Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Sigma" : des promesses non tenues

Atlanti-culture

Publié le
"Sigma" : des promesses non tenues

LIVRE

SIGMA

DE JULIA DECK

EDITIONS DE MINUIT

240 pages

 

RECOMMANDATION

A LA RIGUEUR

THEME

SIGMA, Organisation secrète financée par de grandes entreprises et ayant pour mission de contenir l’influence des œuvres d’art subversives, est en alerte. Une galerie suisse annonce qu’une mystérieuse toile du peintre Konrad Kessler va bientôt être dévoilée au public. Entre Genève, Berne et Davos, banquiers, galeristes et espions se prennent  tous en filature pour la retrouver. La recherche de ce tableau, présumé dangereux, génère un jeu de piste construit à la fois comme un vaudeville et un roman d’espionnage.

 

POINTS FORTS

-  les personnages sont fouillés. Leurs failles sont décrites avec cynisme et on suit leur parcours avec tout l’intérêt que suscite l’ambiguïté de la nature  humaine. Par exemple, Zante, le banquier d’affaires, collectionneur d’art, est un être dépressif qui préfère se focaliser sur sa toile au point de laisser son job prendre l’eau.

- Un sentiment de solitude des personnages peut nous émouvoir . Ils sont pourtant  tous liés et imbriqués dans la même quête de l’œuvre absente.

- Un ton décalé et froid nous décrit toute l’énergie qui peut être déployée par une organisation pour arriver à ses fins et contrôler un programme de maintien de l’ordre et d’harmonisation de la pensée.

POINTS FAIBLES

-        Un imbroglio souvent épars avec des cibles et des agents à foison. On s’y perd.

-        La trame narrative se prêterait plus à une pièce de théâtre qu’à un roman.

-        Un air de déjà vu sur les milieux décrits : les grandes fortunes, une actrice de cinéma déphasée, un galeriste d’art, tous en proie à des problèmes de vacuité de l’existence  dans leur milieu helvétique pourtant privilégié.

-        On reste en attente de la découverte de cette fameuse œuvre d’art, en s’interrogeant sur son énigmatique pouvoir sans le découvrir véritablement.

 

EN DEUX MOTS

L’intrigue,plus ou moins policière, est bâtie sur l’envoi de rapports très précis des agents à la société secrète qui pilote le programme.

Le postulat de base, alléchant, puisqu’il s’agirait de savoir si l’Art a le pouvoir d’influencer les esprits, retombe malheureusement comme un soufflé.

On pense évidemment à ce que certaines dictatures ont mis en place pour éradiquer l’Art et on s’attend à des révélations fracassantes sur l’émotion artistique agissant sur la pensée ou sur le risque potentiel que l’œuvre pourrait générer.

Malheureusement, on reste sur sa faim, la réflexion est à peine effleurée et on comprend juste que selon SIGMA, finalement, il faut coller une œuvre d’art dans un musée pour la neutraliser. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Valérie de Menou pour Culture-Tops

Valérie de Menou est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€