Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

SNCF : comment vivre avec un mauvais actionnaire ?

Les derniers grands départs de 2017 ce dernier week-end de l’année se sont bien passés. Ni avarie technique, ni confusion dans les gares. Tous les voyageurs sont partis dans de bonnes conditions. Ouf…

Une affaire d'Etat

Publié le
SNCF : comment vivre avec un mauvais actionnaire ?

La SNCF est pourtant au centre d’un mouvement de dénigrement. Elle a sans doute quelques torts : mauvaise anticipation de la pointe, gestion opérationnelle trop lourde, la SNCF est une entreprise en silos, elle manque d’horizontalité et donc de fluidité. Les directions ne se parlent pas toujours autant que nécessaire. En dépit de ses handicaps dont celui d’un syndicalisme conservateur, l’entreprise assure ses missions avec application, notamment les moins spectaculaires et les moins glamour, comme transporter chaque jour les commuters, ces Français qui prennent le train pour aller travailler.

Dans le débat actuel, il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler que la très grande majorité des trains roule en Ile-de-France et autour des métropoles et que le TGV, vitrine commerciale et technologique arrive très loin derrière les trains du quotidien en matière de personnes transportées. Ajoutons à la marge qu’un tiers des 30 000 kilomètres du rail français ne voient jamais passer de train !!!

 Le lundi 8 janvier à l’heure de l’apéro, Mme Borne ministre des transports va recevoir Guillaume Pépy le patron de la SNCF et Patrick Jeantet le dirigeant de SNCF réseau. La ministre ne pourra pas faire l’étonnée : elle a été conseiller technique transport au cabinet de Lionel Jospin à Matignon, puis en 2002, alors que le Premier ministre candidat à la présidentielle était éliminé au premier tour, Mme Borne est devenue directrice de la stratégie à la SNCF.

Elle connaît les données de l’équation. La SNCF est dotée du plus mauvais actionnaire qui soit : l’Etat qu’elle incarne aujourd’hui. Cet actionnaire est mauvais dans la mesure où il est régulièrement traversé par des injonctions paradoxales. Jugez en : il a imposé à la SNCF de développer le TGV au prix de très lourds investissements. Le reste du réseau a souffert de sous investissement. Les lignes du RER ou des TER sont celles qui auraient mérité le plus de surveillance, de régénération et de remplacement mais elles n’apportent aucun bénéfice politique. Une ligne TGV, en revanche, ce sont des rubans à couper devant les caméras et c’est payant ! Dans le même esprit, les réseaux d’information maison doivent être modernisés. Sans signalisation fiable, il n’est pas de réseau efficace. L’entreprise est engagée dans un plan d’investissement de 45 milliards mais il faut du temps pour réaliser le rattrapage du rattrapage !

Sur le terrain social, en 2016, M. Pépy a tenté de revoir les questions de temps de travail des roulants. Menaces de grève (avec la perspective de l’Euro de football en France), le gouvernement lui a demandé de vite ranger sa copie. Toujours en 2016, dans le dossier Alsthom, le gouvernement cherche à éviter la fermeture du site de Belfort. Il faut trouver une solution. Alsthom est une bombe sociale à quelques mois de la présidentielle. Qu’à cela ne tienne, l’Etat demande à la SNCF de commander des rames de TGV dont elle n’a pas besoin pour les faire rouler à la vitesse d’un cheval au galop sur le réseau classique entre Bordeaux et Marseille.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 03/01/2018 - 17:22 - Signaler un abus DANS LA SNCF, TOUT OU PRESQUE EST MAUVAIS!

    L'actionnaire est mauvais, la direction est mauvaise, le personnel est mauvais, les trains sont mauvais et le réseau et mauvais, mais nous continuons à payer comme si tous les précédents étaient bons. Pas moins de 3 heures aujourd'hui pour faire à peine 90 KM, Vivement la concurrence!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Perri

Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne vous veut pas que du bien" chez Anne Carrière.

En 2014, Pascal Perri a rendu un rapport sur l’impact social du numérique en France au ministre de l’économie.

Il est membre du talk "les grandes gueules de RMC" et consultant économique de l’agence RMC sport. Il commente régulièrement l’actualité économique dans les décodeurs de l’éco sur BFM Business.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€