Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Snapchat, l’application à 19 milliards de dollars qui cachait en réalité un média en plein boom

Snapchat, ce n'est plus seulement cette petite application qui permettait d'envoyer des contenus à durée de vie très limitée. Aujourd'hui la start-up californienne propose un espace pour les annonceurs, un accès à du contenu exclusif via de grands médias, des mini-séries mettant en scène le quotidien des internautes, et bien d'autres possibilités.

Petite appli deviendra grande

Publié le - Mis à jour le 27 Février 2015

Le succès des formats vidéo courts comme Vine (application de Twitter pour des vidéos de 6 secondes) est une tendance de société. Le temps nous est compté et nous souhaitons aller à l’essentiel. Les mini séries de 10 secondes avec, les SnapperHero, permettent d’autre part de se mettre en scène à l’heure où l’ego est roi. Je dirais que Snapchat est un canal additionnel qui séduit et trouve progressivement de nouveaux usages. Quant à Facebook, même si l’application principale devient complexe et n’a pas été nativement conçue pour le mobile, ce réseau social a la capacité de développer des fonctions analogues mais avec des clauses générales d’utilisation qui évoluent et sont souvent léonines.

Une méfiance de certains internautes s’est donc installée.

Outre ces exemples, qu’est-ce qui permet aujourd’hui de dire que Snapchat devient une plateforme aux multiples possibilités ?

De nombreuses marques sont prêtes à payer pour rencontrer leur cible là où leur temps de cerveau est disponible. Snapchat est ainsi une forme de Coca-Cola pour certains adolescents.

Snapchat a accru ses possibilités comme par exemple, le fait de discuter entre utilisateurs par vidéo, ce qui concurrence le téléphone et Skype. Et toujours pour la maîtrise du temps et le multitâche, le fait que les utilisateurs peuvent lire la musique et enregistrer la vidéo simultanément est une fonctionnalité intéressante. Snapchat devient un écosystème pour la vidéo, la musique et l’image pour le mobile.

Quelles sont les limites de l’expansion de Snapchat ? L'appli sera-t-elle contrainte de rompre à un moment donnée avec son ADN de départ ?

Snapchat a connu une attaque le 1er janvier 2014 avec près de 5 millions de comptes piratés et a connu d’autres mésaventures via des attaques par déni de service. Snapchat devra veiller à améliorer sa sécurité et les caractéristiques techniques "sous le capot", certes non visibles pour l’utilisateur mais ô combien importantes.

Tout dépendra aussi de la stratégie de Snapchat. Mais l’application ne couvre qu’une partie infime de l’écosystème du Web si l’on compare au GAFA qui ont une stratégie d’expansion tout azimut, qui dégagent (sauf Amazon) des profits à deux chiffres et ont une politique de croissance externe impressionnante. D’ailleurs les GAFA ont une capitalisation boursière qui dépasse l’ensemble des sociétés du CAC 40 et avec seulement 286 000 employés. De nombreux concurrents arrivent tant aux Etats-Unis qu’en Asie et même en Europe. La course à la taille critique est un préalable indispensable avant l’étape de monétisation de l’audience. Je crois plutôt que Snapchat conservera son ADN initial et ira chercher d’autres fonctions/usages à greffer… à moins qu’ils ne veuillent se faire racheter au moment opportun.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Fayon

David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? (Economica, 2013), Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 3e éd, 2016) ainsi que de Transformation digitale (avec Michaël Tartar, Pearson, 2014). Il vient de publier Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique (Pearson, 2017). »

Il a publié Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique qui est disponible ici.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€