Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La seule vraie question que doit se poser l’Otan pour décider de la réaction à adopter face à Poutine

Qui aurait pensé que Vladimir Poutine prendrait ainsi le contrôle de la Crimée ? Si les ambitions territoriales de la Russie sont difficiles à prévoir, elles ne sont plus à démontrer et le pays n'avait pas hésité dans le cas de la Géorgie à intervenir militairement afin de maintenir sa zone d'influence.

Et après ?

Publié le
La seule vraie question que doit se poser l’Otan pour décider de la réaction à adopter face à Poutine

La situation en Ukraine semble se normaliser. Crédit Reuters

Atlantico : La situation en Ukraine semble se normaliser, avec l'annonce par les présidents russe et ukrainien d'un cessez-le-feu. Mais après la crise ukrainienne, pensez-vous que la Russie pourrait être tentée par d'autres ambitions territoriales ? Pourrait-il y avoir la tentation de s'étendre sur ce qui serait considéré comme une "zone d'influence" russe ?

Béatrice Giblin : Oui elle paraît se normaliser car le président ukrainien est conscient des faiblesses de son armée mise en difficulté du fait des renforts russes et de l'assurance qu'il a désormais de la non intervention des forces occidentales sur lesquelles il comptait pour les soutenir. 

Quant aux ambitions territoriales de la Russie, c'est difficile à prévoir.

Qui aurait pensé que Vladimir Poutine prendrait de cette façon le contrôle de la Crimée ? Par ailleurs, il a déjà étendu son contrôle sur la Biélorussie et le Kazakstan et, dans une moindre mesure il est vrai, sur les républiques d'Asie centrale ; quant aux républiques du Caucase, l'exemple de la Géorgie leur a montré que la Russie n'hésitait pas à intervenir militairement quand elle estimait son contrôle sur sol étranger proche menacé.

Quelles seraient alors les zones les plus à risques pour voir se développer une tension, potentiellement armée, avec la Russie ? Pourquoi ? 

On pense bien sûr aux Etats Baltes où résident des minorités russes mais qui ne sont importantes qu'en Estonie, à Tallin la capitale et dans une région au nord-est de ce petit pays. Mais à la différence des Etats cités auparavant, les Etats Baltes sont membres de l'OTAN et donc en cas d'intervention de l'armée russe les forces de l'OTAN devront intervenir. C'est pourquoi je ne pense pas que les Etats Baltes soient les plus menacés. De même l'Azerbaïdjan est un Etat trop important pour intervenir et l'argument des minorités russes ne s'y pose pas de la même manière. Je pense que c'était l'Ukraine qui représentait l'enjeu le plus important pour la Russie.

La sphère d'influence russe est vaste, c'est pourtant en Ukraine que s'est cristallisée la plus grosse tension depuis la fin de la Guerre froide. Pourquoi ? Quelle est la particularité de l'Ukraine aux yeux de la Russie ?

Comme je l'ai déjà dit sur votre site (cliquez sur la biographie de l'auteur pour accéder à ses interviews ndlr) les liens historiques de la Russie avec l'Ukraine sont très anciens - au 18ème siècle la Russie tsariste prend le contrôle de l'Ukraine - et les liens furent très étroits. Pour les Russes la nation ukrainienne n'existe pas réellement et ils dénient à la langue ukrainienne le même statut qu'à la langue russe. Le rapprochement de l'Ukraine avec l'Europe est donc vu comme une trahison,  tant de la part des Ukrainiens surtout ceux de l'Ouest du pays qui ne partagent pas la même histoire que ceux de l'est. Rappelons que les frontières ouest de l'Ukraine sont récentes et que la partie ouest de ce pays était un territoire polonais jusqu'en 1939. En outre Staline a toujours réprimé toutes les tentatives de mouvements autonomistes ukrainiens en s'opposant par exemple à l'utilisation de la langue ukrainienne.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Leucate - 04/09/2014 - 14:17 - Signaler un abus Les deux (ou trois) Ukraine

    En complément de l'article, pour bien comprendre, il faut remonter jusqu'au XVII° siècle. En 1914, l'Empire de Russie distinguait deux parties de cette province, la Rive Gauche et la Rive Droite, dont l'histoire est complètement différente. La Rive Gauche se subdivisait en deux: à l'Ouest, l'ancien protectorat russe sur les cosaques zaporogues orthodoxes, l'Hetmanat de Kiev, dont les chefs avaient sollicité la protection du tsar, protecteur des orthodoxes, contre les polonais et les musulmans du Khanat de Crimée qui débordait largement de la presqu'île. A l'Est, la Nouvelle Russie, ce sont tous les territoires où l'on se bat actuellement, territoires de Reconquista comme dirait un espagnol,, c'est l'ancien khanat de Crimée vassal d'Istanbul, conquis et annexé par l'impératrice Catherine II et son général préféré, le prince Potemkine, véritable prince consort non officiel. Comme en Espagne au XIII° siècle, ces terres de reconquête furent repeuplées de russes. La rive droite, c'est toute l'Ukraine polono-lituanienne, annexée par Catherine II lors du partage de la Pologne en 1772, Galicie exceptée. En rive droite, les paysans ukrainiens travaillaient pour les nobles polonais.

  • Par Leucate - 04/09/2014 - 14:36 - Signaler un abus (suite)

    Qu'on l'admette ou pas peu importe, il y a bien deux Ukraine, celle qui regarde vers la Russie orthodoxe et celle qui regarde vers l'Occident catholique latin. L'Histoire reprend toujours ses droits, meme après les bouleversements dus à deux guerres mondiales, à la guerre civile et à l'instauration du bolchévisme et de la collectivisation. L'Ukraine indépendante n'a jamais été un Etat stable, gouvernée qu'elle était par un parti Orange pro-occidental représentant l'ancien e "rive droite" ou un parti Bleu pro-russe représentant l'ancienne"rive gauche" de la Russie impériale. L'insurrection armée qui renversa le parti Bleu au pouvoir à Kiev a été le déclencheur de ce qui s'est mué en guerre civile entre les deux Ukraine, la catholique et l'orthodoxe. Un peu comme pour ce qui s'était passé en ex-Yougoslavie entre la Croatie et la Serbie, même peuple, mais un histoire ancienne différente, sauf que les différences sont moins marquées en Ukraine. Seule la fédéralisation pourrait recoller les morceaux s'ils peuvent encore l'être, assortie de la neutralisation - pas d'OTAN en Ukraine - sur le modèle Finlandais. Sinon, la Russie récupère à terme la Rive Gauche qui est historiquement russe.

  • Par vangog - 04/09/2014 - 15:16 - Signaler un abus Comme dans toute paranoïa, les dirigeants russes sont

    responsables de leur peur obsessionnelle de l'encerclement. En pratiquant une diplomatie agressive et impérialiste vis à vis de leurs voisins directs, aussi bien que la persécution de leurs minorités ethniques et linguistiques, les Russes ont justifié la défiance et le mépris qu'ils inspirent à tous leurs voisins. Ils récoltent, aujourd'hui, le résultat de la haine qu'ils ont , eux-même, semés! Leur paranoïa anti-encerclement n'est donc pas près de s'éteindre et culminera dans une crise majeure qui justifie la réactivation des défenses de l'OTAN. Trop longtemps, l'UE a été la victime des stratégies écolo-pacifistes et autres ultra-gauchistes qui relayaient les ordres russes, et la baisse des budgets européens de défense qu'ils ont suscité est responsable, pour une grande part, de la stratégie de conquête de l'ogre russe.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Béatrice Giblin

Béatrice Giblin est géographe et membre fondatrice, avec Yves Lacoste, de la revue de géographie et de géopolitique Hérodote, dont elle est actuellement codirectrice. Elle a fondé, en 2002, l’Institut français de géopolitique, université Paris-VIII.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€