, contraintes, contrôles et leurs nécessaires compensations.

  • Par cloette - 06/04/2018 - 12:39 - Signaler un abus @Isableue

    Je suis d'accord avec vous, on veut un nivellement, on veut diviser pour régner , ça va être un nivellement par le bas programmé, et une ambiance lourde, un climat malsain , avec un effet boomerang , tout cela va finir par leur péter à la figure .

  • Par cloette - 06/04/2018 - 12:41 - Signaler un abus @GP13

    Tout à fait d'accord, pas de concurrence pour le train, c'est dangereux pour la sécurité, et dans ce cas, ce sont les pauvres qui trinqueront, avec les billets les moins chers .

  • Par cloette - 06/04/2018 - 12:46 - Signaler un abus Vous l'avez voulu ,vous l'avez eu

    Il a été mis aux manettes par l'oligarchie financière mondialiste, pro immigration, pro concurrence ultra-libérale sans frontière, l'idéal étant ce qui est rentable pour le profit ,seulement le profit au détriment de l'humain . Il faudra virer la fine équipe en 2022 !

  • Par gerint - 06/04/2018 - 13:35 - Signaler un abus Le statut des cheminots:prétexte au dépeçage glouton de la SNCF

    Je ne dis pas que ce statut ne doit pas être revu: je pense qu'il doit l'être, se faire moderniser, et c'est pareil pour l'administration générale de la SNCF qui "merdoie" quelque peu et pourrait être plus efficiente. Mais je pense que la SNCF est un fleuron emblématique des services publics, un marqueur majeur de la Nation Française, que son caractère public n'a pas empêché le progrès technique (trains électriques, turbotrains, TGV...) et qu'il faut continuer dans ce sens avec les corrections et l'impulsion qui s'impose. Et qu'il faut un statut comme pour tout secteur public pour qu'il n'échappe pas à certaines règles de base, pour éviter des dérives notamment sur la sécurité (qui coûte cher et a vite tendance à passer à la trappe). Confier la SNCF à des prédateurs, les amis de Macron, qui vont se goinfrer et laisser aux contribuables toute la merde ne me plaît pas. L'usager n'aura je pense aucun bénéfice vu que les tarifs actuels ne sont pas à mes yeux tellement élevés, même si c'est la solidarité nationale qui permet cela.

  • Par KOUTOUBIA56 - 06/04/2018 - 14:36 - Signaler un abus ils défendent leurs

    ils défendent leurs privilèges et surtout pas le service au client!!!!!!!!!!!!!!!!! qu'ils arrêtent de nous casser les couilles avec leurs mensonges. perso il y a longtemps que je les aurais virés comme Reagan l'a fait avec les pilotes en 1980. quand donc le ) ministre viendra dérouler a 20h leur statut de A à Z et demander au peuple de les prendre a coup de pied au cul

  • Par domdom99 - 06/04/2018 - 14:55 - Signaler un abus A force de monter les uns contre les autres

    Le gouvernement allume des mini incendies un peu partout pour masquer son incapacite a faire de vraies reformes profondes et adaptees aux conditions actuelles La reforme des elus estnune vaste mascarade, ils n'ont jamais ete aussi avantages et les depenses s'envolent. La reforme du travail est uniquement a l'avantage du patronat et des multi nationales qui commencent a degraisser . On est dans la com pure et simple, les belles images pour anesthesier le peuple. Le probleme des contre feux est que s'ils se rejoignent, il mprovoquent un immense incendie qui devient incontrolable. Il faut sans aucun doute reformer certains status, dont ceux des politiques. Les ingredients sont fournis pour que la cocotte minute explose.

  • Par gerint - 06/04/2018 - 15:17 - Signaler un abus @koutoubia56

    Il y a à la SNCF comme partout des gens bien et des gens moins bien. Et comme partout ceux qui ont des moyens de défendre leurs avantages le font souvent becs et ongles. Je ne suis pas persuadé que ce soit la SNCF la pire mais ils ont des moyens. Il n’est pas facile de changer un statut favorable mais à mon avis ce n’est pas impossible si dès le départ on est vraiment prêt à négocier or là la loi est ductée par l’´UE et c’est la destruction du service public pour 2023. C’est inacceptable. On râle en disant qu’on ne veut pas d’un état liberticide et c’est bien mais on accepte une UE qui va décider de tout de tout pour nous jusqu’à la composition de notre assiette.

  • Par 2bout - 06/04/2018 - 15:32 - Signaler un abus A propos ...

    Je voulais dire comme parfois est très bonne l’acuité visuelle du journal de 20 heures sur France 2.

  • Par lasenorita - 06/04/2018 - 17:14 - Signaler un abus C'est de l'enfumage!

    Le battage médiatique fait autour de la SNCF et des cheminots est fait pour distraire les Français des vrais problèmes! Ce ne sont pas les cheminots qui ruinent la SNCF mais les incompétents qui la dirigent. .On a supprimé des postes de cantonniers et de techniciens: on a vu ce que cela a donné avec Brétigny!...Macron ne s'attaque pas aux problèmes mais détruit les solutions : c'est le nivellement par le bas! Macron est coupable de haute trahison envers le peuple français, tout est fait au détriment des citoyens français: il détruit le service public et nos acquis sociaux! Le gros problème de la France: c'est l'immigration.. selon un sondage paru dans Le Figaro: la majorité des Français sont contre l'immigration musulmane! avec les multiples attentats commis au nom de l'islam depuis 15 ans, on CONTINUE de laisser entrer, dans notre territoire, des immigrés majoritairement musulmans qui voteront ''à gauche'' et ''Macron''!Avec l'immigration musulmane c'est la destruction de la France catholique!

  • Par Anouman - 06/04/2018 - 21:31 - Signaler un abus Approbation

    La différence entre les pour et les contre provient sans doute de tous ceux qui sont gênés de ne pas pouvoir prendre leur transport subventionné à 70% par la collectivité. Les assistés sont de plus en plus exigeants.

  • Par ajm - 06/04/2018 - 22:08 - Signaler un abus Rapport ARAFER

    Un rapport de l'ARAFER ( organisme de regulation des activités ferroviaires et routières ) du 27 mars 2018 remet les pendules à l'heure sur les soi-disants méfaits de la libéralisation du rail en Europe, que ce soit en Allemagne, en Italie, en Suède et en GB ( trains anglais les plus sûrs d'Europe).

  • Par ajm - 06/04/2018 - 22:13 - Signaler un abus Convention collective.

    Les cheminots Anglais, Allemands et autres ne sont pas moins payés que les Français, bien au contraire , mais ils sont plus productifs et partent en retraite plus tard. Une convention collective adaptée permettait de donner un plus pour les éléments dynamiques. Les autres on attendrait leur mise à la retraite.

  • Par ajm - 06/04/2018 - 22:30 - Signaler un abus Nouveau statut adapté.

    Les conducteurs de train britanniques gagnent en moyenne autour de GBP 50 k , soit environ Euro 60 k , ce qui est très sensiblement au-dessus de ce que gagnent les roulants français. Si les syndicats de la SNCF étaient moins cons, ils pourraient negocier dans un nouveau statut contractuel des avancées sur certains plans ( salaires) contre une flexibilité et une organisation du travail plus souple et adaptée.

  • Par vangog - 06/04/2018 - 22:52 - Signaler un abus Ça n’intéresse pas les syndicats gauchistes...

    de négocier de meilleurs salaires. Ils ne veulent simplement pas perdre leur moyen de chantage numéro un...

  • Par gerint - 06/04/2018 - 23:09 - Signaler un abus @ajm

    Oui pour un nouveau statut adapté

  • Par edac44 - 07/04/2018 - 09:15 - Signaler un abus SNCF, un des derniers bastions qui permet à la CGT d'exister ?

    Le syndicalisme, en France, c'est 11% des travailleurs salariés mais encore 20% chez les fonctionnaires et assimilés. Pour les fonctionnaires, on vous laisse deviner pourquoi !... Doit-on encore permettre à cette minorité arrogante, prétentieuse et leurs syndicats "professionnels de la grêve à tout prix", d'avoir les moyens de faire chier l'ensemble des français comme bon leurs semble ??? La France est le seul pays de l'UE depuis 2008, à ne pas avoir su redécoller économiquement avec une dette toujours scotchée à 100% du PIB. Les avantages acquis, slogan des communistes français, c'est fini, le PCF aussi. La collectivité ne payera plus pour les nantis et la lâcheté de nos gouvernants successifs. Perso; la SNCF peut faire grève pendant dix ans, j'en ai rien à foutre mais je préfère encore soutenir les réformateurs d'aujourd'hui plutôt qu'un "statu-quo" mortel pour les générations à venir et notre économie.

  • Par xenophon - 07/04/2018 - 12:29 - Signaler un abus Ambiguité

    Au delà de ses péripéties, cette affaire souligne la grande ambiguïté de la notion de service public. Si le service public est indispensable au fonctionnement de notre pays, son périmètre est tout à fait inadapté. Essentiel à la vie du pays, il ne peut être compatible avec le droit de grève. Ses agents doivent pouvoir accéder à des primes de sujétions pour compenser cette interdiction indispensable;

  • Par gerint - 07/04/2018 - 14:37 - Signaler un abus @edac44

    Oui la CGT empoisonne pas mal d’entréprises jusqu’à favoriser leur perte et justement je voudrais que la SNCF échappe à ce sort. Il faut aussi reconnaître que quand on veut se débarrasser de son chien on l’accuse d’av La rage et à tout le moins on insiste sur ses défauts (statut des cheminots) sans rien dire de ses qualités (valeur emblématique, service public majeur, haute technicité). Si les réformes étaient le vrai renouveau de la SNCF je serais très content même si on les faisait avec autorité mais là on vise sur injonction de l’UE à faire disparaître la SNCF au profit de je ne sais qui mais plus à mon avis au profit de prédateurs goulus que des Français. C’est ce qui est arrivé dans d’autres domaines où on a vu la qualité de service diminuer même si techniquement de nouvelles possibilités existent mais elles auraient existé de toute façon. Je pense aux Télécoms (hotlines injoignables, pas de service les WE, réponses inadaptées), à la Santé (ruptures de fourniture de médicaments pour raisons mercantiles, le marché Français moins rentable étant délaissé, dégradation évidente de l’accès aux soins...

  • Par gerint - 07/04/2018 - 14:45 - Signaler un abus @Xenophon

    Tout marchait mieux du temps où dans les services publics il y avait une modération salariale en échange de la sécurité de l’emploi et d’avantages matériels autres mais avec un cahier des charges écrit et implicite (morale de service public) globalement respecté avec un respect mutuel entre le public et les agents des services, une relation de confiance qui faisait admettre la plus grande impartialité du secteur public.

  • Par edac44 - 07/04/2018 - 17:48 - Signaler un abus Le droit de grêve est-il compatible avec le service public ?

    Tous les grands corps d'état, ceux qui touchent à la sécurité de la nation sont interdits de droit de grève (armée, police, gendarmerie, garde nationale, pompiers, hôpitaux publics, urgentistes et encore quelques autres services comme les centres anti poisons, etc ... ) Pourquoi n'en serait-il pas de même pour ce qui touche les transports et le droit du citoyen français à circuler librement et en toute sécurité sur le territoire national, en toute liberté, pleine et entière, et "réellement garantie" par l'état ??? Quand une minorité contraint une nation toute entière, qu'un gouvernement démissionne de ses responsabilités, qu'un chef d'état se tire en vacances ou se déclare aux abonnés absents, alors il faut s'attendre à ce que la cohésion nationale vole en éclats avant que le pays ne sombre définitivement dans l'anarchie et ses dérives sanguinaires. Mad Max nous voilà ???

  • Par gerint - 07/04/2018 - 19:58 - Signaler un abus Edac44: grêle publique

    Dans les hôpitaux en tout cas le droit de grêve existe mais existe aussi un service minimum assuré s’il le faut par des réquisitions préfectorales émises sans délai. Tout ce qui n’est pas jugé urgent est différé, les actes ne sont pas déclarés à la cotation. Sur le fond je pense que tout service public doit effectivement assurer un service minimal et autant que je me rappelle Sarkozy l’avait fait passer?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Lestrohan

Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€