Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un site d’information sur l’avortement dans le viseur des pro-IVG

La ministre de la Santé n'aime pas beaucoup IVG.net et le fait savoir. La presse, complaisante, relaye. Les hackers achèvent le travail.

Cachez moi ce Google que je ne saurais voir

Publié le
Un site d’information sur l’avortement dans le viseur des pro-IVG

« Attention à la désinformation », s’écrient depuis quelques heures certains médias féminins et politiques ! À l’origine de cette bronca, les résultats du moteur de recherche le plus apprécié des internautes, qui n’ont pas l’heur de plaire au gouvernement. En effet, lorsque l’on tape « IVG » sur Google, un site associatif – accusé de prendre partie contre l’avortement – s’est frayé un chemin jusqu’à la première place, juste devant le site du gouvernement.

Malgré une récente campagne menée à coup de décalcomanies « Mon corps m’appartient », du soutien des médias et de nombre d’intellectuels, le site sante.gouv.fr n’a pas réussi à conserver la première position dans la cruelle compétition imposée par le moteur de recherche américain. Il faut bien comprendre que, parmi les critères de référencements qui gouvernent le géant du Web, la popularité d’un site ainsi que son ancienneté sont déterminantes. Face à ces critères primordiaux, le site gouvernemental n’est plus gagnant.

Un site qui incite à « garder l’enfant »

Quoi qu’il en soit, ElleCausette ou LCI ont emboîté le pas à Marisol Touraine pour tenter de pallier cette injustice. La ministre de la Santé appelle l’audimat à cliquer et cliquer encore pour aider son site sante.gouv.fr à remonter sur le trône. Les médias, dociles, ont pris le relai dans cette ridicule course à l’échalote.

 

La réaction de Elle ne s’est pas faite attendre : sur son compte Twitter, le mensuel féminin s’est empressé d’appeler à répondre favorablement aux injonctions gouvernementales. Ce matin, c’est la chaîne d’information LCI qui invitait ses téléspectateurs à se « méfier des résultats Google ». D’après « l’enquête » de l’un de nos très informés confrères, sous ses allures de « site officiel », le site IVG.net qui caracole en tête des résultats Google cacherait en réalité des informations « anxiogènes »,incitant (carrément) à « garder l’enfant » via un numéro vert mis à disposition. Garder l’enfant, un comble !

 

Des informations trop sérieuses pour être vraies ?

Le site IVG.net, est accusé de privilégier « des informations peu sérieuses » mettant en garde contre les conséquences d’un avortement. Marie, l’une des responsables du site contactée par téléphone se défend : « Toutes nos études sont référencées et sérieuses. Personne n’ose jamais avouer à une femme qui a vécu plusieurs interruptions de grossesse qu’elle pourra rencontrer des difficultés à tomber enceinte d’un nouvel enfant “désiré” ou qu’elle risque de subir des troubles psychologiques. Nous, nous osons le leur dire quand elles nous le demandent ». Les études sont là. Rigoureuses et implacables. Ne les cherchez pas en France où le verrou est solide et la remise en cause de ce « droit fondamental » est impensable. Il faut traverser l’Atlantique pour les piocher au Canada etaux États-Unis où elles affluent depuis une vingtaine d’années.

L’autre faute reprochée au site serait de recueillir exclusivement des témoignages de femmes « regrettant » d’avoir avorté ou confiant les douleurs qu’elles ont subies. S’il est vrai que le site publie les témoignages d’avortements « malheureux », les témoignages d’interruptions volontaires de grossesse menées à leur terme sans complications abondent. Dans des proportions toutefois bien moindres. Marie insiste sur le fait que ces témoignages sont plus rares du fait que les femmes qui « assument » et s’orientent résolument vers l’IVG ne s’épanchent pas sur leur acte. Celles qui doutaient et subissent cette décision prise à la légère en témoignent beaucoup plus. La responsable réaffirme leur authenticité : « Nous pourrions en ajouter des centaines d’autres du même ordre tant nous en recevons ».

Les hackers prennent le relai

Capture d’écran 2016-01-07 à 20.56.45

« La grande majeure partie des femmes qui nous contactent ne veulent en aucun cas avorter, mais changent souvent d’avis sous la pression de la famille, de leur ami ou carrément du corps médical », déplore la responsable avant d’ajouter : « Les femmes qui viennent nous voir sont laissées pour compte, seules. Est-ce désinformer que de leur permettre de connaître tous les risques ? ». À l’heure où 17% des couples qui vivent le drame de l’avortement se séparent par la suite, et lorsqu’une femme sur trois développe des dysfonctions qui sont toujours associées à de l’anxiété, « il serait insensé de dire aux femmes qu’il n’y a pas de problème. Nous vivons dans un climat idéologique délétère, on ne veut pas que l’on dise quedes syndromes post IVG existent, que de nombreuses femmes souffrent dans les temps qui suivent un tel acte. » Un climat qui s’est mesuré jeudi dans la soirée à l’aune des tentatives de piratage du sitequi l’ont rendu indisponible à de nombreuses reprises.

>>> Article à lire sur Aleteia.org <<<

(Mise à jour 08/01/2016, 11 h 50 – Les efforts du gouvernement semblent avoir porté leurs fruits, le site sante.gouv.fr s’est hissé en première place des résultats Google au cours de la nuit. Mais pour combien de temps…)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 10/01/2016 - 10:41 - Signaler un abus 230 000 avortements par an

    en France, des femmes toutes violées ou ayant un enfant malformé, ou à l'article de la mort. Il est clair que leur choix est d'avorter, ou d'avorter. Proposer une alternative rappelle les heures les heures...bla bla et bla.

  • Par ALUN - 10/01/2016 - 10:54 - Signaler un abus quel pays de dingos !

    Mener un combat idéologique sur un sujet aussi difficile, intime, concernant des personnes ayant chacune un vécu différent c'est bien la preuve que l'humain n'est plus au centre de notre société.

  • Par J'accuse - 10/01/2016 - 12:57 - Signaler un abus Il faut laisser vivre le débat démocratique !

    Il y a une contradiction entre affirmer que l'avortement est un choix, et refuser que les femmes disposent d'informations pour le faire, y compris venant de ceux qui y sont opposés : le vrai choix résulte d'un débat contradictoire, pas d'une interdiction de penser autrement. Les idéologues au pouvoir veulent faire croire qu'une femme peut avorter comme elle va aux WC : c'est une monstruosité. Je suis pour l'IVG, mais un avortement est la conséquence d'un échec contraceptif, et une décision pouvant avoir de fortes répercussions psychologiques et physiologiques. Si le site IVG.net est premier, c'est par un choix populaire et donc démocratique, qu'il faut respecter, mais la gauche n'accepte la démocratie que quand le peuple se soumet à ses dogmes. l'UE devrait engager une procédure pour non-respect de l’État de droit en France, pays où un ministère s'évertue à condamner et combattre la libre expression sur un sujet important.

  • Par cloette - 10/01/2016 - 14:42 - Signaler un abus l'avortement

    Nul ne peut juger la femme qui avorte par exemple que l'enfant sera malformé , ou qu'elle ne peut pas le garder , mais avorter c'est tuer quelque chose de vivant , un être humain en formation , ceux qui sont contre ont le droit de s'exprimer , ce qui est horrible c'est l'avortement qui remplace la contraception . Si on peut garder quand même l'enfant il vaut mieux le faire , qui dit que l'enfant non désiré ne sera pas un petit prodige ?

  • Par vangog - 10/01/2016 - 16:28 - Signaler un abus Typiquement gauchiste!

    Lorsque la liberté de choix ne plait plus aux gauchistes, ils invitent le peuple, grâce à leurs médias aux ordres à s'en méfier et à la réduire ...éternelle manipulation gauchiste afin de réduire le monde à son dogme!

  • Par Deudeuche - 10/01/2016 - 16:39 - Signaler un abus @vangog

    et oui! Comme toutes les "avancées sociétâââles" on est prié d'ânonner ce que dit la gauche et se la fermer . Le fantôme de Françoise Giroud veille au grain à la rédaction de "l'express".

  • Par Outre-Vosges - 10/01/2016 - 17:07 - Signaler un abus Ceux qui veulent faire avorter la pensée

    Le Monde, feuille de chou lue par tous les bienpensants, s’étrangle de colère en nous disant : « Cette semaine, un site anti-IVG s'est retrouvé en première position des résultats du moteur de recherche Google, juste devant le site officiel du gouvernement, www.sante.gouv.fr/ivg. » Autrement dit, le site gouvernemental dit obligatoirement la vérité et c’est un crime de penser le contraire et de le dire. Voilà dans quel pays totalitaire nous sommes. Mais il faut avouer que l’Église catholique a fait beaucoup en s’opposant pendant des siècles à la contraception alors que le protestantisme, plus éclairé, y voyait ce qu’il y avait le mieux à opposer à l’avortement. On frémit d’horreur en lisant qu’un pauvre idiot, nommé Alphonse de Liguori (et dont on fait un saint !) voyait dans la contraception un crime « qu’il faut ranger, ce semble, immédiatement après l’homicide ». On vit dans un monde d’imbéciles.

  • Par perceval - 10/01/2016 - 23:12 - Signaler un abus @outre-Vosges

    C'est bien exactement ce qu'il faut dire, nous vivons dans un monde d'imbéciles.

  • Par Gré - 10/01/2016 - 23:26 - Signaler un abus L'avortement n'est plus un droit. C'est un devoir !

    Il y a quelque cinquante ans, ma mère aurait certainement été encouragée à avorter. Heureusement pour moi, ce n'était pas le cas à ce moment-là. Je suis donc là, bien en vie, enfant inattendu certes, mais aimé. Cela n'a sûrement pas été facile pour mes parents, mais je suis bien heureux d'être là. Et j'ai de bons contacts avec eux. merci !

  • Par jmf46 - 11/01/2016 - 09:17 - Signaler un abus la goche bien pensante

    a une curieuse conception de la liberté d'expression (ce n'est pas un scoop...) personne n'envisage sérieusement de remettre en cause le droit à l'avortement, hormis quelques illuminé(e)s qui n'ont absolument aucune chance d'accéder un jour au pouvoir, mais il faudra tout de même un jour se poser les vraies questions qui fâchent, en particulier le détournement de l'ivg devenu une méthode de contraception (à l'opposé des objectifs de départ de la loi Weil) et même (horreur...) se demander si ce qui relève d'un choix personnel a vocation à être financé par la collectivité: fallait y penser avant de supprimer la notion de "situation de détresse" qui justifiait la prise en charge de l'ivg au nom de la solidarité nationale : si l'ivg devient un choix délibéré, on en viendra un jour à décréter que l'assurance maladie n'a pas davantage à le financer que, par exemple, la chirurgie esthétique...mesdames les idéologues féministes auraient du y penser mais, aveuglées par leur idéologisme, elles ont allègrement sciée la branche sur laquelle elles étaient assises; à suivre...

  • Par Deudeuche - 11/01/2016 - 11:05 - Signaler un abus @outre-vosge

    cher coreligionnaire et elsaessischer Mitbuerger, depuis le mariage pour tous, il n'est plus utile de dénoncer l'église catholique, car le problème c'est bien le transhumanisme planqué derrière la laïcité (appellation nominale mais pratique tendant à l'athéisme officiel). Ce transhumanisme est portée aussi par ce micro mouvement de protestantisme libéral proche de l'appareil et du pouvoir socialo médiatique, des centre ville et qui tremble à la trahison en voyant le protestantisme réel devenir évangélique de masse. Le sujet c'est l'avortement de masse, pas le réflexe anti-cathos de mentalité d'assiégé parpayote.

  • Par zouk - 11/01/2016 - 11:40 - Signaler un abus I V G

    Une interruption de grossesse est et reste un meurtre: l'embryon est un être humain vivant dès la fécondation (entrée d'un spermatozoïde dans l'ovule) et il est privé de toute défense, donc un meurtre d'autant plus horrible. Comment peut-on préférer l'IVG, càd l'assassinat d'un innocent sans défense?

  • Par zouk - 11/01/2016 - 11:42 - Signaler un abus I V G

    Une interruption de grossesse est et reste un meurtre: l'embryon est un être humain vivant dès la fécondation (entrée d'un spermatozoïde dans l'ovule) et il est privé de toute défense, donc un meurtre d'autant plus horrible. Comment peut-on préférer l'IVG, càd l'assassinat d'un innocent sans défense? Et ceci n'a rien à voir avec l'Eglise, mais avec la morale la plus élémentaire.

  • Par Ganesha - 11/01/2016 - 16:19 - Signaler un abus Zouk

    Lorsque vous prenez un antibiotique, vous assassinez des microbes, qui sont des êtres vivants, créés par la Volonté Divine ! Comment osez-vous vous opposer à sa Décision ? Toute l'histoire de l'humanité a consisté à lutter contre le Destin, le Hasard, les lois de la Jungle et les Catastrophes naturelles dont Dieu, dans son Infinie Bonté, nous gratifie. Vous devriez vivre à ''l'âge de la pierre taillée'', et encore...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aleteia.org

Voir la bio en entier

Arthur Herlin

Journaliste pour Aleteia

Voir la bio en entier

Alexandre Meyer

Journaliste pour Aleteia

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€