Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le seul espoir pour l’Occident de rester puissant est-il... de créer l'Euramerique ?

Et si l'Europe et les Etats-Unis se rejoignaient pour donner naissance à l'Euramérique, pour faire face à l'Asie ? Premier épisode de notre dossier en deux parties.

L'union fait la force

Publié le

Enfin, l’Occident actuel, y compris les Etats-Unis, a perdu son esprit de pionnier qui fut à l’origine de son succès historique et de sa prospérité. Qui est aujourd’hui capable, dans l’ambiance anesthésiante des « acquis sociaux » et de l’Etat-Providence, de « repaver l’Occident », à l’instar de cet immigrant italien du XIXe siècle (dont l’histoire est racontée au musée d’Ellis Islande) qui, avant d’arriver à New York, pensait que les rues de cette ville étaient pavées d’or (American Dream oblige !), pour découvrir, en débarquant à Manhattan, qu’elles ne l’étaient pas du tout et que c’était à lui, et à lui seul, sans aucune aide extérieure, de les paver ? En fait, l’Occident avait créé son système social – qui varie selon les pays mais reste intrinsèquement le même partout, - ce fut une formidable avancée au moment des « Trente Glorieuses » avec son cortège de croissance et son horizon clair pour les générations futures.

Or cette avancée est devenue, en temps actuel de crise, un frein à sa projection dans l’avenir, car elle a fini par générer une mentalité d’assistanat généralisé qui inhibe toute réforme radicale, inconcevable sans une prise de risque et une remise en cause permanente. Autant de conditions sine qua non pour la nouvelle renaissance de l’Occident, face à ses nouveaux concurrents qui n’ont rien à perdre et tout à gagner. Eux, ils étalent leur soif de travail, de réussite et de farouche ambition (« hungry for success ») ; eux, ils poussent les meilleurs vers le haut, à l’exemple des héros les plus endurants du tableau « Le Radeau de La Méduse » de Théodore Géricault qui se retrouvent, au moment fatidique, en haut de la pyramide humaine pour sauver du naufrage eux-mêmes et tous leurs compagnons d’infortune. Alors que le monde occidental, assoupi,  reste empêtré dans une sorte de couette qui protège la médiocrité et étouffe la brillance.

En conclusion, l’heure est actuellement à la refonte totale des alliances géostratégiques, au diapason des impératifs du XXIe siècle qui voit émerger un nouveau monde plat, interconnecté et multipolaire. Pour l’instant, toutes les institutions transnationales existantes (ONU, EU, FMI, Banque mondiale, OMC, OTAN, etc), à l’exception du G-20, sont issues d’une géopolitique révolue du XXe siècle avec son empreinte de la bipolarité idéologique. Par conséquent, aucune d’elles n’est réellement opérante, en rappelant, dans un registre morbide, une barbe qui continue à pousser après la mort de l’homme. Tout reste donc à réinventer dans le cadre de la globalisation politique qui peine à démarrer, faute d’un projet innovant à ambition globale, incarné par des hommes et des femmes politiques d’exception, pour servir de cadre à la globalisation économique (celle du marché), déjà ancrée dans le quotidien de notre planète.

Dans ce contexte, l’esquisse d’une Euramérique, osée par Merkel et Obama, est incontestablement un pas dans la bonne direction, mais il reste trop timide, trop incertain, trop « occidental » dans un monde qui ne l’est plus.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 05/08/2013 - 09:04 - Signaler un abus Pour l'Euramérique je crois que c'est trop tôt

    Il faut renforcer l'Europe des nations respectant les particularités nationales et locales dans un projet global pour être de taille vis à vis des géants en émergence continus tel que : la Chine, le Brésil, l'Inde, les Etats Islamiques, la Russie, etc La France seule ne serait pas de taille pour imposer ses particularités et peser sur les décisions de tels empires plus ou moins hégémoniques

  • Par laliberte - 05/08/2013 - 09:50 - Signaler un abus La France nombriliste

    La France est arc-boutée sur ses acquis, à des années-lumière des changements qui se produisent sous ses yeux. Un président apaisant et inerte a été élu pour les rassurer mais Attali soutient que le temps manque pour engager les réformes de structure, sous peine de tomber. Notre pays est-il un "has -been" ?

  • Par jerem - 05/08/2013 - 10:21 - Signaler un abus "Quelle pénurie de l’offre politique en Occident " . Vraiment ?

    il est vrai que l'on voit toute l'offre politique ailleurs . Russie Chine , des offres politiques de choix et sacrement variées . on ne parle pas du moyen orient et de ces revolutions a vide politique , option special cahot. Coté afrique..... doit on parler de "l'offre politique" ..... Reste l'europe avec ses pays qui ne sont pas encore figé dans la grande parade du bi-partisme. il est vrai qu'il n'est de meilleur sourd que celui qui ne veut pas entendre ....

  • Par jirem - 05/08/2013 - 10:21 - Signaler un abus mon avis

    est que notre pays est surcote, vivant sur de vieux acquis... jamais de remise en cause... en quelques sortes, voyageant beaucoup, ce que nous reprochent les etrangers... trop sur de nous memes, jamais de remise en question et victime de notre arrogance... Je ne vais pas faire de paranoia mais... un nouvel ordre est entrain de se former.. les states veulent nous avaler... ni plus ni moins...

  • Par jerem - 05/08/2013 - 10:24 - Signaler un abus "pénurie de l’offre politique en Occident "

    quand soudain la globalisation mondialisée n'est plus un accelerateur .......

  • Par Ganesha - 05/08/2013 - 11:28 - Signaler un abus Démocratie Economique

    Un long article répétitif (le radeau de la Méduse cité en page 2, revient à la page 3) et totalement à côté de la plaque ! Ce qu'il propose : continuer de foncer tout droit à pleins tubes, pour être bien certain de s'écraser comme un tas de ferraille tout au fond de l'impasse. Ardente défense de l'idéologie anglo-saxone de la "Lutte pour la Vie", de la "Loi de la Jungle" ! Bien au contraire, une grande partie des peuples du monde attend avec impatience une immense révolution, comparable à celle qui a imposé la démocratie, en France, et dans l'Amérique naissante, puis partout dans le monde au 18ème siècle. Nous avons maintenant plus ou moins une démocratie politique presque partout dans le monde, mais l'étape suivante, la grande nouveauté, le projet d'avenir c'est la "Démocratie Economique" : juste en quelques mots : refus du chômage et limitation des inégalités sociales... Simplement pour ne pas vous effaroucher et s'attirer toujours la même objection stupide et idiote, de la part des vieux croûtons de ce site, je ne la nommerai pas autrement ! Il faut être bien aveugle pour ne pas se rendre compte que c'est ce à quoi aspirent désormais les êtres humains et qu'ils vont obtenir !

  • Par Ganesha - 05/08/2013 - 11:31 - Signaler un abus Taille Critique

    Je voudrais aussi m'inscrire totalement en faux avec cet article, et avec un type de commentaire qui est récurrent sur ce site : la France a absolument la "taille critique", elle n'est pas "trop petite" pour être autonome et indépendante ! Notre pays a la chance d'avoir presque toutes les ressources (si pas de petrole, du moins des idées...) Contrairement déjà à beaucoup d'autre pays, nous sommes autosuffisants au niveau alimentaire ! Nous sommes parfaitement capables de produire notre acier, ce dont nous avons besoin, c'est d'être débarassé du gangster indien qui essaie de nous en empêcher ! Il y a même une urgence à fermer nos frontières et produire nos voitures, nos vêtements, nos ordinateurs et nos panneaux solaires chez nous ! Libre aux autres pays, comme il y a deux siècles, de s'inspirer ensuite du nouveau modèle économique que nous aurons mis au point !

  • Par Mani - 05/08/2013 - 11:56 - Signaler un abus Avant de penser à

    Avant de penser à l'Euramérique, commençons par la Françallemagne, ensuite l'Europe suivra et tout ira déjà infiniment mieux.

  • Par Mani - 05/08/2013 - 12:01 - Signaler un abus @Ganesha

    C'est beau quand même, les gens qui réécrivent l'histoire... Le "gangster indien" qui voudrait nous "empêcher de produire de l'acier" est aussi celui qui a repris un Florange promis à la fermeture définitive voilà une douzaine d'années... Enfin, je suis un peu dur. Pour réécrire l'histoire, il faut la connaître. . Il faut aussi savoir POURQUOI Florange est voué à la fermeture - quand les mines étaient encore ouvertes, la matière première se trouvait sur place ; maintenant qu'elles sont fermées, il faut faire venir la matière première par train depuis le port le plus proche... les coûts supplémentaires importants font que ce site n'est pas viable. S'il y a un avenir pour l'acier en France, ce sera dans un hinterland portuaire. . Le reste de l'intervention est du même tonneau : "attendez un peu qu'on ferme nos frontières, et on va vous montrer à tous ce qu'on sait faire quand on n'est pas pollué par la sale créativité des autres qui est moins bien que la nôtre !"... super.

  • Par Redmonde - 05/08/2013 - 13:11 - Signaler un abus TYPIQUE

    "Notre pays a la chance d'avoir presque toutes les ressources (si pas de petrole, du moins des idées...) Nous sommes parfaitement capables de produire notre acier... Il y a même une urgence à fermer nos frontières et produire nos voitures, nos vêtements, nos ordinateurs et nos panneaux solaires chez nous !" Typique du nombrilisme et de l'ignorance économique abysmale de certains de nos concitoyens. Fermer nos frontières, cela entraînerait immédiatement un renchérissement généralisé d'un grand nombre de produits de consommation courante et moins courante. Il est idiot et contre-économique de fabriquer ici à coût élevé des produits fabriqués pour X fois moins ailleurs, un gamin de 12 ans le comprendrait. Et ce n'est pas les idées qui font marcher ma voiture, mais bel et bien le pétrole. La France ne se sauvera pas du naufrage en devenant Cuba ou la Corée du Nord. Et ce qui rend un pays prospère, ce n'est pas de fermer ses frontières et de vivre en autarcie, c'est de développer une industrie/services compétitives, et de vendre ses produits à l'étranger. Toutes les grandes économies sont basées là dessus. Quant au "gangster indien", c'est notre problème de faire mieux que lui.

  • Par yoda - 05/08/2013 - 13:11 - Signaler un abus nous ne sommes pas comme les ricains !

    on veut faire de l'europe (je suis contre) une sorte d’Amérique mais l’Amérique fait parti d'un tout, d'une même éducation, d'une même vue, pas comme en Europe ou les pays sont de d'abord pas d'un même niveau d'économie ! a 5 c'etait possible mais a presque 30 on ne peut faire cohabiter des pays d'économie différentes ! les plus riches paieront toujours pour les plus pauvres et à la fin tout le monde sera ruinés ! c'est comme si vous faisiez cohabiter un rmiste et un cadre dans une meme maison ça va au début mais à force cela ne tient pas ! quand vont ils réagir !

  • Par sheldon - 05/08/2013 - 13:13 - Signaler un abus J'ai toujours été conscient que c'est la seule issue !

    Ca se fera certainement car c'est devenu vital si l'on ne veut pas voir disparaitre tout l'apport des pays européens et des USA au développement de l'humanité, même s'il y a eu parfois de très gros problèmes. Le tout est de savoir avec qui ! L'Europe du nord et la GB certainement. avec peut être quelques pays du sud si ils s'en sortent (politique courageuse en Espagne avec d'ailleurs reprise progressive de la production industrielle, peut être aussi l'Italie avec son sens de l' entreprenariat). La France va certainement s'y opposer, et plus grave, ça se fera peut-être sans nous. La gauche sera vent debout, la droite bonapartiste également. Le FN en fera sa cible en plus de l'Europe. On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif ! d'autant plus que l'ère socialo-écologiste se replie vers une économie des peurs et des interdits : gaz de schiste, nucléaire, OGM, etc, etc Quand on perd pied c'est très très difficile de remonter la pente. Néanmoins je dis BRAVO à OBAMA et à MERKEL : c'est bien de pouvoir être fier de ses dirigeants. (Mais en France on va nous ressortir que son avenir est le sud !!)

  • Par cappucino - 05/08/2013 - 13:58 - Signaler un abus Leadership de la Chine inde Brésil Russie ok

    Mais la Turquie ?. Sans les milliards déversés sur ce pays par l'Europe, les USA, les guerres régionales qui lui profitent d'une manière ou d'une autre, la Turquie est loin d'avoir un développement autonome. L'Islamisme n'a jamais été porteur de progrès et d'innovation. D'ailleurs quand l'Europe surnage, la Turquie coule.

  • Par Ganesha - 05/08/2013 - 14:17 - Signaler un abus Pavlov

    Je l'attendais, on peut même dire que je l'ai provoquée... la belle réaction anticommuniste primaire ! Et cela n'a pas manqué une personne parmi vous a sauté à pieds joints dans la belle bouse bien fraîche ! Il y a un certain temps que j'ai compris que certains commentateurs étaient "incurables" : il y a un âge ou un état d'avancement de l'Alzheimer où il n'y a plus d'espoir... Je m'adresse donc plutôt aux quelques centaines de passants qui lisent ici mais ne répondent pas. Vous êtes français et avez passé quelques années sur les bancs de l'école : vous devriez être capables de suivre : je vous demande simplement de faire l'effort intellectuel de vous imaginer être un(e) bourgeois(e) vivant en France en 1829... Pour vous, quand vous pensez à la révolution de 1789, il ne s'agit que d'une "atroce parenthèse de l'histoire", une erreur historique définitivement déconsidérée par la Terreur et la guillotine : et pourtant que c'est il passé en 1830 ? On a tenté à nouveau l'expérience en évitant les dérives et les erreurs du passé ! Pourriez cesser, tel un(e) chien(ne) de Pavlov, de systématiquement aboyer "Staline, Pol Pot, Cuba, etc..." et de croire que votre argument est imparable !

  • Par Ganesha - 05/08/2013 - 14:19 - Signaler un abus Haïti

    Et puis, faites comme moi : partez en mission humanitaire six mois en Haïti (avant le temblement de terre) pour voir ce qu'est le capitalisme dans une île tropicale !

  • Par tatouzou - 05/08/2013 - 14:38 - Signaler un abus Les schémas à la mode cachent peut-être l'essentiel?

    Pour ma part je ne vois pas grand chose de commun entre les BRIC dont il est de bon ton de dire qu'ils vont devenir les puissances dominantes. La Chine, l'Inde et le Brésil ont des problèmes intérieurs colossaux à résoudre, qui devraient tôt ou tard redevenir leur préoccupation majeure. Des trois, c'est sans doute la Chine qui a le plus d'atouts immédiats, mais les premiers signes d'essoufflement commencent à apparaître, et il lui reste à sortir de la dictature du parti unique, qui est un handicap majeur à long terme. Quant à la Russie, elle reste avant tout un pays de civilisation européenne ruiné par 70 ans de communisme et qui n'a plus confiance en son avenir. A moyen terme, le plus vraisemblable est donc que les Etats-Unis et l'Europe conservent leur leadership économique et intellectuel, même s'il faut s'attendre à quelques crises financières majeures. A plus long terme, la principa

  • Par tatouzou - 05/08/2013 - 15:01 - Signaler un abus (suite du commentaire interrompu par un clic malheureux)

    A plus long terme, bien plus que la concurrence des BRIC, la principale menace pour les Etats-Unis et l'Europe est leur capacité à assimiler les millions d'immigrés qui s'y installent chaque année, et dont certains propagent un obscurantisme à l'opposé des valeurs fondatrices de notre civilisation. D'autant que la nécessaire purge de l'Etat-Providence ne permettra plus d'anesthésier les conflits sociaux. Au-delà de ces difficultés conjoncturelles, n'oublions pas que nous avons entamé depuis quelques dizaines d'années une nouvelle période de progrès technologique et scientifique, par la mutualisation explosive des connaissances permise par les NTIC. C'est le début de bouleversements vraisemblablement aussi importants que l'invention de l'agriculture voici 10000 ans, de l'écriture il y a 5000 ans, de l'imprimerie il y a 500 ans ou du machinisme et de l'approche scientifique de la technologie depuis le XIX ème siècle. Qui en seront les leaders dans un ou deux siècles, nul ne le sait. Mais aujourd'hui, force est de constater qu'en matière de NTIC, ce sont d'abord les Etats-Unis, et dans une moindre mesure l'Europe, le Japon et la Corée du Sud qui mènent la danse.

  • Par Ganesha - 05/08/2013 - 15:06 - Signaler un abus Réponses

    Prenant le temps de répondre aux arguments qui m'ont été opposés : sur les aciéries... Je ne suis pas un responsable politique et je ne voudrais pas tomber dans le "yaka faukon", mais je dis simplement que nos responsables qui ont "réglé la question" en faisant appel à un "liquidateur d'entreprise" tel que le fut aussi autrefois Bernard Tapie, qui se crèent une fortune immense en jettant des milliers de gens dans la misère et le chômage, se sont conduits comme des couards et des traîtres ! D'accord, il faut rapprocher les aciéries de la mer, mais dans ce cas, il était possible d'accroître progressivement les capacités de Dunkerque tout en y construisant aussi logements, écoles, hôpitaux et en offrant les nouveaux emplois aux ouvriers de Florange. J'affirme simplement que la France doit conserver au minimum la capacité de produire elle-même l'acier dont elle a besoin. Quand à ceux et celles qui viennent ici prêcher les joies de la désindustrialisation et la délocalisation , ils ne se rendent pas compte de la colère, mais aussi des éclats de rire qu'ils provoquent chez les lecteurs !

  • Par Frédéric II - 05/08/2013 - 18:51 - Signaler un abus Pourquoi l'Amérique ?

    Depuis le XVIème siècle au moins - et bien avant la «découverte» de l'Amérique par Christophe Colomb - l'Europe a entretenu des relations (parfois conflictuelles) avec le plus grand pays du Monde, la Russie, qui s'étend sur deux continents - et dont, en définitive, l'Europe «n'est que» le prolongement vers l'Ouest. Ces relations ne furent qu'à peine interrompues entre les années 1920 et la fin des années 1980. Il est donc beaucoup plus logique de (re)créer un bloc Européen, de l'Atlantique à Vladivostok, avec un pays - la Russie - avec lequel nous avons infiniments plus de valeurs communes, sur tous les plans plutôt que nous échiner à essayer d'organiser une «union» avec les USA (dont les troupes occupent toujours l'Europe depuis 1945), union dont l'Europe sera toujours le parent pauvre (dans tous les domaines) si elle ne l'est déjà !

  • Par un_lecteur - 05/08/2013 - 18:52 - Signaler un abus question bête

    c'est quoi l'occident ? Les pays à l'ouest, mais à l'ouest de quoi ? Le Japon est-il un pays occidental ? L'Algérie est-elle un pays occidental ? Est-ce l'ensemble des USA et de ses satellites ? . J'aimerais voir une liste des pays de "l'occident". Ce qui permettrait au moins de mettre la même chose sous la même appellation.

  • Par Beaumanoir - 05/08/2013 - 20:42 - Signaler un abus Scenario

    Avec Hollande et les Freres Socialistes qui conduisent la France a une catastrophe economique, il est possible que la France sorte de l' Euro et/ou que l' union Europeenne s' effondre. A ce moment les pays Europeens Nordiques, qui ont une economie coherente et structuree peuvent faire leur propre union, debarasses des pays fauteurs de trouble. Donc tout a fait dans la ligne de cet article je verrais tres bien le monde anglo saxon (UK, US, Canada, Australie, Nouvelle Zelande) se lier avec cette nouvelle Europe du Nord. Et cette alliance peut faire face a la chine, l' Inde et autres pays qui montent. Je ne suis pas convaincu qu' une France isolee puisse maintenir un niveau de vie enviable dans ce scenario. Mais avec les dirigeants actuels a t on un choix?

  • Par prochain - 05/08/2013 - 22:09 - Signaler un abus Que le meilleur gagne! il faut avoir les moyens de ses ambitions

    Les uns ont une politique à long terme, les autres sont dépourvus et de vision et de moyens, celui qui dépend des autres n'est pas souverain. Que penser d'un pouvoir qui n'a que le mensonge et la confiscation pour se maintenir... Je parle du défunt l'empire soviétique pays d'origine de l'auteur qui a raison d'avoir peur de la Chine aujourd'hui.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Melnik

Alexandre Melnik, né à Moscou, est professeur associé de géopolitique et responsable académique à l'ICN Business School Nancy - Metz. Ancien diplomate et speach writer à l'ambassade de Russie à Pairs, il est aussi conférencier international sur les enjeux clés de la globalisation au XXI siècle, et vient de publier sur Atlantico éditions son premier A-book : Reconnecter la France au monde - Globalisation, mode d'emploi. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€